AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wonderland Circus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Wonderland Circus   17.06.12 12:49



PV


Déambulons, déambulez.


Encore camouflé derrière le tronc d’un arbre, Wine avait longtemps observé le manège des artistes déambulant entre les tentes au gré de cet air entraînant. Dodelinant la tête le squelette observe encore, et encore. Peut être qu’il ira.
Mais peut être aussi, qu’il n’ira pas.

Cette journée là, Wine a marché longtemps, peut être même pendant des heures et des heures en évitant la foule. Hier, il avait attendu patiemment, terré entre les arbres des espaces verts jusqu’à la tombée de la nuit pour se sentir plus libre de ses mouvements. Alors si ça c’était passé hier... c’est que ce trajet lui avait bien pris quelques jours. D’une démarche incertaine tel un équilibriste évoluant sur un fil invisible au sol, Wine avait décidé de s’éloigner de son lopin de terre où il tournait autour depuis sa sortie de sous la terre. S’il avait su, -s’il y avait attaché la moindre importance-, il aurait su indiquer de tête qu’il logeait quelque part dans Bay Area. Mais personne n’avait pris le temps de le lui expliquer, tout comme il n’avait fait l’effort de demander à quelqu’un sa situation. A vrai dire, beaucoup de choses lui passaient bien au delà du crâne. Cela dit, un fait dérangeant avait marqué son esprit tapageur : le regard marqué des quelques gens qu’il avait pu croiser sur sa route. Et s’il n’avait pas su décrypter le sentiment exact animant ces pairs de yeux, son décodage plus ou moins subjectif émettait un signal plutôt antipathiques.

Va savoir pourquoi.

    Wine veut jouer, Wine veut jouer et mourir en jouant. ...Mourir ? Non. Pas mourir. Wine ne peut pas mourir.


Loin de se soucier des impressions sur son compte, le cadavre ambulant s’était contenté de poursuivre sa route à la destination aussi incertaine que ses pas d’araignée sur sa toile. Et déjà, cet effort fourni ne lui permettait pas de tenir sur de longue distance ; bien obligé de refaire le plein d’énergie, le jeune homme –ou la parure de ce qu’il en reste- avait dû s’accorder des pauses, où son corps et ses esprits rentraient dans une transe lointaine, dans une posture aussi figée et ramollie qu’une vulgaire poupée de chiffon jetée au sol. Et puis, il y avait eu comme un changement dans l’atmosphère, l’air s’était rythmé au loin et Wine avait finalement trouvé une destination provisoire. Tintamarre de fin de journée, à en juger la position du soleil

A des années lumières du matérialisme technologique, le jeune homme est encore loin de saisir le gap entre toutes ces années écroulées ; encore rudimentaire du haut de sa tunique sombre et rapiécée et de ses membres bandés comme le retour de la Momie, son seul appareil de voyage est équipé du moteur de sa volonté frivole. Un jour, il tenterait d’éclairer qui avait bien pu changer son bandage au propre, laissant une odeur fraiche de lessive, les journées où il était resté dans Bay Area mais le mystère pouvait demeurer, et Wine l’oublierait encore une dizaine de fois. En attendant, il se contente d’épier du regard le funambule et sa perche, le jongleur et ses quilles, le dompteur... des gens, des tas de gens occupés. Préparation ou fin de spectacle, Wine s’en contrebalance un peu, mais tout cet air est fichtrement entraînant. Si entraînant que les épaules de sa carcasse ont tressaillis, dans un gloussement fort amusé.

Sur les pas d’une acrobate, ceux d’un clown puis d’un cracheur de feu, Wine a suivi l’un et l’autre, jusqu’à ce qu’il lui vienne en tête de passer la tête dans les tentes pour simple curiosité. Bientôt bousculé entre deux passages d’artistes Wine a crachoté de mécontentement puis a fini par s’assoir sur une caisse dans un coin, dodelinant de la tête au gré de la musique, le regard vif se posant sur tous les mouvements autour de lui. Tambourinant du talons de ses pieds nus la caissette, il adopte alors, l'attitude typique d'un adolescent contrarié.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Wonderland Circus   26.06.12 18:03

Kasper n’aimait rien tant que l’effervescence qui s’emparait de chacun avant une représentation. Le Wonderland pouvait bien ne vraiment s’ouvrir au public que dans trois bonnes heures, la fièvre, l’impatience et l’excitation semblaient avoir investi tous les forains qui auraient à faire leurs preuves une fois de plus ce soir, devant des spectateurs sans cesse plus exigeants.
Ici on vérifiait scrupuleusement le matériel et là-bas, une répétition de dernière minute s’organisait au milieu des rires. Partout, les gens n’avaient de cesse de déambuler et les conversations s’entrecroisaient tant et si bien qu’il était quasiment impossible de s’y retrouver. On cherchait désespérément une chaussette jaune à rayures noires pour un pied droit. Quelqu’un avait-il vu le perroquet d’Eglantine ? Les deux trapézistes avaient encore manqué de déclenché une énorme catastrophe. Non, ce n’était pas la faute de son technicien si le micro et l’oreillette de Mister C. ne marchaient pas ! Des personnes importantes devaient prétendument venir ce soir, et de leur appréciation dépendrait peut-être l’avenir du cirque. Tout à l’heure, un chien avait traversé les installations de part en part avec un gigot à la gueule et un cuisinier rougeaud qui lui courrait après, suscitant nombre de rires. Qui avait renversé ce baquet d’eau sur les accessoires ?

Et puis de la musique, partout. Ici un violoniste, à dix mètres quelqu’un sortait son accordéon. Du classique sortait de l’une et loges, mais l’on aurait juré y avoir entendu du bon métal deux minutes avant. Tout se mélangeait pour donner lieu à une véritable cacophonie. Le calme avait déserté les lieux et n’était pas prêt d’y remettre les pieds de sitôt !

Pourtant, au fond, ce n’était pas désagréable.

Quiconque n’étant pas à sa place ici n’aurait manqué de s’y perdre, de se trouver complètement déstabilisé par ce trop plein de vie, mais un habitué n’y voyait juste la bonne humeur d’une troupe soudée qui n’avait que la hâte de donner le meilleur d’elle-même à son public. Dans ce désordre apparent régnait une certaine harmonie qu’un œil extérieur n’aurait su percevoir. Kasper, quant à lui, s’y glissait avec délice, voguant d’un forain à un autre, entamant des conversations à tout va sans jamais les terminer. Parfaitement à l’aise au milieu de toute cette agitation constante, il s’y sentait comme un poisson dans l’eau.

Alors forcément, le curieux personnage, assis sur une caisse là-bas, ne pouvait pas ne pas attirer son attention. Immobile, silencieux et visiblement désœuvré, son attitude le détachait clairement des lieux, bien plus que son apparence. Ailleurs, elle devait susciter l’attention d’autrui mais ici, elle entrait dans le commun et reléguait le garçon à une certaine normalité.
Et c’est sans doute à cause de ça qu’au lieu de le considérer comme un intrus, Kasper partit derechef du principe qu’il avait simplement affaire à un simple nouveau avec qui il n’avait pas encore eu l’heureuse occasion de converser.

Chose à laquelle, vous en conviendrez, il se devait de remédier dans les plus brefs délais.

« Bonsoir ! » lança-t-il donc sur un ton qui se voulait jovial, tandis qu’il prenait la liberté de s’assoir à ses côtés. « Sympathique costume. Tu dois être nouveau ici n'est-ce pas ? C'est la premre fois que je te vois ! Je suis Kasper, c'est moi l'annonceur du spectacle, le maître de la piste si tu préfères. Quel genre de nuro nous serves-tu ? Je n'en ai eu aucune connaissance, j'en déduis donc que tu ne passeras pas ce soir, mais la curioside le savoir me chatouille la barbiche ! Tu es ici depuis combien de temps ? Et tu me parais bien calme, tu t'ennuie donc à ce point ? Je pourrais bien te confier quelques petites choses à faire, ce n'est pas le travail qui manque ce soir ! Ou alors nous pouvons simplement rester ici à discuter. Je suis ravi de t'avoir rencontré en tout cas. Et tu t'appelles... ? »

Comme à son habitude, il assommait son interlocuteur forcé de questions sans lui laisser le temps de répondre, ni même de démêler ses propos.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Wonderland Circus   30.06.12 21:21

Patience & Répétition(s)


Les yeux rivés sur le clebs parti pour faire courir un marathon au cuistot, Wine ne fait pas attention à la seule personne qui semble avoir remarqué sa présence. La langue coincée entre les dents, il est préoccupé à cette activité passive, -tout en martelant de manière nonchalante la caissette de ses talons-, lorsqu’il a brusquement tourné le regard. On lui parle.

Regard oblique et contre-plongée sur l’homme qui le surplombe, lui et sa posture avachie au possible. Tiens, un bouc. Un chapeau.

    -...

Mais quand il a parlé, ça a été un grand choc électrique pour le squelette ambulant, qui s’est alors figé, les pieds en l’air, en suspension à quelques centimètres de la caissette. Le regard torve de la momie s’est mué au fur et à mesure en une surprise pour finir en une contrariété grandissante. Des mots, des mots et encore un flot de mots. Trop de mots tue le mot...

    -Assez, assez, assez !!! piaille-t-il d’une voix geigneuse en secouant frénétiquement la tête, les mains bouchant ses oreilles, -Wine ne comprend pas, Wine n’a pas compris tout ça !

Agacement, irritation, la compréhension de tant de chose dépasse le cerveau décrépi de Wine. Pour marquer son énervement, il a tambouriné le caisson de ses pieds. La patience n’est vraisemblablement pas une de ses vertus et le maître de la piste l’a assassiné avec ses paroles interminables. C’est d’ailleurs tout ce que retient le jeune homme ; c’en est malheureux. Ses capacités ultra-limités par certains côtés ne cesseront de surprendre par d’autres changements depuis son émergence. Pour ce qui est de l’instant, soit ses interlocuteurs devraient revoir leur niveau d’attente dans une conversation animée avec Wine, soit le dialogue allait vite virer à celui de sourds !
Pourtant conscient qu’on attend de lui une réponse, Wine a commencé par faire un tri dans sa tête. Un tri curieux quand on sait que son cerveau fonctionne de manière plus ou moins complète. Quoiqu’il en soit, ça mérite qu’il se recule les fesses osseuses sur la caissette pour préférer une position jambes croisées à l’indienne.

    -Tu vas jouer avec moi ? a-t-il finalement conclu de sa réflexion, le regard plein d’espoir.

Observant tranquillement son interlocuteur, le jeune homme a vaguement tenté de se rappeler de la tirade de celui qui se tient en face de lui. Au delà de la compréhension, difficile de se souvenir, à part des mots en écho qui volent et se heurtent lamentablement dans les recoins sombres de sa tête.

    -Tu parles trop.


Deuxième conclusion.
Plus que les mots et les faits extérieurs, il semble que les ressentis marquent plus l’esprit de ce dernier. Une avancée prodigieuse qui n’empêche pas toute discussion. Des plus basiques aux plus folklores.

    -C’est trop pour Wine. Bon tu vas jouer avec moi?

Un autre moyen pour tuer l'envie.
Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Wonderland Circus   13.07.12 12:37

Il était toujours amusant d’étudier les réactions des gens quand un Kasper en pleine possession de ses moyens venait à les aborder, et celui-là ne dérogerait pas à cette règle immuable. Mais si au vu de sa première réaction, le forain avait tout d’abord cru que son curieux interlocuteur n’allait pas le rester longtemps, il avait été tout à fait content de le voir finalement rester en dépit de son agacement apparent de première minute.
Tu joues avec moi ? avait-il répondu à la myriade d’interrogations donc Kasper l’avait assailli sans lui fournir une seule de ses réponses, réussissant à le prendre au dépourvu l’espace d’un quart de seconde par l’incongruité de sa question. Un joli score, quand on sait que l’hybride n’est pas du genre à se laisser avoir.
Celui-ci, nullement vexé de se voir ainsi ignoré, se contenta – une fois n’est pas coutume – d’attendre la suite. S’il estimait que chacun avait à répondre à toutes ses questions, s’il devait prendre la mouche à chaque fois qu’on ne le faisait pas… on ne s’en sortirait jamais.

Kasper se mit à rire, d’un rire franc et chaleureux du genre terriblement communicatif.
Lui, parler trop ? La bonne histoire ! Il venait tout juste d’ouvrir la bouche, il n’avait pas dit tant de choses que ça !
Ou si. Peut-être. Bah, il ne faisait pas vraiment gaffe à ce genre de détails, les mots venaient tellement aisément rouler sur sa langue qu’il n’avait pas le cœur à les ravaler quand il n’y avait pas de raison particulière pour le faire. La parole était là pour qu’on s’en serve, non ?

« Toi, tu me plais bien ! » déclara-t-il après s’être calmé, tout en destinant à son compagnon d’infortune une bourrade pas bien méchante à l’épaule.

« Wine, c'est bien ça ? Plutôt original, comme prénom ! ... quoique dans le genre original, même sans ça tu m'as l'air pas trop mal loti toi aussi. »

L’hôpital qui se fout de la charité... ou peu s’en fallait.

Mister Kaminski posa ses paumes à plats sur la caisse et s’en servit comme tremplin pour se remettre d’aplomb d’un bond léger. Puis il vint se planter devant son inconnu, souriant de toutes ses dents.

« Très bien Wine, pourquoi pas ? Je n'ai rien d'autre à faire, enfin rien qui ne m'en tiendra rancune si je le regue au second plan pour le moment. Mais jouer à quoi, au juste ? »

Parce que le bonhomme avait l’air plutôt avare de paroles et Kasper n’ayant, aux dernières nouvelles, jamais eu une quelconque sorte d'affinité avec la divination, il ne risquait pas de deviner tout seul ce qui se cachait derrière cette proposition – hormis peut-être le fait que le jeune homme était définitivement décalé pour lui demander ça de la même manière que le faisait son petit neveu lorsqu'il n'avait que cinq ans¹.
Enfin, ce n’était pas comme s’il craignait quoi que ce soit, mais il appréciait tout de même savoir dans quoi il était susceptible d’être embarqué… avant de l’être, embarqué. Tant qu’à faire.





¹ Ou du moins, de la même manière que Kasper supposait que son neveu devait le faire lorsqu'il n'avait que cinq ans, puisqu'il ne l'avait jamais rencontré à proprement parler. En vérité, cela tenait même du miracle qu'il soit au courant de son existence, ayant pratiquement coupé les ponts avec sa famille depuis belle lurette. D'ailleurs, il ne savait même pas comment s'appelait ledit neveu, ni même s'il avait eu des frères et soeurs depuis le temps. Et si vous êtes en train de vous demander le rapport entre tout ça et le reste du rp, ne cherchez pas plus longtemps, il n'y en a pas.


Dernière édition par Kasper Kaminski le 22.08.12 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Wonderland Circus   19.07.12 23:03


Allez, juste un ptit Jeu.



-Toi, tu me plais bien !

Un soupir dépité et Wine, sans bouger ses deux mains posées sur ses oreilles, a secoué la tête par la négative. Une association de Wine + Prénom pour comprendre ce dont le type l’assassinait de nouveau de ses paroles interminables et qui de surcroit, demandait un surplus de concentration à l’esprit perturbé du garçon. Qui quant même a levé un sourcil à la mention de sa part d’originalité. Éclair de génie. Quoi, et lui, il se trouvait normal avec sa cascade de mots ? Et alors que le forain se ramène dans une joli figue adroite, Wine se voit se protéger en levant les deux bras du sourire trop éclatant qu’il se reçoit nez à nez quelques instants plus tard. Quoi, quoi, qu’est ce qu’il va se passer ? s’alarme son cerveau ramolli jusqu’au bulbe. Mais de suite ce réflexe primal se transforme en une expression d’adoration alors qu’il l’entend son interlocuteur parler de jouer. Face au choix de jeux qui s’offrent à ses yeux, Wine affiche le même air qu’un gamin obnubilé par les étalages de bonbons parmi lesquels un seul restera entre ses mains.

    -Jouer à la momie ? soulève une pensée pleine d’espoir sitôt prononcée. Mais Wine balaye sa propre réponse d’un geste de la main, Non non. Pas encore la momie. Wine a déjà joué à ça.


Oui, avec l’arbre des bois.
S’annonce alors un moment de réflexion intense, effort lisible et presque palpable sur le visage de la momie. Et pourtant qu’est ce qu’il aime s’amuser à ce jeu stupidissime qu’il appelle le jeu de la momie ! Encore partagé, il se tripote nerveusement les doigts avant d’adopter la même position que Kasper. Il regarde ses mains bandées et déroule puis roule à nouveau les bandes telles qu’elles étaient.

    -Pour jouer à quoi ? répète-t-il inutilement en étudiant encore sérieusement la question.

Roule déroule. Encore.
    -A toi de proposer un jeu. a-t-il finalement conclu, soulagé d’avoir trouvé une réponse à cette médiation.-On fait deux jeux et Wine a déjà le sien !

Il a presque rendu le même sourire que Monsieur Loyal lui a balancé tout à l’heure. Vengeance ? Provocation ou simple mimétisme ? Wine n'interprète pas ses actes, quelque en soit la répercussion. Une bande déroulée a fini par commencer à s’enrouler tranquillement autour de la cheville de son nouveau compagnon de jeu. Même si le jeu n’a pas officiellement commencé. Aussi s’applique-t-il consciencieusement à momifier le mollet de Kasper en révélant ainsi une peau réellement bleue même sur la chair étouffée par la bande. Tout autant que le regard fortement amusé, passionné et démentiel de Wine est clairement perceptible.
    -J’aime bien jouer... à la momie, oui ! Et si tu proposes pas d’autres jeux, Wine jouera deux fois. Alors, alors ?

Et soudain, Wine s’est figé, plongeant son regard éclairé dans ceux de l’homme.
    -Mais d’abord, tu parles lentement.

Parce que nous ne comprenons rien, psalmodie une pensée traînante.
Maintenant à savoir si Wine de son être, plairait toujours autant au forain. Parce qu'une fois lancé, il pouvait partir loin très loin, le squelette ambulant qui a oublié les scrupules enterrés avec sa tombe.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Wonderland Circus   25.09.12 10:06

Curieux personnage, vraiment. Kasper ne savait pas trop sur quel genre d’individu il venait de tomber, n’arrivait finalement même plus à décider si Wine se contentait de faire preuve d’un excès d’excentricité, ou s’il y avait autre chose derrière tout ça.
L’imitation presque parfaite de son sourire que lui décocha son interlocuteur, n’eut pour seul effet que de l’amuser un peu plus. C’est qu’il lui ferait presque de la concurrence, le bougre !
Et ses idées bizarres qui passent le seuil de sa bouche. Jouer à la momie ? En voilà un jeu peu commun. Et, pour être tout à fait honnête, Kasper n’était pas intimement convaincu de pouvoir l’apprécier.

Un fait qui se confirma lorsqu’il put réellement saisir en quoi consistait le jeu.

« Stop ! lâcha-t-il pour y couper net. Non, celui-là ne plaît pas. Et puis tu y as joué, tu l'as dit toi-même. Propose donc autre chose ! »

Kasper, dans sa grande mansuétude, s’était plié à la requête de son compagnon et avait fourni un remarquable effort pour discipliner un peu ses paroles. Alors que l’ambiance s’y prêtait si peu !
Ne restait plus qu’à savoir d’ici combien de temps oublierait-il de se surveiller. A quel moment son naturel trop enjoué, entraîné par les saveurs de folies flottant dans l’environnement festif, reprendrait le dessus ?

Peut-être pas tout de suite, en tout cas, car son regard venait tout juste de se poser sur la parcelle de peau que Wine venait tout juste de libérer au grand air. Bleu, ici aussi ? Le garçon avait un sens du détail très poussé, ou bien il y avait là quelque chose qui dépassait l’entendement du forain. Il fronça les sourcils, intrigué et oubliant complètement de se fait de se libérer des bandelettes.
Pour autant, il n’avait pas peur, allant même jusqu’à ignorer complètement si cela aurait mieux valu pour lui ou non.
Et puis de toute façon, n’était-ce pas encore beaucoup trop tôt pour qu’une telle émotion s’invite à la partie ? Pour l’heure, il n’y avait rien susceptible de justifier sa présence ici. Même le regard un peu dérangé de l’autre n’y suffisait pas.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Wonderland Circus   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wonderland Circus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Minami :: la distraction :: Wonderland Circus-