AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [FSR]Mission "Moon Plague"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: [FSR]Mission "Moon Plague"   29.08.12 22:49

S.E.A.N.
Code d’accès FSR-0015087365-2995-23912-8375072 accepté.

Système général d’enregistrement des données audiovisuelles.

Hôpital de Naniwa. Services de réanimation.

7 :34
Accident grave sur l’autoroute causé par un camion. Cinq victimes. Onze blessés. Admission rapide aux urgences. Le conducteur se nomme John Smith. Les dix autres ne peuvent être identifiés.

12 :12
Transfert des patients au second service de réanimation.

15 :56
Réveil du patient de la chambre 421, John Smith.

16 :26
Réveil des patients non-identifiés. Chambres 422 à 432.

16:28
Perturbations dans les chambres 422 à 432.

16:36
Décès de John Smith.

16 :42
Décès de Vivianne Rochelieu. Chambre 416.

16 :43
Décès de Tokinawa Yukito. Chambre 418.

16 :46
Déclenchement de l’alerte "Contamination" par le Docteur Jefferson. Quarantaine activée. Isolation du quatrième étage en cours. Fermeture de tous les accès. Verrouillage automatique des portes et des conduits d’aération. Transfert sur les génératrices alternatives.

16:55
Tentative de communication avec le Docteur Jefferson, chef de la seconde équipe médicale du service de réanimation.

Échec.

17 :01
Prise en charge de la situation par les forces de polices. Tentative d’éloignement du service médiatique… Échec. Barrières afin d’en tenir à l’écart la majorité… Succès.

17 :05
Nouvelle tentative de communication avec le Docteur Jefferson.

Échec.

17 :10
Déplacement de tous les visiteurs ainsi que du personnel non-nécessaire au fonctionnement des autres services hospitaliers.

17:30
Nouvelle tentative de communication avec le Docteur Jefferson ou tout autre membre du personnel médical en service à l’étage contaminé.

Échec.

17 :33
Réveil du patient non-identifié de la chambre 420. Inconscient depuis plus de deux jours.


En sursaut.
Les yeux soudainement grands ouverts. Douleur dans la rétine. La lumière agressante des néons lui fit rapidement fermer les yeux. Que? Quoi? Où? Il y avait des bruits dans la pièce. Des bips. Des machines qui faisaient leur boulot. Des fils reliés à son corps. Un tube qui s’enfonçait dans sa chair. Un masque à oxygène sur son visage. Des bandages sur tous le corps. La sensation d’être malade. Une overdose de médicaments à l’intérieur d’une gargouille qui ne pouvait pas les tolérer. Qui ne devrait pas être ici. Comment avait-il atterri là? C’était quoi cet endroit?

Souvenirs…
Il fallait recoller les morceaux en ordre. Les retrouver d’abord… Son esprit n’était pas clair. Sa vision était trop floue. Il n’arrivait pas à bouger. Ou plutôt son corps d’homme le lui refusait catégoriquement. Aaron, il faut se souvenir… ton dernier souvenir… Femme vs Camion. Femme poussée par son bras. Gargouille vs Camion. Pas de temps. BAM! Néant. Et maintenant? Ici pour son troisième jour. Les humains l’avaient pris en charge. Les médecins avaient vanté les miracles de son ossature. Aucun os brisé, juste des fêlures. Malheureusement, tout le reste s’était pris pour de la purée. Douloureuse purée. Direction les soins intensifs. Mais personne pour lui dire tout ça. Personne pour lui expliquer. Il venait à peine de se réveiller.

La présence.
Il ouvrit de nouveau les yeux. Sérieux, était-il devenu aveugle tout d’un coup? Un étalage de couleurs abstraites. Se mélangeant, se transformant. Un point, il faut fixer un point. L’Ombre. À l’entrée de la pièce, la gargouille l’aperçoit. Grande. Debout. Elle le regarde. Mais il se sent malade, son lit bouge comme un bateau en pleine mer. Aaron ne referme pas les yeux, non!

Près de son lit.

Quelque chose au dessus de lui. Ses yeux s’ouvrent encore, d’un coup. Il a mal à la rétine, il a mal mais il tente de discerner la chose qui le regarde. L’Ombre. Mais il n’y arrive pas, ses sens sont perturbés. Dérangés. Confus. Son esprit aussi. Il n’arrive pas à parler, à demander. À interroger. Les mots sont inutiles. Et l’ombre le toucha. Un contact sur sa jambe, près de la cheville.

NON! Ce n’est pas humain!

Le contact créa une vibration dans son esprit. Une indication sur la nature ou plutôt la non-nature de cette créature. Mais trop tard. Les griffes s’enfoncèrent dans sa chair et la gargouille fut brutalement arrachée de son lit. Balancée comme une vulgaire poupée de chiffons contre le mur du fond. L’impact fut violent. Le mur en garderait des traces. Mais Aaron était trop faible pour se relever, pour se soucier de la réalité.

La survie.
Son ennemi vint de nouveau le ramasser. Le soulever. Chairs lacérées. La gargouille fit de nouveau un vol plané à travers la pièce. L’atterrissage fut difficile autant pour lui que pour la fenêtre renforcée qui venait de l’accueillir. Son corps retomba lourdement sur le sol. Et des fissures apparurent sur le verre. Ne te laisse pas faire, réagis!

Aaron tenta de se relever… difficilement, laborieusement. Avec sa respiration lourde, sa vision si trouble. L’ombre ne lui laissa pas de répit et se jeta bientôt sur lui. Il s’en servit cette fois. S’agripper à lui pour ce qui deviendrait un combat de corps à corps. Juste… pour vivre. S’il avait du mal à voir, si la pièce tournait sur elle-même, il avait simplement à ne pas regarder. Il devait se focaliser sur son ennemi.

Un combat chaotique.

Et trop flou. Deux bêtes qui se disputaient la victoire. Avec du sang… principalement celui du souffrant. Ils se frappèrent, tournoyèrent. Les machines y passèrent. Le combat fut brutal. Sans aucune finesse, sans classe. Une surcharge d’adrénaline et l’un des combattants arriva à soulever l’autre. À le balancer à travers la pièce. Très loin du record de plusieurs mètres, le corps n’en fit qu’un tout petit dans les airs. Avant d’atteindre la fenêtre déjà abîmée par le premier choc, le premier impact contre une créature bien lourde.

CRASH!
Et le survivant. Le seul encore debout… Il recula dans la pièce. Faible sur ses jambes. Avec ces lumières qui tournaient de plus en plus. Le sol qui tanguait dans tous les sens. Instable. Il ne se souviendrait pas avoir vomit du sang. Il ne se souviendrait pas être tombé par terre comme une loque. Inconscient.


17 :37
Fenêtre brisée dans la chambre 420. Quarantaine en danger.


Mika Travalnovitch, journaliste à NNC.

Nous sommes présentement devant l’hôpital où l’état de quarantaine a été déclaré il y a environ trois quart d’heure. Comme vous pouvez le voir derrière moi, la police est en effervescence. Et… Oh! Regardez! Oh mon dieu! Quelle horreur! Quelque chose vient de tomber du quatrième étage. Est-ce qu’un homme aurait sauté? On ne voit pas très bien d’ici. Nous allons essayer de nous rapprocher avec la caméra.

Bouge tes fesses Bob, on doit se faufiler discrètement.
Je m’appelle pas Bob…
On s’en fout, suis-moi!

Ici, là, tu filmes?
Y a des policiers qui bloquent ma vision, je vais zoomer.
Qu’est-ce que tu vois? Dis-moi.
Oh my god, c’est dégueulasse. Merde. ÇA BOUGE ENCORE!
Hey vous! Qu’est-ce que vous faites là? Donnez-moi cette caméra!


17 :40
Transmission imminente des données aux Forces Spéciales de Répression.


Et maintenant, la météo avec Tomeo!

Une très belle soirée en perspective pour Naniwa.
La température descendra à 17 degrés Celsius et le niveau de pollution sera de 600 particules par mètre carré. Profitez bien de cette soirée! L’air sera frais et agréable.
Le taux d’humidité sera de […]

Cette nuit, la température descendra encore de 2 ou 3 degrés.
Le ciel sera dégagé et la visibilité sera très bonne grâce à la présence de la pleine lune.
Nous aurons droit à des vents de 10km/h en direction du sud-ouest.
Toutefois en matinée […]


_________________


Dernière édition par Aaron le 21.09.12 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   03.09.12 20:42

Hôpital de Naniwa


17:55

Le soleil déclinait à mesure que la lune se dévoilait. La police essayait de calmer le tumulte des journalistes et des curieux. Certains reporters tentaient de passer les lignes de sécurité. Un fourgon blindé surgit brusquement de la route principale. Aucune sirène. Ses vitres étaient teintées. Il ne portait aucune mention particulière. Tous savaient... Le fourgon s'engouffra à vive allure sur le parking. Il s'arrêta net devant l'entrée principale. Une fraction de seconde et les portes arrières s'ouvrirent. Sept hommes en tenue noire descendirent du fourgon. Ils étaient silencieux et leurs mouvements étaient fluides. Ils se déplacèrent rapidement vers le corps inerte au sol. Une détonation étouffée se perdit dans un silence pesant. Le groupe armé pénétra dans le hall principal.
Chaotique ! Ce mot correspondait parfaitement à la situation. Le superviseur de mission donna des ordres aux forces de l'ordre et aux responsables du personnel hospitalier. Il ne voulait pas que ses hommes soient gênés par des civils. Ses troupes attendaient son signal. Un léger hochement de tête. La mission était lancée ! Le groupe se scinda en deux unités. Ils empruntèrent deux escaliers afin de pouvoir encercler le 4ème étage. Il leur fallu une minute tout au plus pour gravir les marches. Un membre de chaque unité plaça un appareil sur la commande des portes. Une combinaison de chiffre s'afficha...

□■...■□
Des doigts volèrent au dessus des touches d'un clavier. Sur les écrans défilait une série de code. Les vidéos des caméras de surveillance étaient affichées sur plusieurs moniteurs. On distinguait des couloirs complètement dévastés. La série de chiffres se figea. Les portes s'ouvrirent. Les hommes en noirs s'engouffrèrent dans le 4ème étage. Shaun Campbell remonta ses lunettes et observa ses écrans, anxieux...

□■...■□

Les portes se refermèrent derrière eux. Chaque membre connaissait son rôle. Les deux équipes étaient composées de trois membres. La formation comprenait un éclaireur, un artilleur et un sniper. Toutes les directions étaient couvertes. Leur progression était lente. Il fallait sécuriser chaque chambre. Les premières étaient totalement vides. Les membres du service avaient peut être tenté d'évacuer les patients. Chambre 417. Après un rapide coup d'oeil, l'éclaireur indiqua la situation à ses collègues en quelques gestes. Deux. Au Sol. Fenêtre. Le sniper pénétra silencieusement dans la chambre pendant que ses collègues sécurisaient le couloir. Il contourna le lit et s'avança vers les deux corps. Un homme d'une quarantaine d'années était allongé sur le sol, complétement inerte. Le canon du fusil d'assaut était pointé sur la créature, qui était penchée sur le cadavre. Derrière le masque, des yeux, presque dorés, fixèrent le monstre qui était en train de se repaitre de chair. Il s'agissait d'une femme. Cette dernière ne semblait pas être consciente de la présence derrière elle. Son visage se releva. Une langue fourchue sonda l'air environnant. Une fraction de seconde s'écoula et la femme se retourna, prise de furie. Ses mains arboraient de longues griffes. Un coup de feu puis un second. La créature tomba au sol. Le sniper avança prudemment et retourna le cadavre. A cette distance son visage aurait dû être en miette. Il était presque intacte. Sa peau était couverte de petites plaques solides...

* ... des écailles !... Ca n'annonce rien de bon... *
Après avoir sécurisé la chambre, le trio avança de nouveau. La seconde équipe les informa par radio qu'ils avaient retrouvé une aide soignante blessée. Leur progression en était ralentie. Chambre 420. La chambre à problème. Celle qui donnait un accès à l'extérieur. Le sniper pénétra comme précédemment. La chambre était dans un état pitoyable. Des machines cassées jonchaient le sol. Des poches de médicaments, éventrées par des morceaux de verre, déversaient leurs contenus. Un mur était presque complètement brisé. Il y avait un homme d'une trentaine d'année. Son corps était couvert de bandages. Il y avait beaucoup de sang. Mort sans doute. La créature, quatre étage plus bas, avait dû le tuer. Des coups de feu retentirent. La radio se mit à grésiller...

- JAMES ! Alpha 2 demande du renfort. Sécurise la pièce et rejoint nous en vitesse !

La voix de son collègue était emprunte de tension. Ses deux coéquipiers quittèrent la pièce et se ruèrent dans le couloir. James s'approcha de la fenêtre. Une brise fraîche pénétra dans la chambre. La lune montait lentement dans le ciel. Le crépuscule était sur le point de rendre l'âme. Les journalistes étaient toujours là. James descendit les volets. Il sortit un couteau et le planta dans l'interrupteur... Histoire que personne ne touche à cette fenêtre. De toute manière, il ne pouvait pas faire mieux pour le moment. Il se retourna pour partir à la poursuite de ses collègues. Son regard doré se posa sur le corps inerte. James mis un genou à terre. Il fallait qu'il vérifie si cet homme était en vie...
Le sniper ôta son gant droit et le fourra dans une poche de son gilet pare-balle. Il appuya ses doigts contre la carotide de l'inconnu. Ses sourcils se froncèrent. Il avait un mal fou à percevoir son pouls. Soudain, James perçut un bruit derrière lui. Il se releva d'un bon, arme pointé dans la direction de son regard. Cela semblait provenir du mur brisé... Le sniper s'avança prudemment et observa la chambre voisine à travers les fissures. La chambre de John Smith. Ce dernier était mort. James se sentait observé. Sentiment des plus désagréable pour un sniper. Il recula lentement jusqu'à atteindre le corps inerte de l'inconnu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   05.09.12 20:54

Je te vois.
Exactement la même scène que la première fois… reprendre conscience si brutalement. Il ouvrit de nouveau les yeux d’un coup, douloureusement. Son cœur battait toujours, il se battait encore pour survivre. Pour rester. Combattre tous ces poisons que les médecins lui avaient injectés. Comment un simple soluté pouvait autant le blesser…

Je te vois…
Gros plan en direct du plancher. C’était encore assez flou, assez incertain alors il ne bougea pas. Mais… avouons-le, même dans son état, il était difficile de ne pas remarquer cette immense paire de bottes sous son nez. Ne surtout pas bouger. Ne pas lui indiquer son réveil.

Désorientation.

N’était-ce pas la bonne appellation? Lorsque l’esprit s’embrouille lui-même avec ses pensées, ses images, ses idées… et ses suppositions. Qui était-ce? À qui appartenait le cuir de ces bottes? Un allié? Peu de chance. Il était déjà rare d’en trouver dans la vie de tous les jours, alors dans une situation aussi chaotique que celle-ci? Juste après qu’on ait attenté à sa vie? Pas moyen. On l’avait vaguement prévenu, ça lui revenait en mémoire. Il fallait faire attention aux hommes en blouse blanche. Et à ceux tout de noir vêtu… qui voudraient l’embarquer dans leur laboratoire. Pour le disséquer, bien entendu. Ce n’était pas pour une stupide raison de ce genre qu’il était resté discret? Non. La discrétion et lui de toute façon…

Rejoins-moi.
Parce qu’un éclair de lucidité lui disait de vérifier. Vérifier si, par miracle, cette personne pourrait être autre chose que son futur meurtrier. Bien. Maintenant, il fallait appliquer l’idée. Ce fut assez rapide, assez efficace même. À croire que toute l’attention de l’homme en noir était ailleurs. Et l’homme inerte, l’homme au faible pouls qu’il était, décida de passer à l’action. Inconscient du danger de surprendre un homme armé, Aaron tendit les bras pour pouvoir lui faucher les jambes. Le faire tomber par terre, à ses côtés.

Suicidaire?
Absolument pas. Remarquez, si on lui avait mis une balle dans la tête, l’histoire serait malheureusement déjà terminée. Bref, une fois l’autre homme à un stade plus terre-à-terre, la gargouille tendit une main pour tâtonner un peu le monsieur. Mollement, il essayait de déplacer sa main vers son visage… Peut-être arriverait-il à lui retirer ce masque bizarre, si seulement... Où était soudainement passé la force dont il venait de faire preuve pour le coller au sol? Oh, peu importe.


S.E.A.N.
Analyses de l’air en cours…


Aucun pathogène détecté.



Le danger? Quel danger?
Dérangeant et très gênant, Aaron n’était pas vraiment parti pour arrêter d’embêter ce pauvre homme armé. Oui, même si ce dernier le lui mettait sous le nez, il ne réagirait fort probablement pas. C’était flou, de toute façon. Bien, maintenant, essayons de communiquer avec l’inconnu. La première tentative se résulta par des lèvres qui bougeaient mais sans fonction sonore. La deuxième tentative fut similaire, en dehors du fait que la gargouille fronça les sourcils et fit quelques sons rauques digne d’une gorge des plus irritée par quelques évènements antérieurs. Il y a deux jours, on l’avait probablement intubé. Et donc, la troisième... avec une main en train de se masser le cou.

« Où? » suis-je. « Qui? » es-tu. « Aide. » Ce dernier mot était sorti tout seul.

Le miraculé.
Vivant, sanglant, et encore capable d’articuler des mots. Des mots basiques, mais des paroles suffisantes dans cette communication nécessaire, quasi-obligatoire. Importante à la clarification de cette situation. Aaron ne tarda pas trop à s’asseoir… même si cela lui pris quelques essais avant d’avoir une position plus ou moins stable. Il avait toujours mal mais la douleur était en train de devenir comme son esprit, brumeuse. Pas spécialement bon signe mais il devrait s’en contenter. Oh, il pourrait sûrement se relever mais…

La porte d’entrée.
La gargouille avait une vue imprenable sur celle-ci… mais visiblement ce n’était pas là que se trouvait l’action. Le danger. La menace. Quelle menace? Il tourna la tête vers le mur abîmé. Oh… Oui… Il se souvenait maintenant. Des couleurs abstraites, un mélange de vert et de brun. L’homme en noir était sur le pied de guerre. Tendu peut-être? Pourquoi faire? S’il était une créature… Il commencerait par attirer son attention… et profiterait de sa première inattention. Sauf que ces deux points s’étaient déjà produit.

L’attaque.
Un bruit vint encore du mur. Juste un. Selon le même principe qu’une pierre lancée pour faire diversion. Probablement. La seule chose qu’ils surent, c’est que l’attaque fut fulgurante. Rapide. À croire que celui-là était beaucoup plus réussi que ses congénères de laboratoire. La gargouille se releva d’un geste pour se jeter de nouveau sur l’homme armé. Suicidaire? Mais non. Il l’attrapa par la taille avant de le plaquer au sol, utilisant son propre poids pour accélérer le rythme. La créature reptilienne passa juste au-dessus d’eux. Un coup de mâchoire claquant à l’endroit où s’était trouvée la tête ciblée. Et quand Aaron regarda dans sa direction, elle revint en triple vitesse pour l’arracher de là violemment. Pour l’envoyer valser vers la porte d’entrée. À croire que c’était une habitude chez eux… vouloir se débarrasser d’une dangereuse créature, même dans un état de faiblesse extrême, en le balançant un peu partout. Poupée de chiffons quand tu nous tiens.

Lycanthropie.
Ce spécimen était magnifique. Un digne représentant varan. Violent, agressif, résistant. Rajoutez une once de régénération, quatre pattes griffus, une queue et… Voilà. Maintenant, jouez avec moi. Clairement, celui-là serait plus difficile à tuer. Sans aucun gramme d’humanité.

_________________


Dernière édition par Aaron le 21.09.12 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   16.09.12 22:08

Chambre 420


Les yeux dorés de James fixaient les fentes du mur. La lumière extérieure déclinait lentement. La chambre 420 était plongée dans une légère pénombre. La lumière du couloir était la seule source de lumière. Il restait là. Sans bouger le moindre muscle. Sa respiration était calme et mesurée. Son instinct lui murmurait que John Smith partageait sa chambre avec une créature de laboratoire. Un mouvement. Voilà ce qu'il essayait de percevoir à travers les immenses fissures.

□■...■□
Un bruissement de tissu. A peine audible. James fut décontenancé de sa provenance. La source de ce son venait non pas du mur mais du sol... derrière lui. Il était trop tard ! Le soldat sentit deux bras puissants s'emparer de ses jambes. Son équilibre était compromis. La pièce bascula. Non. Son corps basculait en arrière. James ne lâcha pas son fusil. Son corps rencontra le sol dans un son étouffé. Il était étendu à côté du patient inconnu. Ce dernier ne devait pas avoir toute sa tête ! Faire tomber un homme armé. Un coup est si vite parti... Heureusement James était resté maître de ses gestes. Ses yeux se posèrent sur le corps jusque là inerte. Une main palpa son visage...

* Damn it !... Mais qu'est ce qu'il fait ce crétin ?! *
James était quelque peu ahuri... mais également tendu. Cette position lui était inconfortable. Il jeta un regard au mur brisé. RAS. Ses yeux fixèrent à nouveau le visage de '' John Doe ''. Ses lèvres semblaient bouger. Il émit un son gutturale... puis trois mots ! James n'en croyait pas ses oreilles. Cet inconnu était dans un état déplorable ! Comment diable arrivait-il encore à parler ou même bouger ?! Ses sourcils se froncèrent. Une idée était en train de prendre forme... et elle était loin de lui plaire. Ce mec ne pouvait pas être humain. Impossible. James se releva.

« - Vous êtes à l'Hôpital. Je suis là pour aider. »

Ce fut comme un éclair. Brutal ! La pièce bascula à nouveau mais cette fois ce fut beaucoup plus rapide. Une étreinte lourde et solide plaqua James au sol. Il lâcha un juron. La seconde suivante, le poids s'envola ! Le corps de '' John Doe '' traversa la pièce. Le soldat se releva difficilement. Ses yeux eurent le temps de détailler la créature de laboratoire. Ses sourcils se froncèrent et durant un court instant James leva les yeux au ciel. Mais quelle idée les scientifiques avaient en tête en créant cette chose ?

□■...■□
La queue du monstre fouettait dangereusement l'air. La créature était entre James et '' John Doe '' ! Le soldat se déplaça sur le côté pour essayer de voir celui qui - on peut le dire franchement - avait sauvé sa tête de la décapitation ! Une langue fourchue sonda l'air. Le spécimen fonça directement sur James. Ce dernier roula sur le côté... mais les griffes acérées eurent le temps de lacérer le torse du soldat. Son gilet pare balle était bien entamé.

« - Ma parole t'es un croisement entre Wolverine et le Docteur Connors ! Rassure moi... on est pas cousin j'espère ?! »

La créature se jeta à nouveau sur James. Ce dernier riposta en tirant une rafale. Les balles ricochèrent sur la peau du monstre. James ne pu esquiver. Son fusil lui servit de bouclier. La force de cette chose était colossale ! Ses griffes se plantèrent dans l'acier. Il projeta le soldat à travers la pièce. Le choc fut douloureux. Son dos vient heurter le store. Il se laissa glisser le long du mur. Sa vision était troublée. James secoua la tête comme pour remettre de l'ordre dans ses pensées. Il observa son arme. Inutilisable. Il la laissa choir. Les balles traditionnelles ne semblaient avoir aucun impact sur sa peau. Cette dernière était sans doute trop épaisse... ou alors les écailles créaient une sorte de gilet pare balle intégrale. La bestiole faisait claquer sa mâchoire où des dents crénelées luisaient faiblement.

□■...■□
Les doigts de James se saisirent lentement de son arme de poing, accroché à sa jambe droite. Il en extirpa le chargeur et le remplaça par celui se trouvant dans une poche de son gilet. La créature émit un sifflement. Le soldat roula sous le lit alors que le lézard géant allait le lacérer. James mit un genou à terre pour se redresser et pressa la détente deux fois. Les balles perforantes firent beaucoup plus de dégâts que leurs consœurs. Suffisamment pour occasionner des blessures mortelles. Deux balles dans la poitrine. La créature s'écroula sur le sol. James laissa échapper un soupir. Avec toute cette agitation il en avait oublié ses collègues. Des coups de feu lointain retentissaient de temps à autre. Son arme principal était H.S. Quelques douleurs par-ci par-là. Il avait néanmoins un blessé sur les bras. Vu comme '' John Doe '' avait voler à travers la chambre... pas sûr qu'il soit en état de se déplacer. James grimaça et se retourna pour constater les dégâts. C'est à cet instant qu'une masse verdâtre tomba du plafond. James n'eut pas le temps de réagir ! Une main puissante s'empara de sa gorge et le souleva comme un fétu de paille. Cet enfoiré était encore vivant ! Fichu pouvoir régénérant ! Les mains de James attrapèrent celle qui enserrait son cou. Il essayait de se débattre mais sans succès... Ses yeux dorés étaient fixés sur les pupilles verticales furibondes...


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   21.09.12 20:20

Gargouille héroïque!
Plutôt comique comme concept quand on regardait du côté de la porte d’entrée. Aaron avait de nouveau fait la rencontre avec un mur, plus précisément avec celui du couloir. Et que dire… présentement son état était encore plus déplorable. Une douleur lancinante dans la tête. Une sensation de sang descendant le long de sa nuque. Et le mode confiture interne activé. Que c’était faible et fragile, un corps humain. Alors pourquoi l’utiliser?

Black-out douloureux.

Il ne sut pas vraiment combien de temps s’était écoulé depuis qu’il avait été de nouveau martyrisé par ce mur. Et il ne comprit pas plus la situation actuelle lorsque la douleur le fit trembler comme une mouche écrasée. Heu, hum, non. Commençons par ouvrir les yeux, encore et toujours… et admirons momentanément la couleur fantastique du plancher. Le fait de se sentir malade deviendrait rapidement un euphémisme s’il se permettait encore de dire bonjour à un bout de plâtre. La gargouille s’appuya sur un coude avant d’utiliser son autre main pour tenter de se soulever, de se décoller un peu du sol. Ce ne fut pas la plus grande réussite de sa vie mais il bougea suffisamment pour pouvoir regarder vers la sombre chambre où se trouvait son hypothétique sauveur.

Coups de feu.
Et une référence inconnue. Cela le renseigna sur l’état de santé actuel de cet inconnu en noir. La gargouille observa la scène autant que possible alors même qu’il essayait de se redresser, de se relever pour espérer pouvoir l’aider. Après tout, ce serait idiot d’ignorer sa seule chance de survie et sa seule possibilité de sortir d’ici. Toutefois, ses tentatives plutôt désespérées furent un échec grossier. Vulgairement abandonné par terre. Étalé comme un gros ver de terre. Qu’était-il en train de faire?

Pétrification humaine.
Brève inquiétude combinée à la possibilité d’intervenir plus facilement. D’être libre de ses mouvements, de la douleur… Une possibilité qu’il n’envisagerait jamais en temps normal. Une contrainte de se révéler, de se montrer. Plus fort. Plus vulnérable aussi. Néanmoins, personne ne lui demanda son avis. La transformation s’enclencha presque d’elle-même. Pour le sauver, pour le protéger. Pendant que notre inconnu se trouvait en mauvaise posture, la gargouille redevint pierre. Les premiers changements se passèrent à l’intérieur, au niveau du cœur. Imaginez seulement ce que ça fait de se pétrifier lentement. De sentir vos organes arrêter de fonctionner. Poids mort. De ressentir la pierre recouvrir soudainement votre chair. Devenir une statue n’a rien d’agréable, c’est un moment particulièrement intolérable. Le seul avantage, l’unique soulagement était la perte de certaines sensations.

Gargouille héroïque!
Changement flagrant. Perturbant. La gargouille était bruyante. Un seul mouvement pourrait faire grincer des dents. Monstrueuse gargouille. Créature angéliquement ailée. Armée elle aussi de quatre pattes griffues, d’une courte queue. De crocs inégaux ornant une mâchoire visible en permanence. Une belle gueule quoi. Deux cornes sur la tête, des épines dorsales le long de sa colonne vertébrale et… Oh. Prenez simplement une femme de taille moyenne à tendance anorexique ayant subi une mammectomie et dites lui de prendre la même pose. Et de nous montrer ses côtes. Ce serait plus simple à imaginer.

Donc, ce fut ce monstre héroïque qui déboula dans la pièce telle une avalanche graveleuse. Pour sauver la veuve et l’orphelin. Heu... pour sauver le mec qui était censé l’aider, accessoirement en train de se faire étrangler. La gargouille arriva avec une discrétion digne des plus grands ninjas de ce monde. Promis, juré.

Attention collision!
Avec son élan, Aaron failli écraser lui-même l’humain qu’il venait sauver. Quoique, honnêtement, il avait juste envie d’exploser le gros reptile qui l’avait pris pour une poupée de chiffons. Voyons quand même la scène dans l’ordre. La gargouille avait courue à travers la pièce, le reptile l’avait remarqué sans surprise. Mouvement d’intelligence, la bête écailleuse avait déplacé sa victime entre eux. La gargouille s’était ratatiné sur le sol pour glisser en dessous en espérant ne pas frapper le corps humain et, grand Dieu, une de ses ailes imposantes lui passa juste entre les jambes. À quelques centimètres à peine de le rendre éternellement impuissant.

Comiquement étalé par terre. Strike!
Son but premier avait été de sauter sur son ennemi héroïquement et avec une classe indéniable. Mais la gargouille se contenta de lui faucher les jambes. Rien de bien volontaire quand vous étiez en train de glisser par terre. Trois corps soudainement pêle-mêle et le combat commença. D’un côté un varan régénérant et de l’autre un tas de pierre imposant. Aaron se dégagea avant d’écarter le monstre écailleux à grand renfort de morsures violentes. Quand le reptile lui balança un coup de patte, notre statue monstrueuse comprit que son ennemi était plus solide que prévu. Il opta donc pour une autre technique de combat que nous nommerons "Comment faire de la purée maison 101". Une méthode qui consistait à grimper au dessus du reptile, à le maintenir au sol et à lui sautiller dessus. Version barbare. Un brin de frustration plus tard et la gargouille réalisa que son ennemi se régénérait efficacement.

Plan A, échec. Plan B, échec. Plan C, échec.
Autant revenir aux bases. Tout reprendre depuis le début. Quelques attaques reptiliennes plus tard et le monstre se dégagea pour courir en direction du troisième joueur. Vers l’humain. Vers la seule proie qu’il pourrait encore blesser. Poursuivie par une gargouille enragée mais qui, admettons le, n’avait qu’une seule et unique expression sur son visage figé. Aaron attrapa, in extremis, la queue du reptile avant de le tirer brutalement en arrière. Reviens ici, petit petit.

Une morsure bien placée.
Suivi d’un mouvement tordu.
Un horrible craquement.
Presque déstabilisant.
Quelques vertèbres brisées.
Et une nuque cassée.


Et maintenant? Une monstrueuse gargouille bien embêtée. Une bête de pierre qui tournait la tête en direction de l’humain censé l’aider. Allait-il plutôt le tuer? Allait-il paniquer? Tenterait-il de comprendre l’anomalie qui lui avait sauvé la vie? Dilemme. Malaise. Ahem…

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   07.10.12 19:09

Chambre 420


Les pupilles mordorées étaient terrifiantes... Inhumaines. Mais le plus angoissant était le sentiment qui transparaissait dans cet étrange regard : du plaisir ! Cette créature se délectait de la souffrance de sa proie. James ne parvenait pas à lui faire lâcher prise. Il suffoquait. Des tâches sombres commençaient à parsemer son champ de vision. Manque d'oxygène. Un étrange rictus se forma sur le visage du monstre. Le soldat sentit les doigts se resserrer sur sa gorge. Il allait mourir là... Seul.

* NON ! *
Dans un sursaut de vitalité, James se débâtit, comme un beau diable ! Il assenait des coups de pied à son adversaire... sans grand résultat. Il semblait rire de ses tentatives inutiles. Le marine ne pouvait mourir ici. Ses collègues avaient besoins de lui. Shaun allait se foutre de sa gueule si jamais il passait l'arme à gauche de cette manière ! Ses enfants... qu'est ce qu'on allait bien pouvoir leur dire ? Ils étaient encore tout jeune. James ne pouvait pas mourir. Hors de question ! Il se débattait toujours. Sa main droite cherchait frénétiquement son couteau. Les zones sombres étaient de plus en plus nombreuses. James perdait le fil de ses pensées. Ses gestes étaient de plus en plus saccadés et imprécis.

CRACK

Un son étrange... et inquiétant. Les doigts de la créature se desserraient légèrement. Une expression indéfinissable déforma son visage monstrueux. James songea à un éboulement de roches. Une avalanche de pierres qui roulent et dégringolent de la montagne ! Subitement... le reptile pensa que James était une sorte de bouclier ! Volte-face ! James écarquilla les yeux en voyant débouler une masse compacte. Mais les tâches sombres ne lui permirent pas de voir clairement de quoi il s'agissait. Une chose... un unique détail qui n'échappa pas à la vision de James. La chose - quelle qu'elle soit - avait glissé sur le sol. Une partie de son étrange anatomie avait bien failli emporter dans cette magnifique glissade, les bijoux de famille de Connors ! Ce dernier vérifia - illico presto - que tout était là et poussa un soupir de soulagement ! Certes il avait déjà eu deux beaux garçons... mais les bijoux de famille c'est S.A.C.R.E !...

□■...■□
Sans trop savoir comment, James se retrouva au sol au milieu des deux créatures. Il lui fallait saisir cette chance. Le soldat rampa comme il put et s'appuya dos au mur. Il avait toujours du mal à respirer. Ses doigts étaient fébriles. Il lui fallut plusieurs essais avant de réussir à détacher son casque. Ôter ses lunettes et sa cagoule fut plus aisé. Oxygène. Son rythme cardiaque retrouva peu à peu une fréquence stable. Toujours ce bruit de rocaille... Sa vue se clarifia. La première chose qu'il capta parfaitement ce fut une gueule béante reptilienne. Les yeux de James se posèrent une fraction de seconde sur son arme de poing sur le sol. Trop loin. Dans un même temps, ses doigts se refermèrent sur le manche de son couteau. Une masse sombre vient s'emparer de la gueule du monstre. Un son lugubre plongea la pièce dans un silence des plus sinistres. Le reptile tomba mollement sur le sol. Un pantin désarticulé. La respiration de James était lourde. Son visage était couvert de sueur. Ses yeux dorés observèrent la créature qui jonchait le sol... puis suivirent des lignes sombres.

□■...■□
James était un homme courageux voire téméraire. Au cours de sa carrière, le jeune homme avait été le témoin de nombreuses expériences. Ces dernières ne donnent pas envie de sourire. La race humaine se montre cruelle à un point qu'on ne peut soupçonner. Ce reptile humanoïde était impressionnant. Mais cette chose là : un cauchemar ! Cette créature de pierre était effrayante ! Inutile de mâcher ses mots. James était un humain. Prétendre qu'il pouvait regarder la créature en face et ne rien ressentir serait un mensonge. Pire. Cela serait présomptueux ! Ses doigts tenaient fermement le manche de son couteau. Sa mâchoire était crispée. Il osa jeter un coup d'œil à '' John Doe ''... personne... Bordel ! La lumière du couloir donnait un aspect encore plus impressionnant au monstre de pierre. Est-ce qu'elle venait de lui sauver la vie à l'instant ? James ne savait plus quoi penser. Ses yeux fixaient la créature. Immense. Aberrante. Hideuse et tellement belle. Ange. Démon. Immobile. Des mythes anciens et oubliés - contés par sa mère - refirent surface dans sa mémoire. Une créature légendaire possédant des ailes tel un aigle et des cornes. Au corps mi-humain mi-animal. Gardiens sanguinaires des temples...

« - ... un lammasu... impossible. Vous êtes quoi au juste ? »

Une esquisse de sourire triste et résigné se dessina sur les lèvres de James. Il doutait que la créature puisse lui répondre. Après tout... les pierres ça ne parle pas. Aux dernières nouvelles en tout cas... Soudain il y eu un violent claquement. Bye Bye électricité ! James lâche un... enfin plusieurs jurons en diverses langues. Sa radio grésilla et une voix vociféra.

« - Alpha 1 à Black Eagle. Qu'est ce que tu fiches bon sang ? Une saloperie de bestiole qui a cru bon de sectionner les câbles électriques ! A vous. »
« - Black Eagle à Alpha 1. Les mecs... Je vous serais reconnaissant de m'épargner vos sarcasmes... Une dite bestiole m'a pas mal occupé. A vous. »
« - Reçu. On arrive en renfort. A vous. »
« - ... Négatif ! La créature est hors jeu. J'ai un... blessé avec moi. Je me charge de son évacuation. A vous. »
« - Reçu. On va encore nettoyer la zone et essayer de trouver les civils... On a mis hors jeu deux créatures. Il en reste cinq. Fais attention à tes jolies fesses ! Terminé. »

James fronça les sourcils et leva les yeux au ciel ! Sacré Mike... Ses collègues allaient être encore occupés un moment. Il ne voulait pas les voir débarquer et tirer sur le tas de cailloux. Ça énerverait sans aucun doute ce dernier... et les balles pourraient ricocher. Mauvaise idée. Qu'est ce qu'il allait bien pouvoir faire de... comment il devait définir la chose d'ailleurs ? Tiens ! Thing ! Il aurait préféré la femme invisible mais bon... James ramassa son casque et ses lunettes. Il se releva lentement. Sans geste brusque.

« - Je sais pas si vous comprenez ce que je dis mais... c'est dangereux ici. Il va falloir qu'on bouge. Un reptile du même genre - il désigna du menton le pantin au sol - nous a piégé à cet étage dans le noir quasi total. Y a quatre autres bestioles dans le même genre voire pires. Je vais essayer de vous faire sortir... mais je vous promet rien. »

Il soupira. En parlant, James illustrait ses propos par des gestes... histoire de se faire comprendre. Son corps était toujours tendu. Il entreprit de remettre ses lunettes. Ses mains plaquèrent son casque sur son crâne. Ce fut à pas lents que le marine s'avança et se baissa pour ramasser son arme de poing. Il était tout près de Thing et ne le lâcha pas des yeux. Le soldat se releva et se dirigea vers la porte de la chambre. Ses yeux or étaient incisifs... Quoique soit la nature de Thing, James resterait sur ses gardes. Mais il lui devait la vie. Il en était conscient. Il avait une dette à payer.

« - ... Merci pour... m'avoir sauvé. »

Un sourire fugace à peine perceptible. James détourna les yeux de son étrange sauveur et braqua son arme dans la direction de son regard. Ils allaient maintenant devoir avancer dans un couloir sombre. Le but du soldat : gagner les ascenseurs. Il aviserait une fois sur place.


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   19.10.12 21:43

Lammasu.
Un nouveau surnom pour notre gargouille immobile. Une appellation assez proche de sa véritable nature. Un mot inconnu pour Aaron. Il était un inculte de l’art du mythe et des légendes. Simple créature monstrueuse qui ouvrit la bouche lorsque l’homme en noir lui parla. Il ouvrit même très grand, sans aucun autre mouvement. Il voulait juste lui montrer l’absence de langue et de gorge au fond de sa bouche. Une sculpture n’avait pas besoin de ces détails superflus.

Jurons accompagnés d’une coupure électrique.
Aussi immobile qu’une statue, bien qu’il avait refermé ses mâchoires, Aaron continua d’observer la nouvelle situation. Le noir était avantageux pour lui. Moins de risque qu’on l’aperçoive ici et là, par inadvertance. Cela devenait toutefois problématique lorsqu’on vous indiquait qu’il y avait encore quatre trucs reptiliens sur votre étage. C’était ça alors, un hôpital? Une image pas très encourageante. Dire que les humains venaient ici pour se faire soigner… Enfin. Aaron leva la tête lorsqu’un remerciement incongru résonna dans l’air. Il n’était pas habitué à entendre ce genre de mots. Surtout après s’être dévoilé. Le simple fait que l’humain ne l’ait pas tué était suffisant en soi.

Sombre couloir…
Et bruyante gargouille. Lorsqu’il marchait, même très lentement, on pouvait l’entendre. Certes, c’était moins horrible que lorsqu’il courrait ou se déchaînait dans un combat mortel mais quand même… Il savait parfaitement bien que ses grincements sonores n’aideraient en rien. Aaron suivit donc lennntement l’homme qui était censé l’aider, sans vraiment s’attarder sur le tissu déchirée de son ancienne tenue ainsi que les bandages éparpillés juste à l’entrée.

Wanna be a Ninja.

Les ailes à la verticale pour essayer de ne pas s’accrocher à tout et n’importe quoi, Aaron fit son possible pour ne pas attirer toute l’attention sur lui. Enfin, presque tout son possible. Quatre pattes de pierre sur un plancher ce n’était pas glorieux, même lorsque vous y allez doucement pour essayer d’amoindrir l’impact. Avec la même posture qu'un chat voleur. Notre gargouille abandonna très vite l’idée en voyant sa totale inutilité. Et puis, ils venaient juste d’atteindre la chambre suivante. La gargouille s’y engagea sans aucune cérémonie. Sans même vérifier si elle était habitée par une quelconque anomalie. Direction la fenêtre. Après tout, c’était une sortie comme une autre…

Voler dans le ciel.
Aaron se redressa pour poser ses pattes avant sur la vitre et jeta un coup d’œil, sa gueule bien collé dans la fenêtre. Malheureusement pour lui, il réalisa qu’il était trop loin du plancher des vaches pour pouvoir s’enfuir par là. Heureusement pour eux, l’absence de lumière empêcha les journalistes curieux de remarquer la bête. Remarquez, la hauteur y était sûrement pour quelque chose aussi. Bon, revenons-en à cette sortie. Il pourrait essayer… mais s’il venait à tomber, ce serait fatal pour le tas de pierres qu’il était. Oublions. Il retourna sagement vers le couloir tout en levant la tête vers l’Inconnu.

Gargouille en vadrouille.
Pièce par pièce. Chambre par chambre. Il osa même mettre le nez dans ce qui semblait être un vulgaire placard à balai. Parfaitement logique pour la gargouille. S’il ne pouvait être discret comme un ninja, il avait juste à tout faire en mode bourrin sans peur. Enfin… son visage figé n’exprimait pas vraiment la peur, pas plus qu’il ne montrait son inquiétude grandissante pour Capucine. Où était-elle? Depuis quand il était coincé ici? Comment il rentrerait? Et s’il lui était arrivé quelque chose en son absence? SORTIE.

Pancarte
Exit ->
<- Toilette


Leurre de pierre.
Lorsqu’ils arrivèrent à une sorte d’intersection, Aaron ne remarqua pas la pancarte éteinte au dessus de leur tête. Pas plus qu’il ne pourrait la lire, même s’il l’avait voulu. Néanmoins, il ne tarda pas à se figer en plein milieu du croisement. Incertain, il n’osa plus bouger d’un pouce comme si une nouvelle menace planait sur eux. La statue aurait bien aimé dire à son compagnon d’infortune qu’il avait cru entendre quelque chose. Mais ce serait inutile.

Être suivi sans l’être.
L’impression d’une présence. Mais pas celle d’être observée. Comme s’ils étaient suivis sans vraiment l’être. Rien derrière, rien devant, rien sur les côtés. Un grincement vers le haut. Sauf que ce n’est pas la gargouille qui a bougé. Sauf qu’il n’y a rien au plafond. Une hallucination? Ou peut-être une paranoïa exacerbée par leur situation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   25.11.12 20:15

Couloir 4ème Etage


Une sortie. Un objectif simple. James observa le couloir sombre et silencieux. La situation était étrange. Le marine avait un mauvais pressentiment. Il avança silencieusement dans le couloir... jusqu'à ce que le tonnerre de roches se fasse entendre derrière lui. Il poussa un léger soupir. Avec un peu de chance le vacarme éloignerait les maudites bestioles. James se retourna un instant pour observer son compagnon. Il hésita entre garder son sérieux et rire. Il y avait quelque chose de... candide chez cette créature. Il continua sa progression quand soudain il se rendit compte que les éboulements rocheux s'éloignaient. Fronçant les sourcils, James se retourna à nouveau. Il eut juste le temps de voir disparaitre une queue de pierre dans l'embrassure d'une chambre.

« - Mais il est fou ma parole ! »

James lui emboita le pas. Il était bien décidé à mettre les points sur les '' i '' ! Il pénétra dans la pièce sombre et s'assura que cette dernière était sécurisée. Le soldat allait sermonner la créature quand celle-ci s'approcha de la fenêtre. Le jeune homme réalisa sur le moment la difficulté de sa nouvelle mission. Comment allait-il réussir à faire sortir cette créature sans créer une panique générale ?! Il poussa un long soupir et se massa la nuque. Les journalistes ne devaient pas le voir. Hors de question ! James se dirigea vers le couloir pour atteindre son compagnon. Ce dernier ne tarda pas et leva sa grosse tête de granite vers lui. Il était difficile de savoir à quoi pensait cette créature hors du commun. James détourna les yeux et poursuivit sa progression. Il s'arrêta à intervalles réguliers pour attendre la créature curieuse. Les yeux de James se posèrent sur une pancarte éteinte. La statue le dépassa et se figea au milieu du couloir. Le soldat avança rapidement jusqu'à sa hauteur. Il jeta un œil dans toutes les directions. Un calme absolu régnait. Pourtant une étrange tension flottait dans les airs. James observa son compagnon. Ce dernier semblait... tendu ?! C'est assez étrange de penser qu'une pierre puisse être crispée. La statue se retourna encore et encore comme si elle avait perçu quelque chose. James suivait son regard mais ne percevait rien. Ils étaient tous les deux immobiles au centre du carrefour. Soudain un léger grincement brisa le silence palpable. James se retourna et leva les yeux vers le plafond.

« - ... tu as entendu ça ? »

Son timbre rauque était un simple murmure. Il fixa un moment son compagnon puis lentement il posa un doigt sur ses lèvres. C'est dans un silence absolu que le soldat fit chemin inverse dans le couloir. Ses yeux dorés vrillaient le plafond. Un nouveau grincement. Ce son étrange semblait provenir des dalles du faux plafond. Le marine se figea sur place durant une courte seconde. La réalité venait de lui éclater en pleine figure ! James s'empara d'un couteau et le lança en direction des dalles. La lame se planta entièrement non loin. Cette fois ce ne fut pas un grincement mais un tambourinement précipité. Le vacarme passa au dessus de la tête de James et continua en direction de la statue.

« - MERDE ! »

Le marine ne laissa pas le temps à son compagnon de réagir. James piqua un sprint tout en rangeant son arme de poing puis escalada littéralement la sculpture vivante... et donna un grand coup de coude dans la grille de ventilation ! Sans attendre une seconde de plus, James sauta tel un félin dans le conduit d'aération. Le haut de son corps était invisible comme happé par les ténèbres. Soudain ses jambes firent balancier et il réapparut... mais pas seul. Il entraina dans sa chute un reptile. Ses mains tenaient fermement la queue de la bestiole. Cette dernière se débattait furieusement et dans sa chute, sa tête heurta le conduit métallique. James était à terre et quelque peu sonné. Il était sans doute parfois un peu trop vif ! Le reptile était entre lui et le gigantesque rocher. La queue frétillait encore dans ses mains... mais elle n'était plus rattachée au corps. C'est avec un certain dégoût que le soldat la balança loin de sa personne. Ses mains se saisirent de sa radio et de son arme.

« - Black Eagle à toutes les unités ! La quarantaine est compromise ! Je répète : la quarantaine est compromise ! Une créature a réussi à s'infiltrer dans les conduits de ventilation. Demande de renfort pour confiner la zone. Terminé. »

Le reptile semblait reprendre ses esprits. Sa taille était ridicule à côté des autres spécimens. Son corps était svelte mais néanmoins musclé et toujours couvert de cette carapace écailleuse. Un sifflement ébranla le silence puis ce fut un claquement de mâchoire. Les yeux dorés de James se posèrent sur les longues griffes du monstre. Si le précédent était force et brutalité... le soldat était prêt à parier que celui la était malin et rapide. Ils se trouvaient au bout milieu du croissement des couloirs. Un espace partiellement dégagé. Quelques meubles et brancards par-ci par-là. Un extincteur. James pointa son arme sur le reptile. Au moindre mouvement hostile de sa part, son doigt appuierait sur la gâchette sans aucun remord.


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   20.01.13 22:09

Chuuut...
Petit signe provenant de l'inconnu, la gargouille se transforma en statue. Position figée dans le temps avec ses ailes à demi-déployées. Toutefois, si quelqu'un avait pris le temps de lui demander son opinion concernant cette chasse à la vermine dans le plafond, Aaron aurait forcément déclaré que c'était une pure perte de temps. Malheureusement pour lui, son compagnon d'infortune avait un avis somme toute très différent du sien. C'était qui le fou déjà...?

Mont Aaron.
Et un galop grinçant dans sa direction. La gargouille eut à peine le temps de lever le nez vers le plafond avant d'apercevoir le Dératiseur foncer dans sa direction. La suite fut encore plus surprenante puisque ce dernier n'hésita pas une seconde à escalader le tas de pierre. Choquant. Vraiment. Non sérieusement, il pouvait comprendre qu'un enfant soit assez fou pour le faire mais un adulte... Correction, même les enfants auraient trop peur pour se risquer à une telle chose. Pas que le problème vienne de lui pour autant...

Hamburger!

Aaron apprécia tout de même que les pieds du dératiseur quittent ses ailes angéliques, reléguées en marchepied géant... Il revint tout de même à des préoccupations plus terrestres et eut tout juste le temps de faire un bond en arrière avant de revoir un certain fou, tout poussiéreux soit-il, retomber en compagnie d'une créature dont ils se seraient tous les deux bien passé. Reptile. Encore. Avec un morceau dans les mains du dératiseur professionnel. Seigneur... Fallait lui arracher la tête, pas la queue!

Hamburger?

La vision parfaite. La vision ultime... d'un reptile salivant qui venait de réaliser que son souper se trouvait tout juste sous son nez. Enfin, ça, c'était l'interprétation de la gargouille qui observait toute la scène. Autant Aaron n'était pas un héros qui défendait la veuve et l'orphelin, autant il avait besoin de cet homme pour sortir d'ici. Ce fut donc sans aucun plan stratégique quelconque que la gargouille attaqua en premier. Un bond rapide et efficace pour pouvoir écrabouiller l'autre monstre. Ou, tout du moins, diminuer l'écart entre le hamburger et son protecteur.

Raté!
Un bond pour un bond. La gargouille avait sauté vers l'avant alors que le reptile, qui n'avait jamais regardé le moindrement dans sa direction, avait fait un bond sur le côté pour l'esquiver avec une frustrante agilité et une désagréable rapidité qui aurait pu faire passer Aaron pour un monstre lent et pataud. Pas que ça soit le cas hein... faut pas croire. Juste que...

Fight!
Le regard reptilien quitta son futur fast-food pour se poser vers le truc qui deviendrait visiblement gênant. Contrairement à son confrère précédent, celui-ci n'eut pas besoin de venir tester ses griffes sur la gargouille pour comprendre que ce serait inutile de s'attaquer à lui. Mais ce serait aussi stupide de l'ignorer. Restait plus qu'à s'en débarrasser.

Avec une gargouille à ses trousses, le reptile fit mine de s'attaquer de front à son hamburger avant de faire un écart soudain dans une autre direction. Aaron patina un peu sur le sol pour essayer de le suivre avant de terminer sa course dans le premier brancard du coin. Grmbl... Dieu de l'indélicatesse et plus bruyant que tous les autres protagonistes, Aaron ne mit pas trop de temps à se désempêtrer et balança même les morceaux brisés du pauvre brancard vers le reptile dégénéré. Non mais oh! Ce n'était pas un combat si l'ennemi s'enfuyait tous le temps! Pourquoi personne n'osait l'attaquer directement hein?

Jouer à Chat dans le noir.
Un reptile sur un mur et une gargouille qui ne s'y risquerait pas. Protéger un tas de chair était quelque chose de relativement plus difficile que de protéger Capucine. Parce qu'en plus de savoir où était l'ennemi, fallait aussi savoir où était le truc à défendre. Bon, le hamburger était armé mais quand même... Dans tous les cas, d'un point de vue très reptilien, tout ceci lui laissait des tonnes d'ouvertures. Des milliers de possibilités. Combiné à la noirceur ambiante...

À croire qu'il avait des gènes d'anguille, le reptile avait l'air de parfaitement pouvoir anticiper les mouvements de la gargouille. Enfin, en bonne partie. Il y eut bien cette attaque lors d'une feinte écailleuse où le gros caillou passa près de l'envoyer valser d'un coup d'aile bien placé. Mais... non. Échec. Encore et toujours. Et même si Aaron ne semblait pas se fatiguer, il n'en restait pas moins qu'il perdait de plus en plus patience. Si seulement il pouvait l'attraper...

Bouclier.
Changement de plan! Pas qu'il en ait déjà eu un au départ mais la gargouille recula pour se placer entre l'humain et la position approximative du reptile qui jouait quelque part dans les ombres. Le monstre déploya en grand ses ailes de pierre. Couvrir le plus de zone, le plus de largeur et de hauteur possible. Voilà, comme ça. Avec son air éternellement menaçant, Aaron décida de rester bien sagement en mode bouclier pour empêcher le reptile de s'approcher. Après tout, il pouvait faire ça des heures... ce ne serait pas un problème! Sauf si...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   24.02.13 16:33

Couloir 4ème Étage


Les sifflements de la créature sonnaient comme un avertissement. Une mise en garde contre des éventuels assaillants. James resta immobile. Ses yeux dorés observaient le reptile avec la plus grande attention. Ce spécimen était moins robuste que ses congénères. Sans doute tenait-il plus du serpent que du lézard... Néanmoins il restait dangereux. Ses mouvements étaient fluides et fulgurants. James essaya de mettre mentalement au point une stratégie... mais il n'en eut guère le temps ! Ses yeux s'écarquillèrent légèrement quand le tas de pierre sauta sur la créature. Mais cette dernière esquiva le terrible assaut avec une incroyable efficacité... Sur le moment, le marine réalisa que la créature ne portait son intérêt que sur sa modeste personne. Son étrange acolyte était sans importance. Le reptile ne lui avait pas accordé le moindre regard. Ses sourcils se froncèrent derrière ses lunettes et sa mâchoire grinça. C'est sûr qu'un cailloux c'est moins appétissant que de la viande fraîche !

□■...■□
Un morceau de comté ! Un gros matou qui veut attraper un méchant rat qui lui même veut s'emparer du fromage. Oui mais voilà le morceau de fromage est sur un piège prêt à se refermer ! James tira une courte rafale avant de rouler sur le coté. Ce qui mine de rien lui sauva la mise. Si la créature bifurqua au dernier moment... il n'en fut rien pour le monstre de pierre. Ce dernier vient heurter avec fracas le matériel médical. James remercia ses réflexes. Cette bestiole était diablement futée. Un sixième sens qui lui permettait de prévoir les mouvements de son ennemi ?! Quand personne ne bougeait, la créature était également inerte. Sa langue sondait simplement l'air. James essaya de faire le point. Ces bestioles avaient des tailles variables. Mais elles étaient toutes pourvues de ces écailles protectrices. Une mâchoire puissante et sacrement impressionnante une fois grande ouverte. Des griffes acérées. Néanmoins elles ne semblaient pas disposées d'une ouïe développée. Leur vue semblait de même assez approximative en comparaison aux créatures lycanthropes. Leur vision de nuit était peut être faible ou du moins mauvaise. Il fallait maintenant tester toutes ses conclusions...

□■...■□
Soudain la vision de James se retrouva totalement compromise. Une masse colossale se plaça devant lui. Le monstre de pierre semblait vouloir faire un rempart entre le reptile carnivore et sa personne. James fronça les sourcils. Il aimait la délicate intention mais avoir la vue ainsi bouchée ne le rassurait nullement. Il tendit l'oreille. Claquement de mâchoire. Tout serait rester ainsi une éternité ou du moins jusqu'au renfort sauf si...

* Bordel ! Je ne ressemble pas à une tranche de bacon à ce que je sache !? *
Sauf si James prenait la résolution de ne plus avoir pour étiquette '' Déjeuner Offert '' collée sur son front. James était le chasseur. Cette bestiole était sa proie. Tel était la situation et non son contraire. Son sang bouillonna. Il avait des atouts à sa disposition : sa vue, sa dextérité, ses armes et accessoirement un sens quasi inné pour le combat. A croire que le combat est inscrit quelque part dans son génome. James coupa sa radio. C'était risqué de se couper de son unité... mais nécessaire. James tenta de distinguer la créature entre les grosses pattes de la statue. Ses pupilles avaient eu le temps de s'accommoder à la pénombre. Il discernait la marche traînante de la créature. James espérait que son idée allait marcher. Sa main droite se referma sur un bâtonnait dans une poche de sa ceinture. Il inspira profondément. Il balança le bâton de touts ses forces en direction d'un mur sur la gauche du monstre... Ce dernier tourna la tête sentant un mouvement mais ne bougea pas. James grimaça. Deuxième essai... Même résultat ! Troisième essai. Le marine commençait à avoir des doutes sur son stratagème... Le soldat commença à perdre patience et balança au hasard un quatrième bâton. Ce dernier heurta les restes du brancard et se ''cassa'' à son contact. Une lumière phosphorescente rouge irradia le bâton. James esquissa un sourire quasi enfantin et se décala sur la droite. La créature avait suivit le mouvement du bâton dans les airs et sa tète se tourna vers la lumière. Ses yeux semblaient essayer de s'adapter à cette nouvelle luminosité. James n'avait pas ce problème car il était moins près mais également grâce à ses lunettes. C'est beau les jouets F.S.R !

□■...■□
Un aigle sanguinaire plongea sur sa proie. Black Eagle. Le chasseur se déplaça promptement jusqu'à arriver à la hauteur de la créature. Cette dernière réussi à percevoir la présence. Le spécimen se retourna déboussolé. Ses griffes dehors et sa gueule grande ouverte. Les yeux dorés du prédateur étaient rivés sur leur cible. James mit fin à la distance qui les séparait avec un coup de pied rotatif dans le diaphragme de la créature. Cette dernière recula sous l'effet de la vitesse et de la force de son assaillant. Dans un même mouvement James assainit un violent coup de crosse sur la nuque de la créature... avant d'enfoncer son couteau dans la gueule du reptile. Une des seules parties de son anatomie à ne pas être couverte par ces maudites écailles. A mesure que la lame s'enfonçait dans la muqueuse, la main de James effectuait un mouvement de rotation. Un instant les pupilles verticales du reptile croisèrent les yeux du chasseur. Le sang de la créature glissa le long de la main du marine. Ce dernier donna un dernier coup, fatale, pour enfoncer définitivement la lame. Il la retira prestement et se recula tout aussi rapidement. La carcasse s'écroula au sol alors que James s'appuya contre le mur. La lumière rouge éclairait faiblement son visage. Ce dernier était parsemé de gouttelettes rouges. Il observa la carcasse avant de tourner son visage vers le monstre de pierre. James baissa les yeux sur sa lame et sa main couverte de sang. Il était quelque peu peiné que la créature, si candide à ses yeux, ait dû le voir ainsi. Mais ainsi était le destin des F.S.R... tâcher leurs mains de sang pour garantir la sécurité des autres.

« - Je... je suis désolé. Un mal pour un bien. »

James s'accroupit près de la créature pour s'assurer que cette dernière était belle et bien morte. Il murmura quelques mots... une habitude chez le jeune homme lorsqu'il prenait une vie. Il essuya sa lame et alluma à nouveau sa radio. Il ramassa les bâtons et se dirigea vers la terrifiante sculpture. Mais le plus effrayant des deux était peut-être James en cet instant... Ils devaient toujours gagner les ascenseurs. Soudain la lumière revient. Comme un éclair qui fend le ciel. Shaun avait dû faire des pieds et des mains pour détourner les réseaux... il en avait mis du temps songea James avec un sourire moqueur.




S.E.A.N.
Génératrice Alternative inutilisable.
Reboot du Système principal...
...Succès...
Système principal fonctionnel. Courant Opérationnel.

_________________


Dernière édition par James N. Connors le 05.06.13 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   28.03.13 22:15

Désolé.
Un mot étrange. Incompréhensible pour une gargouille de pierre. Un monstre né de la guerre. Aaron avait penché la tête sur le côté pour signaler son interrogation. L'humain était-il triste de s'être battu pour sa survie? Non vraiment, il ne voyait pas du tout où était le mal. Et le tableau ensanglanté que présentait l'homme en noir ne le choquerait pas. Il avait fait bien pire que lui. Bien pire. Dans le passé...

Le combat.
Petit retour en arrière. L'hamburger géant avait réussi à mettre une raclée digne de ce nom à la bestiole qui avait voulu en faire son casse-croûte. Et Aaron? Il avait juste regardé. Autant il aurait pu l'aider, autant ce petit tube de lumière rouge l'avait intrigué. Vraiment. D'ailleurs, il se souvenait que les trois premiers étaient tombé quelque part par ici... Ou peut-être par là? Trouvé! Petit moment intense de stupidité. Mais n'allez pas le lui dire. C'était trop tentant. Vraiment trop tentant d'aller mettre un violent coup de patte sur un des bâtonnets qui ne s'étaient pas encore brisé. Bwahaha lumière! Terrible. Il faudrait qu'il demande à Allistair d'en acheter.

Mais qu'est-ce que tu fous?
Humph. Reprenons avec sérieux. La lumière, la vrai, était soudainement revenue. La gargouille leva la tête avant de se remettre en marche, pas spécialement honteux d'avoir eu ce petit moment "découverte" avec le jouet de l'autre. Hey, on apprend comme on peut. Mais bon, les priorités d'abord. Il devait retourner à la maison. Quitter cet endroit maudit. Maintenant il comprenait pourquoi les humains avaient peur des hôpitaux!

L'art de la crise cardiaque.
Mettre sa gueule effrayante sous le nez du prêtre de Capucine avait toujours été un art que lui seul connaissait. Voir le visage des humains se tordre de frayeur et de peur étaient toujours... curieux. Pas spécialement déplaisant. Probablement parce qu'il s'en fout pas mal, en général. Mais voilà...

Ding. Quatrième étage.
Hum? C'était quoi cette petite voix automatisée qu'il venait d'entendre juste là... Et ce fut le drame. Les cris suraigus. Les voix féminines qui paniquent. Qui hurlent désespérément en le pointant du doigt. Ces femmes qui martyrisent ce pauvre bouton d'ascenseur en synchronisation parfaite pour forcer les portes à se refermer. Deux ascenseurs. Juste en face de lui. Et lui, un peu con. Planté dans le couloir sur ses deux pattes arrières. Non, vraiment, là il n'avait strictement rien compris. Oui d'accord, il était un monstre et pas très mignon de surcroît. Mais tout de même...

Avant son réveil...
Avant même qu'il ne rencontre son compagnon d'infortune. Avant qu'ils ne marchent vers le chaos et ces ascenseurs. Une certaine personne avait pris les choses en main et avait fait évacuer un maximum de patients vers les ascenseurs. Cette personne avait ensuite ordonné à quatre membres de son personnel d'entrer à l'intérieur pour s'occuper d'eux. Puis elle avait disparue. Et la quarantaine avait été déclenchée. Jusqu'à ce que le système soit relancé. Pas de chance pour Aaron, il s'était pointé au mauvais moment.

J'en ai marre. J'me barre.
De toute façon, il ne pourrait probablement pas sortir par là. Il faudrait qu'il trouve quelque chose de plus traditionnel. De plus discret aussi, sinon la même scène de frayeur se reproduirait en boucle. Au pire, il pourrait toujours reprendre sa forme humaine mais...

Après avoir délaissé les ascenseurs, Aaron se remit à marcher dans une direction approximative, sans plus vraiment savoir où il allait. À la limite, il pourrait toujours se rabattre sur la première fenêtre venue ou des escaliers... Oui des escaliers, ce serait bien.

S.E.A.N.
Nouvelle tentative de communication avec le Docteur Jefferson.
...


Et soudainement, ça sonne.
Aaron s'arrêta brusquement et tourna la tête vers la pièce d'où provenait le bruit. Juste le temps d'apercevoir son prochain malheur. Misère.

S.E.A.N.
...
Succès.
...
Fin de la communication.


Et PAF dans la gueule!

Un objet volant non identifié en plein sur son visage de pierre. Réflexe de base, il avait légèrement baissé la tête pour se protéger. De quoi? D'un putain de téléphone. Mais ce n'était pas le problème. Non, le problème c'était le truc dans la pièce. Juste là, à moitié debout, à moitié sur le bureau du Docteur Jefferson. Et Julia Jefferson, cachée sous le bureau. La gargouille le savait parce qu'il arrivait à voir le bout de blouse qui dépassait. Et le scalpel qui tremblotait. Misère. Pas encore.

Dragon de Komodo.

Lycanthropie. Manipulation génétique. Parfois les humains arrivaient à créer des monstres encore bien plus effrayant que les autres. À croire que c'était un concours de laideur entre Dieu et les humains. Et une des plus belles atrocités se trouvait présentement devant lui. Ça aurait pu être joli... Si on oubliait les étranges difformités qui recouvraient son corps écailleux, probablement causé par quelques scientifiques un peu fous. Des tumeurs. D'énormes tumeurs.

Et la gargouille recula d'un pas.


_________________


Dernière édition par Aaron le 06.06.13 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   05.06.13 21:13

Couloir 4ème Étage


Une succession de cliquetis prompts résonna dans tous les couloirs du quatrième étage. Que la lumière soit ! Les premiers rayons artificiels furent aveuglants. James cligna des paupières mais il ne put contenir un sourire. Il pourrait enfin voir où il mettait les pieds. Mais soudain une inquiétude s'empara du marine.'' Il '' serait visible aux yeux de tous ! James ne pouvait prévoir les réactions de ses collègues. Sa vue s'accommoda prestement à la clarté. Les reptiles lycanthropes étaient hideux sous les rayons blafards des néons. Leur peau écailleuse était luisante comme si elle suintait. Quittant le cadavre gisant sur le carrelage, les yeux du marine balayèrent les environs. Les chambres avaient été mises à sac par les créatures ou dans la panique précédant la mise en quarantaine. La réalité était incroyablement différente sous ce jour artificiel. La clarté de la lune qui pénétrait par les fenêtres avait atténuée certains détails. Un flou fantomatique. Désormais tout semblait étrangement réel, plus étincelant et horriblement acerbe. James se retourna pour se rendre compte que son comparse était déjà loin ! Il lui emboîta le pas pour trouver les ascenseurs. Soudain un tintement familier troubla le silence morne : '' Ding '' ! Ses jambes s'étaient mises à courir toutes seules. Un instinct animal et non une action préméditée... Mais il était trop tard ! Des hurlements perçants résonnèrent dans le couloir. Le monstre de pierre était déjà parti quand James arriva à hauteur des ascenseurs. Une porte était en train de se fermer et il s'engouffra à moitié dedans... Heureusement qu'il y avait une sécurité ! Il repoussa légèrement la porte. C'était la panique à bord du caisson métallique. Il recula de quelques pas. Laisser de l'espace. Laisser respirer. Ne pas aggraver la situation. Il leva légèrement les mains, paumes en avant, pour leur faire signe de se calmer... et de surcroît pour leur faire comprendre qu'il ne leur ferait aucun mal.

« - Je suis un Agent F.S.R ! Vous n'avez aucune crainte à avoir. Je vais appeler mes collègues et ils vous escorteront jusqu'à la sortie où vous serez pris en charge. »

Tout ça sans respirer ! James inspira lentement et pris sa radio. Sa main hésita. Il se retourna pour observer les environs. Sur sa gauche le couloir continuait pour atteindre la deuxième unité du bâtiment. Ses collègues se trouvaient dans cette partie. Son comparse était parti sur la droite... vers les escaliers. Si ses collègues débarquaient maintenant le risque de trouver la créature de pierre était beaucoup trop élevé. James était coincé. Il inspira une nouvelle fois pour mettre au clair ses idées.

« - On va faire au plus simple. Vous allez rejoindre le dernier étage. Je vais prévenir le personnel au rez-de-chaussée de vous prendre en charge. - James alluma sa radio - Black Eagle à toutes les unités. J'ai actuellement des patients ainsi que du personnel dans les ascenseurs côté Est du bâtiment. Je demande l'envoi immédiat d'une équipe de soin au rez-de-chaussée afin de les prendre en charge. A vous. »
« - Message reçu ! Sécuriser la zone en attente de renfort. Terminé. »

James fit signe à une jeune femme. Cette dernière appuya sur un bouton lumineux. Sa main tremblait. Les portes se refermèrent doucement. Le marine sortit son arme de poing et tira dans les boîtiers électriques. Ces derniers émirent un grésillement lugubre avant de rendre l'âme alors qu'un son familier tintait au loin. Soudain un objet noir traversa le champ de vision de James sur sa droite. Il se retourna prestement, arme à la main. Ses sourcils étaient froncés alors que son corps avançait prudemment. Il vit la créature de pierre reculer. Cela n'annonçait rien de bon... vraiment. James arriva à hauteur de la pièce. Il avança lentement et silencieusement. Son arme était dirigée dans la direction de son regard. Il commençait à distinguer la pièce qui était sans dessus-dessous. Une forme tremblait sur le sol. Le marine s'avança encore un peu. Il pouvait maintenant clairement voir le Dr Jefferson sous le bureau. Ses yeux dorés se figèrent sur le monstre. Gigantesque ! Sans doute le plus grand des spécimens. Mesurant environ 2m30 avec une musculature puissante. Si cela ne suffisait pas à assurer sa supériorité, il était doté de griffes acérées et de dents crénelées. Un coup de mâchoire et James était sûr qu'il était bon pour un rappel complet de ses vaccins... Il grimaça. Mieux valait éviter de prendre un coup de mâchoire. Le marine avait peu de chance de réchapper à une telle attaque... et perdre un membre était loin de le ravir.

□■...■□
Le soldat jeta un coup d'œil au monstre de pierre qui se tenait près de lui. Ce corps de pierre était lui aussi terrifiant... à sa manière. Mais il avait un côté rassurant pour James. Il savait qu'il était pour le moment de son côté. Ses yeux dorés se focalisèrent une nouvelle fois sur la créature reptilienne. Sa peau était recouverte par endroits de boursouflures étranges. Sa queue oscillait dangereusement alors que ses mains agrippaient le bureau. Ce dernier émettait une complainte inquiétante. Combien de temps le bureau allait-il supporter son poids ? Il fallait sortir le Dr Jefferson de ce piège à rat ! Il fallait trouver une stratégie. Un plan. Mais comment communiquer avec son acolyte ? Un craquement extirpa James de ses pensées. Le bureau ne tiendrait pas longtemps ! James s'engouffra dans la pièce et tira sans la moindre hésitation sur le reptile géant. Il vida son chargeur. La créature avait à peine reculé mais ça laissa suffisamment de temps au marine pour empoigner le Dr Jefferson. Sans aucune once de délicatesse il la fit glisser hors de la pièce... entre les pattes du colossale de pierre. Oups... Les balles perforantes avaient fait des dégâts. Néanmoins trop peu au goût James. Les blessures commençaient déjà à se refermer et de légères boursouflures apparurent sur la peau. Un grognement s'éleva. Malgré ses reflexes et son entrainement, il ne put rien faire. La vélocité du coup était bien trop élevée, même pour ses yeux. La queue avait percuté le thorax de James avec une force monstrueuse. Le marine eut à peine le temps de protéger son torse avec ses bras. Son corps heurta un mur et il s'effondra sur le sol. Un filet de sang s'échappa de sa bouche. Une vive douleur enflamma son flan gauche. Si ses côtes étaient encore intactes, il aurait de la chance.

« - PAuVreS HuMAins FraGiLEs et MIsErABLEs... NOUS CReeR A Ete VOtrE ErReuR DocTEuR... C'Est à vOTRE TOuR maiNTenANt De SouFFRIr CoMMe NoUs AvONs SoUFFerT... »

Les prunelles dorées du chasseur observèrent un instant le rictus carnassier se dessiner sur le visage monstrueux. La créature s'avança vers la sortie de la pièce. Les mains du marine cherchèrent sa radio. Il tourna un bouton bien spécifique. Son flanc lui faisait mal. Il prit sa radio et la porta à ses lèvres. Il espérait que son geek à lunettes était à son bureau et pas dans la salle de pause à siroter un thé…

« - ... Shaun... enclenche la climatisation au maximum au quatrième étage. Je veux qu'il règne un froid digne du pôle sud ici... Terminé. »

Cette satanée bestiole avait tout du reptile. Créature à sang chaud... ou à sang froid ?!


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   12.07.13 17:17

Câlinnn.
Tout s'était passé trop vite. Son ticket de sortie l'avait rapidement rejoint avant de se mettre en action. Misère, pourquoi voulait-il tous les tuer? Certes, le monstre en lui-même le méritait bien ne serait-ce que pour sa laideur suprême. Mais pourquoi le combattre? Ils auraient pu passer discrètement et filer loin de cet endroit... Ou pas. La gargouille revint brutalement à la réalité lorsqu'il se retrouva avec une damoiselle affalée sur lui. Mode câlin. Elle s'était retrouvé avec un bras autour de lui, pour se soutenir, le cul presque par terre. Oh, la damoiselle semblait heureuse de voir cet homme armé entrer dans la pièce pour trucider le reptile géant. Il eut même un gros plan sur sa mine déconfite lorsque le reptile se régénéra version instantané. Lui, il n'avait pas osé bouger depuis qu'elle s'était retrouvé là. Pour lui, ça dura une éternité. Pour elle, ce ne fut que quelques petites secondes. Le docteur fit de grand yeux lorsque le reptile envoya valser comme un fétu de paille son sauveur à elle. C'est à peu près à ce moment que la damoiselle la remarqua. La chose sur laquelle elle s'était accrochée.

Hello.
Aaron la vit tourner la tête lentement, avec cette lenteur prudente qui indiquait déjà la future réaction du docteur. Son visage à moins de quinze centimètres du sien et ses doigts tâtonnant la texture inhabituelle de la pierre en ces lieux. 3. Il ne bougea toujours pas, histoire de ne pas lui offrir une crise cardiaque immédiate. 2. Ils eurent droit à cet instant épique, magique, digne des vieux films où leur regard se croisent. 1. Jefferson ouvrit la bouche, ses yeux s'agrandirent, elle prit une profonde inspiration et... 0. Aaron dû reculer lorsqu'il aperçut une petite lame se diriger droit vers son oeil. Réflexe. Le pauvre scalpel du docteur râpa contre sa pierre sans lui faire de mal. Après quoi, Jefferson se mit à s'agiter dans tous les sens pour pouvoir s'écarter de lui, ses fesses glissant sur le sol, nageant désespérément loin de ce nouveau monstre.

Et le reptile parla.

On vous l'avait dit, non? Que tout s'était passé très vite. Tellement qu'une fois séparé l'un de l'autre, ils tournèrent la tête vers cette voix improbable en provenance du reptile géant. La gargouille et le docteur furent tous plus surpris l'un que l'autre. C'est ici que leur histoire diffère. Si Aaron se demandait ce qu'il faisait encore là au lieu de partir vite fait, bien fait, Jefferson, elle, fut soudainement insultée. Vexée. Tellement qu'elle en oublia sa propre peur le temps de se relever.

« Comment osez-vous! Je ne vous ai pas créé! Non mais! Pour qui vous... vous.. pren... »


Évidemment, lorsque le reptile porta sa monstrueuse attention sur elle, Jefferson revint brutalement à la réalité. Et, même si elle n'avait pas comprit que la créature ne pouvait différencier sa blouse blanche à celles des scientifiques fous qui l'avaient créé, elle eut peur pour sa vie.


Du côté de la gargouille.
En voyant le reptile se diriger vers lui, et par extension vers elle, Aaron eut un temps d'hésitation. Il faisait vraiment pâle figure comparé à ce reptile. Franchement plus petit, franchement plus maigre si on les mettait côte à côte. Il ne tenait pas spécialement à vérifier si sa force et sa résistance l'était aussi... Son ticket de sortie était pourtant toujours dans la pièce, peut-être blessé, il ne pouvait pas le voir d'ici. La gargouille tourna la tête vers le couloir qui continuait... hésitant à partir pendant un moment. Ah, elle était loin notre gargouille héroïque. Mais cet humain là, celui coincé dans la pièce en face, il avait aidé Aaron sans même qu'il ait eut à lui demander. Sans même se mettre à crier de frayeur ou à essayer de le tuer.

Soupir...
S'il avait pu, il aurait soupiré face à toute cette histoire. À tout ce merdier dans lequel ils s'étaient retrouvé, rencontré. Oh et puis, allons-y! Le tas de pierre reporta son attention vers le reptile qui commençait à sortir de son trou. Et il bougea enfin, fonçant littéralement, sans réel élan, vers le tas d'écailles deux fois plus gros que lui. Une fois en dessous de la bête, Aaron s'attaqua au premier truc à porté : les chevilles. Si sa présence dérangea le reptile, il ne tarda pas à réaliser que ce n'était pas à cause de ses vaines attaques. C'était à cause de son corps de pierre encombrant dans l'encadrement de la porte. La gargouille prit même le risque de déployer ses ailes angéliques pour mieux l'empêcher de sortir de là. Voilà, pas bouger. Pas boug...

Mes ailes, enfoiré!
À défaut de le voir, Aaron put parfaitement ressentir le son terrible que produisit les griffes reptiliennes sur une de ses ailes. Un peu comme lorsqu'un idiot s'amuse à griffer un tableau d'école. Ce petit bruit strident qui fait involontairement frémir. Surtout que pour la gargouille, ça voulait dire qu'il resterait avec trois belles marques de griffes. Saleté! Saleté! Grmblgrrogrrm. Comme il ne pouvait exprimer vocalement sa frustration, Aaron commença à s'agiter pour déranger son gros homologue monstrueux. Et si la bête s'arrêta de s'en prendre à son aile, elle en profita soudainement pour essayer de le pousser... Puis changea d'avis et essaya de le soulever en reculant. La seule chose qui gênait vraiment le reptile, c'était les deux pattes de pierre accrochées à ses chevilles.


Dans le même laps de temps, du côté de Jefferson.
Portée disparue. Le docteur Julia Jefferson s'était éclipsé dès qu'elle l'avait pu. Elle avait frénétiquement sorti son badge pour ouvrir une autre porte et s'enfermer dans une nouvelle pièce. Pas bien loin du combat. Hey! Elle n'était pas lâche! Encore moins lorsqu'un homme venu pour elle se battait tout seul contre deux monstres. Aussi laid l'un que l'autre, il fallait le préciser. Il n'y avait bien qu'elle pour penser esthétique dans ce genre de situation.

Valeur inconnue.
En sécurité, la damoiselle s'affaira pendant un bon moment. Elle entendait bien des bruits, dehors, mais tâcha de les ignorer. L'adrénaline l'aidant, elle attrapa une civière avant de commencer à y entasser, difficilement et laborieusement, les bouteilles d'oxygène qu'elle trouva. Ainsi qu'un tout petit extincteur portatif. Cette tâche lui prendrait du temps et... du fond du coeur, elle espérait que l'homme resterait en vie.


Dans le même laps de temps, du côté de Shaun.
Vous ne le connaissez pas? C'est le geek F.S.R. à qui James venait tout juste de parler. Le tacticien qui s'occupait à distance de coordonner et supporter les deux unités qui étaient venu nettoyer l'étage. Et non, il n'était pas en pause, du tout. Il avait bien une tasse de thé à côté de lui mais... Ahem. Puisqu'il n'avait pas eu de nouvelles de James depuis un moment, il s'était débrouillé pour remettre la lumière et le trouver sur les caméras internes. Et pas tout seul. Non mais? Il devrait discuter de son compagnon de route plus tard. Priorité : Confirmer et enclencher la climatisation au maximum. Accessoirement, Shaun demanda à James s'il souhaitait des renforts immédiats... Bien qu'il savait que ça prendrait du temps pour faire bouger Dwayne de l'autre bout de l'étage. En plus, ce dernier venait tout juste de capturer un reptile vivant. Petit format hein.

Shaun Campbell

« Black Eagle, ton civil est dans la salle de stockage A-459. Elle... »
Shaun coupa la communication d'urgence à cause d'un soucis du côté de l'unité 2. James devrait se contenter d'avoir la surprise.


Petite gargouille joua à l'anguille.
Et le reptile réussit à la retourner.
Sur le dos. Mauvaise posture.

_________________


Dernière édition par Aaron le 07.09.13 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   10.08.13 19:27

Bureau du Dr. Jefferson


La radio émit un grésillement voilé. James bâtit des paupières. Il avait dû perdre connaissance durant une fraction de seconde. Il rapprocha la radio de son oreille. Une voix familière se diffusa à travers son appareil. Aucune remontrance ou vocifération de la part de son interlocuteur. Un fait rare pour être noté ! Mais la voix restait froide et professionnelle. Un sourire triste étira les lèvres du Marine. On ne changera pas le british de la division. British and so professional. James se redressa légèrement en prenant appuie sur le mur dans son dos. Un bruit mécanique s'enclencha au dessus de sa tête. La climatisation était en marche mais il faudrait du temps avant que la température chute dans l'ensemble du quatrième étage. Shaun envisagea de lui envoyer des renforts. Ces derniers seraient sûrement appréciables mais... James ne pouvait prendre le risque que ses collègues tirent voire neutralisent le colosse de pierre. Le jeune homme était en train de se rendre compte de la difficulté de sa situation.

«  - Ce n'est pas nécessaire... pour le moment. A vous. »

Un son strident fit relever la tête à James. Il venait de se souvenir qu'il n'était pas totalement seul dans la pièce. Le gigantesque reptile était en train de se démener - comme un beau diable - pour se débarrasser de la créature de pierre. Le soldat entrevu furtivement les entailles sur l'aile déployée de son acolyte. Ses yeux essayèrent de localiser le Docteur Jefferson. A première vue, aucune trace du médecin... Shaun éclaira sa lanterne... à croire qu'il lisait dans ses pensées ! La communication fut coupée. Brusquement sans aucun préavis ! Shaun était en lieu sûr. Il était quasiment impossible de pirater leur ligne. Alors pourquoi une telle coupure ? James avait l'impression que le tacticien lui avait raccroché au nez. Shaun avait intérêt à avoir une bonne raison sinon... Mais il y avait plus préoccupant pour le moment. Soudain un son sourd se propagea dans la pièce. Il venait clairement de l'entrée de cette dernière. James se releva avec quelques difficultés. Ses côtes le faisaient souffrir. Néanmoins, pour le moment, la douleur était supportable. Il n'y avait rien de cassé... mais peut être des fêlures. Il fallait éviter de se faire frapper à nouveau à cet endroit. A tout autre endroit à vrai dire. Le reptile était au dessus de la gargouille. Ses pattes arrières maintenaient celles du monstre de pierre et il en allait de même pour les pattes avant. Sa queue s'enroula lentement sur le cou de la gargouille. Cette satanée bestiole semblait prendre un certain plaisir. James eut un mauvais pressentiment. On pouvait même dire qu'il avait peur. Ô pas pour lui mais pour son acolyte qui lui avait sauvé la mise déjà maintes fois. Il fouilla dans les poches de son gilet. Il lui restait deux chargeurs. Il en enclencha un et rangea son arme dans son étui. Ses doigts se refermèrent sur la garde de son couteau. Il devait être fou... Il allait le regretter... Tant pis !

□■...■□
Une attaque prompte et silencieuse ! James avait toujours eu le pas léger. Néanmoins le tumulte de la bataille entre les deux titans jouait en sa faveur. Le soldat dans sa lancée prit appui sur le bureau qui était prêt à rendre l'âme. Il émit un craquement étouffé. Mais il était déjà trop tard. James était dans les airs. Son corps bascula légèrement en avant sous l'impulsion. Juste ce qui lui fallait... Sa lame vient se planter au milieu du dos du gigantesque reptile. James avait mis toute sa force et tout son poids dans son attaque. La créature émit un cri strident... Un hurlement atroce ! Le marine effectua une rotation du poignet afin de tourner la lame dans la chair. La créature se releva, ses mains essayèrent de s'emparer de l'agresseur. James était sur le point de tomber. Il s'empara de son arme et il tira sur sa lame. Cette dernière se brisa. La créature avait du mal à atteindre la lame plantée dans son dos. Il était déjà trop tard. Sa régénération était rapide... trop rapide !  La plaie se referma avec le morceau de métal prisonnier dans la chair.

□■...■□
Le point positif : la créature de pierre était libre. La gargouille était - sans doute - devenue le cadet des soucis de la bestiole. Le point négatif : cette dernière était furibonde ! Ses yeux meurtriers étaient vrillés sur James. Ses muscles se contractaient et sa queue fouettait frénétiquement dans les airs. Les doigts du soldat enserrèrent un peu plus la crosse de son arme de poing. Il recula de quelques pas.

« - Cette histoire peut avoir une autre issue. Capitulez et il ne vous sera fait aucun mal. Nos spécialistes essayeront de trouver une solution à vos problèmes. Si un organisme ou des scientifiques sont derrière votre état... nous les arrêterons. Mais pour cela il va falloir vous rendre... maintenant ! »

Sa voix était calme mais laissait transparaitre une certaine autorité sans appel. James devait gagner un peu de temps. Les moteurs de la climatisation étaient poussés au maximum. La température était déjà descendue même si pour le moment le soldat n'en ressentait pas les effets. A vrai dire le Marine ne sentira aucune différence. Son corps était capable de réguler sa température interne contrairement aux reptiles... contrairement au lycan se trouvant dans la pièce. Les degrés descendaient lentement mais sûrement. James avait pensé à quelque chose de plus rapide comme utiliser de l'azote liquide. Néanmoins il y avait rapidement renoncé ! Il aurait été difficile de s'en procurer à cet étage... et le liquide était trop invasif ! Une descente brutale de la température aurait assurément tué le spécimen mais aurait sans doute blessé la créature de pierre. La pierre réagit assez mal au gèle... elle se brise. James ne voulait pas prendre de risque. Minimiser les dommages collatéraux ! Une baisse légère de la température provoquerait un engourdissement chez le reptile. Atteindre 20°Celsius ! Voilà son but pour le moment. Ensuite neutraliser la créature... à elle de choisir la manière : douce ou brutale...


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   31.10.13 23:44

C'est l'histoire d'une petite tortue...
Sur le dos. Coincée, bloquée. La gargouille claquait des mâchoires à tout va pour tenter de se protéger. Malheureusement, ce ne fut pas suffisant. Et lorsque la queue de l'horrible reptile s'enroula autour de son cou, Aaron s'arrêta une seconde pour réfléchir. Qu'est-ce qu'il nous faisait l'autre? L'étrangler? Pfeuh. Comme s'il respirait... Le décapiter? Que? Quoi?! Avec une grande pression sur une partie plus fine de son anatomie...

J'ignore ce qu'il a fait...

Mais alors même qu'Aaron s'inquiétait pour son avenir proche, le reptile s'était soudainement redressé et l'avait oublié. Le temps que la gargouille se remette sur pieds et il entendit le coup de feu. Pourtant, ce n'était pas comme si les balles avaient vraiment fonctionné jusqu'ici. Ignorant que la balle avait servi à laisser une lame à l'intérieur du corps monstrueux, Aaron observa la suite. Par dépit, il pencha la tête en entendant l'homme demander à la bête de se rendre. Comme si ça allait fonctionner...

Moi, je lui aurais plutôt mis mon poing dans la gueule.
Jolie. Vraiment, une idée magnifique. Partagée aussi. Parce qu'entre se rendre et zigouiller tous le monde pour se venger... Le reptile ne se fit pas prier et attaqua de nouveau l'humain qui avait eut le malheur de l'énerver. Toutefois, s'ils avaient eu la même idée, la façon de la mettre en application fut très différente. Là où le monstre écailleux voulait arracher la tête de l'autre d'une bonne claque acérée, la gargouille dût... élaborée. D'abord, il fallait trouver un moyen d'atteindre la dite gueule.

Sens littéral.

Le monstre de pierre se mit en position et, un peu comme un chat dans la même situation, s'agita doucement pour attendre le bon moment. Lorsque la bonne opportunité se présenta, la gargouille sauta sur le dos de l'autre monstre. Monstre qui n'appréciera pas de se subir ce genre de chose pour la seconde fois. Surtout que celui-ci était plus lourd que le précédent. Donc, lorsque le reptile s'agita pour tenter de le dégager, ça devint plus... chaotique. Plus... bruyant. De vraies brutes quoi. Malgré tout, la patte de la gargouille fini par s'abattre sur la gueule de l'autre. Pas pour frapper. Pour tirer. Dis Aaaah!

Moi, je vais lui mettre mon poing DANS la gueule!

Stop!
Arrêt sur image.


Les aviez-vous oublié? L'aviez-vous oublié, elle?

Valeur inconnue.

Pfiouuu! Enfin terminé. Sa civière était prête. Le docteur Jefferson observa le résultat, les mains sur les hanches. Il y avait suffisamment de bouteilles d'oxygène là-dessus pour faire exploser les deux monstres. Et peut-être l'étage avec... Hum... Elle avait peut-être un peu exagérée. Un tout petit peu. Mais ce n'était pas important de toute façon. Ce n'était pas pour elle tout ça.

Bibip!
Hein? Elle tourna la tête... Chercha des yeux et trouva. Qu'est-ce que? Pourquoi la porte de la réserve à médocs était ouverte? N'importe quoi. Par habitude, elle vint la refermer. À peine lui eut-elle tourné le dos que... Bibip! Jefferson fit volte-face pour voir la porte électronique s'ouvrir de nouveau. Sérieux? Parce qu'en plus d'avoir à gérer une crise de lycanthropie sanguinaire, il fallait que cette porte devienne soudainement défectueuse?

« Je n'ai pas de temps à perdre avec ça! »

Vrai. Il y avait plus urgent. L'autre homme était peut-être encore en danger. Fort probable même. Ça ne l'empêcha toutefois pas de refermer cette fichue porte une dernière fois.

Hi.
C'était quoi ce bordel?! Non. Elle n'avait pas d'hallucination. Elle le savait bien. Le docteur se pencha, se redressa, fronça les sourcils et tapota même le verrou électronique. Ce genre de verrou où vous entrez, en temps normal, votre code d'authentification et qui vous gratifie d'un message d'acception ou de refus. Sauf que là... là... Elle lut sagement avant de tourner la tête vers la caméra de la pièce.

« Qui êtes-vous? »
Et de regarder le bidule en attente d'une réponse. Réponse rapide, courte. Simple. À l'image des précédents messages. Trois lettres : FSR. Suffisant pour lui faire accepter le tout malgré la stupidité flagrante de la chose. Sur ces entrefaites, elle quitta la pièce en compagnie de sa civière. Elle avait une tâche à accomplir!



Shaun Campbell

« Black Eagle, tu as quinze secondes pour mettre ton masque. »





Ce n'est pas l'hiver...
...mais tout est froid.

La civière s'arrêta dans le couloir et notre docteur y prit une seule bonbonne. L'extincteur de fumée. L'air bien décidé, mais doutant tout de même de l'utilité de la chose, elle se planta devant la porte pour chercher sa cible des yeux. Jefferson n'eut aucune pensée en voyant les deux monstres se battre entre eux. Elle prit son élan et... lança!

La cible : le monstre en pierre.
Pourquoi? Les pics sur son dos.



Shaun Campbell

« BOOM! »




Ce n'est pas l'hiver...
...mais tout est blanc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   28.11.13 20:52

Bureau du Dr. Jefferson



Un refus catégorique de se rendre. Obtempérer aux injonctions était semble-t-il hors de question. Le reptile avait choisi la manière forte. Soit ! James était désormais obligé de le neutraliser... et ce définitivement ! Il lui avait pourtant laissé une chance. Mais cette dernière avait été piétiné quand la créature se jeta à nouveau sur lui. La main droite du soldat rangea en un éclair son arme dans son étui. James esquiva le premier coup en se baissant à même le sol... tout simplement. Ses yeux aperçurent les griffes acérées qui pourfendirent le vide. Sa tête semblait avoir échappé à une mortelle lacération. Sa position était avantageuse. Il asséna un coup à une patte inférieure du lycan. Son équilibre se trouva alors compromis durant un court instant. La créature parvint néanmoins à se retourner et se retrouva sur ses quatre membres. Son visage se tourna lentement vers son agresseur. Sa queue fouettait dangereusement le peu de distance qui les séparait. Le monstre reptilien se lança à nouveau sur sa cible. Cette dernière ne cessait de se mouvoir pour éviter les griffes tranchantes. James roula sur lui même pour se redresser et s'empara à nouveau de son arme de poing. Le reptile se releva à son tour... Soudain une chose sombre se souda à son corps...

□■...■□
Son fidèle compagnon de pierre était toujours là. Un combat chaotique se jouait sous le regard doré du membre des F.S.R. Ce dernier dû esquiver à de nombreuses reprises des coups des deux êtres hors normes. James ne pouvait tirer sans risquer de toucher son acolyte. Un tel méli-mélo de membres dans la pénombre rendait la compréhension du combat difficile. James esquiva un énième assaut des deux créatures quand sa radio émit un grésillement familier. Shaun lui donna une directive sans explication supplémentaire. 15... 14... 13...12..11...

« - Il est où ce masque ?! Son of a #£$%* ... ! »

Le tacticien comptait peut-être diffuser un gaz mortel grâce à la ventilation... James fouilla son gilet par balle en quête de son masque. 10... 9... 8... 7... Sa main toucha enfin une matière familière. Ses yeux dorés se posèrent sur la chose informe qui pendait dans sa main. La lumière qui filtrait du couloir était suffisante pour se rendre compte du piteux état du masque. Un peu plus tôt, la première créature qui avait croisé son chemin, avait lacérée partiellement son gilet par balle. La chance ne semblait pas être de son côté. 6... 5... 4... James faisait une confiance aveugle à Shaun. Enfin presque. Il allait devoir faire sans masque et espérer être en un seul morceau à la fin de la journée. Ses yeux aperçurent une forme à travers la porte. Une silhouette féminine. Le Docteur Jefferson.

... 3 ...
... 2 ...
... 1 ...

" BOOM "
Des fractions de seconde pouvaient être importantes. Dans de rares occasions elles étaient même essentielles. James glissa juste à temps sous le bureau. Une position tenue quelques instants auparavant par le Docteur Jefferson elle-même. Son corps se recroquevilla. Une dernière inspiration. Une détonation sifflante résonna dans toute la pièce et se diffusa dans le couloir. Une seconde s'écoula... puis une autre. James se redressa légèrement et observa ce qui était visible de sa position. Une couche blanche recouvrait partiellement le sol. Un sifflement était toujours perceptible. Il y avait du mouvement. Expirer... Inspirer... R.A.S. Une légère lourdeur atmosphérique et un goût chimique sur les papilles. Mais James pouvait respirer normalement. Un flocon mousseux vient se coller sur ses lunettes. C'est avec prudence que le soldat se dégagea de sa position. Heureusement ! La créature de pierre passa devant lui en emportant dans son sciage le reptile. James ne mis pas longtemps avant de voir que quelque chose était figé dans le dos de son acolyte. Un extincteur. Ce dernier était la source du sifflement et de la neige artificielle qui ne cessait de pleuvoir dans la pièce. La pression était suffisamment forte pour pousser les corps des deux créatures. Ces dernières semblaient lutter encore et encore sans comprendre véritablement ce qui se passait entre eux. Ils étaient recouvert de mousse blanche.

Soudain, ils heurtèrent violemment un mur de la pièce, et la bouteille sous pression se libéra sous le choc. Une fusée hors de contrôle. Sa trajectoire était imprévisible. La bouteille folle se dirigea sur le reptile qui répliqua en la lacérant à coup de griffes. Sa trajectoire fut alors déviée partiellement. James eut juste le temps de la voir se diriger vers le Docteur Jefferson. Il ne prit pas la peine de réfléchir. Il plongea pour plaquer la femme au sol et éviter à cette dernière de se faire toucher par la bouteille hors de contrôle. Sa course se finit dans le couloir après avoir brisé plusieurs néons.

« - Docteur Jefferson... Vous allez bien ? »

James se releva en premier. Une grimace se dessina sur son visage. Sa main se porta automatique sur la zone douloureuse. Son épaule gauche. Il essaya de bouger son bras... peine perdue. Il se retourna vers la pièce où se trouvait encore les deux créatures. Ces dernières semblaient aveugles à cause de la mousse. James se retourna alors vers la femme. Il fallait agir vite.

« - Mon épaule est démise... Vous allez devoir la remettre en place maintenant... »

Sa respiration était bruyante. Son épaule lui faisait un mal de chien ! Mais la douleur était en rien comparable avec la suivante. Aucune retenue. James laissa échapper un cri de douleur mais en même temps libérateur. Le soldat la remercia avant de repartir dans la pièce sombre. Le Docteur Jefferson le somma de ne pas utiliser son bras gauche.

□■...■□
Le reptile semblait être débarrassé de la mousse qui recouvrait son visage... A contrario du monstre de pierre. Sa vue s'en trouvait néanmoins troublée. Les produit refroidissant de la mousse combinés à la fraîcheur de la climatisation avaient eut raison de son organisme. Ses mouvements étaient plus lents de même que sa respiration. Son corps semblait être parcouru de frissons. James devait saisir sa chance. Son ange de pierre tenait toujours fermement la gueule du reptile. Ce dernier se débattait toujours mais avec moins de force. Son acolyte ne voyait sans doute pas grand chose... et pourtant il continuait de tirer sur la mâchoire de son adversaire. Un point faible non négligeable. La main droite du marine se referma sur son arme de poing. Il faisait sombre. Les deux créatures bougeaient légèrement... Mais James était né avec des yeux de chasseur. Black Eagle. Une ouverture. Sa main ne trembla pas. Une détonation étouffée se perdit dans le silence...


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 58
▬ Humeur : Immobile
▬ Profession : Faire la statue sur le toit de Capucine

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Liste des histoires

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

[Gargouille]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   25.02.16 21:11

Rodéo écailleux.
Il y était presque!  Presque!  Un petit peu plus et la gargouille aurait suffisamment ouvert la gueule du reptile pour pouvoir lui arracher la langue.  C'était l'idée, la théorie.  Vous me direz, en soi, ça semblait plutôt simple.  En pratique par contre... le manque flagrant de coopération de la part du lézard géant rendit la chose plutôt olé!  Même secoué dans tous les sens, notre monstre héroïque s'acharna en essayant, encore et toujours, de faire bouffer son poing à la bestiole enragée.  Et étouffe-toi avec!

Boom!  Bling!
Bouteille de métal lancée contre morceau de pierre bien pointu.  Le choc déstabilisa la gargouille qui se rattrapa in extremis aux épaules reptiliennes.  Mais tu fous quoi là?  Pourquoi se prenait-il un coup dans le dos?  Sérieux, ce n'était pas lui le méchant de cette histoire.  Apprends à viser enf-Pschiiit!  Huh?  Aveuglé par la mousse de l'extincteur, le monstre de pierre se transforma en fusée maison.  Version boule de neige.  Malgré la pression dans son dos, Aaron refusa de lâcher sa monstrueuse proie et leur danse chaotique reprit de nouveau...  
Bang!  Bye bye bouteille.
... pour finir dans le mur.  Eux, pas l'extincteur.  Les ailes rocailleuses raclèrent bruyamment contre le mur alors que le corps du reptile venait l'écraser bien comme il faut.  Pour autant, ce ne serait pas suffisant pour lui faire lâcher prise.  Aucune chance.  Têtu, Aaron voulait toujours lui régler son compte avec son plan tout simple.

Un cri au féminin.

L'espace d'une seconde, la bouteille furibonde était revenue vers les monstres avant de se prendre une claque reptilienne.  Simple réflexe de la bête.  Dommage pour Jefferson.  Avec un sol devenu légèrement glissant ainsi qu'une surcharge de taille accrochée telle un sac à dos, le reptile dérapa à quelques reprises avant de réussir à se relever.

« O-oui, je vais bien...  Vous êtes blessé? »

Un cri au masculin.
Que... qu'est-ce qu'ils faisaient les deux autres dans le couloir?  Ils étaient attaqué?  Un autre ennemi?  Aaron pensa que l'humain l'avait, de gré ou de force, abandonné.  Il décida donc de jouer le tout pour le tout.  Grâce à ses pattes arrières, la gargouille prit appui dans le dos du lézard géant.  Puis, avec ses pattes griffues avant, il tira.  Dis Aaaah!

Détonation étouffée.
Et une gargouille tomba lourdement par terre.  Sur le dos, les quatre pattes en l'air, la gueule ouverte.  La vue aurait pu être effrayante si ce n'était de cette mousse blanche qui le recouvrait allègrement.  Et du corps reptilien qui suivit le même mouvement.  Mort.

Mort?  Certain?
Écrasé et bien embêté, Aaron s'agita sous le reptile.  Toujours aveugle, il se dégagea tant bien que mal avant d'attraper ce qu'il croyait être la tête monstrueuse et de frapper le sol avec.  Comment ça, il était mort?  Il ne fallait pas prendre de chance!  Surtout quand on ne voyait absolument rien.  La gargouille fini tout de même par se rendre à l'évidence puisque le lézard ne réagissait plus du tout.

Statue.  Plus bouger.
Quelques secondes d'immobilité le temps de revenir à la réalité.  Le vilain de l'histoire ne causerait plus de problème.  Passons au suivant : sa cécité.  La gargouille pencha la tête vers l'avant pour glisser ses griffes sur son visage rocailleux.  Peine perdue, ses pattes étaient toutes aussi recouvertes de mousse que le reste de son corps.  Il arrêta donc ses tentatives en  redressant son horrible tête, l'air d'attendre.  Et il pourrait le faire longtemps.

Oh!  Pendant un instant j'ai cru que tu étais mort.
Mais non, l'homme en noir était vivant et relativement bien portant.  Tu as une sale tête.  Qu'est-ce qui avait bien pu faire hurler l'humain dans le couloir un peu plus tôt?  Non, pas elle.  Quoique le médecin semblait à la limite de la crise de panique en le regardant.  Lorsqu'il vit de nouveau, Aaron quitta la pièce blanche pour retourner dans le couloir.  Ils avaient fini n'est-ce pas?  Ils avaient sauvé la demoiselle en détresse et il pouvait donc rentrer!

Capucine!
Pour pouvoir y retourner, il devait trouver la sortie.  N'importe quelle sortie.  La gargouille eut tout juste le temps de faire trois pas avant que Jefferson ne réagisse.  Cette dernière attrapa la civière encombrée et l'utilisa pour créer un barrage entre eux.  Dégage, je veux aller par là...  Aaron fit un pas de côté pour essayer de passer entre le mur et le brancard mais Docteur Jefferson, vive d'esprit, vint de nouveau le bloquer.

Je veux passer, tu permets?

Un pas vers la gauche et le brancard suivait le même mouvement.  À droite, pareil.  Ils auraient pu continuer comme ça longtemps...  Mais le monstre de pierre se redressa pour poser ses griffes sur la gênante civière... pas très loin des bouteilles d'oxygène qui s'y trouvaient toujours.  Ne connaissant pas ces choses, Aaron les ignora et commença à faire claquer sa mâchoire à répétition.  Tentative de communication muette.
Tu bouges ou je te fais bouger, c'est pourtant clair.
En plus, il ne lui voulait pas de mal.  Il voulait simplement continuer sa route et quitter cet horrible endroit. Abandonnant le brancard, la gargouille retourna vers le coin du barrage pour pousser le tout avec son corps imposant.  Il aurait dû commencer par ça.

Exploration rocailleuse.
Ce nouveau couloir ressemblait à tous les autres et, comme auparavant, la gargouille bruyante inspecta chaque pièce à la recherche d'une hypothétique sortie.  Heureusement pour son compagnon d'infortune, quelques portes étaient verrouillées et leur progression fut plus rapide.  Enfin presque.  Aaron avait bien essayé de forcer une des poignées avec sa monstrueuse mâchoire mais... il avait fini par laisser tomber.  Non, il ne l'avait pas brisée.

Dessin d'un escalier...
... sur la porte là-bas au fond.  Simple.  Explicite.  Pratique.  Il n'en fallu pas plus pour que la bête de pierre accélère le pas et y arrive en premier.  Allez, on pousse!  Aaron utilisa son corps pour ouvrir la porte et vérifier que la petite pancarte ne mentait pas.  Une sortie.  Une vraie!

Un problème?
Il revint dans le couloir pour s'asseoir et regarder l'homme en noir.  C'était l'ultime sortie... Est-ce qu'il accepterait de l'aider?  Mais remettre sa vie entre les mains d'un inconnu... quand bien même le dit inconnu lui avait sauvé la vie et vice-versa.  Dilemme...

Forme humaine.
C'était un risque à prendre.  L'homme ne semblait pas vouloir sa mort immédiate et Aaron devait vraiment, sincèrement, retourner chez Capucine.  Néanmoins, il pouvait le faire sous deux formes.  En tant que gargouille, il pourrait marcher dans la rue et... Non.  Oublions.  Il ne savait pas où se trouvait cet endroit par rapport à l'église et la population locale lui pourrirait la vie.  Avec des marteaux...  Des marteaux-piqueurs, le cauchemar.  Il lui restait donc une seule option.  En temps normal, cela ne l'aurait pas gêné, de devoir rentrer nu et à pied.  Mais il était à l'hôpital pour une bonne raison : son corps avait fait une mauvaise rencontre avec un camion défectueux.  Et le camion avait gagné.

Douloureuse transformation.

Bien qu'il appréhendait ce moment, Aaron devait bien admettre que c'était la meilleure solution.  Il devait pouvoir communiquer avec l'humain s'il espérait pouvoir rentrer.  La gargouille entama donc sa transformation, ce douloureux moment où sa pierre devenait chair.  Ce n'était pas beau à voir... du tout.  Surtout qu'il était blessé. Ses os étaient tous aux bons endroits mais ses organes étaient de la bouillie... sans compter les points de suture qui avaient sauté il y a bien longtemps.  Le camion ne l'avait pas épargné.  Un cri au masculin.  Le sien.

Rouge et noir.
Noir en premier.  Le choc lui fit perdre connaissance.  Oh, douce inconscience.  Légère, rapide.  Il rouvrit les yeux.  La respiration difficile, ses blessures à vif.  Rouge sang.  Il se sentait faible, malade.  Exactement comme lors de son premier réveil.  Aaron tenta de se redresser... difficilement.

Noir et blanc.
Aaron sombra de nouveau, lamentable loque.  Il avait fermé les yeux.  Longtemps?  Il ne savait pas.  Quelle bonne idée de se transformer... maintenant il regrettait.  Lorsqu'il revint parmi eux, parmi les vivants, il constata à peine le changement.  Le blanc momifiant.  À priori, Docteur Jefferson n'avait pas pu résister à un patient dans le besoin.  Son patient de la chambre 420.  Elle était en train de terminer les bandages.  Quelle belle momie...

Noir et... tu es folle?!
Malgré lui, ses paupières s'étaient refermées.  Un instant, juste un instant.  Puis ce fut le choc.  L'aiguille dans son bras.  Aaron se redressa d'un coup et attrapa la seringue.  Violent, il l'arracha des mains du médecin avant de la briser.  C'était du « Poison! »  Oh, il n'aurait pas dû bouger aussi vite.  Grossière erreur.  Ça tanguait dans tous les sens.  On pourrait croire qu'il allait de nouveau s'évanouir mais il resta parmi eux.  Il tendit même un bras faible vers l'homme pour lui faire signe de s'approcher.  C'était difficile, tellement difficile de parler dans son état.

« Elle... » va me « ...tuer. »  Il parlait du médecin.
J'ai « besoin de... » retourner chez  « ...Capucine sinon... » je vais « ...mourir » ici.  « Aide... » moi à « ... sortir » de là.  Un haut le coeur plus tard et Aaron essaya de rajouter.  Je « peux... marcher. »

Oh, douce inconscience.
Et son corps en souffrance.



Shaun Campbell

« J'ai lancé une recherche concernant "Capucine".
Il y a 156 personnes portant ce nom à Naniwa.
Un seul lieu : l'Église Sainte-Capucine.
Je t'envoie les informations sur la visière de ton casque. »

Une pause.
« Tu es bien conscient que tu devras inscrire tout ça dans ton rapport, James. » Et ce n'était pas une question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 60
▬ Humeur : Calme... pour le moment.
▬ Profession : F.S.R. Unité BETA - Sniper

▬ Fiche : ¤ Black Eagle ¤
▬ Topics : ¤ Moon Plague [Aaron]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une espèce rare que l’on appelle un ’’homme’’.
▬ Je veux : Un boobshug de Kohane.

¤ As du Cocktail ¤
[F.S.R. • Unité Beta]


MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   14.03.16 22:07

Couloir 4ème Étage

La balle déploya ses ailes de feu et de poudre. La culasse de l'arme de poing éjecta la douille. La créature était morte. Le son de la détonation et le tintement de la douille sur le sol ne lui parviendraient jamais. Une courte seconde et tout était fini. James baissa lentement son bras valide. Sa main enserrait toujours fermement son arme... juste au cas où. C'est dans un mouvement presque synchronisé que les créatures heurtèrent le sol. James eu peur que sa balle ait également blessé son acolyte dans la confusion. Mais heureusement ses yeux descellèrent rapidement un mouvement. Un son rocheux se propagea dans le silence. James avait du mal à distinguer le survivant du vaincu. Il faut dire que le bureau plongé dans la pénombre était couvert de mousse. Le militaire avança prudemment avec son arme. Il logea deux dernières balles perforantes dans la poitrine et le crâne de la créature... sans une once de remord. Le corps du lycanthrope reptilien gisait dans son sang. Inerte. Une bonne chose. James poussa un profond soupir de soulagement.

□■...■□

Un raclement rocheux se faisait de plus en plus insistant. Son acolyte ne parvenait pas à se débarrasser de sa mousse. Malgré toute la bonne volonté dont il faisait preuve. La créature de pierre se figea. James se rapprocha lentement de cette dernière. Sa voix était un murmure calme et doux... sa voix de père.

« - Attends... laisse moi te donner un coup de main. »

James rangea son arme de poing dans son étui sur sa jambe droite. Le soldat essaya à son tour de le débarrasser de la mousse. Cette dernière était lourde et quelque peu collante. James ronchonna un peu durant la manœuvre. Néanmoins il se laissa assez de temps pour le faire correctement et surtout avec prudence. Les pattes de pierre comportaient des griffes et la gueule des crocs. Cet ensemble était sans doute tout aussi coupant que ses propres couteaux de combat. James était à jour dans ses vaccins mais mieux valait ne pas tenter le Diable... pas aujourd'hui du moins. Au bout de quelques minutes le militaire avait réussi à dégager entièrement la tête de la statue. Un sourire complice se dessina sur son visage. Sa main valide tapota une épaule... en mettant au passage un peu de mousse sur cette dernière.

« - Voilà ! Terminé ! Vois le bon côté... tu es tout propre maintenant ! »

Le soldat réussi tant bien que mal à étouffer son rire amusé en toussotant. Son acolyte quitta la pièce... enfin il essaya. Jefferson bloquait la sortie avec véhémence. James leva les yeux au ciel et poussa un soupir las. La situation pouvait rapidement dégénérer. Ses sourcils se froncèrent légèrement.

« - Docteur Jefferson laissez le passer. »

Un ordre sans appel. Cependant la femme semblait du genre têtu... mais face à la force tranquille de son adversaire elle fut contrainte de se rendre. James se tourna pour observer la pièce qui était complètement dévastée. Un mur comportait une grande fissure... dû aux ailes rocailleuses. James inspira profondément. Sacrée journée ! Son complice du jour était déjà loin. James observa une seconde le médecin puis quitta à son tour la pièce.

« - Vous savez sans lui je serai sans doute mort. Il m'a sauvé la vie... et la vôtre par la même occasion. On devrait lui laisser le bénéfice du doute vous ne croyez pas ?... A moins que vous ne soyez du genre à juger les apparences et non les actes. »

C'est sur ces derniers mots que James quitta le docteur Jefferson. Il rattrapa la créature de pierre à petites foulées en se tenant le flanc gauche. Ses côtes se rappelaient à son bon souvenir. Il essayait de ne pas y penser... pour le moment. James héla son complice quand ce dernier accéléra. Hélas on ne pouvait pas arrêter la masse rocheuse en mouvement aussi simplement. Néanmoins cette dernière revint sur ses pas et se figea en plein milieu du couloir. James le regarda de haut en bas.

« - ... Ouai... on va avoir un problème... de taille. »

Depuis longtemps James avait conscience de ce souci « logistique ». Une masse rocheuse aussi bruyante que voyante ne passera jamais inaperçue. La réaction de Jefferson et des employés coincés dans les ascenseurs en étaient une excellente preuve. Si les journalistes capturaient une seule image du caillou géant... ce dernier ferait les choux gras durant des semaines. James observa la créature qui semblait étrangement résignée...

CRACK

Horrible métamorphose. James eu beaucoup de mal à dissimuler son expression dégoûtée... et s'il n'avait pas vu déjà moult chose peu ragoûtante il aurait sûrement été malade. FACEPALM. Il ne voulait pas voir ça... Oh que non ! Il se massa la nuque mal à l'aise. Ses yeux dorés essayèrent de se poser sur autre chose... mais les sons étaient là eux. Ils reflétaient le terrible calvaire. James ne savait pas quoi faire ni où se mettre. « John Doe » était dans un état désastreux... et encore le mot était faible. Son corps meurtri entama un mouvement en arrière. James le rattrapa cahin-caha. Il lâcha un juron de surprise !  Il pèse une tonne ce mec ! Son corps était constellé de blessures. Ces dernières commencèrent à saigner abondamment. Il devait essayer de refermer ses plaies sinon... Soudain il y eu du mouvement dans leur dos. James dégaina son arme et la pointa en direction de Jefferson. Il s'excusa prestement. Le médecin alla chercher des compresses et des bandages. James aida tant bien que mal avec son bras valide. Ils réussirent à enfiler non sans difficulté une chemise au patient. Le médecin voulu lui administrer un antidouleur... mais la réaction fut violente. James se massa à nouveau la nuque.

« - Ok... pas de piqûre. Promis. »

Shaun ne tarda pas à se manifester. Un rapport...? James se tourna vers la caméra la plus proche avec une expression digne de Sherlock. Ce fut sa seule réponse envers son ami et collègue. Shaun était trop professionnel parfois... Alors oui... James était en train de commencer à bouder ! Il se concentra sur les données. Capucine... Une personne pourvue de dons guérisseurs ? Ou bien une église ? Eglise... créature de pierre... une gargouille ! James était prêt à tenter sa chance sur cette intuition. Néanmoins il restait un problème. Il se tourna vers le docteur Jefferson.

« - ... Je ne peux pas prendre le fourgon, avec lequel je suis arrivé, pour le transporter. Il y a beaucoup trop de journalistes et de curieux devant la porte principale... Vous pensez que je pourrais emprunter une ambulance ? »

Le médecin fini par céder face aux explications et supplications de James. Les ambulances étaient stationnées au sous-sol. Ils devaient descendre les escaliers en prenant garde de ne pas croiser une tierce personne... sans quoi on viendrait leur poser une flopée de questions... voire pire : les arrêter dans leur entreprise. « John Doe » était incroyablement lourd et tenait à peine sur ses jambes. Jefferson se plaça à droite et James le maintenait à gauche. Le médecin se souvenait que le bras gauche du militaire était douloureux. Il la remercie de son attention. A maintes reprises James eu peur que leur blessé perde connaissance et provoque leur chute à tous les trois. Ils faisaient des arrêts aux différents paliers pour deux raison : se reposer et sécuriser la voie. Leur progression était ralentie si une personne se baladait dans les escaliers. Ils atteignirent le sous-sol au bout de longues minutes. Faire monter le patient dans l'ambulance fut assez ardu même si ce dernier était éveillé… de temps à autre. James se demanda comment il allait faire une fois tout seul. Jefferson devait retourner auprès de ses patients et ne pouvait pas les accompagner. James en était parfaitement conscient. Il la remercia. Il lui présenta des excuses aussi. Ses paroles étaient un peu dures parfois... James remis sa cagoule avant de s'installer à la place du conducteur. Il entra les coordonnés de Capucine dans l'ordinateur de bord. Au moins il n'aurait pas à se servir de son bras gauche pour le moment. James enclencha le mode " Urgence "... cela lui permettrait de passer aisément dans les emboitages. Quoique... les gens aiment tellement le sensationnel qu'ils devaient tous être collés devant leurs écrans.

□■...■□

James avait eu du mal à rester pleinement concentré. Ses yeux se posaient de temps en temps sur son acolyte. Ce dernier sombrait régulièrement dans l'inconscience. James vérifiait son pouls... mais il avait un mal fou à le trouver. Ils avaient quasiment traversés toute la ville. Finalement la circulation était restée fluide même sur les axes principaux. Capucine. James connaissait cette église… du moins de loin. Arrivé dans le quartier Tennoji, James désactiva la navigation automatique, pour prendre la main. Son appartement était à quelques rues. Si son sens du devoir ne le poussait pas à ramener le véhicule et rejoindre ses coéquipiers... le jeune homme serait rentré directement chez lui. Il rêvait de dormir pendant 48H !... voire plus avec une journée pareille ! Il se gara juste devant le parvis. James fit le tour de la voiture et ouvrit la porte.

« - J'espère que je ne me suis pas trompé et que ta Capucine c'est bien cette dame là... »

Avec un énorme effort James réussi à faire sortir le blessé du véhicule. Ils étaient là sur le parvis de la belle église Sainte Capucine sous la lueur de la pleine lune. Le militaire priait intérieurement que son intuition soit bonne.


_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [FSR]Mission "Moon Plague"   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FSR]Mission "Moon Plague"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Kita :: le coeur :: l'hôpital-