AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Women seem wicked, when you're unwanted.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Women seem wicked, when you're unwanted.   24.10.12 20:07

Le grand avantage des maisons hantées, c'est que personne ne vit dedans. En général elle sont abandonnées. Abandonnées par les gens qui paient un loyer en tous cas. Et j'ai toute la place que je veux, et c'est relativement à l'abri du vent. Y a personne pour me faire chier. Bon, mis à part deux trois clodo humains de temps en temps et le fantôme évidemment. Je vais là quand je peux pas faire autrement. Ouais, ça fait vraiment comble de la déchéance de dormir là dedans mais hé, c'est pas comme si j'avais réellement besoin de confort. Je ne meurs pas du froid, ni du reste. Dormir et manger, j'arrête quand je veux ! … si j'en ai réellement envie évidemment. Mais c'est tellement orgasmique de manger ! C'est dommage, il faut s'arrêter de temps en temps pour « digérer » et... tout ça. Tu sais, ce qui vient après la digestion, le truc horrible là. 'fin bref j'ai pas de nourriture sous la main là, le cheval est dans son centre équestre, j'ai bu une demi bouteille de saké, je peux dormir peinard. Je m'endors donc.

Je me réveille deux heures plus tard parce que le fantôme a peur et me fixe avec de grands yeux humides. Il y a un humain en bas apparemment. Je vais voir. Encore un espèce d'ado qui veut passer un genre de rituel de virilité en allant explorer un endroit qui fait tout peur. Ces cons là pensent jamais aux autres. Ils croient que ça leur fait plaisir, aux esprits, que des gens viennent faire les cons dans leurs derniers repos ? Ce fantôme là n'est pas très vindicatif en plus, c'est celui d'une femme japonaise dans la plus pure tradition nippone, c'est à dire à moitié décomposé avec de longs cheveux noirs qui lui tombe sur la gueule et qui fait apparaître des scènes flippantes à ceux qui viennent. Rien de bien méchant. La première fois que je suis tombé dessus j'ai cru que je faisais un bad au LSD. Je lui ai donné un jouet Happy Meal que j'ai récupéré dans une poubelle et depuis elle me fout une paix royale. Elle vient juste de temps en temps faire des bruits flippants et me foutre des visions quand elle s'emmerde mais sinon elle est adorable. C'est comme aller prendre le thé chez une vieille tante qui radote. Même si j'ai pas de tante.

Encore à moitié dans le pâté et avec le début d'une gueule de bois, je m'allume un vieux mégot de la veille et je vais chasser le petit connard. Pas de chance, je trébuche sur le fantôme qui s'amusait à ramper par terre en faisant des bruits flippants. Je m'écrase misérablement par terre et mon mégot allumé m'échappe des doigts, et tombe dans le saké. Qui prend feu. La bouteille explose en éclaboussant joyeusement de feu des rideaux ou des débris de bois sec. J'essaye d'étouffer ça avec d'autres rideaux mais ça prend encore plus feu, et même quand je mets un matelas dessus bah ça continue. Et rapidement le feu est réellement trop important pour que je l'arrête. Merde. Le fantôme pousse un sifflement indigné. Moi je dévale les escaliers en sautant, parce que le feu ça va vite et que si je suis amortel, je ne suis pas immunisé contre la douleur. C'est vraiment de la putain de souffrance une brûlure. Puis faut que je sorte mes affaires. Je traîne des sacs plastiques derrière moi. Y en a un qui a un peu cramé, mais ça va. J'aurais des traces de brûlé sur quelques fringues quoi. En sortant je croise le fameux ado qui au final n'a pas nuit du tout.

- SORS ! Y a un putain de feu là haut !

J'espère qu'il ne parle pas que japonais, je parle très mal le japonais. Heureusement les gens dans le coin parlent souvent l'anglais, donc on s'en sort. Enfin là on s'en fout. Je pousse le gamin dans le dos. J'espère que si le feu lui fait pas peur, moi je le fais fuir. Il a l'air plutôt soigné, et moi je ne me suis pas lavé depuis plusieurs jours, ce qui dans la chaleur ambiante devient de plus en plus évidemment. J'vois pas pourquoi j'me laverais tous les jours comme les autres humains là, à mon époque ça se faisait pas. C'est depuis qu'ils ont l'eau courante, ça les a rendu fou. Enfin cela dit on aurait bien besoin d'eau courante là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Women seem wicked, when you're unwanted.   24.10.12 21:31

Croyez-vous aux fantômes ? Aux apparitions surnaturelles d'une personne décédée ? D'ailleurs, comment sont-elles arrivées là ? Et pourquoi ?

Encore énormément de questions dont les réponses sont encore inconnues pour l'homme. Dans certains cas, ils préfèrent inventer eux-mêmes des justifications. « Elle fut maudite et son âme demeurera à jamais dans ce manoir. » - « Cette jeune mariée, attend pour toujours le retour de son fiancé dans son sinistre château. » Bref, certains y croient dur comme fer et puis... D'autres sont comme Diogo. Il préfère croire en une force inconnue qui pourrait tout résoudre car après tout... Si on pense que Dieu existe, il peut tout faire et la science n'a plus sa place nulle part.

En temps normal, ce vieux manoir n'aurait jamais attiré son attention. Ce genre de lieu est un véritable asile pour les vagabonds, les jeunes rebelles et d'autres catégories extravagantes. Quelle idée farfelue alors d'y avoir voulu y pénétrer ! Sûrement pour combler sa curiosité, car Diogo est un garçon extrêmement fureteur. Il balaya le coin du regard afin de s'assurer qu'il était seul. Il s'avança, d'un pas lent vers l'entrée. Il était effrayé à l'idée de rencontrer des fantômes, car, comme la plupart des gosses de son âge, les adultes adoraient leur raconter des histoires d'horreur sur ce genre de créature extraordinaires qui étaient encore sur Terre alors qu'elles ne vivaient plus. Il s'arrêta un moment et décida enfin d'y entrer.

Une odeur insupportable était Reine des lieux, mais cela ne l'étonna pas. Fronçant légèrement les sourcils, il tacha de ne pas y faire attention malgré le désagrément. Par la suite, un bruit vint casser le silence qui dominait le manoir. Quelqu'un était là ! Il ne bougea pas, jugeant qu'il était plus judicieux d'attendre que cette personne vienne à lui. Il regardait autour de lui, découvrant avec enthousiasme ce que cette étrange demeure cachait : à vrai dire, pas grand-chose. On aurait dit un vieux film d'horreur ou une femme allait bientôt descendre les escaliers en tenant un poignard à la main et insultant la personne qui venait d'entrer. Bien sûr, le spectacle qui allait suivre allait briser à tout jamais les idées qu'il se faisait sur un manoir hanté.
Un homme ou plutôt un clochard, descendait les escaliers à vive allure. Levant un sourcil, Diogo fit un sourire en voyant la scène. Il se baladait avec plusieurs sacs plastiques, certains semblaient légèrement cramés mais il n'y porta pas attention. Qu'est-ce que cet homme faisait ici ? Cherchait-il un abri pour la nuit ? Puis, il lui dit quelque chose que Diogo, malgré son effort, ne comprit pas. Il répliqua en fronçant les sourcils : « Je n'ai pas compris vos paroles... » Il n'était sûrement pas japonais, ou alors c'est Diogo qui ne comprenait rien à cette langue... Au choix ! Ensuite, Diogo chercha quelque chose la poche de sa veste. Une fois l'objet trouvé, il lui donna un billet. « Pour l'instant, je n'ai que ça. » dit-il en haussant les épaules. C'était lui ou il commençait à faire de plus en plus chaud dans le manoir ? Misère, il y avait le feu !

L'inconnu poussa Diogo afin de le faire sortir au plus vite, ce qui était compréhensible : la maison brûlait ! C'était hallucinant, mais qu'est-ce qu'il faisait au premier étage ? Quel curieux personnage ! Diogo n'avait pas compris grand-chose à la situation, tout ce qu'il savait c'est qu'il devait quitter au plus vite cet endroit. Il venait à peine de rentrer dans cette demeure qu'un homme obscur le poussait déjà dehors. Une fois à l'extérieur, Diogo s'éloigna de l'inconnu. « Je suppose que c'est vous l'homme ingénieux coupable de cet incendie ? » Dit-il en le regardant de haut en bas.

Il ne dit rien pendant un moment, peut-être que cet homme était dangereux. Après tout peu importe, qu'est-ce qu'il avait à craindre d'un homme qui se cachait dans un manoir ? Bref... Il avait certaines questions à lui poser. Peut-être qu'il comprendrait mieux si Diogo parlait en anglais ? Et s'il était Hongrois ? Comment allait-il faire ? Il fit une petite grimace et se tourna vers l'inconnu une fois de plus. « Que faisiez-vous ici ? Vous cherchiez un refuge ? » Levant les yeux au ciel, il espérait qu'il ne réponde pas « ça ne te regarde pas pauvre imbécile. »

Il s'éloigna de la maison, retira sa veste et la posa par terre afin de s'asseoir dessus. « Eh bien, faites quelques choses ! Ne me dites pas que vous allez fuir après avoir fait, ce que vous avez fait ! » Dit-il en regardant la maison.

Et le fantôme ? Et s'ils étaient tous les deux à présents maudits ? Ce serait vraiment HORRIBLE! À cette pensée, Diogo fit une tête vraiment étrange. Et si le fantôme avait jeté une malédiction . Il regarda l'inconnu avec méfiance : « et vous avez pensé au fantôme ? » dit-il en lançant sur l'inconnu les petits cailloux qu'il y avait à ses pieds. « Sachez que si nous sommes maudits, je vous poursuivrai partout ! » ajouta-t-il en regardant une fois de plus la maison.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Women seem wicked, when you're unwanted.   24.10.12 23:07

Il me donne un billet ! UN BILLET !!! Même pas une pièce ! C'est tellement énorme que j'en mets trois points d'exclamation. Enfin il me donne un billet pendant que la maison crame en plus. Je cours dehors à toute jambes avec mes sacs comme une digne créature mythologique et il me suit malgré tout. Je note au passage que le jeune vivant est maigrichon et plutôt propre sur lui. Comme si c'était important. Enfin on sort et on s'éloigne. Je m'arrête de courir parce que de toute façon j'ai nul part où courir et l'humain fait pareil. Ensuite il me fait la jactance.

Il me dit des trucs, mais c'est en japonais alors j'ai du mal à comprendre. Je comprends vaguement qu'il m'accuse de l'incendie, ou alors il accuse l'escalier, je sais pas trop. Ensuite il me demande avec condescendance si j'ai trouvé refuge là avant de m'accuser d'absolument n'importe quoi. Et il me lance des petits cailloux ! Ce con s'est assis sur sa veste et il me lance des trucs ! Je prends la tête du gars qui se trouve visiblement devant des comportements de bourge et qui ne comprend rien du tout. Le petit con est superstitieux en plus. Évidemment, puisqu'il se fait peur avec une maison hantée et pas avec une feuille d'impôt. Et il parle beaucoup trop. Je réponds, en anglais, après m'être allumé une clope. Je n'ai rien de mieux à faire que de rester là.

- J'ai pas besoin de refuge, je suis pas un mortel.

J'essaye d'avoir l'air dédaigneux. Après tout, dans une poignée d'année il sera mort. Autant accorder de l'attention à un poisson rouge ou à un éphémère. Je vais pas ménager sa sensibilité qui aura de toute façon disparu d'ici quelques décennies. Ils sont tous foutus de toute façon. Etant debout, je regarde vers la maison qui brûle si jamais les craintes du mortel étaient vraies. Ben non. J'vois pas de malédiction qui se balade, d'armées de damnés qui veulent nous arracher les yeux, peau de balle. Parce que tout ça c'est de la connerie d'humain, voilà pourquoi y a rien. Il est jeune, il flippe pour rien, normal.

- Et le fantôme il est mort merde ! Il peut rien te faire, comme un putain de mort quoi.

Voilà au pire il te colle des visions un peu glauque, tout ce que tu risques c'est d'avoir l'air d'un con à regarder dans le vide avec l'air flippé pendant quelques secondes. C'est tout. Pas de quoi se chier dessus. Un putain de mort. Il est mort ! Raide de chez raide. Rien à craindre. En plus on est sorti de sa maison en train de brûler, il va pas nous courir après. Je crois pas qu'ils puissent en tous cas, dans les légendes ils ne peuvent pas s'éloigner de l'endroit où ils sont morts. Je m'assois par terre. L'endroit où je comptais dormir a pris feu, il n'y a pas grand chose à faire.

- Puis qu'est ce que t'es venu foutre la merde hein?

Bonne question, qu'est ce qu'il est venu faire dans une maison hantée ? Elle aurait pas pris feu si il était pas venu faire peur au fantôme ! Après quelques fouilles dans mes sacs je mets la main sur une vieille canette de bière pas chère qui traîne là. Ouais comme ça ça donne l'impression que je passe ma vie à picoler, mais c'est pas vrai. Si je picolais tout le temps... je risquerais de vomir. Et j'aime vraiment pas vomir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Women seem wicked, when you're unwanted.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Women seem wicked, when you're unwanted.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Tennoji :: zone habitable-