AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bodyguard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 258
▬ Humeur : Osef.
▬ Profession : Garde du corps

▬ Fiche :

▬ Topics : Mission impossible chez les Vettini ft. Theo
KABOOM (aka le rp au titre trop long) ft. Conquête
Bodyguard ft. Charlie

« - I'm dying, I can see Heaven.
- That's the lightbulb, jackass. »


MessageSujet: Bodyguard   04.12.12 13:34

[PV Charlie]


C'est un très bon élément, vraiment. Un peu, hm... "Chien fou", si vous me pardonnez l'expression, mais un de nos meilleurs employés. Ne vous, hm, laissez pas prendre par son coté frustre, ce n'est pas contre vous. Hm.

Et mes fesses, c'est du téflon extra-compensé ?
Oh, et puis osef. Comme si ça lui importait, de savoir ce que son patron pensait de lui. Tant qu'il avait son salaire tout les mois hein. Le reste peut bien aller pourrir au fond d'un puits qu'il s'en ficherait bien.

N'empêche qu'il aurait pu être un chouïa plus discret. Parce que quitte à déblatérer des conneries sur son dos, ça aurait peut-être été plus malin que son boss évite de le faire en se postant devant la vitre de plexiglas qui séparait son bureau de la salle de réunion où attendait le "chien fou" en question. Sourd mais pas aveugle. T'avais oublié qu'il pouvait lire sur les lèvres, crétin ?

Mais ba. Peu importe. Teo soupire. Teo baille. Il attend sagement, assis dans un des fauteuils de cuir de la pièce. Le genre de fauteuil tellement luxueux qu'il n'a pas franchement d'autres occasions de s'y asseoir que lorsque son charmant employeur le fait patienter le temps de briefer un peu les clients. Il les briefe TOUJOURS avant de leurs faire rencontrer Teo. Allez savoir pourquoi. Et le must, c'est que parfois, il... Omets plus ou moins délibérément de leurs parler du léger petit tout riquiqui détail de la surdité. C'est que ça pourrait faire fuir le chaland.

Pour le moment, il ne peut l'apercevoir que fugacement, de dos, mais pas de doute : Cette fois, le client est une cliente. L'italien ne sait rien de son identité, de son métier voire même de la durée du contrat qu'elle a établit, et encore moins la raison qui l'a pousse à demander une protection rapprochée. Pas étonnant. Le patron préfère que le client explique tout ça de lui-même au garde du corps qui lui est attribué. Parait que ça renforce les liens.

Conneries.

Tout ce qu'espère notre bonhomme, c'est qu'elle ne soit pas une chieuse ou une pète-cul. Rien de pire que cette catégorie de clients. Vous savez, ceux qui vous prennent de haut, qui se pensent au-dessus de la mêlée et qui vous considère comme des esclaves tout juste bons à leurs torcher le popotin. Généralement, c'est avec ceux-là que Teo à la plus de mal. A tel point qu'il a tendance à oublier qui est la personne qu'il doit protéger. On l'a un peu trop souvent enguirlandé comme un sapin à noël à cause de petites débâcles dans le genre.

Mais. Bref. Après tout, il va vite se faire un avis de lui-même. Voila que son supérieur et la miss entrent dans la salle et qu'il se lève aussitôt - politesse oblige, on est pas des bêtes. Il jette un regard neutre au patron.

- Miss Huggins, voici, hm, Teo Vettini. Je, hm, vous laisse voir les détails avec lui et, hm, au moindre problème, je suis dans mon bureau à votre disposition.

C'est ça, casse-toi.

La porte coulissante se referme lentement sur son départ et Teo salut la demoiselle d'un geste de tête.

_________________
Cadeaux dlamorkitu:
 


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Bodyguard   05.12.12 5:42

La femme n’écoutait que d’une oreille le petit homme insupportable qui répétait sans cesses des détails inutiles. Ses tics de langage étaient à deux doigts de la rendre de folle, et elle tapotait ses doigts sur le bureau avec une fausse attention. Sa façon de parler de ses subordonnés donnait l’impression qu’il les exposait dans une émission de télé-achat. A croire qu’il allait lui vendre un mixeur, ce rigolo. Ils se levèrent enfin et entrèrent dans la même pièce que le garde du corps. Elle observa ce dernier de bas en haut. Et dû pas mal lever la tête pour le haut, d’ailleurs. Et ce qu’elle vit la satisfit. Grand, impressionnant, un air pas très sympa, quelques tatouages. C’était déjà plus dissuasif qu’une femme en tailleur qui tire la tronche en haussant un sourcil quand vous l’insultiez de « salope », « connasse » et autres joyeusetés.

Le patron sortit en marmonnant deux trois phrases de politesses et les laissa se concerter en paix. Charlie lâcha alors un long soupir exaspéré et soulagé à la fois avant d’offrir un léger sourire à son potentiel employé, tout en allant s’assoir sur un fauteuil face à lui. Puis, son visage se refit neutre, tout expression miraculeusement évaporée de son visage.

-Bonjour Monsieur Vettini. Vous n’êtes pas sans savoir ce qui m’amène ici. Mais votre chef m’a dit que je devais vous expliquer personnellement les formalités et si je le voulais, les raisons. Et tant qu’à faire, autant vous mettre au courant de tout, du moins, si cela ne vous dérange pas.

Elle craqua sa nuque et prit son silence pour un consentement. Ce fut donc sans attendre qu’elle continua, plus par volonté de vite en finir plutôt que par manque de considération. Charlie ne savait pas vraiment comment mettre les mots sur ce qu’il l’avait poussée à prendre ces mesures et décida d’improviser en énonçant les détails du contrat :

- J’aurais besoin de vos services lors de mes trajets de chez moi jusqu’à mon lieu de travail et lors de mes sorties qui se multiplient dangereusement. Rassurez-vous, vous travaillerez relativement peu, mais pour un bon salaire. J’aurais bien pu continuer sans aide longtemps si les agressions que je subis à intervalles assez régulières ne s’étaient pas multipliées. J’ai même manqué de me prendre une beigne dans un supermarché. Une première ! J’avais jusqu’alors des mesures assez personnelles. (Elle écarta un pan de sa veste pour lui montrer son revolver) Mais depuis un certain moment, ces abrutis se montrent de plus en plus coriaces, bien décidés à me refaire le portrait. Le métier de procureur a de gros désavantages quand on déterminé mais que la racaille environnante l’est tout autant que vous. Et malheureusement pour eux, je n’ai pas décidé de me montrer plus clémente. Je préfère cependant rester prudente et faire appel à vos… Talents pour un temps indéterminé.


L’expression de l’homme lui fit hausser un sourcil. C’était comme si elle avait tout énoncé à une vitesse si folle qu’aucun être humain normalement constitué n’aurait pu comprendre un seul de ses mots. Charlie pencha légèrement la tête sur le côté, plissant les yeux.

-Je.. Je ne suis pas vraiment claire c’est ça ?

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 258
▬ Humeur : Osef.
▬ Profession : Garde du corps

▬ Fiche :

▬ Topics : Mission impossible chez les Vettini ft. Theo
KABOOM (aka le rp au titre trop long) ft. Conquête
Bodyguard ft. Charlie

« - I'm dying, I can see Heaven.
- That's the lightbulb, jackass. »


MessageSujet: Re: Bodyguard   14.01.13 10:03

Que la demoiselle soit rassurée, elle avait été parfaitement claire. Du moins, ça, c'est ce que toute personne en pleine possession de ses capacités aurait pu affirmer à la place de Teo.
Bon, ceci dit, c'était pas si dramatique que ça non plus hein, fallait pas déconner. Il avait juste eu du mal à suivre un chouïa, mais après tout, il avait tout de même l'habitude des gens qui lui parlait normalement, et donc un peu trop rapidement pour qu'il puisse prendre le temps de lire sur leurs lèvres. Il préférait les choses ainsi de toute façon. Fierté masculine, tout ça tout ça.

Et puis, fallait avouer que sa future patronne provisoire était assez expressive mine de rien, plus qu'elle ne semblait le penser en tout cas, et qu'elle avait pas mal mis l'accent sur certains mots clés de son petit monologue. Ouais, quand on est sourd, on apprend à faire attention à tout un tas de petits détails corporelles. Mieux que Lie to Me. Yup.
Sans compter que la présence du flingue dans le revers de sa veste n'admettait pas franchement trop d'interrogations non plus hein. Fallait être con. Mais savait-elle au moins manipuler ce soufflet ? Une arme à feu, c'est pas un jouet, mademoiselle.

Mis à part pour la saluer, le coco n'a pas daigné remuer le moindre poil de fesse depuis le début de l'entretien. Bras croisés, il n'a fait que fixer la proc'. Un peu trop éloquente à son gout mais à part ça, rien de plus à en dire. Trop tôt pour se faire la moindre idée définitive.
Par contre, quand la miss lui balance sa petite question inquiète, Teo soupire et se frotte machinalement la nuque. Bon. Il avait un problème là. Pour lui répondre, il aurait simplement pu hocher négativement la tête, mais la formulation de son interrogation était trop ambigüe pour que ce simple mouvement de tête puis donner une réponse claire. Ça pouvait aussi bien être le non de "non, je n'arrive pas à suivre", comme ça pouvait être celui de "non, tout va bien, continuez".
La joie du langage.

Ce ne fut pas pour lui plaire, mais il allait devoir se bouger un peu et ouvrir la bouche. Derrière la demoiselle, Teo avisa son grand patron qui les observait d'un air crispé au possible à travers la verrière. Second soupir pour l'ex-militaire : Si cette cliente potentielle décidait d'annuler son contrat en découvrant le handicap de Teo, c'était encore sur sa pomme que ça retomberait, à coup sur.

Barf. Advienne que pourra.

- J'ENT-... Il s'interrompit brusquement, conscient que ce n'était pas le bon timbre. Bordel, ce qu'il avait du mal à moduler sa voix. J'entend pas. Son index pointa sa propre oreille, histoire de souligner ses propos. Parlez plus distinctement. Petite hésitation. Ou moins vite.

Voila, ça, c'était fait.


Spoiler:
 

_________________
Cadeaux dlamorkitu:
 




Dernière édition par Teo Vettini le 09.08.13 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Bodyguard   17.01.13 7:43

Le tic tac de l'horloge de la pièce devint pesant, renforçant le silence gênant qui avait commencé à s'installer. Son interlocuteur sembla mal à l'aise, se gratta la nuque et esquissait des mouvements de tête qu'il stoppait net, comme indécis de ce qu'il voulait faire comprendre. Charlie plissa les yeux, déglutit et cru alors comprendre quelque chose qui ne lui plut pas du tout.
Et ses craintes furent concrétisées quand d'une voix inégale, parfois mâchée, il lui dit qu'il n'entendait pas. La femme força un sourire un peu crispé, pour contenir un soupir désespéré. Certes, lui n'y pouvait rien, mais l'employeur venait de commettre une bourde monstrueuse qu'elle ne manquerait pas de pointer du doigt quand elle se retrouvera seule avec lui. Et face à un procureur, il fera moins le malin, ce bureaucrate véreux. Mais en attendant, elle se retrouvait face à un problème délicat. On la mettait face à un type qui semblait parfait pour le poste qu'elle voulait lui offrir, mais possédait un handicap majeur. Et même, il fallait avouer rebutant. Charlie réfléchissait à vive allure, tendue de ne pas pouvoir répondre immédiatement à Teo. Fronçant les sourcils, elle l'observa de nouveau et se détendit. La simple présence d'une armoire à glace sera dissuasive, donc sourd ou pas, était-ce réellement un problème ?

Elle sortit une feuille et un stylo de son sac, et retranscrit presque mot à mot son petit monologue. La procureuse rajouta néanmoins une note, à la fin de son texte:

«Je ne m'arrêterais pas sur votre problème. Il est certes assez décontenançant, mais j'ai déjà eut bien du mal à trouver quelqu'un pouvant me présenter un garde du corps. Nous pouvons mettre en route une période d'essai et si cela ne fonctionne pas, et bien nous trouverons des solutions alternatives qui puissent nous convenir à tout deux.»


Charlie se redressa sur son fauteuil, lui adressant un léger sourire, plus rassurant que le précédent. Le terme "période d'essai" pouvait sembler réducteur, rapprocher cet homme à un objet testable et jetable. Elle savait qu'il n'était pas un robot et que ses mots étaient durs, mais il fallait la comprendre: sa sécurité était en jeu et elle ne pouvait pas se permettre de faire seulement de la charité. Elle avait besoin d'un vrai professionnel et voulait des résultats efficaces. De toute façon, même s'il n'avait pas eut cet handicap, elle lui aurait tout de même demandé de faire ses preuves. Et puis, il fallait voir le bon côté des choses. Premièrement, ça ne se lisait pas sur son visage, et deuxièmement, à la façon dont il s'était exprimé, cela s'entendait nettement qu'il n'était pas sourd de naissance. Un peu de positivité, ça aidait bien à faire passer la pilule.
La procureuse jeta un regard noir à son patron qui pouvait presque lire un grognement muet sur ses lèvres. Oui, c'est toi qu'elle regarde, abruti. Le concept de publicité mensongère, de dissimulation d'informations, tu connais ? Si il l'avait prévenue, elle l'aurait quand même faite, cette entrevue. Elle n'était pas stupide non plus. C'était un bodyguard qu'elle voulait, pas une oreille attentive pour qu'elle lui raconte ses petits malheurs et ses dures journées de travail.
Quelle situation épineuse. Et cela dès quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 258
▬ Humeur : Osef.
▬ Profession : Garde du corps

▬ Fiche :

▬ Topics : Mission impossible chez les Vettini ft. Theo
KABOOM (aka le rp au titre trop long) ft. Conquête
Bodyguard ft. Charlie

« - I'm dying, I can see Heaven.
- That's the lightbulb, jackass. »


MessageSujet: Re: Bodyguard   09.08.13 20:43

Bien. Très bien. Au moins, fallait avouer que la miss avait le mérite de ne pas être partit en courant. Bon point ça. Et pour son patron, et pour lui, et pour l'estime qu'il portait à présent à la demoiselle. Par contre, elle a tiré une drôle de tronche au moment de la révélation. Bah. Le rital pige bien, elle devait s'attendre à tout, sauf à ça. Elle voulait un type en pleine possession de ses moyens, elle se retrouve face à un sourdingue. Mais pas de soucis, il va lui prouver qu'il est un garde du corps d'exception et qu'il mérite largement son salaire. Après tout, s'il n'avait pas eu les compétences nécessaires, il se serait fait virer depuis belle lurette.

Teo la regarde sortir un bout de papier et un crayon avec surprise. Hm. Voyez-vous ça, si c'est pas mignon. Non, vraiment. Si elle n'avait pas été une cliente, il se serait permis un petit sourire. L'armoire à glace choppe la feuille et lit sans jamais dévoiler la moindre émotion. Une période d'essai hein ? Non, clairement, ça ne lui plait pas. Monsieur à foi en ses capacités et là, il a un peu l'impression que son handicap a brisé toute trace de confiance chez elle.

Mais bon. Il a dit qu'il allait faire ses preuves, pas vrai ?

L'ex-soldat se contenta d'un geste positif de la tête pour indiquer qu'il avait bien comprit. Même s'il faut l'avouer, il est plutôt curieux des modalités de cette fameuse période d'essai. D'ailleurs, il ne sait même pas pour combien de temps son contrat avait été négocié. Il se redresse en même temps qu'elle, suivant le mouvement, et même si ça lui gonfle sévèrement les noix d'ouvrir la bouche, il ne peut pas s'en empêcher dans l'immédiat.

-  Vous pouvez me parler normalement. J'arriverais à suivre sur vos lèvres.

Parce que, décidément, c'est clair et net, il ne supporte pas donner la moindre impression de faiblesse, aussi ridiculement minuscule soit-elle. Et la lecture sur les lèvres, jusqu'ici, ça lui a jamais posé de problème, ça n'allait pas commencer avec elle. Surtout qu'elle s'exprimait plutôt éloquemment. On sentait le coté procureur habitué à discourir devant les foules.

Bon joueur malgré cette histoire de test, il se lève, se plante devant elle et lui tend la main.

-  Je ne vous décevrais pas.

Maintenant, elle n'avait plus qu'à signer les dernières modalités avec son boss et ils pourraient partir d'ici pour discuter plus tranquillement des détails et des différentes règles à mettre en place pour les prochains jours à venir. Car ici, les baies vitrées avaient des yeux et des oreilles. Et dans ce genre d'entreprise, certains aspects d'une mission ne regardait que le client et son bodyguard.

_________________
Cadeaux dlamorkitu:
 


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Bodyguard   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bodyguard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Kita :: autres lieux-