AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh please ! Just shut up !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Oh please ! Just shut up !    05.06.13 22:34


Prendre des cours de photographie, c’était cool. Surtout lorsqu’on s’était découvert une passion certaine pour cette discipline. Encore plus lorsqu’on avait tendance à trouver tout et n’importe quoi inutile. Je veux dire, du coup…avoir de l’intérêt pour quelque chose, ça vous remontait un peu le moral. Bon, Anthelme avait aussi une grande passion pour les séries télévisées, mais on ne pouvait pas dire que c’était bien utile dans la vie de tous les jours. Regarder épisodes sur épisodes, ça ne payait pas la bouffe. Ni les bonbons, que notre protagoniste ici présent aimait à outrance. Bah tiens ! Ça ne payait pas non plus le dentiste qu’il préférait consulter régulièrement par soucis de prévention. Au moins, la photo…Ça ouvrait un avenir. Un avenir où il pourrait peut-être travailler à son compte sans personne sur son dos pour le faire chier. Le rêve, en somme.

Du coup, lorsqu’un ami lui avait proposé de venir à un concert, pour en faire les photos officielles pour sa rubrique « Culture » dans le journal qu’il tenait à l’université – Il n’avait pas hésité une seconde. Et puis, ça pourrait être cool ! Assister à ce genre de truc gratuitement c’était toujours bien plaisant. Ouais…Sauf que ce con, ce bigre d’imbécile, avait oublié de lui préciser qu’il s’agissait d’un truc de vieux complètement pourri. Du chant lyrique. Bon dieu ! Il en avait la tête grosse comme ça. C’était ignoble, horrible…infecte. C’était encore pire que ce groupe à la con au batteur gras du bide qu’il avait vu il y a de cela quelques semaines. L’avantage était qu’ici au moins, il ne rencontrerait pas une Carotte-sur-pattes complètement coincé du derche et qui le harcèlerait pas la suite en venant lui foutre la honte à la sortie des cours. Bon, au moins, il s’était bien vengé ! Peut-être un peu trop…Il avait appris les conséquences et se demandait s’il n’avait pas été trop loin. Il secoua la tête pour chasser ces pensées complètement idiote. Ce connard l’avait bien mérité.

Bref. Il n’en pouvait plus. Et il ne pouvait même pas se boucher les oreilles parce que malgré tout, il devait prendre des photos. Il s’appliquait. Au moins la chanteuse était un bon sujet à défaut de savoir chanter quelque chose de potable. Non sérieusement, elle ne pouvait pas fermer sa gueule et se contenter d’évoluer silencieusement sur scène ? Il jeta un coup d’œil circulaire autour de lui et fut choqué de l’importance de la foule. Étaient-ils vraiment tous là par leur propre volonté ? Il ne pouvait y croire. En fait si, le monde grouillait de trou duc sans le moindre gout.

Il chercha du regard son pote, Yami. Sauf qu’il n’était plus là. Il était où ce con ? Il avait des reproches à lui faire ! Il consulta le contenu de son appareil…Il avait suffisamment de clicher à son gout, pour le moment. Il laissa retomber contre sa poitrine avant de s’aventurer parmi les gens afin de retrouver l’intéressé. Il affichait une mine renfrognée, marchait rapidement, bousculait par moment pour pouvoir passer. Il ferait mieux de se tirer de là au lieu de chercher son soi-disant ami. C’est ça ouais ! Après ce coup de traître ? Il n’en était plus aussi sûr !

En fait c’est ça, il quitta la pièce, poussant bruyamment la porte. Il se dirigea droit vers les toilettes, il avait besoin de se rafraîchir et de chasser cet air plus que chiant que son esprit et cette mélodie assassine de ses tympans. Les pauvres…Auraient-ils été eux qu’il se serait probablement suicidé. Il ressorti quelques minutes après, plus déterminé à partir qu’autre chose…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    05.06.13 23:57

La musique était la clé de voûte de sa vie. Ce qu'elle ignorait cependant était quand même que c'était quelque part un peu aussi la clé qui lui permettait de se recharger. Robert savait que Raphaël était féru de musique classique. Il avait tout prévu. S'il ne pensait à rien, il avait pensé à tout. Ce sacré robert était connu pour être un fieffé filou. Il était tête en l'air pourtant. Mais ça ne l'empêchait pas d'être plongé dans les dernières magouilles à la mode. Le blond était en vogue ? Il vendait des décolorations. Les femmes grandes le devinrent ? Il vendait des prothèses et des talons. La drogue ? Facile. C'est toujours plus aisé d'y rentrer que d'en sortir. Et quand ce fut au tour de la cybernétique, songez bien qu'il fut un des premiers à flairer le filon. Ca lui réussissait. On connaissait ses activités sans vraiment se souvenir de sa tête. Il faut dire qu'il n'avait rien de particulier. Des traits communs. Une bonne bouille tout au plus. Ce qui peut servir dans le métier. Inspirer confiance. Alors la Lysandre, elle avait été faite pour chanter. On lui avait injecté un bon terra de culture. Ancienne. De l'histoire, et des histoires. Des sentiments aussi, pour pouvoir les chanter. Pour qu'elle soit encore plus convaincante il lui avait donné un caractère doux et sensible. Plus elle souffrirait mieux elle chanterait. Elle était vouée aux échecs et aux déceptions. Et la mort de Raphaël avait mis un sacré coup dans la fourmilière.

Et Chanter, Dieu qu'elle aimait ça. Aujourd'hui était le jour parfait. Charles était un ami proche de Raphaël. Ils partageaient tous les deux cet amour pour les arts anciens et avaient eu la chance de se croiser sur les bancs de la fac. Ils s'étaient tout de suite bien entendus et, réussissant chacun de son côté ils avaient toujours gardé contact. Et depuis sa disparition, il s'était mis en tête de s'occuper de sa petite protégée. Douce fleur fragile, il n'avait pas eu le cœur de la laisser toute seule. D'ailleurs, il était la première personne qu'elle était venue voir le soir de l'annonce de la triste nouvelle. Pourquoi avait il fallu qu'elle l’apprenne en direct. Contenir ses larmes n'avait pas été difficile. Elle ne pleurait pas. Pourquoi ? Elle s'était toujours posé la question à laquelle Robert avait une réponse non sans esprit : « L'eau ça rouille ». La peine est plus vive encore lorsque l'on ne peut l'évacuer par le canal lacrimal. Una furtiva lagrima, plaisir défendu. Peu importe. C'était lui qui avait fixé les dates, et elle en était ravie. Elle s'était levée de bon matin pour avoir la journée entière pour s'échauffer.

L'heure du spectacle approchait. Lysandre se sentait prête. Jamais assez bien entendu, mais elle ne pouvait pas faire plus. Charles passa dans sa loge une heure avant le moment fatidique.

« Je peux entrer ? »
« Bien entendu, Vous êtes chez vous. »
La porté passée, il s'inclina respectueusement.
« Tu es ravissante, comme toujours. »
« Votre bonté vous honore, Monsieur. »
« Je t'ai dit de ne pas m'appeler Monsieur ! »
« Je sais m..Charles ! »
Elle sourit, il lui rendit.
« Ils t'attendent déjà tu sais ! Il y a du monde. Ils savent ce qui t'est arrivé, c'est leur manière de te soutenir. »
Elle en aurait pleuré si elle l'avait pu.
« Je ne les décevrai pas. »
Il l'honora d'un baiser sur le front. Paternel.
« Je le sais. Ils le savent. »
Il disparut.

Ce soir elle chantait pour Raphaël. Sa robe était sombre. Pas de noir, ni de vert, par superstition. Mais un bleu foncé. Quelques notes de gris pour motif. Sa voix était son atour principal. Elle n'avait qu'un seul bijou, ce collier qu'il lui avait offert un soir de Juin. Un hommage vibrant. La mise en scène était sobre. Les arias choisies fort à propos. Elle choisit de terminer sur l'air poignant de Purcell. Celui là même qu'elle se plaisait à lui chanter. Ce dernier serait une apothéose. Se servant de l'amélioration oculaire dont elle avait été dotée, elle fit apparaître au fur et à mesure un blanc paysage enneigé. Sous son blanc manteau, la nature dormait. Un homme marchait. A bout de souffle. Grand, majestueux, avec les traits de son Raphaël bien aimé. Et alors qu'il tombait de fatigue, recouvert par la neige, le spectacle prenait fin.

« I can scarcely move,
Or draw my breath,
I can scarcely move,
Or draw my breath.

Let me, let me,
Let me, let me,
Freeze again...
Let me, let me,
Freeze again to death! »

Rideau. Voila. C'en était fini. Beaucoup pleuraient un ami, elle ne pouvait pleurer le sien. D'une ample révérence elle quitta la scène. On ne lui demanda pas de rappel. Ce n'était pas poli, ce n'était pas décent, ni même adapté. Lysandre restait cependant proche de son public. C'est ainsi qu'après quelques minutes seulement. Dix tout au plus, elle apparut en haut des escaliers du hall. Resplendissante de douleur. Mater Dolorosa. Elle sourit faiblement. Tout cela l'avait légèrement apaisée. La pauvre fille rendit bien des politesses avant d'être appelée de la main par Yami, qu'elle ne connaissait que de nom. Elle lisait attentivement les lettres qu'elle recevait, et son nom était souvent revenu. Ne crachant pas sur le plaisir de pouvoir partager sa peine, il avait espéré attirer son attention. Elle répondit à l'appel et s'approcha de lui avec douceur. Elle le salua et il s'épancha en compliments. Seulement, du coin de l'oeil il avait vu Anthelme  revenir d'entre les morts. Nouveau signe de la main. Grisé par la gentillesse avec laquelle Lysandre lui avait répondu, il s'était déjà octroyé le grade d'ami.

« Hé, viens voir ! J'ai quelqu'un à te présenter ! »

Intriguée, elle suivit son enthousiasme du regard et sourit au principal intéressé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    10.06.13 17:55

Alors qu’il fonçait d’un pas décidé vers la sortie. Ayant renoncé à l’idée de retrouver son soi-disant ami pour lui cracher à la gueule. Il s’apprêtait à franchir les portes menant à la Sainte-Liberté lorsque son attention fut attirée par une main qu’il se levait. Par réflexe il porta son regard sur celle-ci et constata qu’elle appartenait à celui qui l’avait emmené ici. Ah bah tiens ! Il tombait bien. Anthelme bifurqua, attrapa dans la poche de son pantalon un bâton de réglisse à la cerise qu’il se mit à mâchonner rageusement les quelques mètres qui le séparait de l’autre jeune. Il en était à sa deuxième bouchée lorsqu’il l’atteignit, il l’avala…se racla la gorge parce qu’il avait manqué de s’étouffer en déglutissant un peu trop promptement.

_ Putain de bordel de merde, Yami ! Tu vas me le payer ! M’emmener faire des photos dans un « Concert » pour vieux chnoques ! Mes oreilles ne se remettront jamais de ce viol auditif ! J’ai jamais rien entendu d’aussi merdique de toute ma vie !

Il avait mimé les guillemets, avant de replacer correctement les longues manches de son pull fétiche. Celui noir à rayures rouges…Ou rouge à rayures noires, allez donc savoir. Il agitait sa friandise à moitié dévorée sous le nez de l’intéressé, ses yeux le fustigeant. Il était furieux, bon il lui en fallait peu. Tellement qu’il n’avait pas remarqué la présence de son sujet à leur côtés. Ce ne fut que lorsqu’il percuta l’air gêné de Yami qu’il commença à se demander ce qu’il avait. Il fronça un sourcil, s’apprêta à demander ce qu’il avait lorsqu’enfin il remarqua le teint si particulier de la…Chanteuse, là…Juste là. Oh, zut.

Bon, en temps normal…Anthelme n’avait aucun mal à dire ce qu’il pensait. Encore moins en face du concerné. Il se fichait même de blesser ou de vexer, après tout la vérité n’était pas toujours agréable à entendre. Sauf que, ce n’était pas non plus un connard. N’en déplaise à certaines mauvaises langues. Même si elle chantait incroyablement mal et des trucs d’un ennui pas possible…Il n’avait rien contre elle. Et puis, il savait faire preuve d’un minimum d’empathie, parfois. Il passa sa main dans ses cheveux d’un geste gêné…

_ Enfin, j’veux dire. J’aime pas. Ça n’engage que moi… Hm.

Il se mordit la lèvre inférieure. Fusilla son pote du regard comme pour lui dire « T’aurais pas pu me dire qu’elle était là ? Espèce de crétin ! ». Il considéra son morceau de réglisse et mordit dedans de manière plus civilisé. Tripota son appareil photo, se décida à le ranger dans le sac qui pendouillait à son épaule. Tout ça pour avoir l’air occupé. Ah ! Ce que son sale caractère pouvait le rendre roi des gaffes.



[C'est pas bien long, désolé :/]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    02.12.13 19:00

Le pauvre jeune homme fut bien vite pris doublement dans un piège qu'il n'avait certainement pas choisi de fouler du pied. Il n'avait pas la carrure d'un féru de musique classique. L'air un peu revêche, il devait s'être laissé entraîner sans avoir le temps de donner son avis sur la question. Y avait-il seulement eu une question de posée ? Certainement que non. Elle n'avait rien ajouté, lui laissant le temps de les rejoindre. Anthelme. Elle eut tout le temps de laisser son esprit courir sur les lettres de son prénom. Charmant. Délicieusement européen. Après un bref coup d’œil dans cette mémoire qui n'était autre qu'un disque dur fort bien agencé et surtout plutôt rempli, elle fit l'association des deux mots germaniques qui composaient son prénom. Un dérivé des dieux, et de protection. Son sourire s'agrandit un bref instant. Cet apport culturel avait été une bien bonne idée de ce cher Robert. A quoi bon faire une machine jolie et chantante si elle ne doit être qu'une oiselle sans saveur. Pour avoir le plaisir de la chasse il faut que la viande caresse le palais. L'Anthelme en question s'était lui même empli la bouche d'une saveur un peu plus amère. Et après un manque de standing flagrant, il démonta avec une rage certaine le spectacle auquel on avait eu l'audace de le faire assister.

En ce qui la concerne, elle se contenta de hausser un sourcil, souriant à moitié. Les autres autour y allèrent bien moins tendre ment. A peine eut il terminé que déjà la rumeur se chargeait de détruire son image. « Pour qui se prenait il ce petit freluquet bicolore. A t'on l'idée de manger dans un lieu aussi prestigieux ? Aucun respect pour le défunt. On laisse entrer n'importe qui. La musique classique devrait être préservée. » Lysandre ne quitta pas cette affection toute chaleureuse. Elle gardait le silence et n'arborait qu'un sourire en demi lune, mais la bienveillance donnait à ses yeux un éclat reconnaissable entre mille. Yami, lui, avait un peu pâli. Puis rougi en conséquence. Il ne s'attendait certainement pas à ce genre de réaction. Ses pensées couraient à vive allure. Lysandre aurait pu rétorquer quelque chose avec esprit, s'il n'était pas justement occulté par la pensée de son cher et tendre Raphaël. Ces souvenirs de duos au coin d'une cheminée chantante ne la quittaient pas. La douceur dans son regard lorsqu'il tenait son menton entre ses doigts avant de déposer un baiser sur son front. Sur ce regard qu'il lui offrait lorsqu'elle gagnait quelques notes à force d'entraînement. Elle en perdit contact avec la réalité un instant. Peut être que quelques mécanismes avaient rouillés. Qui sait.

Elle fut ramenée à la vie par les excuses maladroites du jeune homme au prénom germanique. La lueur des bougies donnaient un éclat un peu surnaturel à ce fameux collier aux couleurs étranges. Le bleu de sa robe soulignait plus encore la blancheur de sa peau, on pouvait même voir quelques veines si l'on portait l'oeil avec un peu d'insistance au creux de son cou. L'imitation était parfaite, Robert n'avait rien laissé au hasard, on pouvait s'y laisser prendre si facilement. Mais il avait toujours été bon pour ça. Un fieffé filou en effet. Qui avait du nez. Un sacré nez. Une main passa dans les cheveux bruns. Elle retrouva instantanément ce sourire qui s'était effacé. Il aurait pu penser que ses paroles l'avaient troublée, et pourtant non elle s'était juste perdue. Elle prit quelques instants avant de réagir. Yumi lui ne savait plus vraiment où se mettre.

« Pour un jeune homme au prénom si joliment connoté, je vous aurais espéré un peu plus civilisé ! »

Elle laissa un instant couler.

« Lysandre Leicester, interprête de ce viol auditif, et ravie de faire la connaissance de quelqu'un qui s'est joint au public ni par envie, ni même par hypocrisie bourgeoise. »

Devant sa perplexité, elle se permit d'éclaircir un point. Elle était sincère . Elle avança un peu plus sa main vers lui.

« Si..Vraiment ! Je suis enchanté  à l'idée de pouvoir avoir un avis de non initié, et mieux encore, de sceptique ! Cependant, je suis au regret de te dire qu'en quelques phrases, tu ne t'es pas fait que des alliés ici. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    14.01.14 1:22

L’appareil photo correctement rangé dans son sac de protection et le bâton de réglisse terminant sa vie une bonne fois pour toute, Anthelme avait relevé son regard sur la…demoiselle. Pinçant ses lèvres, quelque peu gêné. Ce qui était une chose rare, peu de choses le gênaient. Du moins, pas sa grande gueule, d’ordinaire. En revanche, être obligé de danser la carioca en pleine rue au bras d’un sombre inconnu et surtout crétin…Ça se discutait. Diable ! Il devait arrêter de penser à ce type ! Il lui avait pourri le cerveau ! Il secoua la tête pour chasser l’image de la gueule de thon de son esprit. Quelle horreur. Il plissa un œil face à ses paroles. Qu’est-ce que son prénom avait à voir là-dedans ? Il glissa un regard vers son ami qui pouvait être interprété tel que « Elle se sent bien, cette fille ? » … Et ne préféra pas relevé. A la place, il sorti un mini paquet de dragibus de son autre poche, qu’il ouvrir et dans lequel il se mit à piocher. Anthelme avait un sérieux problème avec les sucreries, étonnant qu’il n’est ni diabète ni de carries – Cela dit celles-ci, il y veillait personnellement - …Toutefois, peut-être aurait-il été judicieux qu’il pense à consulter. On lui avait souvent dit de freiner sa consommation mais jamais il n’avait écouté. Il était comme un sale drogué qui ignore totalement les conseils de ceux qui ne pensent qu’à son bien.

Elle se présenta. Assura qu’elle était ravie de faire sa connaissance. L’humain restait quelque peu…douteux face à ces propos. Etait-elle sincère ou se moquait-elle de lui ? Parce que dans ce cas-là, ils allaient avoir un problème. Il avait d’ailleurs été à deux doigts de répliquer quelque chose lorsqu’elle le coupa dans son élan. Elle insista sur le faire qu’elle pensait réellement ce qu’elle disait mais que toutefois, il s’était fait des ennemis ici. Alors ça ! Ça, il n’en avait strictement rien à faire !

- J’en ai rien à branler d’tous ces bourgeois et de c’qu’ils pensent ! – Il haussa un peu plus le ton de sa voix – Ils feraient bien de s’agiter le balai qu’ils ont dans le cul, ça les détendrait ! Au lieu de me fustiger du regard et marmonner lâchement !

Des ennemis ? Ça n’en ferait que quelques un de plus. Il en fallait beaucoup plus pour l’empêcher de vivre et surtout pour qu’il surveille ses propos. Et…Oh ! Il remarqua tout juste la main tendue vers lui. Il hésita, un court instant, puis s’en saisi pour la serrer brièvement mais certainement pas mollement.

_ Ouais, c’est ça enchanté. – Il relâcha la main – En vérité j’suis venu pour rendre service à Yami. Il tient un journal à l’université, j’devais faire les photos de son article. Inutile de préciser que j’ignorai le genre de…musique – Ce mot lui arracha la gueule – qui était jouée ici…

N’allez pas croire. Son ton s’était considérablement radoucit. Certes, il ne parlait pas spécialement bien mais ça, c’était juste lui. Encore une fois, il fusilla son ami du regard qui…en plus de l’avoir entrainer ici décida de le lâcher, là comme ça, en affirmant qu’il devait rentrer. Et, sans qu’Anthelme n’est pu le menacer, gentiment, de quoique ce soit, il s’était enfuit pour franchir les portes du théâtre.

Okay ! Okay mec ! … Bien joué ! Maintenant, c’était à lui de prendre congé…Ouais, il n’allait pas rester une éternité ici…Hein ? Sauf que maintenant, par décence – Si si, il en avait – Il devait attendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    02.02.14 1:22

Lysandre était tout à fait habituée à ce genre d'attitudes, et pourtant, elle n'y avait pas été beaucoup exposée. En général, elle avait droit à un concert de louanges plus douces les unes que les autres, et pourtant il y en avait quelques uns qui n'étaient pas friands de ce genre d'art. Elle avait même acquis cette capacité si particulière de repérer avant même que l'idée soit lancée, les appareils photos qui sont prêts à être dégainés pour l'immortalisé. Une précision effarante. Presque robotique. Inhumaine. Elle connaissait le son caractéristique, elle connaissait très bien le reflet de la lumière sur un argentique ou un numérique moins ouvragé. Parfois, elle avait même la sensation profonde que quelque part, elle les connaissait bien ces machines. Ces machines là lui parlaient, si l'on peut dire ça comme ça. Comme si...Non. Elle était bien trop fantasque. Ce qui plaisait d'ailleurs énormément à Richard.

Elle s'était égarée un instant dans les méandres de l'esprit humain. Noyée par un flot de souvenirs, d'images douces et regrettées. Un peu comme une entrée dans un mode veille, la conscience qui s'égare et fait fermer les yeux un instant. Elle se revit au coin du feu, échangeant de délicieuses banalités avec son ami de toujours. Il avait planté tant d'idées nouvelles dans son esprit qu'elle s'en trouvait toujours troublée. Il avait fait en sorte qu'elle soit dotée d'autant d'esprit que de voix. Et n'en déplaise à ses détracteurs, elle n'était pas qu'une vaine créature de vitrine. Mais elle revint bien vite à la réalité, le bruit environnant ne laissait que peu de répit aux pauvres hommes qui échangeaient des banalités dans la salle. Elle avait pour eux un regard plein de compassion. Elle n'était pas demoiselle à juger. Ils avaient certainement leurs raisons pour se comporter de manière aussi bête. Et rien que pour cette raison, ils méritaient tout le respect que l'on doit accorder à un être humain. Jamais elle n'aurait eu à l'idée de corriger qui que ce soit, et encore moins corporellement. Elle porta son attention sur la poche aux couleurs bigarrées. Les sucreries..c'était plus joli que bon. A se demander pourquoi tout le monde aimait tant ça.

Anthelme n'avait pas l'air d'être de ceux qui s'épandent en mielleuses déclarations. Non, il ressemblait plutôt à ceux qui ne se gênaient pas pour dire d'abord tout ce qui n'allait pas et s'excuser ensuite. Ce qui était peut être tout aussi douteux au fond. Mais cela n'empêcha pas Lysandre de lui sourire plus aimablement encore. Elle s'amusait toujours de constater les différences flagrantes de langage qu'il pouvait exister entre différentes classes, où seulement les ages. Elle avait pris soigneusement le temps de se pencher sur les cultures et leur langage, s'était appliquée à leur rendre hommage, et de voir celle ci maltraitée par une si jolie bouche l'amusait énormément. Elle couvrit sa bouche pour rire, son regard virevolta dans la salle, guettant les réactions qui ne tardèrent pas.

« Vous êtes un jeune homme impétueux, je serais curieuse de savoir si cela vous réussit. »

Sans moquerie aucune, la question était sincère. Elle s'intéressait autant aux cultures qu'aux personnes qui leur donnaient vie.

« De toute façon, ils ne diront jamais rien de vraiment gentil, vous savez..Ils sont comme ça. »

Il avait pris le temps de répondre, elle souriait plus encore.

« Maintenant tu sais..Mais, il paraît qu'il ne faut pas rester sur la première impression. Et ça me peine tout de même de vous voir si réticent...»

Elle laissa mourir un silence, en proie à une soudaine mélancolie. Puis son visage s'éclaira de nouveau et elle ajouta.

« Je peux vous offrir deux places en première loge. Pour quelque chose de plus moderne. Est ce que l'idée te tenterait ? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Oh please ! Just shut up !    

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh please ! Just shut up !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Tennoji :: old naniwa :: Le théâtre-