AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 25
▬ Humeur : Joueur !
▬ Profession : P.D.G Schneider Company

▬ Fiche : I'M THE BIG BOSS ! Mais chuuttt !
▬ Topics : Quand les Masques Tombent ¤ Lazar Jovovitch ¤
« L'argent. Ah ! Fléau des humains ! » Mais nous ne sommes pas humains. ¤ Matt Solveig ¤

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : Être le meilleur dresseur.

The Lord of Darkness


MessageSujet: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   13.08.13 21:23


Comme le temps lui avait semblé long. Mr. Schneider était pourtant un exprès du temps qui s'écoule avec indolence. Néanmoins cette matinée était sans fin ! Ce monde sans dessus-dessous avait apporté son lot de changement à tous. Adrian avait dû se déplacer à une réunion formelle... et ennuyeuse de surcroît ! Mais cette assemblée générale extraordinaire était maintenant finie. Certains actionnaires restèrent pour prendre une boisson chaude et discuter argent. Vous aviez encore des illusions ? Leur principale préoccupation restera toujours leur fond de retraite. Ce dernier se chiffrant en millions... Adrian serra quelques mains et échangea des mots courtois... puis il s'éclipsa !

¤oOo¤
Flâner... un terme qui correspondait plutôt bien au comportement de notre actionnaire. Malheureusement les étages étaient guère intéressants. Les employés étaient tous concentrés sur leur travail... Oh ! Exception faite de ces trois jeunes femme postées à la machine à café ! Adrian leur adressa un sourire et se dirigea vers les charmantes créatures féminines. Quelques instants plus tard, un café à la main, Adrian se dirigea vers un ascenseur. Il hésita un instant entre redescendre... et rester un peu "flâner". La deuxième option était beaucoup plus attirante. Son garde du corps pouvait bien attendre quelques heures de plus... il était payé pour ça de toute manière ! Un sourire étira ses lèvres. Il appuya sur un bouton. Les portes métalliques s'ouvrirent sur un étage quasi désert. Une secrétaire en tailleur était assise à un bureau. Adrian salua la demoiselle. Ses cheveux sombres encadraient son visage. Ses iris émeraudes étaient dissimulées par des lunettes. Une japonaise... mais pas seulement. Mr Schneider s'approcha nonchalamment. Il observa le couloir sans prêter attention à la jeune femme. Hop on fait style qu'on est pas bien dégourdi... et voilà un café renversé sur la chemise de notre actionnaire et sur le haut de la secrétaire.

« Oh mais quel maladroit je fais ! Je vous pris de m'excuser. Ça vous ennuie si j'emprunte la salle de bain de ce bureau... tous les bureau digne de ce nom possèdent une salles de bains de nos jours... prévu au cas où il y ait des incidents de ce genre. Merci ! Une grand merci pour votre gentillesse. Sincèrement ! »

Sans attendre un éventuel accord, notre cher actionnaire pénétra dans le bureau ! Oh un ordinateur ! Adrian était curieux mais pas complètement stupide. Il observa les lieux.

« Tiens... Un fauteuil ! Je ne payerai pas plus cher de toute manière. »

Adrian s'installa confortablement dans le fauteuil. Il observa sa cravate entre ses doigts. Il aimait bien cette cravate et maintenant il y avait une tâche dessus. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour s'occuper ! Il attendait patiemment que la cavalerie débarque. Si la secrétaire n'avait pas le courage - ou plutôt une certaine audace - de venir le déloger... elle irait sûrement chercher quelqu'un. Adrian tendit l'oreille. Un pas léger mais déterminé. Un sourire amusé comme ceux des enfants se dessina sur son visage. On tourna la poignée. Notre actionnaire se retourna légèrement dans le fauteuil pour faire face à la porte. Oh ! Oooh !

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Adrian E. Schneider le 05.04.16 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 329
▬ Humeur : Zazaresque
▬ Topics : Par là

Sssserpent pssssychotique.
[Lycan du serpent]


MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   09.03.15 11:55

Mr Schneider, quelle agréable surprise ! Alors, ce fauteuil ? A votre gout ? Je peux vous donner le numéro de mon fournisseur si vous voulez, il va vous adorer. Miss Sakamoto m'a raconté, pour votre chemise, c'est regrettable. Elle va s'en remettre ? La chemise je veux dire, pas ma secrétaire. Je peux aussi vous donner le numéro de mon pressing tant qu'on y est.

Puisque vous avez l'air tellement à votre aise, semblait dire ses yeux, d'une façon nettement moins joviale et chaleureuse que son sourire.

Si l'on revient quelques minutes dans le passé, il est possible d'apercevoir une Kamae dépassée par les événements se saisir de son téléphone pour prévenir son patron qu'un honorable invité s'était "perdu" du coté de son bureau. Non pas qu'il faille en faire grand cas, vu qu'absolument rien d'important - et encore moins de compromettant - n'était laissé à la vue de tous (non, tout était bien rangés derrière plusieurs mots de passe et scanners d'adn. On ne perd rien à être un peu parano) mais on ne pouvait pas non plus laisser tout le monde faire comme s'il s'agissait d'un moulin. Un minimum de tenue après tout.

Malgré tout, Lazar avait décidé de se charger du problème lui-même plutôt que d'appeler la sécurité. Il n'avait pas vraiment envie d'une esclandre. Un homme pacifiste tel que lui, enfin.

D'ailleurs, en découvrant l'identité de son invité, il se dit qu'il avait bien fait. Adrian Schneider était connu pour être un homme problématique à gérer. Du genre problème relativement délicat et casse-couille. Lazar n'était pas franchement pressé d’expérimenter ça par lui-même, mais cela ne l'avait pourtant pas empêcher d'entrer comme si de rien était, le nez sur un des dossiers holographiques qu'il avait dans la main, avant de nonchalamment saluer l'autre homme d'affaire confortablement installé dans son fauteuil, sans vraiment lui laisser l'occasion de répondre.

Le lycan s'approcha et jeta sans ménagement l'appareil holographique sur le canapé avant de s'asseoir sur le rebord du bureau, les mains dans les poches, jetant de derrière ses lunettes noires un regard de coté à l'usurpateur.

On m'a prévenu que vous vous étiez perdu après la réunion des actionnaires. Ça ne doit pas être facile de vivre avec aussi peu de sens de l'orientation. Quoique cet endroit est si grand après tout, je peux vous comprendre. C'est si facile de confondre "rez-de-chaussé" et "42éme étage" dans les ascenseurs de nos jours.

Un haussement d'épaule pour appuyer ses propos, et toujours revêtu de sa politesse toute professionnelle et de son sourire narquois, il tourna la tête pour faire face à l'autre homme, une main occupée à desserrer légèrement sa cravate rouge.

Je pourrais vous indiquer le chemin de la sortie, mais avec votre sens de l'orientation j'ai peur que vous vous égariez encore une fois, ce qui serait dommage. Je suis plutôt de bonne humeur alors à la place, je vous propose de vous raccompagner directement, ça sera bien mieux n'est-ce pas ?



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 25
▬ Humeur : Joueur !
▬ Profession : P.D.G Schneider Company

▬ Fiche : I'M THE BIG BOSS ! Mais chuuttt !
▬ Topics : Quand les Masques Tombent ¤ Lazar Jovovitch ¤
« L'argent. Ah ! Fléau des humains ! » Mais nous ne sommes pas humains. ¤ Matt Solveig ¤

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : Être le meilleur dresseur.

The Lord of Darkness


MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   03.05.15 13:18


La musique du clairon lui parvenait presque aux oreilles. La cavalerie était arrivée comme escompté ! C'est confortablement installé que notre cher vampire observa le propriétaire du bureau faire son entrée. Ce dernier lui adressa une brève salutation. Sans doute était-il trop absorbé par son dossier ou alors était-ce pour faire comme si cette situation était des plus banales. Un sourire amusé flottait toujours sur le visage de notre actionnaire. Le sourire aimable et poli de son hôte ne dissimulait pas le regard venimeux qu'il lui adressa derrière ses lunettes de soleil. Ô bien évidemment Adrian avait du mal à voir ses yeux mais il devinait les notes piquantes. Cela lui donna presque envie de sourire de plus belle. Ses yeux naviguèrent du visage de son vis-à-vis à ses mains et vise versa. Il était clair que son hôte chercherait à se débarrasser de lui et ce le plus rapidement possible. Sa position laissait clairement sous entendre que la discussion allait couper court. Cela ne tarda pas puisque qu'il lui proposa de manière courtoise de le raccompagner jusqu'à la sortie. Néanmoins la seule information que le vampire retient ce fut la bonne humeur de son hôte. Son sourire glissa en une mine faussement triste puis légèrement boudeuse. Le vampire poussa un soupir de circonstance comme si la guerre était perdue et que le temps était de rendre les armes.

« Mais qui diable a pu vous dire que je me suis perdu ?! Cette secrétaire mignonne a croqué peut être ? »

C’est avec un air aguicheur que le vampire adressa un clin d’œil au lycanthrope. Un fugace sourire amusé éclaira son visage avant de retrouver une expression sérieuse. Son regard se reporta sur sa chemise et la tâche qui trônait en son centre. Il fit mine d'épousseter le tissu comme si ce geste allait faire disparaître la tâche.

« Enfin… ce n'est pas si grave. Vous n'avez pas à vous inquiéter. Ce n'est que du tissu après tout... et je fais un peu plus mon âge ainsi. Je ressemble à un petit vieux incapable de boire sans se tâcher ! - Adrian ria gaiement avant de reprendre de façon plus ou moins sérieuse - Il est vrai que ce fauteuil est une merveille... Je serai capable de m'endormir dedans. Je doute que mes collaborateurs soient ravis si je faisais une sieste au lieu de signer la paperasse numérique qui m'incombe... mais je prendrai le numéro ne sait-on jamais. Mais avant tout rendons à César ce qui appartient à César ! »

Sur ses mots, le vampire se leva et alla s'installer sur le canapé tout proche. Ce dernier était également très confortable. Il imagina un instant son hôte faire une sieste entre deux rendez-vous… ou mission. Cette pensée le fit sourire intérieurement. Il était difficile de voir cet homme se reposer ne serait-ce qu'une seconde. Il était dévoué à cette entreprise et de surcroît à son dirigeant. Adrian croisa les jambes. Ses mains formèrent un triangle à hauteur de son nez. Il réfléchit un moment en observant son vis-à-vis. C'était sans doute la première fois de toute la conversation que son visage arborait un réel sérieux.

« Qu'est ce qui vous fait réellement penser que je me suis égaré. Peut être suis-je venu spécialement pour... vous mon cher.»

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 329
▬ Humeur : Zazaresque
▬ Topics : Par là

Sssserpent pssssychotique.
[Lycan du serpent]


MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   06.03.16 14:41

Ce léger clin d’œil que lui adressa monsieur Schneider le laissa de marbre, bien que Lazar ne doutait pas le moindre instant que nombre de jeunes femmes eurent déjà maintes fois l'occasion d'y succomber. Il lui avait suffit de voir l'air troublé de sa secrétaire, dont les joues rouges ne devaient pas être seulement du à la différence de statut social ou de caractère. Mais Lazar était lui-même un charmeur de première, quoique bien plus subtil et discret que son ostentatoire collègue. Et fidèle à son statut de serpent manipulateur, ce genre de petite tactique ne fonctionnait pas sur lui. Il les connaissait aussi.

Lazar laissa son visage arborer un sourire en coin en réponse aux fausses contrariétés rencontré par l'autre homme d'affaires. Étrangement, il n'avait aucun mal à imaginer Schneider faire une sieste en plein meeting, simplement pour faire enrager ses collègues et subordonnés. Il avait l'air d'être ce genre de personne.

Tout comme il avait typiquement l'air d'être une personne jouant un double jeu permanent. Le genre d'individu dangereux mais utile.

Allons je suis sur que vous n'êtes pas si âgé que ça. Vous m'avez l'air parfaitement fringuant.

Le rire bref avec lequel le serpent ponctua sa phrase fut accompagné d'un regard en biais nettement plus méfiant. Il suivit l'autre homme du regard tandis qu'il se levait au détriment du canapé. Le lycan ne quitta pas immédiatement sa place au bord du bureau.

Ce ne fut que lorsque son interlocuteur se décida enfin a abandonner le badinage pour arborer un air plus sérieux que Lazar se redressa à son tour.

« Qu'est ce qui vous fait réellement penser que je me suis égaré. Peut être suis-je venu spécialement pour... vous mon cher. »

Oh ?

Voila. Peut-être allaient-ils enfin passer aux choses sérieuses au lieu de jouer les innocents.

Lazar contourna le bureau pour actionner le verrouillage de la porte. Il avait le sentiment que ce que cet homme avait à lui dire n'avait pas à sortir de cette pièce.

Quel dommage, moi qui pensais que nous étions partis pour discuter fournitures de bureau jusqu'à pas d'heure. Un faux soupir, un sourire en coin, et il s'installa enfin dans le fameux fauteuil. Et bien, qu'ai-je donc de si intéressant pour attiser la curiosité d'un homme respectable tel que vous, Mr Schneider ?

Le sarcasme dans sa dernière phrase était tout autant destiné à son hôte qu'à lui-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 25
▬ Humeur : Joueur !
▬ Profession : P.D.G Schneider Company

▬ Fiche : I'M THE BIG BOSS ! Mais chuuttt !
▬ Topics : Quand les Masques Tombent ¤ Lazar Jovovitch ¤
« L'argent. Ah ! Fléau des humains ! » Mais nous ne sommes pas humains. ¤ Matt Solveig ¤

| D O S S I E R |
▬ Je suis : TU SAURAS PAS.
▬ Je veux : Être le meilleur dresseur.

The Lord of Darkness


MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   05.04.16 13:58


Oh ! Cette réponse anodine était en train de changer complètement leur entrevue. Son interlocuteur se déplaça vers la porte de son bureau pour la verrouiller. Un léger froissement de tissu était perceptible. Il était presque aussi silencieux qu'une ombre. Un sourire en coin se dessina lentement sur les lèvres du vampire. Son hôte semblait enfin le prendre au sérieux. Sa réponse quelque peu cynique eut pour effet de faire rire Adrian. Un rire sans joie. Ils étaient respectables en un sens... et respectés par certaines personnes.

«  Nous pourrions discuter de banalité... mais entre nous, les amabilité et faux semblant ne rime à rien, vous ne croyez pas ? »

Ses doigts s'emparèrent de la tablette holographique éteinte. Il la déposa délicatement sur le bureau en alignement avec ce dernier. Adrian repris place dans le divan confortable. Il appuya son dos contre le dossier de ce dernier. Ses jambes étaient tendues devant lui alors que ses chevilles étaient croisées. Ses mains lissaient sa cravate tâchée. Un sourire énigmatique flottait sur le visage du vampire.

« Vous êtes quelqu'un de forcement intéressant... sinon vous n'occuperiez pas votre poste actuel. »

Figure emblématique de la HealthTech Company ! Son hôte était au premier plan quand un annonce devait être faite en publique. Ô bien évidemment la compagnie possédaient une armée de spécialistes en presse et communication... Néanmoins ce n'est pas le PDG de la compagnie que les citoyens voyaient apparaître sur leur écran lors déclarations officielles... mais bel et bien le visage du lycanthrope : le fidèle bras droit de Salomon Andrea. Lazar Jovovitch faisait partie des plus hautes sphères de cette ville. Quoi de plus fascinant ?!

« Croyez le ou non mon cher... je me fais du soucis pour vous. »

Cette fois son éternel sourire avait disparu. Son visage était sombre. Il fixait le visage de son interlocuteur. Adrian se redressa lentement. Sa main gauche enserra la branche de ses lunettes de soleil. Il ôta ces dernières qui laissèrent apparaître ses yeux sombres. Dans un geste familier il rangeant la paire dans la poche intérieure de sa veste. Ses prunelles n'avaient pas quitter le visage qui lui faisait face.

« Nous vivons des temps troubles... Notre monde peut-être annihilé dans un battement d'aile furibonde. Les actionnaires ont peur pour leur argent certes... mais également pour leur espérance de vie tellement fugace. Que se passera-t-il si votre cher employeur et... mécène venait à disparaître ? Je lui souhaite bien évidemment une longue vie prospère... mais... Avez-vous une sortie de secours si les choses tournaient mal ? »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 329
▬ Humeur : Zazaresque
▬ Topics : Par là

Sssserpent pssssychotique.
[Lycan du serpent]


MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   17.04.16 17:00

« Vous êtes quelqu'un de forcement intéressant... sinon vous n'occuperiez pas votre poste actuel. »

L’intéressé balaya la remarque d'un vague geste de la main. Il était un homme intéressant ? Surement. Son passé était tenu extrêmement secret et quiconque ayant eu l'occasion de vouloir s'y intéresser, journalistes ou futurs associés, ne pouvait que se casser les dents et être intrigué sur l'absence totale de documents concernant sa vie d'avant HealthTech. Pour l'imaginaire collectif, il était apparu de nul part, un beau jour, et s'était mystérieusement hissé en temps que bras droit de l'homme le plus influent de la ville. C'en était à tel point que, si le public se doutait forcement de sa nature de lycan, peu étaient au courant du type de gêne animal parcourant son corps.

Et c'était parfait comme ça. Que les gens continuent de penser qu'aucun effort ni sacrifice n'avait était fait. Qu'il était effectivement "apparu" un beau jour sans raison ni explication, comme une ombre, comme quelque chose dont l'on ne remet même pas la présence ou l'existence en cause. Il était là, et c'était tout. Conserver cette image l'arrangeait. Ainsi, les gens ne cherchaient pas à comprendre, à savoir. Lazar ne souhaitait pas qu'on le trouve intéressant. Cela ne pouvait apporter que trop d'attention et de problème, lui qui en avait déjà bien assez comme ça.

Le problème, c'est que dans l'immédiat, son interlocuteur semblait bien proche de vouloir franchir la limite. Et ça ne lui plaisait pas.

Lazar lui laissa un instant le bénéfice du doute, décidant de le laisser continuer, suivant du regard le moindre de ses gestes derrières ses verres fumés. Il attendait que visiteur impromptu arrive enfin là où il voulait en venir.

Et bon sang, il ne fut pas déçu.

De toutes les choses que Mr. Schneider aurait pu vouloir lui répondre, celle-ci fut la moins attendue. Si peu attendue en fait, que ses pupilles s’agrandirent derrières les lunettes de soleil, et qu'il ne lui fallu pas plus de cinq secondes avant d'exploser d'un rire maîtrisé.

Ahah, excusez-moi. Il reprit son souffle un instant. Sachez que je suis très touché par votre sollicitude Mr. Schneider. Mais n'ayez crainte. Le lycan quitta le rebord du bureau sur lequel il avait prit appui pour récupérer sa place sur son cher fauteuil, jambes croisées. Mr. Andrea est actuellement dans un lieu tenu secret, lieu à partir duquel il est parfaitement en sécurité et apte à suivre l'actualité de notre compagnie puis de me transmettre ses directives, le tout en pouvant vaquer à ses propres affaires en paix. Quand à moi...

Une pause, durant laquelle une atmosphère glaciale s'installa. Son visage se ferma et ce fut avec un sourire parfaitement factice et froid qu'il observait à présent son interlocuteur. Quelque chose, un mot, rien de plus, lui avait déplu dans la phrase de ce dernier. Il avait qualifié son patron de "mécène".C'était en effet un des rôles qu'a eu Solomon Andréa à leur rencontre. Mais cela faisait partie de ce passé caché. En vérité, il était probable, voire quasiment certain, que Schneider n'avait utilisé ce mot que par pur hasard, ou pour parler au figuré, vu qu'il lui était littéralement impossible de savoir quoi que ce soit. Mais pour autant, cela mis d'emblée Lazar sur un tout autre niveau de méfiance.

Quant à moi, reprit-il avec un ton joyeux, et ce fut comme si ces quelques secondes glaciales n'avaient jamais existé, je sais que je suis loin de n'avoir que des amis, mais je saurais parfaitement m'en sortir. Après tout, ce n'est pas une nouveauté.

Pendant un instant, l'image d'un corps repêché dans la baie et celle d'une jeune médecin-légiste de sa connaissance lui arrivèrent à l'esprit, mais il se dépêcha de les mettre de coté pour le moment.

Alors à moins que vous n'ayez un nouveau système de sécurité à me proposer pour mon bureau, je ne vois pas vraiment ce que vous pouvez faire de plus pour moi - sans vouloir vous manquer de respect. Mais j’apprécie votre inquiétude. Sachez juste qu'elle n'est pas fondée.

Oh, bien sur que si, elle l'était. Mais Lazar préférait se faire couper la tête qu'avoir à faire confiance à quelqu'un d'autre que son patron.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les Masques tombent... [Lazar Jovovitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Kita :: autres lieux :: HealthTech Company-