AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   27.07.11 15:05

Dans le froid du sous sol, on ne ressent aucune émotion. Tout est stérile. Les chairs s'engourdissent et vos membres se transforment en coton. Une seule pensée vous hante indéfiniment. Ce n'est quand remontent à la surface que l'on se rend compte de la dureté de cet univers. Cependant avec le temps l'être humain s'habitue à ces conditions. On fait fie de ce qui nous entoure. Pour compagnons de route, les morts sont nos amis. Ce monde peut être même apaisent. Face à la folie consommatrice, c'est une grotte rassurante. Mais chaque soir il faut partir, affronter de nouveau la foule. On se retrouve alors balloté de personne en personne, n'espèrent qu'une chose: revenir au plus vite dans notre nid douillet. Certes ce comportement fait preuve d'une grande lâcheté. Pourtant qui n'a pas rêvé d'avoir son jardin secret ? Moi cette situation m'a toujours convenu. Pendant des années je me suis cachée dans les entrailles de la terre, ne voulant plus jamais avoir à faire aux autres. C'était ma punition, ma rédemption. Dans le noir je priais de toutes mes forces pour ne faire plus qu'un avec mes amis, appartenir à leur monde. Lentement je me suis laissée bercée par la froideur des lieux. Petit à petit je n'ai plus fait attention à mon physique, à mon apparence. Et le puits c'est refermé, ne laissent qu'un faible halo de lumière passer. Les jours, les heures, les mois ont passé. Quand on ne prête plus l'oreille à la vie, la vie vous oublie. Comme un fantôme on passe à travers les gens résigné. Mais ne rêvons pas nous en secret que quelqu'un vienne nous délivrer de notre prison ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 2647
▬ Humeur : A faire des cookies.
▬ Fiche : Bleh
▬ Topics : Par ici

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une patate qui parle.
▬ Je veux : Un cerveau.

|Fondatrice|
A des pitits papillons dedans sa tête


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   29.08.11 17:43

Plus l'on a l'habitude de côtoyer quelque chose, moins l'on y fait attention. Les vives émotions du début perdent de leur tragique, de leur piquant, pour ne devenir qu'ennuie et froideur. C'était valable pour tout. Vraiment tout. Même la mort, même la guerre, même les horreurs gluantes d'inventivités de l'Humanité. Tout. Exit les grands discours pacifistes sur les abominations qui jamais ne pourrait être acceptables. Tout était faux. On s'accommodait de tout. C'était d'ailleurs le propre de l'Homme. L'Adaptation. Avec un grand A, en gras, rouge, police 35. Pourquoi tenter d'aller contre cette superbe caractéristique ?
L'Hybride avait abandonné depuis longtemps. Elle s'était habituée à la mort. Comme tout ceux qui travaillait ou étudiait dans cet endroit. Un hôpital. Voila le lieu où l'on côtoyait le plus la Grande Faucheuse. Point de champs de batailles. Points de camps de concentration. Point de prisons. Non, c'était bien plus proche et omniprésent que tout cela. Un hôpital. C'était suffisant. Elle s'enfonçait au plus profond des lieux, plongeant dans un monde de javel et de carrelage blanc, d'éclairage trop puissants et de scalpels trop coupants. Ici, elle n'était ni particulièrement mal à l'aise, ni franchement heureuse. C'était un autre univers.
Elle savait son amie Clover friande de cette ambiance calme et oppressante. Aï avait toujours été en marge de la société, bien plus que le pire des exclus. Le fait même qu'elle puisse avoir des "amis" devait être surprenant pour la plupart des gens. Sans compter ses... Bizarreries.

- Si tu ne l'a pas encore mangé, j'ai besoin du corps du jeune Lycan qu'on t'a amené ce matin. Et de ton rapport d'autopsie. Et de ta présence, ce soir, avec moi. Pour diner. Restau indien, ça te va ?

Tandis qu'elle parlait, elle ne s'arrêta pas, ne lui lança même pas un regard. C'était là une bien étrange amitié qui les liait. Elle se contenta de passer devant les cadavres cachés par des bâches blanches - de simples morceaux de viande à présent. Ayant besoin d'un dossier en particulier, elle ouvrit la porte d'une pièce d'autopsie secondaire, servant plus à stocker des documents qu'autre chose. La jeune femme s'arrêta net sur le seuil en tombant nez à nez avec un parfait inconnu qui tenait plus du patient interné que du médecin. Elle jeta un rapide coup d'œil à Aï, qui lui tournait le dos. Elle n'avait pas l'air au courant qu'un intrus squattait une de ses salles.

- Je peux savoir ce que vous faite ici ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   18.09.11 23:17

Blanc. Et cette odeur de propreté absolue qui régnait partout. Dimitri détestait ça autant qu’il était possible de le faire. Il détestait les hôpitaux et tout ce que ça pouvait bien signifier. Il détestait ce silence, tout ce rassemblement de maladies, la mort omniprésente qu’on devinait à chaque coin de couloir, aux aguets. C’était d’un glauque. Il détestait jusqu’au simple fait d’y occuper une chambre en ce moment même. Et surtout, il détestait être obligé d’admettre que s’il se trouvait là et dans un tel état, c’était uniquement parce qu’il était vraiment trop con. Chest’ l’avait pourtant prévenu, qu’il valait mieux attendre un peu. Qu’il fallait qu’il garde la tête froide.
Sauf que Dimitri, une fois qu’on l’avait foutu en rogne c’était bien parti pour chier des bulles. Et dans ce genre de situation, il écoutait rarement les bons conseils des autres quand bien même c’était des bons potes. Parce que merde quoi, y a un moment où fallait arrêter de se foutre de sa gueule comme ça.

La suite des évènements s’était chargée de prouver à quel point Chest’ avait eu raison (et accessoirement, à quel point il ne se gênerait pas pour seriner Dimitri avec des « je te l’avais bien dit ! » à toutes les sauces dès lors qu’il en aurait l’occasion). Et le mécano ne faisant pas partie de tous ces gens non-humains possédant généralement une constitution plus solide doublée d’un système régénératif bien plus performant, il n’était pas exagéré de dire qu’il avait sévèrement bouffé, là.
Enfin il avait déjà vu pire hein, son bras droit il l’avait pas perdu en faisant la cuisine après tout ; il s’en remettrait. Mais son amour propre souffrait et les antidouleurs dont on l’avait bourré n’étaient pas franchement conçus pour agir là-dessus. Déjà qu’ils avaient peine à lui faire oublier la désagréable sensation d’un os en plus de morceaux qu’il ne devrait l’être, alors fallait pas trop en exiger d’eux non plus.
Dimitri posa les pieds sur le sol en pestant à haute voix contre ce crétin qui n’était pas foutu de rester immobile le temps qu’il se remette debout. On voulait qu’il reste encore un peu ici, mais qu’ils aillent se faire foutre ! Il n’allait certainement pas attendre bien sagement dans le lit comme un gamin à qui on aurait intimé d’aller au coin pour l’aprèm, en plus les infirmières n’étaient même pas sexy mais paies ta désillusion quoi. Hors de question qu’il passe une minute de plus dans cette pièce livide.


Et c’est donc le plus naturellement du monde qu’il se retrouva dans les sous-sols de l’hôpital alors qu’il s’efforçait jusque là de suivre au mieux les indications concernant une éventuelle sortie. Il lui avait bien semblé à un moment aussi, que descendre encore un escalier alors qu’il lui semblait se trouver au RDC c’était pas normal. On excusera cependant son neurone complètement shooté de l’avoir conduit là, lui qui en temps normal ne faisait pas de la réflexion et la logique ses points forts. Le temps qu’il réalise la situation fut donc en conséquence, et il réalisa vraiment que quelque chose clochait quand il traversa ce qui s’apparentait à une morgue. Les trucs comme ça n’étaient-ils pas censés être un peu à l’écart du reste ? Il la traversa sans se poser plus de questions pour déboucher dans une autre pièce moins glauque, sans autre issue que la porte par laquelle il venait d’y entrer. Quelqu’un était en train de lui demander ce qu’il foutait ici, tandis qu’il essayait de remettre un peu d’ordre dans son esprit complètement embrouillé et.. –no, wait. Quelqu’un était en train de lui parler ? Il n’était donc pas seul ? Dimitri se retourna aussi sec – du moins pensa-t-il le faire, avant de perdre l’équilibre et de se rattraper de justesse à un rebord de table, putains de médocs de mes deux – pour tomber nez-à-nez avec une de ces paire de s… non pardon, avec une jeune femme qui n’avait pas l’air des plus ravis de le trouver ici. Et qui avait de jolis arguments dont ses yeux avaient le plus grand mal à se détacher.

« Je cherchais… la sortie ? Pour, euh. sortir. »
Tadaaaa, Captain Obvious à la rescousse !

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 2647
▬ Humeur : A faire des cookies.
▬ Fiche : Bleh
▬ Topics : Par ici

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une patate qui parle.
▬ Je veux : Un cerveau.

|Fondatrice|
A des pitits papillons dedans sa tête


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   14.03.12 10:45

« Je cherchais… la sortie ? Pour, euh. sortir. »

Bravo mec. T'es un bon toi.

Il n'avait pas l'air d'avoir inventé la poudre ce type. Ça se voyait du premier coup d'œil. Et ce n'était pas dû qu'à l'évidente prise abusive de medocs - ses pupilles étaient plus dilatées que /!\ warning - censure comparaison salace R18.
Mis à part son haussement de sourcil interrogateur, la doctoresse affichait une expression fermée. Non pas que cet homme ai l'air bien menaçant, mais on en voyait de belles dans le domaine hospitalier, et l'on pouvait toujours être surprit : Des patients doux comme des agneaux devenaient des boules de nerfs incontrôlables et dangereux sans crier gare, simplement car les médicament auxquels ils n'étaient pas habitués leurs faisaient perdre le sens des réalités ou leurs détraquaient gentiment le ciboulo. Elle s'efforça donc de rester la plus neutre possible malgré la forte envie de facepalmer qui grimpait, grimpait, grimpait... Et qui semblait particulièrement justifiée.

La jeune femme jeta un coup dans son dos. Plus de trace d'Aï. Ça ne l'aurait pas étonné que la Clover ai remarqué le manège en train de se dérouler et, ayant vite comprit la situation future, se soit éclipsée en douce pour laisser Kohane gérer tout ça afin de pouvoir prendre sa pause déjeuner en toute tranquillité. Traitresse !

- C'est que la sortie Monsieur, vous y êtes. Mais ce n'est pas la bonne. Ici, c'est plutôt la porte de secours pour les quartiers de viande.

Du pouce, elle désigna le cadavre étendu sur la table d'autopsie derrière elle à titre d'exemple. Respect à la mémoire des morts ? Foutaises. A l'extérieur, peut-être. A l'extérieur, elle était toujours une femme avec son lot de sensiblerie et son rôle de médecin qui se doit de sauver des vie, respectant cette dernière plus que tout. Mais ici, dans les sombres sous-sols de l'hôpital, le seul endroit où elle était encore habilitée à porter la blouse blanche de façon légale et officielle, il n'y avait pas de place pour tout ça. Au début, on était dégoutés. Au début, on continuait à considérer les corps avec déférence, certains leurs parlaient comme s'ils étaient vivants même. Mais après, on n'arrive plus à rien voir d'autre que des chairs froides en décomposition.

Bref, tout ça pour conclure qu'en fait, elle s'en tamponnait le popotin avec le pinceau de l'indifférence, des macchabées de cette morgue. Mais elle se doutait que la vision d'une dépouille les entrailles ou le cervelet à l'air, ce n'était pas spécialement une cure de jouvence pour le citoyen lambda. En conséquence, elle estima utile, éventuellement, de faire partir le bon monsieur d'ici.

- Vous par contre, vous me semblez en pleine forme. ...Presque. Corrigea-t-elle.

Tout en parlant, elle s'avança et le saisit sans brusquerie par le bras pour le tirer hors du débarras. Elle espérait qu'il ne ferait pas d'histoires.

- Un bœuf pourrait vous passer dessus que ce serait à lui d'aller à l'hôpital. Allons, sortez.

Elle avait ce ton dégagé et faussement joyeux qu'adoptaient toutes les infirmières face à une personne âgé ou mentalement déficiente. Quant à savoir dans laquelle de ces catégories se situait Mister Punk-is-not-dead, ce ne serait pas bien difficile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   20.03.12 13:28

« C'est que la sortie Monsieur, vous y êtes. Mais ce n'est pas la bonne. Ici, c'est plutôt la porte de secours pour les quartiers de viande. »

D’après le magnifique proverbe selon lequel quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt, le regard de Dimitri se porta en premier lieu sur le pouce de l’interlocutrice après avoir réussi par on ne sait quel miracle à se détacher de son bonnet F, avant de finalement switcher vers le quartier de viande en question. Un petit sourire vint s’inviter sur ses lèvres, le bonhomme étant plutôt sensible à ce genre d’humour noir (et l’état dans lequel il se trouvait actuellement n’arrangeait pas les choses), mais il ne répondit rien à ça, étant un minimum conscient qu’en ce moment les mots avaient plutôt du mal pour ce qui était de s’aligner d’une façon logique dans sa bouche. Déjà que l’éloquence n’avait jamais été son fort en temps normal…

Dimitri, lui, n’avait pas l’air d’être plus dérangé que ça à la vue du cadavre – ce n’était pas comme s’il n’en avait jamais vu avant, bien au contraire même au vu du milieu pourri dans lequel il vivait –, en conséquence de quoi il était tout à fait disposé à continuer ce simili de conversation avec l’inconnue. Mais celle-ci ne semblait pas vraiment se trouver du même avis que lui, puisqu’elle lui attrapa fermement le bras dans l’intention de le faire sortir d’ici (oui, même lui était capable de comprendre le but de son geste).
Sauf qu’il s’avéra rapidement que ce n’était la meilleure idée qui soit.
Comme on le sait, monsieur était plutôt chargé en ce moment. Et lorsque le précieux appui que lui conférait la table derrière lui lui fut retiré, le sol n’attendit pas une seconde de plus pour recommencer à se prendre pour un océan en pleine tempête. Mais son seul bras valide étant tenu par la jeune femme, il n’avait donc aucune autre solution de secours que de s’accrocher à elle pour ne pas trop perdre l’équilibre. Ouais. Ça aurait peut-être pu marcher si leurs rôles avaient été inversés, au vu de leurs carrures respectives, mais là ça n’empêcha rien du tout. Et franchement, essayez-donc de vous rattraper quand vous vous sentez irrésistiblement attiré vers le sol, mais que le bras qui pourrait vous épargner ça est inutilisable et que l’autre n’est pas vraiment en position de faire quoi que ce soit pour vous. Oh bien sûr, elle pouvait toujours le lâcher pour ne pas être entraînée avec lui, sachant que dans les films ce genre de chute génère immanquablement une situation gênante pour les deux protagonistes. Mais ça ne l’empêcha pas, lui, de s’agripper instinctivement à elle.
Bien sûr, comme on n’est pas dans un film, il fut au final le seul à se retrouver le cul par terre *dommage*, bien que le fait de s’être accroché à elle ait tout de même un peu limité les dégâts : au lieu d’un vautrage tout en beauté, il se retrouvait juste connement assis sur du carrelage glacé. Le choc alla tout de même se manifester jusque dans son bras cassé et lui arracha une petite grimace de douleur, tandis qu’il avait la désagréable impression que quelqu’un jouait au yoyo avec son estomac.
Dimitri porta sa main droite à son front, appréciant la fraîcheur du métal contre sa peau fiévreuse mais, voyant que ça n’avait pas trop l’air de vouloir se calmer à l’intérieur, préféra prendre les devants – une fois n’est pas coutume.

« T’aurais pas une bassine ? … ou n’importe quoi d’autre dans le genre, en fait. »

Un sous entendu assez explicite comme quoi il risquait fort de lui refaire le sol dans les plus brefs délais le cas contraire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 2647
▬ Humeur : A faire des cookies.
▬ Fiche : Bleh
▬ Topics : Par ici

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une patate qui parle.
▬ Je veux : Un cerveau.

|Fondatrice|
A des pitits papillons dedans sa tête


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   18.10.12 21:32

Finalement, s'occuper uniquement de cadavres, ça n'avait pas l'air si mal que ça.
C'est vrai quoi : Eux au moins, on pouvait leur accorder le crédit de ne pas pas faire chier le monde. Un mort, c'est mort. Point. Ça braille pas, ça tergiverse pas, ça réclame pas à bouffer toutes les cinq minutes, ça tente pas de t'entrainer dans sa chute quand ça s'éclate la binette, ça nécessite pas de t'obliger à garder la zen-attitude parce que tu veux leur gueuler dessus - quoique, y'en a qui se gêne pas pour gueuler, justement - et, plus important que tout, ça menace pas de te vomir dessus.

Le bonheur.

Aï, reviens ! Ça te tenterai pas d'échanger les places ?

- Outre le fait que nous n'avons pas élevé les vaches et les cochons ensembles - dieu merci -, je pense pouvoir trouver ça, à la condition que vous vous reteniez assez longtemps. Si vous dégueulez à coté, c'est vous qui vous collez au nettoyage.

Elle était déjà en train de parcourir la pièce du regard à vitesse grand V, cherchant LA bassine salvatrice, pour le bien du carrelage tout propre et aseptisé. Devant la familiarité mal placée de l'inconnu, elle sentait qu'elle-même allait avoir du mal à garder l'image parfaite et proprette de la douce infirmière gentille, polie et agréable avec tout le monde. Surtout s'il continuait dans cette voie. Mais bon. Elle allait simplement lui trouver sa fichue bassine, le raccompagner à l'étage pour le remettre entre les mains d'une véritable aide-soignante ayant dédiée sa vie à ça, bla bla bla, puis elle retournerai chercher refuge dans le silence calme de la morgue pour son étude. Accessoirement, elle engueulerai Aï pour l'avoir aussi lâchement laissée tomber. Tss.

- Je... Mince.

Ah oui. Problème. Plus les secondes passaient en l'absence du précieux récipient, plus la précipitation l'envahit. Il lui semblait que l'autre avait des hauts-le-cœur. Elle DEVAIT trouver.

Et.

Et.

Eeeeeeeeeeeeeeeet. Et la dernière bassine utilisable qu'elle avait bien pu voir, elle était dans la chambre d'un patient, trois étages plus haut.

Et merde.

Advienne que pourra.

- Prenez ça, on a rien d'autre !

Elle se saisit du sceau posé à l'extérieur de la pièce, juste à coté de la porte, et le lui mit en urgence sous le nez.
Elle se rendit compte un peu trop tard qu'il s'agissait du sceau à viscères qu'utilisait Aï lors de ses autopsies.
Et qu'il était, disons... Plein.

Bon appétit bien sur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   09.11.12 19:48

« Élever des vaches et des cochons ? C’t’idée bizarre… »

Il eut un rire un peu bête et puis, oh ! Une bassine ! La chose la plus merveilleuse qui puisse exister au monde en cet instant précis, songea-t-il en voyant la jeune femme revenir avec le saint Graal entre les mains. Ou aurais-je dû dire, songea-t-il avant que la bassine ne soit généreusement déposée juste sous son nez et qu’il puisse à loisir y contempler le contenu des plus… eh bien, viscéreux me semble un terme plutôt approprié pour une description compréhensible par tous, quand bien même est-ce là un qualificatif qui n’existait pas avant d’être retranscrit dans le texte ci-présent.

Pendant quelques nano secondes après avoir été présenté au seau, à ses habitants et à sa charmante odeur, il ne se passa rien.
Puis, pendant les quelques autres nano secondes qui suivirent… il ne se passa toujours rien.
Et enfin le contenu de l’estomac de Dimitri réalisa la soudaine passion qu’il éprouvait pour le seau, ses habitants et sa charmante odeur, et s’empressa dès lors de quitter son précédent habitacle pour aller leur rendre une petite visite.
Le ruskov dégueula donc tripes et boyaux jusqu’à ce qu’il n’ait plus à recracher qu’une bile amère qui lui brûlait la gorge. Avant de s’empresser de pousser du bout du pied la bassine afin que son doux fumet cesse enfin de visiter ses narines.

Ah, il aurait donné son royaume pour un peu d’eau à présent que ses entrailles cessaient de s’agiter un peu trop méchamment ! Un royaume certes pas très reluisant puisqu’il n’était roi de rien d’autre que de son garage et de sa moto, mais ceux-là revêtaient une valeur inestimable aux yeux de qui n’avait rien d’autre, et démontraient donc réellement à quel point son désir d’eau était fort.

« Merci. »

Un peu de politesse dans ce monde de fous. Ah, c’est beau.
Mais pour l’heure, il y avait quelque chose de plus important encore.

« Eeet alors… Tu fais quelque chose ce soir, sinon ? »

Heureux sont les simples d’esprit et les punks shootés à la morphine tellement à la ramasse qu’ils ne sont pas capable de se rendre compte du ridicule à la limite du burlesque de la situation présente !
Dimitri, bien sûr, ignorait complètement qu’il avait à peu près autant de chance d’arriver à quoi que ce soit avec cette paire de sei..-avec cette jeune femme fort charmante qu’un lémurien à fourrure rousse ondulée n’en avait de rencontrer un zèbre rose et vert au pub du coin lors de la soirée spéciale Quidditch organisée tous les sixièmes weekends de chaque mois.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Renaissance [Pv Kohane & Dimitri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Kita :: le coeur :: l'hôpital-