AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kokoboobs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Kohane Natsuki

Kohane Natsuki


▬ Nombre de messages : 2647
▬ Humeur : A faire des cookies.
▬ Fiche : Bleh
▬ Topics : Par ici

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une patate qui parle.
▬ Je veux : Un cerveau.

|Fondatrice|
A des pitits papillons dedans sa tête


Kokoboobs Vide
MessageSujet: Kokoboobs   Kokoboobs Icon_minitime28.08.08 10:37



KOHANE NATSUKI

IDENTITÉ

▬ Nom : Natsuki
▬ Prénom : Kohané
▬ Origines : Père anglais, et son ange de mère avait la nationalité japonaise.
▬ Âge & Date de naissance : 29 ans, née le 30 janvier.
▬ Sexe : Obvious.

▬ Habitude(s) / Manie(s) :
▲ Carburer au café ▲ Faire tressauter sa jambe quand elle est assise. ▲ S'arracher la peau autour des ongles quand elle stresse. ▲ Piquer des livres à Mihaël. Des tonnes de livres. ▲ S'installer la tête à l'envers sur les canapés et fauteuils. ▲ Se balader en petite culotte à la maison.
▬ Phobie(s) / Crainte(s) :
Bloque complètement lorsqu'elle se fait attaquer/agresser, devenant incapable de réagir. ▲ Coulrophobie ▲ Légère claustrophobie ▲ Légère autophobie.

▬ Groupe souhaité : Hybride
▬ Hybridation : Nephilim (Humain/Ange)

▬ Métier/Occupation : Médecin marron.


LE PRINCIPAL


CARACTÈRESérieusement, il est assez simple de comprendre Kohané. La jeune femme n'a pas un mode de fonctionnement très complexe, et même si elle peut paraître compliquée et secrète au premier abord, ses proches peuvent lire en elle comme dans un livre ouvert. Ce qu'elle refuse d'admettre.
Lunatique. C'est bien le mot qui la caractérise le mieux. Aussi aléatoire que le temps, elle ne sait pas modérer ses brusques changements d'humeurs. De la joie franche et vivace, elle est en effet capable de déprimer brusquement, de se perdre dans ses pensées et de stresser pour un rien, résultat d'une anxiété excessive. Anxiété qui se caractérise souvent sous la forme de tics qu'elle se traine depuis l'enfance. D'ailleurs, elle se faisait souvent gronder à ce propos car, dixit ses parents, « se ronger les ongles est inélégant pour une fille ». Dommage, les tapes à répétition sur les mains n'ont pas réussit à lui enlever cette manie.

Le principal problème de Kohané est sa maladresse dans les relations sociales. Elle n'aime pas la foule, ni les endroits bruyants, mais la solitude totale lui fait peur. Refusant donc d'être seule en permanence, elle se force à aller vers les autres, à être vive et franche, alors qu'elle est en réalité assez timide. Devoir faire semblant à ce point l'épuise, et contribue souvent à creuser un fossé entre elle-même et ceux qu'elle désire approcher. En contrepartie, elle a tendance à être excessivement protectrice envers ses proches, s'inquiétant pour eux souvent sans raison apparente.
Il est aussi possible d'expliquer cet attachement par son instinct maternel développé. Kohané n'est pas franchement une adepte du baby-sitting, c'est même tout le contraire et elle n'a pas assez de patience pour s'occuper à longueur de temps d'un enfant, mais oui, elle a tendance à materner et à chouchouter ses amis. Leur cuisiner des petits plats, les inviter autant que faire se peut chez elle, les forcer à bien se couvrir avant de sortir dehors ou leur acheter des petits cadeaux, c'est son truc. Elle aime faire plaisir aux gens qu'elle apprécie. Et dans une mesure plus égocentrique, elle aime être remerciée et considérée pour ses actes.

Égocentrique car il ne faut pas s'y tromper : La jeune femme vit pour elle-même. Pas pour le monde. Son sens de la justice est plutôt modéré, et elle n'est pas vraiment philanthrope. Méfiante avec les gens qu'elle ne connait pas, ou qui sont trop différente d'elle, elle tient à son petit confort et le fait savoir. Franche et de nature honnête, elle n'hésitera pas à balancer ses quatre vérités à quelqu'un, et à le remuer si nécessaire. D'un autre coté, elle se laisse très facilement attendrir. Elle a par exemple du mal à résister à l'envie d'adopter un chat abandonné, ou à en vouloir trop longtemps à une personne qui regrette sincèrement une hypothétique crasse ou trahison. La jeune hybride s'attache en effet à peu de personne, mais elle est du genre à accorder une confiance et une fidélité solide en échange de leur affection.

Pour terminer, il serait bon d'évoquer le coté moins... Sérieux de sa personnalité. Mis à part quand elle travaille ou étudie, elle est tout à fait du genre à péter un câble à tout moment, à « avoir la connerie ». C'est-à-dire taquiner les gens, s'accrocher à eux ou rire pour pas grand-chose. Assez rêveuse, tête-en-l'air, elle possède ce petit grain de folie qu'on les artistes. Car Kohané a toujours préféré l'histoire, les arts et la littérature à ces choses plus logiques et pragmatiques que sont les sciences. Elle croit aux esprits, aux êtres féériques et aux choses surnaturelles – elle a cru au Monstre sous le lit pendant très longtemps. Très gourmande, en particulier des choses sucrées, et adepte des jeux vidéos et de l'informatique, elle est aussi assez flemmarde quand elle est chez elle. Étrangement, sa maison est absolument nickel, propre et rangée, sauf dans sa chambre et dans la pièce qui lui sert à la fois de bureau et de bibliothèque. Les deux endroits de l'habitation tellement bordélique qu'il vaut mieux éviter d'y entrer, par sécurité.




PHYSIQUEBien, puisqu'il faut y aller, allons-y. Que peut dire Kohané quand elle croise son reflet dans un miroir ?
De manière objective, elle dit avoir un visage agréable. Elle n'est pas un mannequin à la beauté fatale, mais elle est parfaitement satisfaite d'elle-même. Elle trouve juste que son visage fin est un peu trop rond, ce qui lui donne un air enfantin qui peut être gênant dans certaines situations, notamment dans le milieu professionnel. Des yeux bleus pâles, une petite bouche aux lèvres peu charnues, un nez légèrement retroussé et des petites traces sur les pommettes, vestige d'anciennes taches de rousseurs ayant disparues, le tout accompagné de cheveux qu'elle aime avoir courts. D'un blond très pâle, presque grisâtre ou blanc, elle supporte rarement y mettre un quelconque ornement, sauf peut-être un bandeau de temps à autre.

D'une taille moyenne – aux alentours du 1m 68, elle ne sait plus, la dernière fois qu'elle s'est mesurée remonte à bien trop longtemps – quoique que relativement honorable pour une femme, elle a grandit très vite durant son adolescence, et sa croissance s'est arrêté presque aussi rapidement. Son poids... Ne sera pas divulgué, cela ne se fait pas. Mais la jeune femme est loin d'être anorexique, et ses hanches généreuse le prouve. Elle reprouve toute idée de régime (chose qu'elle trouve stupide la plupart du temps), et les nombreux chocolats et gâteaux qu'elle aime grignoter lui laisse un petit ventre dont elle ne se préoccupe pas. En fait, elle ne surveille pas du tout son alimentation, car son stress habituel se charge de bruler rapidement les calories à sa place. Et même si ce n'était pas le cas, elle part du principe qu'un corps de femme est bien plus beau avec quelques formes ou rondeurs qu'avec uniquement la peau sur les os.

Son seul et unique complexe physique est et restera sa poitrine opulente. Certaines femmes l'envient pour cela, alors qu'elle-même préférerait largement faire un ou deux, voire trois bonnets de moins. Une grosse poitrine, c'est un véritable enfer. C'est lourd, souvent douloureux, très gênant pour dormir ou porter certains types de vêtements, et souvent cause de harcèlement dans la rue. Bref, elle en arrive parfois à jalouser les limandes. Son style vestimentaire s'est constitué en réponse à ce complexe. Quasiment toujours en pantalon, la voir en jupe ou en robe est un évènement à marquer d'une pierre blanche et elle ne le fait jamais sans raison. Gros pull bien confortable en hiver, tee-shirt ample ou débardeur en été, souvent en rangers ou en talons pendant que les baskets pourrissent toute l'année au fond d'un placard, elle aime par dessus tout être à l'aise dans ce qu'elle porte. Elle ne concède une tenue plus classieuse que pour les grandes occasions, ou quand la situation l'exige. Elle ne se maquille pas, ou toujours très légèrement quand c'est le cas. Enfin, quand elle ne sort pas de chez elle de la journée, elle a tendance à rester en tenue de nuit tout le temps, ce qui revient à dire qu'elle se ballade en culotte-débardeur du soir au matin.

En tant qu'hybride Humain / Ange, Kohané possède de petites ailes blanches. Elle peut les masquer, de manière à passer pour parfaitement humaine. Ces ailes ne peuvent pas lui permettre de voler, et les seules "capacités" qu'elle ai pût hériter de son coté Ange sont un taux de régénération supérieure à la moyenne, ainsi qu'une très forte empathie.




HISTOIREIl n'y a surement rien de plus classique que l'histoire de Kohané. Cependant, le passé d'une personne, ainsi que ses souvenirs, sont souvent son bien le plus précieux.
Mais que dire ? D'un coté, un père humain. Britannique, domicilié à Liverpool, la quarantaine très proche. Professeur d'anthropologie à l'université. Le genre d'homme doux, un peu taciturne, et souvent le nez plongé dans de vieux livres poussiéreux jusqu'à pas d'heure. Et de l'autre, une mère, ange blanc descendu sur Terre depuis une trentaine d'année déjà, et ayant décidé d'y rester, perdant ainsi l'accès au Paradis. Ayant prit la nationalité japonaise par praticité, elle s'était installée dans un petit village okinawaïen, loin de tout.

La rencontre entre les deux n'eut rien de bien exceptionnel non plus. Le professeur fut envoyé, dans le cadre de recherche, sur l'île d'Okinawa. Ils se rencontrèrent ainsi, tout simplement. Quelques mois plus tard naquit Kohané, sur ce petit archipel du sud du Japon. Ne sachant pas quoi faire, le père fit sciemment trainer en longueur ses recherches, hésitant entre s'installer ici, ou proposer à sa compagne de s'installer en Angleterre. Le choix fut finalement rapidement fait. L'ange, effrayée par l'idée de voir l'homme et l'enfant qu'elle aimait vieillir et mourir, alors qu'elle était elle-même immuable, choisit de faire vœu de pénitence et retourna au Paradis, abandonnant sa famille derrière elle. Kohané n'avait que quatre ans. Voilà pourquoi les souvenirs concernant sa génitrice sont très diffus, et qu'elle ne cherche pas franchement à en savoir plus sur elle.

En réponse à cet évènement, le père de Kohané décida simplement de retourner en Grande-Bretagne, reprendre son travail et sa vie, comme avant. La seule chose qui avait changé était qu'il avait désormais une petite fille à moitié ange. N'étant pas très doué avec les enfants, c'est de lui que Kohané tient son malaise social. La petite fille a été éduquée au milieu des livres d'archéologie et d'histoire, de contes et de légendes. Les principales relations de son père étaient surtout des littéraires ou des artistes en tout genre, léguant ainsi l'amour des bouquins et de l'art à la blondinette. Étrangement, elle a beau adorer cet univers de création et d'imagination, attendre avec impatience l'arrivée du cirque ambulant en ville, elle a toujours eu une peur bleue des clowns... Elle n'a jamais su s'expliquer d'où cela venait, mais ça la traumatise aujourd'hui encore.

Ayant passé une enfance assez paisible, elle n'a jamais eu de problème en rapport avec son sang mixte. Seule son empathie l'a rendait parfois vulnérable, mais ayant grandit avec, elle a apprit à la contrôler et à vivre comme ça. Rêvant de devenir historienne, passionnée de découvertes et curieuse, Kohané accompagnait son père dans presque tout ses voyages hors d'Angleterre. Alternant entre études littéraires et voyages hors du pays, c'est finalement à ses 17 ans qu'elle fait sa première escapade en solitaire, sans son père. Pour destination, elle choisit le Japon, et plus particulièrement Okinawa. Ce n'était évidemment pas par hasard pour une jeune fille en pleine période de recherche identitaire, bien qu'elle n'ai jamais cherché à en savoir énormément sur sa mère. Malheureusement pour elle, l'hybride n'avait pas pensé au fait que ce pays était l'un des plus perturbés concernant la cohabitation entre les races. Proie et cobaye parfait pour les scientifiques véreux, elle fut kidnappé avant même d'arriver à bon port. Sujet expérience pendant un peu plus d'un an, elle a perdu tout ses repères. Fille d'un ange, la plupart de ses journées consistait à rester attachée sur une chaise et à recevoir des impulsions électriques pour affoler ses sens psychiques. Elle n'a jamais su ce que voulait vraiment les scientifiques qui l'a retenait captive, mais ce sont tout ces longs mois enfermée qui ont développé chez elle la panique de la solitude durable et sa claustrophobie. Finalement, ce qui l'a sauva ne fut qu'un bête concours de circonstance. Les tests qu'elle subissait semblaient ne pas offrir les résultats escomptés aux yeux des scientifiques et de fait, sa surveillance se fit peu à peu moins stricte. Elle profita d'une panne de courant qui eu lieu lors d'une tempête pour s'échapper. Elle trouva refuge chez un homme, un vieux médecin qui écouta son histoire avec sérieux et patience, qui l'a soigna et réussit à contacté son père. Le paternel, après la disparition de sa fille, était revenu au Japon pour la chercher, en vain.

Traumatisée par cette expérience, se mettant à haïr tout le milieu médical en général, Kohané choisit pourtant d'abandonner ses études d'histoires une fois rentrée en Grande-Bretagne. Par défi envers elle-même et ces scientifiques qui l'ont séquestre, elle se lance corps et âme dans la médecine. A 25 ans, elle obtient son diplôme et commence à exercer en temps qu'interne de chirurgie. Elle décide de retourner au Japon,toujours par défi, pour exercer là-bas. Mais devant un problème d'insoumission face à ses supérieurs, elle se rend vite compte qu'elle a fait une erreur en choisissant ce domaine. Au cours d'une dispute avec le chirurgien en chef en pleine opération, le patient est mort sur la table. Tenue pour responsable, on lui a retiré sa licence. Plutôt que d'abandonner et rentrer chez elle, Kohané a reprit des études d'histoire à l'université de Naniwa. Pour subvenir à ses besoins, elle s'est mise, petit à petit, à offrir ses services de médecin au noir, trempant petit à petit dans des affaires floues, impliquant rarement des saints ou des êtres blancs comme neige. Mais devant sa grande discrétion dans ce travail, elle est devenue assez apprécié des gens du milieu. Elle se fait parfaitement à cette situation, malgré tout les ennuies que celui peut lui rapporter.





ET TOI ?
Pseudo : Iandouille
Avatar : Ca change... Souvent. Actuellement, Kiri de DOGS.
Comment avez vous connu le forum ? AHAHAHA. *hem*
Suggestions / Remarques ? Faut que je trouve la foi de réécrire le combo caractére/physique/histoire, c'trop moche actuellement.
Autres ? Paté en croûte.



Dernière édition par Kohané Natsuki le 28.10.10 17:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

Kokoboobs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-RPG :: registre :: C.V acceptés-