AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's start a Nuclear War [Assad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime24.07.13 22:32

Si vous avez survolé la fiche de Takeshi, vous savez très bien ce qu'il fait ici. Si ce n'est pas le cas, alors voici pour vous, en exclusivité, un schéma explicatif détaillé :

Travail => Stress => Détente => Bar

Quand à la question du type de bars dans lesquels Takeshi décidait de se relaxer...c'était une toute autre histoire.

Toujours était-il qu'il se trouvait là, présentement accoudé au comptoir, sirotant un verre de Get 31. Ses yeux glissaient d'une personne à l'autre dans la foule. Parfois un détail les capturaient, tel qu'un médaillon tombant entre deux clavicules, une bande de peau s'échappant d'un jean,... mais rien en lui, si ce n'est une petite lueur au fond de ses pupilles grises, ne trahissait son intérêt.

Si l'on avait demandé à une personne prise au hasard dans ce bar de décrire Takeshi, il aurait certainement dit de lui qu'il était "le client régulier le plus ennuyeux du monde". Il venait seul, buvait toujours un verre d'alcool, pas plus, il ne parlait que si on lui adressait la parole, et il quittait les lieux avant minuit, toujours seul.
Pourtant, il revenait souvent. Juste assez souvent, en fait, pour que certains autres habitués entendent parler de lui, et décident de tenter leur chance et leur charme sur ce mystérieux loupiot solitaire.

En voici d'ailleurs un qui s'approche. Il s'installe sur le siège d'à côté, en prenant soin d'étirer sa silhouette pour dévoiler la finesse de ses hanches. Il glisse son bras sur le comptoir, face à Takeshi, et commence d'une voix mielleuse :

« J'ai entendu parler de toi. Il parait que tu es toujours seul ? C'est dommage... »

Du coin de l’œil, le jeune FSR observe son manège, un sourire narquois accroché aux lèvres. Sourire qui s'estompe doucement... lentement... à mesure que ses yeux, jusque là impassibles, s'ouvrent comme des nénuphars... et que son corps tout entier finisse par se figer.


Non mec, c'est pas toi qui lui fait cet effet-là. C'est ce qui se trouve derrière toi...
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime25.07.13 11:59

Il se fait tard. La nuit est là et les gens profitent d’une soirée chez eux. Tu n’es pas comme eux. Tu n’as jamais été comme eux.

Tu regardes, indifférent, le paysage autours de toi. Un bar enfumé comme il en existe des milliers d’autres. Un bar remplit d’hommes, dont la moitié en rut, aux intentions tellement évidentes et bestiales qu’ils en deviennent ridicules aux yeux de tous. Surtout aux tiens. Toi, tu n’es pas là pour ça. Tu n’es pas là pour te soumettre à cette odeur aigre de moiteur et d’alcool. Tu n’es pas là non plus pour devenir la cible de quelqu’un. Tu es plus subtil que ça. Tu es là pour écouter, pour observer. C’est ta façon de te détendre. En ayant la tête remplit du brouhaha des gens, tu n’as plus l’occasion de laisser de la place pour tes propres pensées, et c’est tout ce qui compte. Ce bar ou un autre. Ces clients ou d’autres. Ce n’est pas ça l’important.

Ce bar-ci, tu as vaguement l’impression d’y être déjà venu à quelques reprises. En fait, tu ne sais pas vraiment, tu ne fais pas attention. Ils se ressemblent tous et tu changes régulièrement. Tu vois une enseigne qui t’accroche l’œil, tu entres. Mais certaines personnes ici semblent te reconnaitre et t’adressent parfois un petit signe de tête en te suivant des yeux. Alors tu dois surement déjà les avoir vu, ici. Tu ne leur réponds pas. Tu te contentes de te diriger vers le bar et d’y prendre place. Le barman est occupé  à l’autre bout du comptoir, il tarde à prendre ta commande. Tu n’es pas pressé. En silence, tu fumes ton cigare presque terminé et tu écoutes, paupières mi-closes, bras croisé sur le bois vernis. Et des fois, tu ris intérieurement de ce que tu entends. Juste à côté de toi, le gros lourd qui était déjà là à ton arrivée parle fort. Et trop. Tu ne sais pas qui est son interlocuteur, juste qu’il s’agit d’un habitué qui fait parler pas mal de clients à ce que tu as entendu en entrant, mais tu le plains. Homme ou femme, personne n’apprécie ce genre de drague minable.

Fous-lui la paix, tu vois pas que tu l’emmerdes ?

Ou peut-être pas. Au fond, tu n'en sais rien, peut-être que ça doit être son petit délire personnel, à l’autre, de se faire attraper par des types pareils. Mais toi en tout cas, tu n’apprécies pas la présence de ce lourd juste à côté de toi. Ça te suffit pour intervenir. Et fixant toujours le mur remplit de bouteilles en face de toi d’un regard pensif, tu attends que le dragueur à la manque daigne se barrer de ton entourage proche, sans avoir un seul instant posé les yeux sur l’objet de son désir.


Dernière édition par Assad Izz-Al-Din le 26.07.13 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime25.07.13 22:29

Pourquoi lui ? Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi... ?

Alors que Takeshi commençait à envisager le suicide comme étant une charmante issue de secours, le pauvre barrage humain qui le séparait encore de cette présence tant redoutée se dérobait sans demander son reste -mais non sans quelques protestations.

Tch. Mauviette.

Il se fichait pas mal de ce type à vrai dire ; cet endroit débordait d'individus dans son genre. En revanche, il aurait préféré garder un obstacle derrière lequel cacher son visage et sa fierté. Car s'il y avait bien une chose qu'il aurait voulu (au passé) ne jamais révéler à son unité, c'était bien ses goûts en matière de lieux de détente. Entre autres choses...

Mais il était un peu tard pour les regrets. Il lui semblait que le jeune homme n'avait pas encore réalisé qu'il s'agissait de l'un de ses collègues à deux sièges de lui...ou qu'il l'avait royalement ignoré. Dans tous les cas, maintenant que l'autre couard avait évacué son champ de vision, ce n'était plus qu'une question de secondes avant que la curiosité ne l'emporte et qu'Assad ne se tourne dans sa direction. Il lui fallait faire preuve de finesse. Quelle était la meilleure stratégie dans une telle situation ? Devait-il battre en retraite ? Et prendre le risque de se faire attraper dans sa fuite ? Non, ce serait encore pire. Dans ce cas, devait-il prendre les devants ? Soulever la question de sa présence dans un tel lieu avant que lui ne le fasse ? Outre le potentiel tactique, c'était un point qui l'intéressait sincèrement. Pas un seul instant il n'aurait soupçonné son partenaire d'affectionner de tels endroits. D'ailleurs ce devait être réciproque.

Sa décision prise, il porta son verre à ses lèvres sur lesquelles un léger sourire se dessinait d'avance. Puis il se leva, et se glissa sur le siège qu'Assad avait eu la gentillesse de lui libérer.

« Merci, mais je pense que je m'en serais sorti seul... Je peux ?

Enfin ce n'était pas comme si il n'était pas déjà installé.

― Tu es vraiment la dernière personne que je m'attendais à croiser ici. Serait-ce la curiosité qui t'amène ? Ou peut être cet endroit t'est-il plus familier qu'à moi ? »

Il posa son regard gris sur l'autre homme ; Il n'y avait jamais vraiment prêté attention jusque là, mais sa présence dans ces lieux plutôt que dans le contexte du travail lui offrait une toute autre vision de l'individu. Sa peau brune qui luisait sous les lumières tamisées. Ses muscles acérés qui se laissaient aisément deviner au travers des vêtements. Le serpent de fumée qui s'échappait de ses lèvres entrouvertes... Tout ceci était bien trop érotique.
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime25.07.13 23:59

Pour toi, ce minable n'existe déjà plus. A l'instant même où tu as terminé ta phrase, c'était déjà le cas. Tu ne peux que ressentir une once de satisfaction en constatant qu'il s'est dérobé si prestement, sans chercher ni la provocation ni la bagarre. Ta soirée aurait été gâchée. Alors tu cherches à te concentrer à nouveau sur le capharnaüm ambiant, qui t'enveloppe comme une bulle étrange. Une bulle qui, à défaut d'être confortable, t'es au moins familière.

Pourtant. Pourtant. ...Pourtant, dans le méli-mélo des brides de conversations qui se mélangent à tout va, tu entends une voix bien plus distincte que les autres. Une voix qui te ramène de force dans la réalité. Une voix que tu connais. Mais une voix que jamais, ô grand jamais, tu n'aurais pensé entendre ici un jour. Tu te redresses. Tu lèves la tête. Et tes yeux de miel se posent sur ce petit sourire en coin que tu connais bien, pour l'avoir déjà vu plusieurs fois sur ton lieu de travail. Tes paupières s'écarquillent lentement sous la surprise et la réalisation, et ton visage se fige un bref instant alors même que tu ne ressens pas la moindre once de gêne à fixer si intensément ton impromptu partenaire. Mais l'étonnement passe. Tu ne le quittes toujours pas des yeux et bien que ton visage se soit fait à nouveau impassible, c'est l'ouragan dans ton esprit. Tu gardes encore le silence quelques secondes. Pour finalement le briser, impitoyablement.

Je pourrai te poser la même question. Quoique tu me sembles toi-même bien à ton aise ici, d’après ce que les gens disent.

Tu es joueur. Souvent d'humeur taquine. Tu ne comptes certainement pas lui offrir toutes les réponses sur un plateau d'argent, l’intérêt n'y serait guère. Et bien que toi-même, tu crèves doucement d'envie de lui poser milles et une questions, tu te retiens. Comme pour pallier à cette interdiction mentale forcée, tu portes à nouveau ton cigare à tes lèvres et tu recraches lentement un ruban de fumée dont tu observes l'indolent parcours. Deux ans que Takeshi est ton camarade à Epsilon. Deux ans que tu ne sais rien de lui, de sa vie privée, tout comme il ne sait rien de la tienne. Tu le respectes et lui fait confiance en tant que collègue de terrain. Tu as foi en ses compétences et ses talents au combat. Mais jamais tu n'aurais imaginé pouvoir un jour l'apercevoir hors du cadre de l'unité. C'est une impression à la fois étrange et plaisante. Et en réponse à cette pensée fugace, un fin sourire s'empare de tes lèvres alors que tes pupilles jettent à nouveau leur dévolu sur le visage de ton camarade.

― Tu me payes un verre ? En remerciement pour l’autre type.

Oh, mais tu oublies toute bienséance. A blâmer, cette rencontre si imprévue, si étonnante, qu'elle ne peut pas te laisser de marbre. Et c'est de son plus beau sarcasme que se revêt ta voix. Sarcasme dont la victime n'est autre que l'autre minable ayant détalé comme un lapin acculé.

A moins que je n'ai interrompu quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime27.07.13 1:11

Takeshi, sans doute parce qu'il était lui-même un grand amateur d'hypocrisie, était passé maître dans l'art de lire sur les visages des gens. Les expressions avaient tellement plus de choses à raconter que les mots soigneusement sélectionnés.
Celle qu'Assad avait arboré en le voyant lui avait tout particulièrement plu. Plus subtile que la moyenne, mais aussi beaucoup plus franche et crue. Juste pour elle, le jeune F.S.R ne regrettait pas d'avoir fait ce premier pas un peu audacieux. Bien que visiblement, il aurait pu s'enfuir trois ou quatre fois avant que son partenaire ne s'aperçoive de sa présence...

Alors que les traits de son visage se refermaient, les lèvres piquantes d'Assad prirent le relais. Et voilà que sa propre réputation venait abattre froidement la maigre emprise qu'avait Takeshi sur la conversation. Non pas qu'il s'était imaginé la maintenir beaucoup plus longtemps face à cet homme, mais tout de même. Se prenant malgré tout au jeu, il brouilla la piste d'un simple « Ce genre d'endroit regorge de rumeurs » délivré avec nonchalance.

Le silence s'installa de nouveau entre eux-deux, et tout en sirotant son cocktail, Takeshi laissa ses yeux reprendre leur danse au travers de la foule. Mais à présent plus rien ne semblait vouloir les capturer. Et il savait parfaitement pourquoi.
L'interdit était trop attirant.
Maintenant qu'il y avait goûté, chaque homme, chaque voix, chaque odeur de ce bar...tout lui paraissait formidablement insipide. Sauf lui. Pourtant il ne devait pas s'y laisser prendre ; cette effervescence d'émotions nouvelles troublait son jugement. Oui, dans quelques instants, il subirait la retombée, et son esprit serait certainement plus au clair... En attendant, il s'agissait de ne pas prendre de risques inutiles...

« Tu me payes un verre ? En remerciement pour l’autre type.

Takeshi tourna la tête pour croiser le regard ocre d'Assad. Ses yeux s'étaient dévissés du mur d'en face pendant que lui parlementait avec sa conscience, et le fixaient désormais avec insistance. Le jeune japonais ouvrit la bouche pour répondre, mais...

― A moins que je n'ai interrompu quelque chose ?

Urgh. Non. Pitié.
...........

Incertain d'avoir réussi à voiler ce sursaut de malaise, il se passa la main sur le visage pour en effacer les éventuelles réminiscences, et se recomposer un sourire.

― Dis-moi plutôt ce que tu bois.

Sans attendre, il fit un signe au barman -qui pour la première fois de sa vie allait enregistrer pas moins de deux commandes du jeune homme durant la même soirée, avant de poursuivre sur sa lancée.

― Je ne suis certainement pas ici pour les porcs. Et je suppose que toi non plus, je me trompe ? Alors... y aurait-il quelque chose d'autre qui t'intéresse, à part sauver les damoiseaux en détresse ? »

Ah. A l'instant, c'était un risque inutile, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime27.07.13 15:07

Tu es confiant. Sur de toi. Tu l'as toujours été et tu ne montres jamais tes failles. Même lorsque tu t'engages en terrain miné, tu restes assuré, tu n'hésites pas. Car hésiter, c'est l'élément déclencheur de la défaite, des pertes, des erreurs. Et devant les réponses de ton camarade, tu aurais pu tomber dans ce piège. Garde sang-froid et impassibilité. Garde confiance. Garde tout ça, ne te laisse pas déstabiliser par cet homme, et tout ira pour le mieux.

C'est ce dont tu tentes de te persuader. Mais tu n'es pas au travail ici. Tu n'es ni dans un bureau, ni dans une salle de tir, ni sur le terrain. Tu ne peux pas penser, réagir et avoir la même attitude que lorsque que tu portes ton uniforme. Comme tout tes collègues, une fois sortit du contexte professionnel, tu n'es qu'un être humain comme les milliers d'autres de cette ville, et il te devient ardu de continuer à voir Takeshi comme un partenaire d'unité alors qu'il est assis là, si proche de toi, aussi lambda que toi. Lui aussi est autre chose qu'un soldat une fois sortit du QG des F.S.R. L'image que tu avais de lui est brisée à présent. Grâce à ces simples regards offerts, ces quelques phrases échangées, tu ne vois plus un compagnon d'armes pour le moment. Seulement un homme. Et c'est bien ce qui t’empêche d'agir avec lui comme tu le ferais d'ordinaire. Peut-être est-ce pour ça que devant son fugace trouble face à ta question, tu laisses échapper un rire bref et bas. Ainsi, même lui pouvait arborer ce genre d'expression ? La découverte t'apporte un sentiment de satisfaction que tu as du mal à comprendre. T’intéresse-t-il donc à ce point ? Est-ce la curiosité naturelle de l'être humain qui te pousse à guetter le moindre petit détail de sa personne ? A attendre avec un peu trop d'impatience son prochain geste, sa prochaine parole ? Ou est-ce autre chose ? Ne montre rien de ce trouble.

Un rakı. Sec.

Tu as profité de l'arrivée du barman en face de vous pour t'extirper de tes interrogations mentales et lui commander directement ton alcool fétiche. Tu observes le liquide transparent couler dans le verre, et à coté de toi, la remarque de Takeshi t'arrache un autre sourire. Tu le trouve bien curieux, cet homme si connu pour sa froideur et son désintérêt. Tu n'as aucune remarque à faire, tu l'es tout autant que lui à son sujet, mais tu n'aurais guère deviné que de vous deux il serait celui à montrer le plus explicitement son désir d'en savoir plus. Tu glisses un regard de coté pour prendre le temps de le considérer plus en profondeur. Tu n'es pas de ceux qui viennent dans ce genre d'endroit pour repartir avec quelqu'un ― du moins ce n'est jamais ton but premier ―, mais rien ne t'empêche d'apprécier le spectacle qui se trouve juste sous tes yeux.

Disons que je ne fais que me détendre. A ma façon. Il n'y a rien qui mérite vraiment d'attention ici.

Tu portes le verre à tes lèvres sans le quitter des yeux. L'alcool te brûle agréablement la gorge. Tu reprends.

―  Quoique je pense avoir trouvé quelque chose digne d’intérêt pour une fois.

Et ton sourire n'en est plus vraiment un. Il s'est mue à nouveau en un léger rire de connivence, cette fois chargé de complicité et d'équivoques.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime29.07.13 1:00

D'habitude, lorsque Takeshi parvenait à capturer le regard de quelqu'un, c'était à la suite d'une remarque particulièrement piquante. Par conséquent, ledit regard était dans 99% des cas soit désabusé, soit énervé. Parfois, il avait même droit à une petite étincelle assassine.

Dans ce bar, la façon dont on l'observait changeait radicalement. De l'envie, de la convoitise, de la simple faim... mais ça n'allait généralement pas beaucoup plus loin.

Cependant, les yeux qu'Assad posait sur lui en ce moment avaient un tout autre sens.

Ils semblaient sincèrement intéressés. Peut être même à l'affût ? Ils examinaient le petit brun comme s'ils le redécouvraient. Avec douceur mais insistance. Désinvolture mais franchise.
Takeshi sentait ce regard sur ses épaules, et il devait l'admettre : c'était agréable.
Un peu trop agréable.

C'était un jeu dangereux que celui auquel tous deux se prêtaient. Et Takeshi savait pertinemment qu'il n'était pas assez prudent. Pas assez réfléchi. Et certainement trop sûr de lui aussi. Mais il n'arrivait pas à mettre un terme à tout cela. Peut être était-ce à cause de ce lieux ? A cause du fait qu'il passait du temps ici justement pour se délivrer des règles et de la discipline ? Pourtant le goût amer du risque aurait du le faire redescendre sur Terre il y a un moment déjà.
Alors pourquoi y avait-il encore une voix au fond de lui, qui lui hurlait de relancer les dés ?

« Disons que je ne fais que me détendre. A ma façon. Il n'y a rien qui mérite vraiment d'attention ici.

Les lèvres de Takeshi se fendirent à nouveau en un fin sourire. Cette réplique, il aurait pu s'entendre la prononcer. La faible distance qui les séparaient encore était en train de s'écourter à vue d’œil.

―  Quoique je pense avoir trouvé quelque chose digne d’intérêt pour une fois.

Ah non... Décidément les compliments, il n'y était pas habitué. Et l'alcool n'arrangeait pas son affaire. Il tenta d'écraser sa langue entre ses dents, mais trop tard : il savait déjà que ses joues venaient de se parer d'une imperceptible teinte rosée.
Ce n'était pas de l'embarras, loin de là. Mais bel et bien de la fierté.

Un éclat de rire sourd et net s'éleva à côté de lui, et Takeshi se surprit à tourner la tête par pur réflexe, sans arrière-pensée aucune, juste pour apercevoir ce rare sourire.
Maintenant qu'il y songeait, lui aussi avait offert à Assad nombre d'expressions qu'il avait l'habitude de refouler, et d'oublier. Il n'en regrettait aucune pourtant.

― Donc effectivement, les damoiseaux t'intéressent. J'en prends bonne note.

Son regard malicieux croisa à nouveau celui plein d'assurance de son partenaire, et il s'y fixa quelques longues secondes avant de s'enfuir à l'autre bout du bar.
Vraiment trop agréable.

― Et dans ce cas, je suppose qu'on pourrait dire que nous nous ressemblons, toi et moi... »
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime29.07.13 15:24

Et tu guettes. Tu guettes encore. Toujours plus. Tu notes le moindre petit détail, le moindre tressaillement. C’est la fascination étrange pour l’inaccessible. Car tu as beau être son partenaire depuis un moment, il t’a toujours été inconnu. Jusqu’à aujourd’hui. Chacun de ses mots arrive à tes tympans avec plus d’intensité que tous les autres. Tu réalises que le reste de ce bar, ces gens, cet endroit, ces bruits, cette musique, tu n’y fais plus guère attention. Tu as trouvé autre chose pour t’emplir l’esprit.

Donc effectivement, les damoiseaux t'intéressent. J'en prends bonne note.

Tu laisses échapper un autre rire bref devant ce constat, à la fois pour l’intérêt que l’autre homme porte à cette découverte, et pour la façon dont il énonce le fait. En même temps direct et subtil. Tu réponds d’une vague monosyllabe chargée de mystère et de taquinerie. La vérité, c’est que tu ne t’intéresses ni aux hommes ni aux femmes. Tu t’intéresses aux corps. A ceux qui pourront te permettre de ne pas penser au trou béant que tu as dans la poitrine depuis des années. Mais n’être intéressé ni par l’un ni par l’autre en particulier signifie aussi que tout deux peuvent réussir à te charmer. Takeshi a tort tout en ayant raison, et c’est cette dualité inconsciente, que tu retrouves partout chez lui, que tu apprécies.

En revanche, la suite se charge de te faire abandonner ton sourire. Non pas par contrariété ou ennuie, non. Ni pour quelque autre raison stupide du même acabit. Mais simplement car la curiosité et l’étonnement t’emplisse trop pour que tu penses encore à l’arborer sur tes lèvres. Et ce n’est point le sous-entendu notable de la phrase qui a ainsi piqué ton attention, car il n’y avait nul besoin d’être un génie pour comprendre les préférences de Takeshi après avoir appris qu’il était un habitué de ce lieu. Non, c’est l’intelligence de celle-ci. La façon dont elle a été amenée, formulée. Tu aimes sa façon de s’exprimer. Fort de tant d’impressions, tu le laisses se détourner de toi, et d’un geste machinal, tu écrases dans le cendrier le reste de ton cigare éteint depuis un moment sans que tu ne t’en sois rendu compte.

Alors cela veut-il dire que tu es aussi ici simplement « pour te détendre » ?

Tu n’y tiens plus. A toi de poser quelques questions. Un bref extrait de toutes celles qui se promènent dans ta tête. Tu sors un nouveau cigare. Le porte à ta bouche. L’allume. Et à travers le premier nuage de fumée, ton regard s’égare avec rêverie au travers des courbes du corps de ton camarade. Tu te souviens. La première fois que tu l’avais croisé aux F.S.R., tu t’étais fait la réflexion qu’il te semblait bien menu pour un agent de terrain. L’avenir s’est maintes fois chargé de te prouver le contraire, et la musculature fine et bien développée que tu réussis à capturer au détour d’une clavicule exposé ou d’un bout de tissu trop proche de la peau s’occupe de réitérer cette tâche aujourd’hui.

Tu as l’habitude de ce genre d’attention de la part de quelqu’un d’autre ?

Tes yeux couleur sable remonte à la recherche des siens alors que ta joue prend appuie dans la paume de ta main. Ta voix s’est faite basse et douce. Sincèrement curieuse. Sincèrement avide de savoir. Tu pourrais lui balancer des banalités, des sujets de conversations bateau comme la météo ou la prochaine réunion avec le capitaine. Mais ça ne t’intéresse pas, et tu as ce sentiment étrange que cela ne vous servirait à rien. Comme si la simple présence de l’autre suffisait. Tu comprends qu’il n’y a nul besoin de long discours creux entre lui et toi et en un certain sens, c’est rafraichissant.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime30.07.13 1:47

Takeshi était gay.

Il n'y avait pas eu de découverte, et encore moins de coming out, il l'avait simplement toujours su. Il n'était pas rebuté, ni ne méprisait les femmes pour autant, à la condition bien sûr qu'elles respectent son opinion et son espace. Il n'idolâtrait pas non plus les hommes pour leur capacité à attirer son regard. Et il était bien loin d'avoir honte de tout cela. Même si, il fallait l'admettre, il gardait toujours cette petite appréhension au fond de l'estomac qu'on le considère autrement après qu'il se soit mis à nu.

Ce fut d'ailleurs la première explication qui lui vint à l'esprit, lorsque le visage jusque là si chaleureux d'Assad pris soudain des teintes plus énigmatiques suite à sa réponse. Mais il se rappela bien vite l'endroit où ils se trouvaient, les paroles échangées, les regards partagés... et ces doutes n'eurent rapidement plus lieu d'être.
Restait à savoir s'il s'agissait réellement d'une bonne chose...

« Alors cela veut-il dire que tu es aussi ici simplement « pour te détendre » ?

― En effet. Il n'y a, de toute façon, pas grand chose d'autre à faire là lorsqu'on n'est pas amateur de cochon.

Non. Il n'avait pas pu s'en empêcher.
Takeshi était de ces gens à qui l'on avait imposé tellement de droiture et de rigidité qu'ils en devenaient, au final, plus tordus que la moyenne. Il en avait conscience. Mais il aimait assez ce côté de sa personnalité, pour être tout à fait honnête. Et puis ce n'était jamais que la vérité. Il se contentait juste de la tourner de façon à ce qu'elle soit plus encombrante pour le commun des mortels.

― Tu as l’habitude de ce genre d’attention de la part de quelqu’un d’autre ?

La question l'extirpa de ses réflexions subtilement égocentriques. Il releva les yeux pour rencontrer une fois de plus ceux d'Assad.

Décidément. S'il y avait une chose à laquelle Takeshi était sensible, mis à part la gente masculine dans son ensemble, c'était les regards. Regarder et être regardé, pour être exact. Deux gestes qui le faisaient doucement frémir. Il aimait contempler, laisser glisser ses yeux sur les courbes, les plis... jusqu'à rencontrer un détail agréable, sur lequel il se reposait quelques instants. Avant de laisser ses pupilles couler de plus belle.
Il appréciait aussi, mais c'était bien plus rare, que l'on fasse de même avec lui. Il se délectait de la sensation d'être inspecté sous toutes les coutures, et que ce soit par jalousie, envie, ou aversion n'y changeait rien. Du moins c'est ce qu'il avait cru jusqu'ici.

Peut être était-ce ses propres désirs qui brouillaient son jugement, mais la façon qu'avait Assad de l'observer lui paraissait très différente de ce qu'il avait toujours connu. C'était à la fois tellement plaisant, et absolument insupportable...
Et Takeshi ne savait franchement plus quoi faire de toutes ces émotions qui débordaient.

― A dire vrai, oui. Cependant, si cela peut te rassurer, je crois bien que tu es celui qui m'en a le plus donné, de cette attention. Je n'accorde pas mon temps à n'importe qui. »

Au moment où il prononça ces derniers mots, le son d'un carillon se mit à retentir depuis sa veste. Machinalement, il plongea la main dans l'une des poches pour en sortir son téléphone, et constater de l'heure qu'il était.
Minuit. L'heure de son couvre-feu.
Il dévisagea le petit appareil avec assez de mépris pour le faire régresser de deux mises à jour, avant de le renvoyer sèchement de là d'où il venait.

Non. Tais-toi. Je n'ai aucune envie de rentrer.

Et c'est ainsi que Takeshi fit l'un des plus grands caprices de toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime31.07.13 0:09

Tu ris à ses mots. Sa repartie est amusante, et ressemble à la tienne. Vous êtes bien plus semblables que tout ce que tu aurais pu t'imaginer. La réflexion te chagrine comme elle t'est plaisante, car tu es à la fois heureux de cette découverte et attristé qu'elle ne soit pas apparue plus tôt. Mais comment aurais-tu donc pu prévoir qu'il vous aurait suffit de quelques mots, de quelques regards, pour que le contact se fasse immédiatement ? Un contact visuel, auditif, olfactif. Un contact d'esprit à esprit. Il n'accorde pas son temps à n'importe qui. Une bien jolie façon de te faire comprendre que tu n'es pas n'importe qui. L'allusion fait naître en toi une pointe d’orgueil sans conséquence.

Tu profites que son téléphone sonne pour terminer ton verre. Et c'est avec curiosité que, du coin de l’œil, tu l'observes jeter un regard noir à l'écran de la pauvre machine avant de la ranger. Tiens donc. Un appel non souhaité ? Décidément, ton interêt est piqué au vif. Cela ne te regarde en rien. Mais tu commences tout juste à en apprendre un peu plus sur ton partenaire et chaque bride, chaque indice, chaque élément te donne soif d'en savoir toujours plus, ne te suffisant jamais. Toi-même, tu aimerais taire cette curiosité que tu commences à trouver bien trop grande, bien trop insatiable, mais tu n'y arrives point. Il y a quelque chose chez Takeshi qui, bien que discrète, t'oblige inévitablement à rester fasciné par lui. Pour preuve, depuis le début, depuis qu'il t'a abordé, pas une seule fois tes pensées n'ont été dirigés vers autre chose que lui. Que cet homme qui se trouve si proche de toi à présent que c'en devient douloureux.

Encore un point commun. Je n'accorde pas mon attention ou mon temps au premier venu.

Tu lui jettes un rapide sourire complice avant de pivoter doucement sur ta chaise pour embrasser le reste du bar de ton regard. Non. Rien.Il n'y a rien ici qui accroche plus à tes yeux que le brun à tes cotés. Autours de vous, tu sens des regards insistants et discrets venant d'un peu partout. Vous ne passez pas inaperçus. Et tu te doutes que la raison en incombe à Takeshi. Si les rumeurs que tu as entendu en entrant sont exactes, alors il est normal que les autres habitués du coin retiennent leur souffle devant le changement brusque des petits rituels du japonais. Toi, tu ne fais guère attention. Tu ne retiens rien de tout ça. Seul ton camarade semble capable d'allumer une étincelle en toi.

Si j'avais pu deviner qu'un jour, je n'aurais pas été capable de détourner mes yeux de toi.

Phrase lâchée sans faux-semblants, sans ambages. Ton doux et rêveur. Comme si tu te parlais à toi-même. L'honnêteté et l'infime touche de stupéfaction de ta remarque te surprends toi-même. Et tu ne la regrettes pas. Car il est vrai qu'à chaque fois que tu essayes de soustraire Takeshi de ta vue, tes pupilles ocres y reviennent toujours par elles-même. Inconsciemment. Inéluctablement. Tu aspires un nuage de fumée qui se perd avec paresse sous la lumière tamisée. Oui, vraiment, étrange. Étrange, cette rencontre. Étrange, cette discussion. Et pourtant tellement captivante. Et alors que tu domines la salle d'un regard pensif, dos au bar, coudes posés sur le bois vernis et jambes croisées, une envie s'insinue en toi. Une envie qui semble avoir oublié de passer par la case "bon-sens" de ton cerveau. Une envie qui n'est pas logique, que tu ne comprends pas toi-même.

Tu as envie de toucher Takeshi. De réduire encore un peu plus cette distance entre vous. De voir quelle sera la sensation. De découvrir si cela te perturbera autant que ses mots. Et tu te demandes bien pendant combien de temps encore tu vas réussir à réprimer ce désir.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime01.08.13 2:59

Ils jasent ils jasent, les oiseaux persifleurs.

Depuis que Takeshi avait décidé de perturber radicalement ses habitudes -littéralement- pour les beaux yeux d'Assad, les regards en coin et les marmonnements allaient bon train tout autour d'eux. En temps normal, il les aurait royalement snobés comme il savait si bien le faire. Mais le "temps normal" était bien loin cette fois. Il avait délibérément enfreint son règlement. Les murmures que sa seule présence faisait désormais fleurir le forçaient à affronter son manquement en face, sans possibilité de retraite. Et pour quoi avait-il désobéi ? Pour roucouler un peu plus longuement avec son partenaire d'unité...

Qu'est-ce qui te prend, Takeshi ? A quoi tu joues ?

Une boule ne tarda pas à se former au fond de son estomac. Avait-il commis une erreur ? Sans aucun doute. S'en voulait-il pour ça ? Complètement. Le regrettait-il ? ...Certainement pas.

Mauvaise réponse.
Il n'était pas encore trop tard pour rebrousser chemin, retourner chez lui en pressant le pas pour arriver à l'heure habituelle, et oublier toute cette histoire. Oui c'était sans doute le mieux à faire dans sa situation. Un simple partenaire de travail ne devrait pas pouvoir déclencher un tel bouillonnement d'émotions en lui. Et lui ne devrait pas se laisser si facilement influencer par celles-ci. Mais... Mais quoi ?

« Encore un point commun. Je n'accorde pas mon attention ou mon temps au premier venu.

Mais il n'en avait pas eu assez.
Cet homme, la façon qu'il avait de poser ses yeux perçants sur lui, la façon dont il l'attirait à lui avec ses mots mielleux, son allure imposante, ses sourires malicieux, sa peau cuivrée, l'odeur corsée de son cigare,... tout cela, mais aussi tout ce à quoi il n'avait pas goûté encore. Rien n'était plus suffisant.

― Si j'avais pu deviner qu'un jour, je n'aurais pas été capable de détourner mes yeux de toi.

Takeshi se figea. Il réécouta mentalement cette phrase plusieurs fois avant d'être certain d'avoir bien entendu. L'orgueilleux sourire qu'il avait perdu quelques minutes auparavant vint doucement se redessiner sur son visage. Voilà qui était inattendu. Il laissa échapper un petit gloussement.
C'était tellement cru et honnête que ça en devenait dangereusement adorable.

― J'en suis flatté. Et si ce n'est pas indiscret, je serais curieux de savoir ce qui chez moi retient ces beaux yeux ambrés. »

C'était, à vrai dire, tout à fait indiscret. Mais peu importe.
Il était désormais trop tard pour que Takeshi puisse rentrer chez lui à l'horaire habituelle. Et cela signifiait qu'il avait fait le choix de rester. Bien que transgresser les règles lui était particulièrement pénible, le faire à demi et ne pas tirer toute la satisfaction de cette insubordination était pour lui impensable. Il n'était pas assez lâche pour revenir en arrière après avoir pris une décision importante. Et aussi bien trop fier.
C'était tout ou rien.
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime02.08.13 0:11

J'en suis flatté. Et si ce n'est pas indiscret, je serais curieux de savoir ce qui chez moi retient ces beaux yeux ambrés.

Tu notes le compliment discret d'un sourire en coin. Tu n'es d'ordinaire pas très réceptif à ce genre de flatteries. Tu ne les aimes pas. Tu ne les écoutes pas. Mais Takeshi possède une manière tellement naturelle de les incorporer dans ses remarques que tu les acceptes telles qu'elles sont. Tes yeux. Tu sais ce qu'ils valent. Beaucoup t'ont fait des remarques dessus. Tes pupilles ocres avec lesquelles tu fixes si intensément ton interlocuteur. Quand tu étais gosse, que ton visage était couvert de crasse et que tes haillons puaient, c'était bien la seule chose capable d'attirer et d'intriguer les gens. Le monde. Ils sont une de tes forces. En guise de réponse, tu hausses machinalement les épaules, et ton visage se teinte d'une légère expression faussement désolée.

Je préférerais ne pas l'avouer tout de suite.

Tu hésites, un court instant, puis la taquinerie et le jeu te reprennent.

Pourquoi n'essaierais-tu pas de deviner ?

Tu as cette envie étrange qui te pousse à le provoquer, avec discrétion et subtilité. Pourquoi ? Tu sais parfaitement pourquoi. Tu as envie d'en voir plus, toujours plus. Tu veux qu'il te montre d'autres facettes de lui-même. De la plus normale à la plus tordue. De celle en surface à celle cachée au plus profond. Jusqu'à présent, il t'a montré rires et sourires. Intérêt et sarcasmes. Mais ce n'est pas suffisant. Tu es passé d'un partenaire froid et insensible à un être humain capable d'humour et de sous-entendus plaisants. Mais c'est comme un spectre de couleur dont tu n'aurais aperçu que le violet et le rouge. Il te manque les teintes disposées entre. Et il te manque le noir et le blanc. Voila la raison. L'unique raison qui te pousse à le titiller ainsi. Unique ? Hm. Tu n'es pas si sur que ça. Mais est-bien le moment de t'en soucier ? As-tu véritablement besoin d'une justification pour prolonger cet instant avec lui ? Non. Tu n'en as jamais eu besoin. Et alors que tu es perdu dans ton marasme mental, ton attention toute focalisée sur Takeshi, une ombre que tu ne captes qu'au tout dernier moment s'installe à tes cotés.

Hey. Pas mal. Dis donc, c'est quoi ton secret pour réussir à emballer ce type ?

Tu tournes les yeux vers l'inopportun. Un gars totalement inconnu. Grand. Le cliché typique des gros bras de bar. Il reste debout et vous observe avec un sourire que tu n'aimes pas. Salement provocateur. Salement bestial. Un pauvre mec qui veut seulement faire son intéressant.

...Casse-toi.

Tu refuses d’entamer la conversation avec ce genre d'homme. Tu lui lances un regard noir qu'il n'apprécie pas, mais il n'en rajoute guère plus. Et bien. Il y a des gâcheurs de soirée partout dans le monde. Sans lui accorder plus d'attention, tu te lèves, mains dans les poches de ton pantalon, et tu domines Takeshi de ton regard et de ta hauteur, un énième sourire complice sur les lèvres.

Sortons ?

C'est à la fois une affirmation et une demande, offerte sur un ton bien plus doux que la réplique cinglante dont tu as gratifié l'autre. L’atmosphère devient un peu trop lourde ici, tu as besoin de prendre l'air et de t'isoler des babouins de ce trou. Takeshi te semble la seule compagnie agréable dans l'immédiat.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime03.08.13 2:30

Il ne se passait pas un jour sans que Takeshi soit heureux et fier de faire partie des Forces Spéciales. Mais il y avait des fois où il l'était quand même bien plus qu'à son habitude. Et c'était le cas en ce moment-même. Il bénissait le rude entraînement qu'il avait subit afin de se développer un sang-froid exceptionnel... Parce qu'il était mort de peur.
Rien ne se laissait lire sur son visage, ni dans ses gestes, mais lui en était pleinement conscient. Il redoutait ce qui allait se produire maintenant qu'il avait bousculé son agenda si parfait. Il redoutait les mille et unes tournures que pouvait prendre sa relation jusqu'ici stable et stérile avec Assad. Et surtout il se redoutait lui-même, et ce dont il était capable, désormais libéré de toute chaîne.

Curieusement, il n'avait pas pour autant envie de s'enfuir. Tel le papillon attiré par la lueur des flammes, il se laissait volontiers entraîner par la voix basse et chaude de son partenaire. Terrifié, curieux, grisé, intimidé, captivé... il était tout ça à la fois.

« Je préférerais ne pas l'avouer tout de suite.

Aucun sourire n'eut le temps de s'échapper de son visage.

― Pourquoi n'essaierais-tu pas de deviner ?

Intéressant. Assad semblait bien décidé à le surprendre jusqu'au bout. Se prêtant au jeu, Takeshi fit mine d'entrer dans une profonde réflexion, le pouce posé sur ses lèvres et le regard exagérément perdu au plafond. Et alors qu'il ouvrait la bouche pour prendre la parole, un son gras et sans doute aussi un peu alcoolisé monopolisa tout l'écho de la salle.

― Hey. Pas mal. Dis donc, c'est quoi ton secret pour réussir à emballer ce type ?

Wow.
Alors que son compagnon se chargeait de congédier l'importun d'un ton sec et sans détours, le jeune japonais glissa sa main sous son menton afin de pouvoir mieux admirer le spécimen. Une si belle personnification des stéréotypes des habitués de bars, juste sous ses yeux. Et seulement quelques dizaines de minutes après qu'un modèle plus modeste ait essayé de lui faire la cour. Takeshi, quel chanceux tu fais.

― Sortons ?

Il rattrapa de justesse un sourire attendri par le soudain changement de timbre dans sa voix.

― Avec plaisir.

Tout en déposant sur le comptoir les quelques billets servant à couvrir leurs consommations, le jeune homme offrit au cliché humain à côté de lui l'une de ses expressions les plus dégoulinantes de dédain. Après quoi, fier de lui, il tourna les talons, et se dirigea à son tour vers la sortie à grands pas afin de rattraper son camarade.


Dehors, une brise allégeait l'atmosphère et rafraîchissait l'air estival. C'était une soirée paisible. Et malgré la pollution lumineuse, on pouvait aisément voir l'obscurité du ciel, libéré de tout nuage.
Il allait s'en vouloir demain matin.

― Mon physique.

Il avait prononcé ces mots en fixant la voûte noire au dessus de leurs têtes. Comme pour forcer le cours de ses pensées vers une autre direction. Sans bouger, il laissa ses yeux aller à la recherche d'un nouveau contact avec ceux d'Assad.

― Je pense tout d'abord que ma silhouette ne te déplais pas. Est-ce que j'ai juste ? »
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime03.08.13 22:21

Tu franchis la porte du bar. Sans un regard en arrière. Le vent tiède de la nuit t'arrives en plein visage. Après l’atmosphère de plus en plus moite de ce boui-boui que tu viens de quitter, c'est rafraîchissant. L'air est bien plus respirable ici. D'ordinaire, tu ne t'attardes pas autant dans ce genre d'endroit. Tu as juste besoin de te vider la tête un instant avant de repartir. Tu lâches un soupir que tu es surement le seul à pouvoir entendre et tu avances de quelques pas, les mains toujours dans les poches. Dans ton dos, tu entends le bruit des pas de Takeshi. Et plus important, tu sens sa présence. Cette présence si particulière, si plaisante. Une présence qui, jusqu'à aujourd'hui, t'avait toujours laissé plus ou moins indifférent quand elle se manifestait à tes cotés, au boulot. Mais tu sais qu'à partir de demain, tout aura changé. Pour le moment, tu ne parviens pas à t'en faire. Tu ne parviens même pas à te demander si c'est une bonne ou une mauvaise chose. Une vague pointe d'appréhension fait son apparition au fin fond de ton esprit, mais la voix de ton partenaire dans ton dos l'écrase impitoyablement, la faisant totalement disparaître pour le moment. Avec un sourire, tu écoutes sa réponse et tu lui offres le contact visuel qu'il recherche tant en te tournant légèrement dans sa direction.

Ce serait trop facile.

Oui, bien trop facile. Si cette explication suffisait, ce serait terriblement décevant. Et terriblement ennuyeux. Il t'en faut bien plus qu'un joli minois et de belles courbes pour titiller ton attention et te charmer. Dans ce cas, Takeshi aurait capté ton interêt dès le jour de votre rencontre. Cependant, tu as une confession à faire.

Mais j'admet que la vue me plait beaucoup.

C'est un fait. Tu ne peux pas nier qu'il est à ton gout. Takeshi a ce petit quelque chose qui fait que tu ne te lasses pas de le regarder. Un petit quelque chose qui te donnes même envie d'en voir plus. Toujours plus. Et soudainement, tu réalises que le mot « envie » te revient un peu trop souvent depuis le début de cette conversation. Envie d'en savoir plus. Envie d'en voir plus. Envie de le toucher. Envie de le connaitre. Trop d'envies, vraiment trop. Pour l'instant tu les réprimes, avec plus ou moins de succès. Mais qu'en sera-t-il lorsque tu craqueras ?

Pensif, tu écrases dans la poubelle la plus proche ton cigare, avant d'en allumer un énième. Un geste tellement familier et rassurant. Que tu as déjà dû exécuter des milliers de fois. Et qui te donne une excuse pour soustraire ton camarade de ta vue. Résiste. Ne te laisse pas aller. Ce petit jeu se fait trop dangereux. Dangereux et si jubilatoire. La fumée passe par ta gorge et tes poumons avant de ressortir, légère et grisâtre, disparaissant bien vite dans la nuit alors que tu amorces quelques pas. Pour aller où ? Peu importe.

Un peu trop d'ailleurs.

Tu le suis des yeux ― tu vois, tu n'as pas pu t'en empêcher de nouveau ― en attendant qu'il remonte à ta hauteur, avant de laisser briller la malice sur tes lèvres.

Tu peux aussi abandonner.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime04.08.13 23:09

« Ce serait trop facile.

En entendant ces mots, Takeshi redevint subitement sérieux. Son visage retomba pour mieux planter ses yeux dans ceux d'Assad. Il n'arrivait pas à le croire. Il ne pouvait pas concevoir d'avoir si mal interprété tous ces regards langoureux que son partenaire n'avait eut de cesse de lui délivrer. Pourtant son visage ne semblait pas mentir. Et son corps ne laissait paraître aucun signe de tension. Dans ce cas quoi ?...

― Mais j'admet que la vue me plait beaucoup.

...Ah. Le petit brun laissa échapper un souffle à mi-chemin entre le soupir rassuré et le rire étouffé. Finalement il ne s'était pas tant trompé que ça.

Mais ce n'était pas la bonne réponse pour autant. Et ce petit exercice s'avérait bien plus corsé qu'il ne se l'était imaginé. Car certes, il s'était attiré la convoitise des hommes maintes fois déjà, surtout depuis que les rumeurs à son sujet avaient commencé à galoper. Mais lesdits hommes n'étaient bien souvent intéressés que par son corps, et le plaisir qu'il pouvait leur procurer. Or il avait déjà compris que l'attention que lui portait Assad était motivée par autre chose. Restait encore à mettre un nom dessus...

― Un peu trop d'ailleurs.

Takeshi observa son compagnon avec des yeux honnêtement étonnés. Un fin sourire fendit lentement son visage en deux. Un peu trop ? Vraiment ? Outre le fait que cet aveu venait de faire naître en lui une vague de satisfaction qui n'aurait pas du avoir lieu d'être, il nota pour la première fois de toute la soirée une pointe d'incertitude chez son partenaire.
Il était temps. Dire que lui-même s'était senti comme un lapin jeté en pâture à une meute de loups depuis le début de leurs échanges.

Le japonais pressa le pas jusqu'à être à nouveau côte à côte avec Assad. Ce dernier semblait marcher assurément, comme s'il avait déjà son idée quand à leur prochaine destination.
C'était ce qui occupait l'esprit de Takeshi, mais en vérité il se fichait bien d'être conduit quelque part ou d'errer sans but dans les rues. Pourvu qu'ils poursuivaient ce jeu si plaisant.

Hm. Ce fil de pensées était on ne peut plus irresponsable.

― Tu peux aussi abandonner.

― Il n'y a que les lâches pour abandonner. Tu ne peux pas sincèrement penser ça de moi.

Oui, sa façon de voir les choses était toujours très rigide, sans ambages. Il tenait ça de sa mère.

― D'ailleurs je ne faisais que commencer. J'ai encore quelques idées qui pourraient expliquer ton intérêt soudain.

L'air fier, le regard entendu. Ses mots étaient complètement creux, mais il le camouflait très bien.

Il lui fallait plus de temps que ça pour élaborer une nouvelle théorie. Si son physique n'était pas la raison principale, il avait bien du mal à imaginer ce qui pouvait l'être. Son visage était   on ne peut plus morne, ses yeux gris n'aidaient pas vraiment, sa peau était livide... Mais peut être qu'Assad avait un faible pour les zombies après tout ? A moins que ce ne soit son caractère ? Sa façon de s'exprimer ? Ce serait bien la première fois que quelqu'un d'autre que lui trouve un charme à ses paroles aussi mesquines qu'arrogantes.
Ça ou bien...

― Mais j'y pense, peut être que tu ne souhaites pas vraiment que je le découvre ? »
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime06.08.13 0:47

Tu observes les lumières de la ville. Tu observes ce quartier vivant et lumineux. C'est l'heure des premières sorties de bars et des premières entrées en boites de nuit. Tellement de monde dans les rues, mais tu as l'impression qu'ils ne sont que les figurants d'un film ou d'une pièce de théâtre. Leurs voix ne t'atteignent pas et tu ne retiens pas leurs visages. Comme une bulle dans laquelle il n'y aurait que ton partenaire et toi. Tu marches. Il te suit. Reste à tes cotés. Tu n'as aucun but, tu n'as aucune idée de l'endroit où vous allez, mais tu ne te presses pas. Car il y aura toujours un point d'arrivé marquant la fin de cette soirée, et tu n'as pas hâte d'y arriver. En silence, tu hausses rapidement les épaules à la répartie du brun à ta pique. Tu ne le connais peut-être que trop peu, mais tu étais si certain que ses mots ressemblerait à ceci que tu aurais presque pu le devancer et répondre à sa place, arborant le même sourire sardonique que tu possèdes dans l'immédiat. Sourire qui s'étire encore un peu devant l'assurance qu'il te démontre ensuite.

Oh ?

Une onomatopée douce et pleine d’intérêt s'échappe. D'autres idées ? Vraiment ? Takeshi semble décidé à jouer. Et a gagner. Tu ne t'en plains pas. Mais tu es curieux. Curieux et confiant. Une confiance qui se brise brusquement à la prochaine réponse du concerné.

Mais j'y pense, peut être que tu ne souhaites pas vraiment que je le découvre ?

Tes pas s’immobilisent, cessent de te porter vers l'avant. Tu t'arrêtes et tu te retournes vers lui, les paupières grandes ouvertes. Ta main se porte instinctivement à tes lèvres pour récupérer ton cigare avant que tu ne le laisses tomber sous le coup de l'étonnement. Un étonnement pur, sincère. Car il vient de te surprendre. Tu ne t'attendais guère à ça. Et soudainement, c'est un rire qui s'échappe de ta gorge. Plus franc, plus frais, plus réel que les quelques éclats de rire de tantôt. Un rire que tu laisses doucement mourir, bien que ton visage se pare toujours d'un sourire. Un sourire incapable de choisir entre la réjouissance et la culpabilité de celui qui espérait ne pas se faire prendre.

Démasqué.

Simplement. Si facilement. C'est vrai, tu n'avais pas envie qu'il le découvre si vite. C'aurait été du gâchis. Et c'aurait été te prendre de cours, car toi-même tu as du mal à mettre un mot exact et défini sur ce petit quelque chose chez Takeshi. Paradoxe. Il ne t'a rien répondu de précis. C'est comme s'il n'avait pas répondu du tout. Pourtant, il a donné la bonne réponse. Tu étais persuadé qu'il s'échinerai en vain sur ce petit jeu. Il n'a de cesse de t'étonner. Tu secoues d'un coup sec le tube de tabac pour faire tomber la cendre qui s'accumule et tu l'observes choir à terre, une expression d'amusement presque innocent sur le visage. Tu t'appuies contre le mur le plus proche. Tu jettes un regard alentour. Vos pas vous ont menés sur une petite place piétonne plutôt calme. Joueur, tu te retournes vers ton camarade. Tu as réfléchis à ce que tu dois dire ensuite. Et tu as bien choisi tes mots.

Devrais-je te récompenser ?
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime06.08.13 23:16

Gagner du temps.

Gagner du temps pour mieux réfléchir, et relancer un aiguillon par la même occasion. C'était ce que Takeshi avait eu en tête lorsqu'il avait prononcé cette dernière phrase. Ni plus ni moins.

Mais dès lors, la situation lui avait complètement échappé. Et il était là, à observer avec des yeux confus son partenaire, d'ordinaire si impassible, rire de bon cœur. A tenter de graver cette expression si inattendue sur ses rétines, malgré toutes les interrogations qui dansaient dans son esprit.

« Démasqué.

Impossible. Sa pauvre excuse s'était avéré être la solution ? Mais... ce n'était pas ce qu'il avait prévu. Ces mots, ils ne les avait choisis que pour répliquer face aux taquineries d'Assad. Il aurait du les balayer d'une de ses paroles aigre-douces comme il le faisait depuis le début. Ou les trouver agaçantes, tout au plus. Pourquoi n'était-il pas agacé ? Pourquoi arborait-il un si beau sourire ?...

Calme-toi.
Takeshi s'efforça de demeurer silencieux, de ne rien laisser transparaître de ce qu'il ressentait. Au fond de lui, des sentiments encore inconnus jaillissaient et se mêlaient à d'autres qui étaient familiers mais pas moins problématiques, comme la fierté, l'embarras, l'ivresse,... Ils tournoyaient, s'entremêlaient, prenaient de l'ampleur, et finalement se muaient, en quelque chose d'aussi sucré que venimeux. Quelque chose qu'il avait gardé enfermé et renié bien trop longtemps.
Son corps entier était désormais une véritable usine nucléaire qui n'attendait qu'une brèche pour déborder.

...Calme-toi.

― Devrais-je te récompenser ?

Sa concentration s'était évaporée bien loin, pourtant les yeux du petit brun n'avaient pas une seconde quitté ceux de son partenaire. Ils s'y étaient planté, s'accrochaient inlassablement, comme un harpon à sa proie, et ne relâcheraient leur étreinte que lorsqu'Assad cesserait de saccager leur cerveau de la sorte. Probablement.

Il fallu à Takeshi quelques secondes pour dénouer sa gorge, et quelques autres encore pour composer en vitesse une réponse.

― Tout dépend de la récompense. »

Quelle tête faisait-il ? Il n'en avait plus la moindre idée. Où se trouvait-il ? Ça n'avait plus d'importance. Que faisait-il ? Une bêtise. Chut.

Guidé par un rythme sourd au creux de ses tympans, il s'approcha lentement, pas à pas.
Un. Deux. Trois.
La notion de distance n'était plus qu'un vague souvenir. Celle de prudence aussi.
Un. Deux. Trois...

Il s'arrêta.
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime08.08.13 0:45

Tu aimes le risque. Les jeux dangereux t'attirent comme un papillon de nuit qui s'approche trop prés de la flamme d'une bougie. Mais tu devrais prendre garde, peut-être que ce jeu-ci commence à aller un peu trop loin. Tu n'as rien à dire, rien à regretter, c'est toi qui l'a démarré. A toi de l'assumer jusqu'au bout. Mais la hardiesse de ton partenaire t’étonnes, tu ne t'attendais pas à une telle réponse. Quoique. Quoique tu t'y attendais, car c'est bien son genre. Et tu t'y attendais tellement, c'était tellement prévisible, que lorsque ses mots sont sortis de sa bouche, tu as eu du mal à les réaliser. Tu tournes la tête dans sa direction, pour simplement remarquer que ses yeux ne quittent pas les tiens, te fixant avec une intensité dépourvu de la moindre curiosité. Te fixant avec quelque chose de plus profond, quelque chose d'inconnu, que tu n'as encore jamais vu auparavant chez lui. Un regard que tu as déjà croisé chez d'autres personnes, mais jamais cela ne t'avait apporté la moindre satisfaction avant aujourd'hui. Tu ne peux pas te le cacher, tu aimes ce regard qu'il pose sur toi. Il te fascine, il t’obnubile, il t’empêche de penser à autre chose. Et sans nul doute est-ce ça, l’élément le plus risqué. Celui qui risque de te faire craquer. Au fond, tu as peut-être perdu encore plus que tu ne le penses.

Tu ouvres la bouche, prêt à répliquer. Prêt à lui offrir une autre de tes remarques délicieusement provocantes, servie d'un soupçon d’intérêt ingénu et de sarcasme. Mais rien ne sort de ta gorge. Tu le vois t'approcher. Avec lenteur. Une lenteur insupportable. Et ces yeux qui ne te lâche toujours pas... Tu ne souris plus. Tu n'as plus à sourire, et ton esprit est perdu ailleurs. Tu sais. Tu sais parfaitement. Tu sais la suite. Tu la connais. Il ne tient qu'à toi de l'en empêcher et de tout oublier. Mais ce serait surtout oublier tout ce que tu as ressenti au cours de cette soirée. Ce serait oublier cette envie qui te titille insupportablement depuis un long moment déjà. Une envie à laquelle, enfin, tu succombes. Tu ne dis rien, car il n'y a rien à dire. Silenceux, tu lèves ta main libre et fais glisser tes doigts sur le cou de Takeshi, sur sa nuque, pour enfin l'attirer à toi et poser tes lèvres chaudes sur les siennes. Tu approfondis longuement l'échange, paupières closes. Tu n'es pas capable de penser à autre chose. Le contact est électrique et intense, possédant le gout d'une nourriture convoitée depuis des lustres, c'est un flot de sensations inconnues ou oubliées qui ne dure qu'un instant. Et lorsque, enfin, tu romps le contact, tes pupilles restent discrètement à l’affût.

Je n'ai pas mieux.

Un petite touche d'humour calme servit par un sourire en coin léger. Dans ta tête, tu souris un peu moins, partagé entre l’euphorie paisible de cet instant et la sirène d'alarme de la réalité. Tu ne regrettes pas. Tu ne peux pas regretter. Mais ce baiser était une limite, une frontière qu'il aurait fallut ne pas franchir. A la fois pour toi, à titre personnel. A la fois pour ton travail. Tu sais qu'à partir de maintenant, tout sera définitivement différent. Tu ne penses pas que votre relation au sein des F.S.R. va rester inchangée. Ne te mens pas à toi-même, la situation te plait. Mais à présent, les barrières de sécurité sont derrière toi. Derrière vous.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime09.08.13 3:39

Il suffit d'un rien. Une simple caresse au creux de sa nuque. Et Takeshi se trouva en train de faire le dernier pas. En train de franchir la limite.

Au contact de leurs lèvres, il sentit un courant électrique traverser son crâne et soulever ses cheveux. Il ferma les yeux. Appréciant la chaleur diffuse de la main posée dans son cou. Et lorsque le baiser incertain se métamorphosa en quelque chose de bien plus fougueux, ses doigts vinrent s'encrer dans les replis de la chemise de son partenaire. Le goût du tabac et de l'anis s'immiscèrent dans sa bouche alors que leurs langues entamaient une valse. C'était à la fois doux et épicé... comme à peu près tout ce qui faisait Assad. Et cette pensée l'aurait amusé, si seulement ce n'était pas si dangereusement séduisant.

Quand leur échange fit mine de s'étioler, il se surprit lui même à en redemander. Encore. Encore. Il dévorerait cet instant jusqu'à son dernier soupire. Car au moment où la réalité le rattraperait...


Evidemment, ce moment ne tarda pas. A peine leurs lèvres s'abandonnaient-elles que Takeshi fut à nouveau emporté par sa vague d'appréhension et de remords. De remords ? Non. Il n'y avait toujours pas le moindre remord. Et encore moins de regrets. Et c'était pire...

Incertain du comportement à adopter, il commença par se reconstruire une expression, la moins représentative possible de l'état dans lequel il se trouvait. Puis il décrocha péniblement ses mains du vêtement de son compagnon, s'apercevant par la même occasion de la force qu'il avait mis dans ce geste. De pire en pire...

C'était loin d'être son premier baiser pourtant. Bien que ce ne soit pas son domaine de prédilection, il avait sa petite expérience. Mais tous les précédents essais semblaient désormais si fades et si lointains, écrasés sous le charisme et l'impudence de l'instant qu'il venait de savourer.

« Je n'ai pas mieux.

En entendant ces mots, le petit brun laissa un sourire et une pointe d'amertume colorer son visage.

― Voilà qui était bien audacieux, pour une simple gratification.

Entre chaque parole, il pouvait sentir ses lèvres fourmiller joyeusement du souvenir du passage de celles d'Assad.

― Non pas que ça m'ait déplu... »

Ne t'avance pas trop tout de même.
Takeshi était allé bien trop loin. Ses limites normales, ils les avait franchies depuis longtemps déjà. Dans le bar à vrai dire. Et en ce moment il se perdait très au-delà.
Il était grand temps qu'il s'arrête maintenant...

Il porta sa main à son cou, presque inconsciemment. Depuis que la peau brûlante de son partenaire s'était envolée, la brise nocturne lui semblait exagérément désagréable.

_________________
+++:
 

Avatar bg par Kohane♥
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime09.08.13 16:19

Tu ne sais pas quoi faire. C'est anormal. Pour la première fois, tu hésites et dans ton esprit danse l'incertitude. Une incertitude terrible, qui te tiraille entre tes désirs et ton bon-sens, qui t’écartèle impitoyablement et qui refuse de te faire la moindre fleur. Ta lutte intérieure est simple et se résume en un unique fait : Tu n'en as pas eu assez. Depuis le début, tu t'es fourvoyé. Persuadé que tout ça n'était qu'un intéressant divertissement, persuadé que ta violente envie de toucher Takeshi n'était que le fruit de la curiosité et du jeu, tu pensais dur comme fer qu'une fois ce souhait assouvit, ton attrait et ta convoitise pour lui s'étioleraient inévitablement. Comme le fauve repût qui dédaigne la viande que l'on continu à lui offrir. C'est faux. Irrémédiablement faux. Tu es loin d'être repût, il t'en faut plus. Beaucoup plus. Ce baiser aurait dû calmer ton appétence, il n'a fait que l'affoler. Le remède pire que le mal. Tes doigts se rappellent les infimes tressaillements du corps de ton camarade. Tes lèvres ont encore le gout des siennes. Et même le cigare que tu t'es remit à fumer n'y change rien. Mais tu dois te contenir.

Voilà qui était bien audacieux, pour une simple gratification.

Tu lui jettes un rapide regard interrogateur avant d'observer rêveusement les pavés à terre. Audacieux. C'est le mot juste. C'était audacieux. Mais tu en avais eu envie, voila tout. Et tu ne veux pas croire que ce n'était pas ce que Takeshi avait en tête également. Sa réaction tantôt se chargeait largement de le prouver.

Non pas que ça m'ait déplu...

Pitié. Qu'il n'en rajoute pas plus. Extérieurement, tu sembles aussi calme et détaché que d'ordinaire, mais la réalité est que tu te fais violence pour ne pas réitérer la bêtise que vous venez de faire. Ces encouragements involontaires ne t'aident pas. Avec difficulté tu réprimes un sourire de satisfaction, et enfin tu te détaches du mur

C'est dangereux...

Tu ne trompes personne. Malgré ta voix basse et ce sous-entendu discret, une note amusée s'est glissée dans ton intonation. Tes jambes te portent sur quelques pas, dépassant ton partenaire pour lui faire dos. Tu as failli poser ta main sur son épaule au passage mais tu as réussi à te retenir. Sourire aux lèvres, tu lèves les yeux vers le ciel noir avant de lâcher un insignifiant soupir.

Peut-être ferions-nous mieux d'arrêter là.

C'est la raison qui te pousse à dire ceci. Mais malheureusement pour elle, la raison n'a pas beaucoup eu sa place dans ton esprit au cours de cette soirée. A peine as-tu terminé ta phrase qu'elle se fait mettre à la porte par ton désir ― encore lui ― qui prend la parole à sa place. Tu te retournes juste assez pour observer Takeshi du coin de l’œil, ton sourire toujours présent.

Juste pour ce soir.
Revenir en haut Aller en bas

Takeshi Kemp


[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime11.08.13 4:35

« C'est dangereux...

Takeshi s'en voulait. Il s'en voulait de ne pas avoir été le premier à prononcer ces mots. Car il l'avait su. Depuis bien avant ce venimeux baiser. Avant le rappel à l'ordre de son téléphone glorieusement ignoré. Il l'avait su dès le début. A partir du moment où Assad lui avait répondu. De ses mots joueurs, et subtilement intéressés... juste assez en fait pour piquer sa curiosité sans jamais l'essouffler, ni l'écraser.
Il l'avait su, mais il n'avait pas réagi.

Trop sûr de lui. Et surtout trop ivre de nouvelles sensations. Il avait cru qu'il se lasserait. Il avait tout misé sur ça. Mais ça n'était jamais arrivé. Et il avait continué de s'enfoncer, encore et encore, dans ce tunnel de décadence inconsidérée. Jusqu'à ce que son chemin habituel ne disparaisse complètement de sa vue. Et que son partenaire doive s'alarmer à sa place.

Imbécile.

― Peut-être ferions-nous mieux d'arrêter là.

Son partenaire passe à côté de lui, frôle son épaule, mais le regard de Takeshi reste fixé au mur face à lui. Pour la première fois, il le force à ignorer Assad.

Oui. C'était la meilleure solution.

S'ils le pouvaient, le plus sage était même d'oublier tout ce qu'il s'était passé. Une telle relation entre deux agents des Forces Spéciales n'était pas acceptable. De plus, peu importe dans quel sens on tournait la chose, deux personnes aussi chaotiques qu'eux ne pouvaient pas avoir une liaison saine. Et les quelques points communs découverts au cours d'une seule soirée ne pouvaient décemment pas faire contre-poids. Sans compter que tout ceci avait découlé d'un simple jeu lancé dans un bar gay...

Non. Un peu de sérieux. Pour leurs carrières au sein des F.S.R, et pour eux-même, il était nettement préférable qu'ils ne-...

― Juste pour ce soir.

Et les persuasions de Takeshi s'écroulèrent.

Un long et agréable frisson galopa le long de sa colonne vertébrale, faisant tressauter ses épaules durant la traversée. Qui voulait-il duper au juste ? Plus que l'impression d'avoir été arraché à sa route bien droite, et d'avoir flirté avec la dépravation et l'insubordination, cette soirée l'avait laissé avec une sensation de légèreté. La même que celle que l'on obtient en brisant enfin une chaîne qui nous tenait à terre depuis des années.

Takeshi se tourna pour faire pleinement face à son compagnon. L'air narquois de retour sur son visage ne camouflant que piètrement cette fois son enjouement soudain.

― Je suis de ton avis. Tu es une menace bien trop grande pour l'affaire d'un seul soir.

Manières japonaises oblige, le petit brun esquissa une rapide courbette avant de reprendre.

― Je présume que je retrouverais ton autre toi -celui qui est ennuyeux- demain matin à la réunion ? Alors passe une bonne nuit. »

Sur ces mots, il tourna les talons, et remonta la rue des bars pour enfin rentrer chez lui après cette longue, très longue, et étonnamment douce soirée.

_________________
+++:
 

Avatar bg par Kohane♥
Revenir en haut Aller en bas

Assad Izz-Al-Din

Assad Izz-Al-Din


▬ Nombre de messages : 194
▬ Profession : FSR - Epsilon

▬ Fiche : Ici
▬ Topics : Fiche rp



[F.S.R. • Unité Epsilon]


Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime11.08.13 14:59

Ah. Cette expression. C'est la première fois que tu la vois sur son visage. Ce mélange de taquinerie et de... Joie mal dissimulée ? Comme si Takeshi était décidé à t'offrir une ultime source d'étonnement, à te plonger une dernière fois dans la surprise et l’effarement. Mais autre que des haussements de sourcils, cette fois, tu te contentes de conserver ton sourire. Un sourire qui s'adoucit un peu en réalisant que cette soirée touche à sa fin. C'était couru d'avance, mais maintenant que vous devez vous séparer, tu en viens à te dire que tout s'est passé trop vite. Mais peu importe. Tu restes satisfait de constater qu'il est tout autant impatient que toi de continuer ce petit jeu.

Je présume que je retrouverais ton autre toi -celui qui est ennuyeux- demain matin à la réunion ? Alors passe une bonne nuit.

Ennuyeux ? Peut-être. Trop de sang-froid, trop de calme, trop de discrétion et d'efficacité. Aux F.S.R., tu es bel et bien comme ça. Tout comme ton camarade. Et c'est bien pour cette unique raison qu'en deux ans, aucun de vous deux n'a réussit à entrevoir cette étincelle si attirante chez l'autre. Ce travail vous rend-t-il donc si inhumains ? La pensée te traverse le temps d'une seconde éphémère et s'enfuit. Tu n'as pas envie de penser à ça pour le moment. Tu n'as guère plus à ajouter qu'un « Bonne nuit » en bonne et due forme. Tu gratifies ton partenaire d'un signe de tête, déjà conscient que la réalité commence à te rattraper, et tu le laisses s'en aller, le suivant encore quelques secondes de ton regard ocre.

Et enfin, tu tournes les talons à ton tour. Demain. Tu devrais penser à demain, mais tu n'en as pas vraiment l'envie. Ce qu'il s'est déroulé ce soir tourne bien trop dans ton esprit.Trop clair. Trop récent. Trop frais. Tu sais d'avance que tu vas rentrer chez toi et que, sitôt la porte fermée, tu vas te laisser tomber sur le canapé, les yeux fixant le plafond, pour finalement t'endormir ainsi avec une seule pensée en tête.

Cette soirée avait été bien trop agréable.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






Let's start a Nuclear War [Assad] Vide
MessageSujet: Re: Let's start a Nuclear War [Assad]   Let's start a Nuclear War [Assad] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's start a Nuclear War [Assad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Minami :: la distraction-