AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime18.09.11 14:24

La nuit était tombée depuis un certain temps sur Naniwa. La journée ne s’était pas trop mal passée pour Lorelei, elle avait même été limite ennuyante. Elle était rentrée chez elle après avoir nettoyé le cimetière et s’était jetée sous la douche.
L’eau fraîche l’avait alors sortie de sa torpeur et elle avait eu la délicieuse idée d’aller se balader. Elle ne faisait jamais ça d’habitude. Ou bien elle sortait aux pieds de son immeuble délabré mais n’allait pas vraiment plus loin. Lorelei n’aimait pas l’inconnu et supportait difficilement la foule depuis…depuis que…bref.

* Comment on s’habille pour sortir le soir déjà ? *

Cette pensée s’était imposée à elle lorsqu’elle s’était alors retrouvée devant son armoire. Il y a quelques années, elle n’aurait eu aucun souci avec ça. Il y a quelques années, elle savait encore s’amuser, rire et sourire dans un autre contexte que chasser et tuer. Les temps avaient drôlement changé…

Après un certain temps de réflexion, elle finit par opter pour un pantalon taille basse noir et un débardeur rayé noir et gris. Mouai…ça ne changeait pas vraiment de d’habitude mais bon. Elle prit soin de brosser sa tignasse sanguine, prépara son sac. Elle jeta un coup d’œil à la dizaine de médocs présents sur la table, soupira et décida d’en emporter quelques-uns dans son sac en bandoulière. Elle ne savait pas si elle allait avoir le courage de traîner dans un bar et boire ou pas mais, dans le cas où cela se produirait, elle préférait éviter le mélange comprimés/alcool. Ce soir, elle avalerait donc les cachetons que si la situation l’imposait.

L’air était frais, le vent caressait sa peau et la lycanthrope soupira de bien-être. Elle ferma les yeux un instant puis commença à flâner dans les rues en ignorant les interpellations des ivrognes de Bay Area.

Elle marcha longtemps, sans vraiment savoir où elle allait et, au détour d’une rue, elle tomba sur le quartier de Minami. Choc ! Du monde, de la foule…pleins de gens qui marchaient çà et là, entraient et sortaient des bars, riaient aux éclats, titubaient, draguaient, etc…Lorelei restait interdite devant tout ça, plus habituée à côtoyer des endroits si animés. Elle allait se mettre à paniquer quand finalement, elle remarqua que personne ne faisait vraiment attention à elle. Elle ne surprenait pas de regards obliques et dégoutés posés sur elle. Cela suffit à la rassurer et, après une profonde inspiration, elle entra dans la masse.

Il était clairement plus difficile de se balader tranquillement ici. Outre le bruit, beaucoup de personnes couraient et bousculaient d’autres gens qui se trouvaient sur leur passage. La jeune fille ne resta donc pas longtemps au cœur de la rue et décida d’aller se réfugier dans un bar. Un attira plus son attention que les autres, elle ne sut pas dire pourquoi.

Son instinct avait parlé et elle entra donc d’un pas ferme. Quelques yeux se posèrent sur elle quand elle arriva mais rien de méchant encore. Lorelei observa rapidement les alentours. Le lieu était sympathique. Couleurs chaudes, joli cadre, banquettes à l’allure moelleuse…il semblait régner une bonne ambiance, assez amicale. Plutôt à l’aise dans ce nouveau lieu et n’ayant rien senti de suspect, elle décida de s’installer sur un tabouret au comptoir. Elle y commanda un verre de whisky avec quelques glaçons et une fois servie, commença à boire tranquillement. Un moment de détente comme elle n’en avait pas eu depuis bien longtemps…le pied.

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime10.10.11 16:51

Quoi que puissent en penser certaines personnes, aujourd’hui avait été une journée indéniablement excellente. L’affaire Messer s’était clôturée avec succès durant la matinée après s’être traînée en longueur sur ces quatre derniers mois. Il faut dire aussi que l’accusé ne lui avait pas facilité la tâche en se montrant aussi peu enclin à la coopération qu’un cheval rétif – alors que c’était pourtant dans son propre intérêt ! Son avocat avait cependant réussi à obtenir de lui ce qu’il souhaitait et trouvé le reste par ses propres moyens comme il en avait l’habitude. La séance, commencée ce matin à neuf heures pétantes, avait pris fin alors qu’il était midi passé et le verdict définitif était tombé en faveur de la défense. Comme il l’avait prévu, Charlie Huggins lui avait tenu tête jusqu’au bout. Elle avait refusé de lâcher le morceau tant qu’il lui restait une chance, aussi infime puisse-t-elle être, de retourner la situation à son avantage.
Nikita appréciait les procès où elle officiait en tant que procureur à peu près autant qu’il la détestait, elle. C’était d’ailleurs un sentiment réciproque, ces deux là ne pouvant se supporter en dehors des situations où ils avaient obligation d’être corrects l’un envers l’autre. En conséquence, chacun des procès où ils se faisaient face avaient ceci de particulier qu’on ne pouvait absolument pas en prévoir le résultat à l’avance – ni même d’avoir ne serait-ce qu’une petite supposition – et ce quel que soit le dossier traité. Excellant dans leur domaine respectif, ils étaient comme deux chiens se disputant obstinément un bout de viande particulièrement savoureux et trouvant inconcevable de se plier à l’adversaire.
Vous imaginez donc sans peine à quel point Nikita était plutôt content du déroulement des évènements. La tête qu’avait tirée Charlie lorsque la séance s’était achevée était purement jubilatoire. Il ne s’était d’ailleurs pas gêné pour lui lancer une pique sarcastique à ce sujet lorsqu’ils étaient sortis de la pièce avant de s’éloigner à grands pas vers son bureau, ayant autre chose à faire que se prendre le chou maintenant. Il eut été dommage que sa bonne humeur ne tienne même pas la quinzaine de minutes.

L’après-midi s’était déroulé sans anicroche notable, rien que du travail à outrance mais il n’y avait rien d’inhabituel à ça.
Qu’on se le dise, Nikita était du genre à considérer une journée comme étant perdue ou mauvaise quand il n’avait rien à faire ; l’ennui faisait partie de ces choses qui l’horripilaient tout particulièrement. Si l’on suivait cette façon de penser, il était donc tout naturel que l’avocat s’estime largement satisfait après ces longues heures qui venaient de s’écouler pendant lesquelles il ne s’était guère accordé de pause.
Il ressentait en revanche la nécessité de s’aérer l’esprit maintenant que sa journée était bouclée, et son estomac superbement négligé n’avait pas manqué de lui rappeler sa présence dès lors qu’il avait cessé de centrer son attention uniquement sur son travail. Le lycan avait dû acheter un casse-croûte sur le chemin du retour afin de le faire taire une bonne fois pour toutes.
Le délai qu’il passa à son domicile une fois de retour fut des plus brefs : le temps de poser ses affaires, de se rafraîchir un coup, de vérifier que tout était en ordre et le voilà qui était déjà reparti dans les quartiers de Naniwa, à pieds pour cette fois. Étant donné qu’il n’avait pas la moindre idée de la façon dont se déroulerait la soirée, il préférait encore ne pas s’encombrer de la voiture. Qui plus est, l’un des avantages d’habiter au cœur de la ville était bien celui d’être proche d’à peu près tout et n’importe quoi, ceci incluant bien entendu la destination qu’il avait en tête à l’heure actuelle.

Il y avait un bar qu’il connaissait depuis quelques années maintenant, découvert un peu au hasard comme il est d’usage pour tous ces lieux qu’on aime à fréquenter régulièrement. L’ambiance y était des plus agréables et la musique ne faisait pas partie de celles qui vous écorchent les oreilles après trente secondes d'écoute. Nikita appréciait s’y rendre lorsqu’il éprouvait le besoin d’un peu de détente, parvenant toujours à dénicher une ou deux personnes qu’il estimait digne de son intérêt parmi la clientèle. Idéal pour quelqu’un qui comme lui, se lassait toujours plus vite des personnes qu’il rencontrait.
L’endroit, cependant, avait quelque chose de différent lorsqu’il y posa les pieds ce soir-là. Brusquement indécis il s’arrêta sur le seuil, ne parvenant pas à déterminer ce qui clochait. Un rapide balayage de la salle attira aussitôt son attention sur la cette crinière rousse qui lui tournait le dos. Il comprit et analysa, fronçant les sourcils et toujours aussi parfaitement immobile. Nikita s’avança alors jusqu’au comptoir, passa commande à son tour et fut à ses côtés ; il annonça sa présence et son désir de lui parler en reposant son verre un peu trop fort sur le bois usé, produisant un choc sourd.

« Vous n’êtes pas ici chez vous. »

La voix fut agréable, le petit sourire qui s’ensuivit en guise de salut, poli. Ses yeux en revanche, étaient deux billes vertes dépourvues de toute chaleur qui glissèrent sur elle tandis qu’il la détaillait scrupuleusement.
Il fallait bien admettre que l'on avait déjà vu plus sympathique, pour une première prise de contact.
Revenir en haut Aller en bas

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime11.10.11 18:51

Les gens qui entraient et sortaient du bar, flux quasi constant d’allers et venues, les personnes qui venaient clamer leurs commandes au comptoir, les conversations et la musique diffusée dans le lieu formaient un brouhaha permanent mais néanmoins pas si dérangeant. Lorelei se surprenait même à le trouver agréable. Elle était seule, personne ne l’accompagnait, mais pourtant, ces présences autour d’elle, qui ne faisaient pas attention à elle, avaient quelque chose de plaisant. De l’animation…elle n’avait pas connu ça depuis belle lurette et ce n’était pas dans son métier qu’il y en avait. A part si l’on considérait qu’avoir la possibilité de danser une valse avec un macchabé était quelque chose de palpitant…La lycan se sentait donc d’humeur assez joviale…du moins, n’exagérons rien et disons d’humeur légèrement plus joyeuse que d’habitude donc.
Le whisky contenu dans son verre aidait aussi à créer cet état et, déjà, le rouge lui était un peu monté aux joues, donnant à l’ensemble de son visage un air moins patibulaire qu’à l’ordinaire. (Note : ça s’accordait bien avec la couleur de ses cheveux aussi, mais gardons cette réflexion de côté…).

La soirée débutait donc très bien et il n’y avait aucune raison pour qu’un quelconque changement vienne bousculer l’ordre des choses.
Ça, c’est que Lorelei pensait donc. Jusqu’à ce que la porte du bar s’ouvre sur un individu…particulier.

La joie dans laquelle baignait la jeune fille disparut en moins temps qu’il ne fallut à l’étranger pour poser le premier pied dans l’enceinte de la pièce. Elle ne le voyait pas, lui tournait le dos, et pourtant le sentait à plein nez. Un fauve. Un congénère félin. Qui l’avait remarquée à son tour semblait-il, mais moins rapidement.
Un frisson parcourut l’échine de Lorelei et ses avant-bras se couvrirent d’une légère chair de poule alors que les pas de l’inconnu résonnaient et approchaient de sa position. L’instinct sauvage de la lionne s’était réveillé et tous ses sens étaient en alerte. Elle s’était même imperceptiblement tendue sur sa chaise, les muscles bandés, prête pour la moindre éventualité.
Elle ne le regarda cependant pas quand il arriva à sa hauteur, et l’écouta juste commander un verre. Dit verre qu’il posa ensuite sur le comptoir, de façon un peu trop brutale pour que cela puisse paraître naturel.

« Vous n’êtes pas ici chez vous. »

Et il avait le culot de lâcher ça d’une voix agréable. Quelle saleté... Cette phrase, lâchée de but en blanc, fit néanmoins sourire Lorelei. Ses lèvres se fendirent en un sourire carnassier, laissant entrapercevoir sa dentition curieusement acérée. Ses épaules commencèrent à être secouer par un rire silencieux qu’elle laissa éclater après quelques secondes, comme si on venait de lui raconter la meilleure blague de l’année. Remarque, c’était à peu près ça pour elle : une blague.

« Mais c’est qu’il grifferait presque… »

Pleine de mépris et de suffisance, et affichant clairement ces derniers dans son attitude, elle daigna enfin se tourner vers son vis-à-vis.
Le regard glacial de ce dernier coula sur elle et la mit très brièvement mal à l’aise, supportant toujours aussi mal les observations que les autres pouvaient faire sur sa personne. Cependant, elle ne se départit pas de son air présomptueux et fit de même, jaugeant à qui elle avait à faire. A première vue, rien de bien inquiétant…
Provoquante à souhait, elle répondit donc à la sympathique phrase d’accueil de son interlocuteur :

« Tu veux parier, Kätzchen ? »

Lorelei ne s'encombra pas du vouvoiement et prit un malin plaisir à accentuer le dernier mot de sa petite réplique. Après avoir terminé celle-ci, elle but son verre cul sec, ses prunelles ambrées fixées dans les yeux émeraudes de l’homme, une lueur de défi dans le regard et un petit sourire un coin sur les lèvres.

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime16.10.11 0:43

bon ben c'est plus le post maudit finalement, pourtant j'ai quasi rien changé T-T

Le hasard, mine de rien, il devait avoir des journées sacrément emmerdantes pour concevoir des situations telles que celle-ci. Combien y avait-il de chances en effet que ces deux là se rencontrent ici et maintenant ? Pas beaucoup en réalité. Nikita était loin de croire stupidement qu’il était le seul lycan félin évoluant à Naniwa, il lui était même déjà arrivé d’en croiser à de rares occasions mais jamais dans ces endroits qu’il considérait comme siens. Son territoire. Il était possessif, et ne partageait pas.
Aucune exception.
Elle était pourtant là ce soir, assise à côté de lui, le raillant ouvertement alors qu’il s’était à peine permis une constatation des plus évidentes – au moins pour lui, en tout cas.
Clairement, il ne l’aimait déjà pas. Mais remarquez, il n’aimait pas grand monde de toute façon. Celle-ci, ceci dit, cumulait : en plus de posséder un animal totem cousin du sien et se montrer particulièrement désagréable – comment ça, lui aussi ? –, sa dernière réplique ne laissait que peu de place au doute. Elle était allemande.
Même pas deux minutes qu’ils étaient là et il l’avait dans le collimateur, un sacré score tout de même.

Kätzchen. Il ne lui fit pas l’honneur de se montrer outré par l’insulte qu’elle venait de lui jeter au visage, mais la rouquine avait visé juste. En son fort intérieur, il sentait la colère qui déjà, bouillait en lui. Mais Nikita ne serait pas devenu un avocat renommé s’il n’était pas capable d’une remarquable maîtrise sur ses émotions. Et les insultes, il y avait le droit régulièrement, bien que jamais aussi « personnalisées ». Au sortir d’un procès, il n’était pas rare que la famille d’une potentielle victime – pour ne citer qu’un exemple – entre en contact avec lui le temps de lui laisser entendre un « connard » bien senti. Souvent, c’était plus subtil que ça. D’autres fois, c’était pire. Et Nikita, impassible, répondait invariablement par un très humble « mais je n’ai fait que mon travail » ; ce genre de réaction l’amusait plus qu’autre chose, et il arrivait parfois même qu’il gratifie ses interlocuteurs d’un remerciement sarcastique.
Toutefois, ce genre de phrases n’était pas des plus appropriées ici, il fallait bien en convenir.

Sa main s’était crispée sur le verre durant la seconde qui suivit les derniers mots qu’elle lui jeta à la figure, seule marque bien visible de la façon dont il les accueillit. L’instant d’après, c’était comme si la provocation n’avait jamais été. Son regard était toujours rivé à elle, bien qu’il lui ait semblé tout à l’heure déceler un certain mal être chez sa congénère alors qu’il l’avait soumis à un examen visuel rigoureux. Si ça pouvait s’avérer être une faiblesse chez elle, aussi infime soit cette dernière soyez certains qu’il en avait pris bonne note.
Elle n’était pas très impressionnante à première vue, mais Nikita savait d’expérience qu’il ne fallait jamais se fier à la corpulence d’un individu pour estimer sa force ; c’était d’autant plus vrai lorsqu’il s’agissait d’un lycan. Il ne commettrait pas l’erreur de la sous-estimer alors qu’il se savait lui-même relativement faible lorsqu’il ne se métamorphosait pas. Physiquement, elle aurait sans nul doute le dessus si confrontation violente il y avait et la pilule serait très dure à avaler le cas échéant.

Pour autant, Nikita n’allait pas s’incliner sagement devant elle, soumis, lui souhaiter la bienvenue et repartir comme il était venu.

« Parier ? La tonalité était toujours aussi avenante, bien que l’on puisse distinguer un petit quelque chose de glacé en dessous. Je ne m’abaisse pas à ce genre de jeux stupides. »

A son tour il but quelques gorgées de son verre – sans se presser, contrairement à elle qui l’avait déjà terminé. Il avait tout son temps et ne comptait ni tourner les talons dans la minute qui suivrait ni s’enfiler verre sur verre. Le whisky avait beau être d’une qualité fort appréciable ici, il n’était pas du genre à consommer énormément.

« Quand bien même ce serait le cas, reprit-il posément après cette brève interruption, je ne crois pas que tu puisses parier quoi que ce soit susceptible de m’intéresser. »
Revenir en haut Aller en bas

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime21.10.11 19:56

Le bar était entré dans une sorte de microclimat invisible aux yeux des badauds qui flânaient dans la rue. Dehors, la nuit était tombée et avait enveloppé Naniwa de son sombre manteau. L’air s’était rafraîchi, mais restait néanmoins agréable, et l’on pouvait même observer quelques étoiles dans le ciel, malgré les lumières de la ville. Le beau temps régnait.
A l’inverse, l’intérieur du bar s’était chargé d’électricité, alourdi. En quelques instants seulement, l’air était devenu pesant, étouffant presque, comme si une épaisse couche de nuages noirs avait envahi le lieu pour le plonger lui et ses résidents dans un orage, une tempête froide, violente et impitoyable.
Cette sensation ne dominait tout de même pas entièrement l’ambiance relativement joyeuse d’origine mais s’accentuait lorsque l’on s’approchait du comptoir. Y étaient accoudés un homme en costard, sobre mais classe, et une jeune femme vêtue des plus banalement. Formant un duo on ne peut plus atypique, certains regards interrogatifs, parfois inquiets, se posaient sur eux avant de se détourner rapidement…Il semblait que le « changement de climat » provenait du fameux binôme. Une tension quasi palpable et une aura sauvage les entouraient, les faisant basculer dans leur bulle. Toutes les autres personnes précédemment assises à leurs côtés avaient d’ailleurs déserté, leur instinct les poussant à laisser ces deux là seul à seul. Les humains n’étaient pas toujours aussi stupides qu’on pouvait le penser. Pour vous dire, les mouches avaient aussi eu la présence d’esprit d’aller voler à distance respectable.

Lorelei ne s’était pas départie de son sourire en coin. Sa fierté, son orgueil félin se confrontait à celui de l’homme qui l’avait abordée il y avait quelques minutes à présent. Elle sentait l’orage autour d’eux et avait même l’impression d’entendre gronder le tonnerre. Ou peut-être était-ce seulement le grognement qu’elle laissa échapper de sa gorge quand elle rompit le contact visuel.
Elle commanda un second verre de whisky que le barman s’empressa de lui servir avant de retourner à l’opposé pour astiquer sa vaisselle plus que de raison.

Le verre d’alcool en main, la lycanthrope analysa rapidement la très faible réaction qu’avait eue son vis-à-vis quand elle avait lancé sa fameuse insulte. Kätzchen...
Cela avait été à peine perceptible mais elle avait juré l’avoir vu se crisper sur son propre verre. Il devait avoir compris, même s’il n’avait rien laissé paraître, aucune colère, à peine un brin de froideur. Oui, il avait compris. Sûrement était-il d’origine allemande même, puisque peu de personnes en dehors des natifs de l’Allemagne comprenaient la langue ici.
Décidemment, les points communs entre eux s’ajoutaient et commençaient à constituer une belle liste. Intéressant…

La jeune femme but une gorgée, plus tranquillement, pour profiter un peu plus de son deuxième verre, l’air de rien mais écoutant son voisin d’une oreille attentive. Elle sentait les deux yeux verts de ce dernier qui continuaient de l’observer, lentement, en détail, relevant tant de petites choses sur elle, comme si leur propriétaire cherchait à tout connaître d’elle, à deviner les moindres de ses émotions, ses secrets, ses atouts et surtout ses défauts et ses faiblesses…
C’était une chose que Lorelei avait énormément de mal à supporter. Elle détesta ça. Quand les regards se braquaient sur elle, elle revoyait les visages dégoutés de ceux qu’elle avait pris pour ses amis…et le carnage qui avait suivit.
Lorelei ferma les yeux un instant et expira pour renvoyer sa peur et le désir de se jeter à la gorge de son interlocuteur. Ces pulsions avaient surgit brusquement en même temps que les mauvais souvenirs et la lycanthrope savait qu’elle devait se calmer rapidement. Un lieu public comme celui-ci n’était pas apte à ce genre de laisser-aller. Dans un autre endroit, un peu moins peuplé, qui sait ce qu’il serait advenu de son congénère…
Elle rouvrit les yeux pour affronter de nouveau les prunelles émeraude. Pendant une fraction de seconde encore, la crainte folle et l’envie meurtrière brillèrent dans son iris fauve, avant de s’éteindre pour laisser place à de l’amusement et à un air effronté.

« Parier ? Je ne m’abaisse pas à ce genre de jeux stupides.
[…]
Quand bien même ce serait le cas, reprit-il posément après cette brève interruption, je ne crois pas que tu puisses parier quoi que ce soit susceptible de m’intéresser. »


Les phrases résonnèrent à ses oreilles comme une nouvelle source de ralliements. Lorelei rit une nouvelle fois, mais y mit moins de mépris que précédemment. En revanche, ce ne fut pas le cas de la phrase qui s’ensuivit…

« Ah oui…c’est vrai que ça serait bête et inutile de parier dans ton cas... : quand on sait d’avance qu’on va perdre, ça ne vaut pas le coup. »

Elle avait haussé les épaules et pris un air déçu et compatissant : en clair, elle se foutait allègrement de sa tête. Elle ne garda d’ailleurs pas son faux sérieux très longtemps. Un sourire moqueur apparu sur ses lèvres et elle se permit des mots et un geste plus provoquant encore, ne laissant pas le temps à son voisin de riposter.

« Mais t’inquiète pas : un jour chaton deviendra grand ! Tu seras alors peut-être capable de m’égratigner… » lâcha-t-elle en allemand et en avançant sa main, faisant mine de vouloir lui gratouiller le menton comme s’il s’agissait vraiment d’une mignonne petite boule de poils.

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime31.10.11 17:44

La tension qui régnait entre les deux lycans était tellement palpable qu’on aurait pu la couper au couteau, pour peu que l’idée farfelue de faire une chose à ce point absurde nous vienne à l’esprit. Malgré l’ambiance joviale, malgré toutes ces personnes rassemblées en quelques groupes chaleureux et ces éclats de rire qui perçaient ici et là au détour d’une conversation banale, ils étaient seuls dans une bulle d’inhospitalité qu’ils avaient eux-mêmes créée. Rien ne perçait au travers, il n’y avait qu’eux et les piques qu’ils se jetaient successivement à la figure. De temps à autre, l’avocat percevait distinctement un regard étranger se poser sur eux, une conversation s’étioler un instant alors que l’attention se portait ailleurs mais bien vite la tierce personne finissait par se détourner et les choses reprenaient leur cours. Tout comme sa partenaire, il avait remarqué comme les environs du comptoir où ils se tenaient face à face s’étaient rapidement vidés. L’atmosphère étouffante devait déranger, après tout les gens allaient à un bar pour se relaxer, se sentir à l’aise plutôt que l’inverse. Ici, le climat inamical que les voir se sauter à la gorge dans la minute qui suivrait n’aurait pas été très étonnant. Mais Nikita n’était pas du genre à se résoudre à de telles extrémités aussi rapidement, bien que ça ne soit pas l’envie qui lui manque. Il préférait – et de loin – cette petite joute verbale. Il se sentait plus dans son élément ainsi.
En soit, c’était d’ailleurs assez paradoxal si l’on y réfléchissait bien. Il n’appréciait pas de la voir ici pas plus qu’il n’appréciait toutes ces railleries dont elle faisait preuve à son égard et n’avait que l’envie de la voir dégager d’ici au plus vite. Mais d’un autre côté, le fait qu’elle lui tienne tête et lui dispute le morceau de lard lui plaisait : il était habitué à fréquenter des gens qui rendait les armes trop rapidement lors de ce genre de discussion. Ça le changeait un peu, et il sentait poindre un certain amusement, un goût assez prononcé pour le défi qu’elle représentait. Parallèlement, l’agacement qu’elle déclenchait allait croissant.
Ressentir deux émotions aussi dissociable envers la même personne avait un petit quelque chose de désaxant mais nullement dérangeant en réalité. Il ne fallait pas se leurrer toutefois : il la jugeait toujours aussi détestable et indésirable qu’au premier abord. Il n’appréciait pas plus le contenu de ses paroles. Seulement l’idée qu’elle refusât de courber l’échine devant lui.

« Ah oui…c’est vrai que ça serait bête et inutile de parier dans ton cas... : quand on sait d’avance qu’on va perdre, ça ne vaut pas le coup. »

Voilà qu’elle continuait sur sa lancée, à croire qu’elle ne savait faire que ça, se moquer. Elle semblait bourrée d’une assurance laissant à penser qu’elle n’avait pas l’habitude de se ranger du côté des perdants. Toute son attitude semblait lui dire « hé regarde moi, je suis largement supérieure à toi, à mes yeux tu n’es rien d’autre qu’un petit divertissement bénin ». C’était là sans doute que qu’il dépréciait le plus chez elle à l’heure actuelle, ce comportement méprisant à son égard. Il digérait très mal ce genre de choses, d’autant plus qu’elle ne connaissait rien de lui.
Mais que voulez-vous, il avait une certaine dose d’amour propre à entretenir.

« Mais t’inquiète pas : un jour chaton deviendra grand ! Tu seras alors peut-être capable de m’égratigner… »

Le geste qui s’ensuivit alors fut de trop. Nikita était certes capable de garder son calme dans des circonstances où d’autres auraient abandonné avant lui, mais il y avait certaines choses à ne pas faire, certaines limites à ne pas dépasser. La vivacité dont il fit preuve à cet instant trancha nettement avec son comportement jusqu’à présent ; interceptant la main avant qu’elle ne le touche, il attrapa le poignet et dans le même mouvement, l’entraîna jusqu’à ce qu’il heurte avec brusquerie le rebord du comptoir. Le claquement sec qui en découla, bien que faible, eut le même effet qu’un coup de revolver – dans un endroit de cet envergure, le moindre bruit ou geste qui n’avait pas sa place ici était flagrant – et le silence s’instaura malgré la musique de fond, à peine troublé par quelques murmures qui se voulaient discrets mais qui restaient parfaitement audibles à une ouïe plus développée que la norme. L’attention générale se fixa sur le duo qui osait déranger leur quiétude et la pensée était aisée à déchiffrer. Est-ce que ça allait finalement dégénérer ? Ils allaient se battre sous leurs yeux, dans un endroit public qui ne prévoyait nullement ce genre de chose ?
En réalité, tout ça ne dura pas même une poignée de secondes avant que les discussions recommencent à s’élever comme si de rien n’était. L’avocat enserrait toujours le poignet de sa compagne dans sa main droite, bien qu’il ne doutât pas un seul instant qu’elle n’aurait pas beaucoup de peine à s’en libérer une fois la surprise passée.

« Tu ne devrais pas inverser les rôles de la sorte, ou il pourrait bien t’arriver quelque chose de regrettable. Jouer dans la cour des grands n’est pas de tout repos, tu ferais bien de t’en souvenir dans ton propre intérêt. »

Le tout prononcé dans un allemand parfait, sans aucun accent ni hésitation. Si jamais elle avait encore eu quelques doutes quant à sa nationalité, ils venaient d’être balayés avec cette réplique lâchée d’une voix trop calme.

Revenir en haut Aller en bas

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime03.11.11 23:11

Lorelei n’avait pas eu pour intention de toucher l’homme qui se tenait à ses côtés. Non, elle avait tout simplement fait mine de le vouloir, s’agissant encore d’une nouvelle « plaisanterie » de sa part. Provoquer, provoquer et provoquer encore… C’était ce qu’elle aimait, ce qu’elle affectionnait peut-être le plus. Une sorte de passe-temps favori. Après la chasse bien évidemment.
Oui, la jeune femme avait des activités on ne peut plus lucratives…
Dans les conditions actuelles, elle tirait d’ailleurs encore plus de plaisir à se montrer arrogante et sûre d’elle. Un congénère froid, glacial même, dont aucune de ses émotions ne filtrait à travers son regard et ses gestes, ou bien si peu. Le faire sortir de ses gonds était un défi à ce niveau-là, une partie plus corsée que les autres, et Lorelei avait bien pour idée de la remporter.

Aussi, quand la main droite de son « adversaire » attrapa brusquement son poignet et le plaqua contre le comptoir dans un bruit sec, elle ne peut que savourer la vague de satisfaction qui l’envahit. Aucunement choquée, à peine surprise. Il faut dire que c’était le genre de réaction auxquelles elle s’était attendue et qu’elle avait souhaité obtenir après tout.
Une faible douleur engourdissait sa main gauche, maintenue contre le bois, mais ce n’était que secondaire. Elle avait vu bien pire. Le bar, lui, peut-être pas, comme pouvait en témoigner les regards inquiets tournés vers eux…

Si le geste de l’homme l’avait réjouie, ce ne fut, en revanche, pas le cas des paroles qu’il prononça, après que les conversations alentour aient repris leur cour. Non pas que le fait qu’il les prononce en allemand la gêne, bien au contraire. De ce côté, elle se disait même plutôt
« enfin ! »
. Lui qui, au début, semblait plus que réticent à parler dans cette langue, lâchait à présent ses mots avec fluidité, sans le moindre accent, dans sa langue d’origine donc.
Non, ce qui fit grincer les dents de Lorelei fut le contenu des paroles. Le sourire en coin, qu’elle affichait quasi constamment depuis le début de leur rencontre, se mua en un rictus mauvais et mécontent, dévoilant une nouvelle fois ses canines étrangement pointues. Dit sur un ton trop calme, le message avait eu l’effet d’une plongée dans les eaux du pôle Nord, ou bien celui d’un iceberg qu’on vous introduit dans le décolleté…

La lycanthrope ne réagit pas immédiatement. Elle laissa couler le temps, faisant s’échapper un sourd grognement de sa gorge à l’attention de son camarade. Puis sa main droite glissa, légère, et se plaça au-dessus de celle qui retenait l’autre fermement. Pendant un bref instant, ce ne fut qu’un effleurement. On aurait pu croire qu’elle l’amadouait, faisait la belle pour le charmer… La seconde d’après, ses ongles se plantaient brusquement dans la chair.

« Quelque chose de regrettable ? C’est une menace ? »

Elle avait lâché ses dires sur un ton intimidant et n’avait pour rien au monde délaissé la main de son rival. Quelques gouttes de sang perlèrent, et c’est à ce moment-là que la prise disparut.
Enfin libre, la main gauche de Lorelei se précipita aussitôt sur la cravate qui enserrait délicatement le cou de l’homme. Elle s’enroula autour, jusqu’à ce que sa poigne atteigne la base du nœud coulant. Elle tira enfin d’un coup sec dessus, afin de déséquilibrer légèrement son vis-à-vis et pour que son oreille arrive au niveau de sa bouche, sur laquelle un sourire, encore moins plaisant qu’auparavant, était revenu.

« Sache que je joue dans la cour des grands depuis bien longtemps, je n’ai pas de leçon à recevoir d’un bellâtre des beaux quartiers comme toi. Je dirais même que c’est plutôt ta noble personne qui aurait bien besoin d’un petit rappel à propos du code de bonne conduite. Un petit conseil ainsi : descend de ton piédestal chaton, t’es loin d’être le roi des animaux et ce n’est pas avec ce ton méprisant et condescendant que tu défendras tes territoires. »

Sur ses derniers mots, Lorelei desserra faiblement sa prise sur sa cravate. Sa main droite, non plus occupée à déchirer la peau d’une quelconque partie du corps adverse, tenait nonchalamment le verre de whisky. La jeune femme fit tinter les glaçons contre les parois, but une gorgée, puis, dans un lent mouvement, se tourna et versa le reste du contenu sur la tête de son interlocuteur, le maintenant toujours de l’autre main afin qu’il ne puisse s’échapper.
Ceci fait, elle lâcha définitivement la cravate et se réinstalla correctement. Les yeux fixés sur son verre de nouveau vide, elle finit par dire, après une seconde de silence :

« Bon….en tant qu’hôte, tu vas m’offrir le troisième verre, n’est-ce pas ? »

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime09.11.11 15:05

Les ongles s’enfoncèrent dans sa chair en causant une douleur légère qui évoluait en bordure de sa conscience, plus agaçante que réellement dérangeante. Il sentit très nettement l’odeur âcre et métallique dégagée par les quelques gouttes de sang qui perlèrent et desserra alors sa prise sur la main de la jeune femme, prenant cependant soin de conserver des gestes mesurés. Un mouvement de recul précipité aurait pu laisser à penser qu’il se soumettait à la blessure superficielle qu’elle venait de lui causer.
La petite tirade de son cru semblait avoir eu l’effet escompté, puisque pour la première fois depuis le début de leur rencontre il avait enfin réussi à gommer ce sourire irritant qu’elle affichait au bénéfice d’une grimace bien moins engageante. Voilà qui était mieux, de son point de vue. Peut-être s’était-elle enfin décidée à le prendre au sérieux. Et si ce n’était toujours pas le cas, il allait se charger d’y remédier bientôt. Il avait tout son temps pour ce faire, pas besoin de chercher à précipiter les choses.

« Quelque chose de regrettable ? C’est une menace ? »

La main de sa congénère s’envola vers sa cravate dès lors qu’il la lâcha, inattendue, le tirant en avant qu’il n’ait eu le temps d’esquisser le moindre geste. Ses sourcils se haussèrent imperceptiblement tandis qu’il la considérait, le reste de son visage toujours aussi neutre. Le mouvement avait été brusque ; heureusement qu’il ne tenait pas son verre à ce moment là, ce qui lui avait permis de poser sa paume bien à plat sur la surface du comptoir afin de conserver un minimum d’équilibre – et de dignité, par la même occasion.
Leurs visages se rapprochèrent comme si elle avait eu l’intention assez tordue de l’embrasser, et Nikita garda son regard rivé au sien sans ciller une seule fois.

« Un simple avertissement. »

Il s’octroya la parole avant elle pour lui souffler sa réponse une fois qu’elle se fut suffisamment rapprochée de lui pour que ce simple murmure lui soit parfaitement audible. Sans transition, il avait abandonné l’allemand pour retomber dans le japonais. S’il avait adopté sa langue natale tout à l’heure, c’était uniquement pour conférer un peu plus de sincérité aux propos qu’il lui avait alors tenu et, avouons-le, également par simple et stupide réflexe : c’était elle qui l’y avait entraîné en l’usant la première, et les mots qu’il avait prononcé ensuite n’en avait été que plus naturellement lancés dans la même langue. Il ne tenait cependant pas à continuer leur charmante petite conversation ainsi.

Le discours qu’elle lui tint ensuite ne fut, en soit, pas très étonnant. Il restait dans la même optique que tout ce qu’elle avait pu lui dire jusqu’à présent. Un rappel du code de la bonne conduite, disait-elle ? Venant de la part d’une personne qui affichait ouvertement son mépris pour lui, n’avait de cesse de le provoquer et ne semblait pas connaître jusqu’à la notion même de politesse, c’était plutôt comique à entendre. L’hôpital qui se foutait de la charité, en somme.
La lycan relâcha la pression qu’elle exerçait sur lui par le biais de sa cravate et il put enfin se redresser un peu, appréciant de quitter cette position relativement inconfortable qu’elle l’avait forcé à adopter.
L’instant d’après, il était enfin complètement libéré… et se retrouvait avec le contenu de son verre qui lui dégoulinait le long du visage, glissait dans son cou et commençait déjà à imbiber le haut de ses vêtements. Ô joie, il puait autant l’alcool qu’un type à la sortie d’un barathon.

« Bon….en tant qu’hôte, tu vas m’offrir le troisième verre, n’est-ce pas ? »

Il faillit laisser échapper un éclat de rire sardonique. En voilà une qui ne manquait décidément pas de culot. Silencieux, il posa un regard appuyé sur elle un moment qui paru une éternité – pas plus de quinze, vingt secondes en réalité –, comme s’il pesait le pour et le contre de la réponse qu’il s’apprêtait à donner. Un mince sourire se dessina enfin sur ses lèvres. Il but à nouveau quelques gorgées de son whisky et le termina avant d’incliner brièvement la tête en un acquiescement muet. Il s’écarta d’elle de quelques pas pour aller aborder le barman, lequel s’empressa de s’occuper de lui dès lors que Nikita l’appela. Celui-ci demanda qu’il les resservît et, à la question de savoir si tout allait bien, l’avocat répondit le plus naturellement possible que sa compagne était simplement très tendue ces derniers temps mais qu’il n’y avait pas franchement de quoi s’inquiéter, appuyant particulièrement sur l’adjectif possessif. Sous-entendu qu’une réconciliation sur l’oreiller réglerait facilement le problème. Verres en main, il revint vers elle comme si de rien n’était.

Bien que s’étant éloigné de leur position initiale pour aller repasser commande, il ne doutait pas qu’elle ait entendu et saisi jusqu’aux petites subtilités de la brève conversation entre les deux hommes.

Suicidaire vous avez dit ?
Revenir en haut Aller en bas

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime14.11.11 22:39

Lorelei s’était attendue à tout. Lorsqu’elle avait demandé à ce qu’il lui paye son troisième verre de whisky, plus pour le provoquer légèrement que pour être sérieuse, l’homme aurait pu lui rire au nez, ou bien l’ignorer. Il aurait pu à nouveau perdre son sang-froid qui paraissait légendaire, lui renverser à son tour son verre sur la tête, l’envoyer promener avec une réplique sèche et bien sentie…Rien de tout cela ne l’aurait étonnée.
Mais accepter…acquiescer avec un petit sourire peint sur les lèvres…il n’allait pas faire ça, n’est-ce pas ? Une réaction pareille ? Après tout le temps qu’il venait de passer à la fixer ? Bordel, s’il essayait de la mettre mal à l’aise avec cette technique, ça marchait parfaitement. La lycanthrope avait détourné le regard avant que lui n’ait fini de l’observer.

Puis il avait hoché la tête, avait terminé son propre verre comme si de rien n’était et s’était levé. Pour recommender des boissons au barman donc…
Lorelei était médusée et ça se voyait. Yeux écarquillés et bouche bée, elle restait là, ne bougeant pas d’un cheveu. Soit, il voulait la surprendre, la désarçonner. Mais il était vraiment prêt à afficher un sourire, alors qu’il venait de se prendre un verre d’alcool sur le crâne, et à lui offrir à boire pour ça ? Pendant un instant, la jeune fille se surprit à être admirative devant tant d’obstination et de vilénie puis bien vite, secoua légèrement la tête pour chasser cette émotion saugrenue.

Compte-tenu de cette attitude on ne peut plus louche et déroutante pour la jeune fille, celle-ci resta sur ses gardes. Elle jouait machinalement avec de l’eau se trouvant sur le bar, le regard en coin rivé sur les deux hommes.
Tout semblait se passer normalement mais Lorelei était méfiante. Tout cela ne présageait rien de bon et sentait le roussi à plein nez. Le barman, pourtant, servi rapidement les deux nouveaux verres. Aucun problème de ce côté-là. Il posa cependant la question fatale et l’autre lycanthrope se fit une joie de donner une réponse meurtrière.

*Sa compagne ? SA COMPAGNE ?!!*

Si la rouquine avait été en train de boire, nul doute qu’elle aurait recraché l’intégralité de sa gorgée sur le champ, en plus de devenir écarlate. Ici, défaut d’avoir une boisson dans le gosier, elle avalait sa salive à cet instant précis et celle-ci passa étrangement de travers, occasionnant une magnifique quinte de toux. Ses joues étaient pivoines mais impossible de déterminer si c’était la faute du sous-entendu ou bien si c’était seulement dû à la gêne présente dans sa gorge. Dans tous les cas, quelle qu’en soit la raison, elle allait lui faire payer cet affront et cette humiliation…

Elle réussit à se calmer avant que cette saloperie qui lui servait d’interlocuteur revienne s’assoir. Ayant repris toute sa contenance, elle attendit qu’il ait posé les verres pour prendre tranquillement le sien. Elle resta silencieuse quelques secondes, l’air pensive, puis tourna enfin la tête pour planter ses prunelles dans les siennes.
La jeune féline affichait un visage un peu gêné mais néanmoins intéressé par les propos qu’avait tenu l’homme quelques minutes plus tôt.

« Ta compagne, hm ? » ronronna-t-elle avec un petit sourire charmé, alors que sa main gauche se glissait lentement et amoureusement dans la nuque puis dans les cheveux noirs du lycan.

Ses yeux ne lâchaient pas les deux émeraudes d’une semelle alors que leurs visages se rapprochaient de plus en plus l’un de l’autre. Lorelei arrêta d’attirer l’homme à elle seulement lorsque ses lèvres frôlèrent les siennes.
Son souffle rauque caressa la bouche de son vis-à-vis et alors son regard changea de tout au tout. La lueur taquine qui y brillait se transforma en une espèce de folie furieuse et de rage, tandis que le sourire enjôleur mua en quelque chose de plus…carnassier.

« Même pas dans tes pires cauchemars…. »

La phrase, clichée, mais que l’on pouvait réellement prendre au pied de la lettre avec elle, fut dite d’un ton sec et brutal, tout comme le geste qui s’ensuivit.
Lorelei agrippa les cheveux de l’homme et tira sa tête en arrière avant de l’envoyer dire bonsoir au comptoir. Le choc fut bruyant et la lionne réussit même à percevoir à léger craquement.

*Le nez sûrement…* pensa-t-elle, d’un air tout à fait enjoué, euh horrifié. Non ok, ce n’est pas crédible, on laisse enjoué.

Les regards s’étaient de nouveau braqués sur eux et cette fois-ci, nombre de personnes se décidèrent à fuir les lieux.
La lycanthrope essayait de ne pas prêter attention à toute l’agitation qu’elle venait de créer autour d’elle et but rapidement quelques gorgées de whisky pour se calmer. Sa haine l’emporta cependant et quelques mots sifflèrent de nouveau avant que le calme revienne.

« Il a bonne odeur ton sang. Je me ferai une joie de le savourer... Prochainement j’espère… »

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime15.11.11 13:59

Nul doute que si Nikita avait pu voir la jeune femme virer à l’écarlate après la petite provocation qu’il lui avait faite via son dialogue avec le barman, il aurait éprouvé une forte sensation jubilatoire en revenant vers elle par la suite. Il ne l’aurait pas montré bien sûr, mais elle aurait tout de même été là, bien présente, lui offrant une petite revanche vis-à-vis de tout ce qu’elle avait bien pu lui dire avant. Hélas pour lui, elle avait déjà repris contenance lorsqu’il s’était à nouveau présenté devant elle, affichant seulement un petit air gêné qui étant sans aucun doute bien loin de valoir ce qu’il avait manqué.
Il n’avait pas la moindre idée de la façon dont elle allait réagir à ça et, ne sachant donc pas à quoi s’attendre, s’attendait à tout.
Sa voix enjôleuse, le sourire charmé qu’elle lui décocha ensuite, tout cela ne le dupa pas une seule seconde ; le temps qu’il venait de passer avec elle, bien que bref, lui avait déjà permis d’en apprendre suffisamment sur elle pour savoir que ces réactions là ne pouvaient en aucun cas être sincères. La main dans sa nuque, puis dans ses cheveux, l’électrisa. Il se laissa cependant faire, attendant sagement le retour des flammes et sachant pertinemment que l’attitude de son interlocutrice à son égard n’augurait rien de bon pour lui. Se reculer maintenant, se soustraire à son regard et à ses gestes comme un jeune sot intimidé par une femme trop entreprenante, c’aurait été lui accorder le point final et admettre qu’elle avait gagné.
Autant vous dire qu’agir ainsi ne lui avait même pas effleuré l’esprit l’espace d’une seconde.

La curiosité brillait dans ses yeux pâles, qui ne lâchaient pas ceux de la rouquine. Leurs lèvres se frôlèrent, mais ce fut si bref qu’on aurait pu douter que cela s’était vraiment passé. Il faillit en demander plus, céder à une pulsion sauvage uniquement dictée par un besoin de dominance purement animal qu’elle avait éveillé en lui ; il se contraignit à une immobilité parfaite tandis qu’il sentait son souffle chaud et légèrement alcoolisé effleurer ses lèvres.

Et il savait, qu’il ne s’en tirerait pas si facilement, mais il n’avait pas imaginé que ce serait aussi violent.

L’avocat avait une très nette perception de la main qu’elle avait laissée dans ses cheveux. Il avait immédiatement senti la prise se resserrer, il avait compris qu’elle le ferait simplement en voyant son regard changer, mais n’avait rien pu y faire sinon céder, se laisser faire… encore une fois.
Le comptoir, quant à lui, ne céda pas.

Nikita se mordit la langue sous le choc et sentit immédiatement le sang envahir sa bouche. Il ne se redressa pas tout de suite, s’appuyant sur une main afin de se maintenir à quelques centimètres de la surface avec laquelle il venait de faire connaissance, le temps de laisser ses idées se remettre en place ; la douleur ne fut pas longue à se manifester, affluant par vagues croissantes. Il la refoula toutefois au second plan, s’attachant plus au geste en lui-même qu’aux conséquences que cela avait impliqué sur sa personne.
Enfin, il se remit d’aplomb et porta une main à son nez, palpant la zone endolorie avec prudence. Peu s’en était fallu qu’il ne soit cassé, comme il le constata rapidement. Pour une fois, il n’était pas mécontent de sa condition de lycan qui le rendait plus résistant à ce genre de choses.

« Il a bonne odeur ton sang. Je me ferai une joie de le savourer... Prochainement j’espère… »

Il ignora la haine vrillant les mots qu’elle lui lança, se concentrant exclusivement sur lui et agissant comme s’il l’avait momentanément oublié. Il réarrangea son col, sa cravate, prenant le temps de faire des mouvements précis plutôt que saccadés. Il attrapa sa veste, qu’il avait posé à côté en arrivant, et l’enfila posément, peu pressé. Puis, contrastant avec les gestes qu’il venait de faire, il essuya le sang qui avait commencé à couler depuis tout à l’heure d’un revers de la main nonchalant tout en relevant finalement les yeux vers elle. Il daignait enfin se rappeler son existence et le regard qu’il darda sur la jeune femme était salement mauvais, faisant écho au large sourire qu’il lui destina en guise de réplique à sa petite tirade.

La confrontation de ce soir touchait à sa fin. Il n’envisageait pas de rester plus longtemps ici après ce qu’elle venait de lui faire, estimant que partir maintenant ne signifiait pas pour autant s’avouer vaincu. Et en partant, il marqua une pause une fois arrivé à sa hauteur, porta une main à l’épaule de la jeune femme et y exerça une brève pression, le temps de lui souffler un « A bientôt » qui se voulait sans équivoque, promesse d’une rencontre prochaine. Sans lui laisser le temps de se défaire de sa prise, il retira sa main et la planta là, s’éloignant d’une démarche féline, sans hâte.

Le bruit soudain lui sauta à la gorge dès lors qu’il sortit, mais l’air frais de la nuit fut un baume sur ses blessures.

Le ciel dégagé laissait apercevoir une lune qui entrait dans le dernier quart de sa croissance.

Les espérances de la rouquine seraient rapidement satisfaites.
Revenir en haut Aller en bas

Lorelei Lübeln

Lorelei Lübeln


▬ Nombre de messages : 589
▬ Humeur : Changeante
▬ Profession : Gardienne de cimetière

▬ Fiche : So Freak
▬ Topics : Aux nouvelles [Tristan] / terminé
Dans l'antre de la panthère [Niki] / terminé
C'est pas grave le titre ! On s'en fout s'il est pourri !!! [Moira]
Réglement de comptes [Niki] / terminé
Partie de chasse
Sauvages retrouvailles [Niki]

| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : L’égalité des sexes chez les pingouins.

Minouche sanguinaire
[Lycan du Lion]


Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime15.11.11 22:27

Lorelei bouillonnait intérieurement. Son esprit s’apparentait un peu au chaos le plus total. Les vagues de colère, de haine, de brutalité, d’envie de sang et de meurtre fluctuaient d’un extrême à l’autre, montant en pic et redescendant aussitôt telles des montagnes russes. Face à tout cela s’opposait, seule mais tenace, la raison de la rouquine, afin qu’elle n’engendre pas un carnage dans le lieu. Une lutte de tous les instants qui se terminerait si par malheur, la violence de ces assauts devenait plus puissante encore.

L’odeur du sang n’aidait pas la lionne à garder son calme. Dès lors que son adversaire avait rencontré le comptoir, la douce fragrance était gentillement venue lui titiller les narines, affolant plus encore sa bestialité.
Lorelei restait donc le plus immobile possible afin de ne pas commettre l’irréparable. Sans comme image en apparence, aussi agitée qu’un volcan en éruption en fond.

*Dans un autre lieu, dans d’autres circonstances, je l’aurai…*

Cette pensée insignifiante répétée en boucle eut l’effet escompté, l’effet d’un miracle. Savourant l’idée qu’en effet, elle aurait tout le loisir de retrouver cette saloperie quand elle s’y attendrait le moins, Lorelei expira longuement et se réinstalla confortablement sur son tabouret.

Du coin de l’œil, elle observa son vis-à-vis se redresser et palper son nez. Ce dernier n’avait pas l’air cassé, dommage. Elle frapperait plus fort la prochaine fois…
L’étonnement et la curiosité pointèrent alors le bout de leur museau. L’autre réajustait ses habits et se rhabillait. Avait-il vraiment l’intention de partir après cette cuisante défaite ? Remarque, cela valait sans doute mieux pour lui et pour quiconque se trouvait encore dans la pièce.
Elle retroussa un coin de lèvre et émit un léger grognement en réponse à son regard mauvais et à son sourire trop grand pour être rassurant et amical.
Puis une des grandes mains du lycan pressa légèrement son épaule lorsqu’il passa auprès d’elle.

« A bientôt. »

Ces deux petits mots résonnèrent dans la tête de la rouquine qui sourit d’un air entendu et réjouit.
Pendant une fraction de seconde, elle hésita tout de même à le suivre mais se ravisa bien vite lorsqu’elle entendit le bruit de l’extérieur et aperçut la foule.
Tant pis. La vengeance était un plat qui se mangeait froid, paraissait-il…Et puis, elle avait deux verres de whisky à peine voire pas du tout entamés qui lui tendaient les bras et ça, ce n’était nullement négligeable.

~~~~~

Lorelei ne daigna se lever que lorsque le barman vint lui dire, d’un ton peu assuré, qu’il allait bientôt fermer. Une vague de colère l’envahit une nouvelle fois et un chapelet d’injures infinissable sortit de sa bouche lorsqu’elle vit l’addition. En plus d’être déjà assez élevé, la jeune femme ne relevait que maintenant que son cher confrère adoré n’avait payé aucune consommation. Ôh joie… Peu désireuse néanmoins de s’attirer plus d’ennuis, elle régla la totalité de cette note onéreuse et sortit, maudissant un certain « chaton » sur plusieurs générations et jurant pour la énième fois qu’elle lui ferait payer tout ça.

Il était une heure relativement avancée, tard dans la nuit ou tôt le matin suivant les points de vue. Les rues de Minami n’étaient cependant pas désertes, à se demander si elles l’étaient à une heure quelconque d’ailleurs. Cependant, cela n’avait plus rien à voir avec la foule de gens que la jeune fille avait eu à supporter pour atteindre le bar qu’elle laissait à présent derrière elle. Quelques badauds zigzaguaient et braillaient par-ci par-là et Lorelei prit le chemin du retour en longeant les murs, évitant toujours soigneusement de trop se montrer.

La lune était belle cette nuit là, mais le serait encore plus dans quelques jours. La lycanthrope sourit. La soirée avait échauffé la bête et, pour une fois, elle se surprit à avoir hâte. Quand la lune serait parfaitement ronde…Bientôt.

_________________
YOU KNOW YOU'RE FUCKED
...when Lorelei become cute Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Scaled.php?server=801&filename=losign
Vava et signa par Koko d'amûr ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Vide
MessageSujet: Re: Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]   Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Minami :: autres lieux-