AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Passage à tabac.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Passage à tabac.   12.12.13 19:00

Ces mafieux étaient vraiment illogiques. Quelques heures plutôt, on lui avait demandé de jouer le rôle de médiateur de crainte qu'une conversation entre deux clans n'explosent en guerre. Bien sûr, l'hybride s'était préparé au pire, connaissant sa capacité à s'attirer toute sorte d'emmerdes mais pas à ce qu'ils finissent par trouver un terrain d'entente et qu'ils décident de faire la fête et boire comme des trous durant toute la soirée.
Forcer de rester par ses « patrons », il avait participé bon gré mal gré à la fête. Quand tout se termina enfin, il ressortit du bâtiment où s'était déroulé l'entretien... à une heure vraiment tardive. Et dire que les négociations avaient commencé en fin d'après-midi. Quel bordel. Enfin, pour une fois qu'un de ses boulots se passait sans problème, il n'allait pas s'en plaindre.

Finalement, il avait pu se tirer mais n'avait pas eu encore l'occasion de manger. Un saut rapide dans une supérette du coin, il avait fini par ressortir avec de quoi nourrir un régiment. Des trucs rapides, simples et bourratifs qui lui tiendraient au ventre jusqu'au lendemain.
Il déambula dans les rues de Minami un moment, se dirigeant vers sa moto pour filer directement chez lui. Casquette noire d'une équipe de sport quelconque, une veste verte kaki à peine assez chaude pour tenir l'hiver et l'un de ses habituels vieux jeans. Rien de transcendant.
C'était quand la dernière fois qu'il avait porté un costard ? Presque six-sept mois en arrière. Et il avait fini dans un sale état.

Lorsqu'il se perdait dans ses pensées et qu'il marchait d'un pas tranquille, la populace l'esquivait. Après tout, c'était un homme imposant d'un mètre quatre-vingt-dix, autant dire que l'éviter était la meilleure solution lorsqu'il semblait ignorer l'existence du monde qui l'entourait.
Cependant, à cette heure là, il n'y avait pas que la mafia qui avait un verre dans le nez. Sans s'en rendre compte, il bouscula un homme quelconque. Une personne qu'il n'avait jamais rencontré.
C'était un groupe de trois qui fini par attirer son attention. À l'odeur, ils n'étaient pas très frais. Et son instinct l'alarma aussi, le prévenant que la situation pouvait rapidement virer au cauchemar.

Il s'était arrêté et leur faisait face. Il ne pouvait se permettre d'attirer l'attention, surtout pas en plein milieu de Minami qui était bien trop fréquentée à cette heure-ci. La police devait tourner bien plus qu'en journée.
L'un d'entre eux se plaignit. À priori, lorsqu'il l'avait bousculé, le verre d'alcool qu'il tenait c'était renversé sur sa chemise qui coûtait bonbon. Il demandait remboursement bien qu'il doutait de la capacité de l'hybride à pouvoir le faire.

Ta putain de chemise ne valait rien comparer à celles que je portais, merdeux.

Poli et aimable, il s'excusa, signifiant qu'il n'avait pas les moyens de rembourser une telle somme. Et qu'en prime, bien qu'il soit responsable de l'avoir bousculé, il était interdit de boire de l'alcool en public. Il tentait de faire de son mieux mais ce n'était pas simple lorsqu'il aurait pu écraser ce type d'un simple mouvement de la main.
Mauvaise phrase. Ça dégénéra. Un poing fini dans son visage. Il fit quelques pas en arrière, surpris par la douleur et porta sa main à son arcade sourcilière droite. Un liquide visqueux et chaud commençait à se répandre sur sa paupière.
Sans mettre de force, il repoussa la deuxième attaque. Si ça finissait en bagarre, la police allait débarquer. Une bagarre prendrait plus de temps que de les laisser se défouler.

Et ils auront bien plus mal que moi.

Ils pouvaient le faire saigner mais peu de chance qu'ils réussissent à briser ses os ou lui un quelconque bleu. Ils se jetèrent sur lui, à trois et commencèrent leur affaire. Le plus grand d'entre eux, qui n'était pas loin de sa faire taille et son gabarit, l'avait saisi par derrière pour qu'il n'ait plus le loisir d'esquiver.
Il fut forcé de lâcher son sac de course, une partie du contenu se renversant et brisant. Entre autre la bouteille de whisky, les quelques œufs ainsi que les yogourts. Et ce fut une myriade de coups de poing et pied qui le frappèrent. Sa lèvre éclata et il se mordit l'intérieur de la joue. Tandis qu'il jouait la comédie, leur demandant d'arrêter, il vérifiait que personne ne s'approche pour lui prêter main forte.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Passage à tabac.   16.12.13 3:21

Il était rare qu’elle finisse si tôt; habituellement, la matinée était déjà un peu plus entamée ou presque. Enfin, d’un autre côté, elle ne risquait pas de se plaindre, oh non. Terminer de bosser plus tôt lui assurait de pouvoir dormir plus longtemps et donc d’être potentiellement plus en forme pour l’après-midi. Putain de routine qui ne lui laissait que trop de répit. Oh, elle s’y était faite avec le temps, c’était ça ou être dans la merde. Mais il y avait des jours comme ça où elle ne serait pas contre un peu de vacances. Ce n’était pas grand-chose, non ?

Il était bien rare qu’elle traine dans les rues à cette heure-ci. Parce que même si elle ne vivait pas dans le pire coin de Naniwa, les lieux n’étaient pas surs pour autant. Bien sûr, Una savait se défendre, ce n’était pas la question. Sauf que dans le mesure du possible, elle préférait éviter les ennuis, et ce pour quelques raisons bien évidentes. Notamment pour échapper à de malencontreuses blessures –qui pour sur feraient râler Billy- mais aussi tout bêtement parce qu’elle aimait avoir la paix. Et ne tenait pas franchement à se faire remarquer, avouons-le.
Autant dire que dans cette optique, elle s’arrangeait toujours pour emprunter les rues les plus peuplées, et ne flânait jamais en chemin, évitant les types un peu trop imbibés ou à la dégaine ne lui inspirant rien de bon.

Mains enfoncées dans les poches de sa veste noire et capuche relevée sur la tête, elle marchait sans se retourner, la petite louve. Perdue dans ses pensées, elle se faisait avoir une fois de plus par la nostalgique, fourbe compagne qui semblait n’avoir de cesse de la tourmenter ces derniers temps. Elle repensait à l’Irlande et à la verdure, les belles forêts et la maison de ses parents. Ah oui, ça lui manquait, et pas qu’un peu, tout ça. Pouvoir se transformer quand bon lui semblait et gambader partout, jouer avec ses frères et sœurs, ainsi que le reste de la meute. Car oui, plus que sa famille, c’était la meute entière qui lui manquait. Et c’était pire en sachant qu’elle ne risquait pas de pouvoir les revoir de sitôt.
Cela dit, sa vie ici n’était pas si terrible non plus; elle aurait pu connaître pire. La jolie avait réussi à se faire quelques amis, et somme toute, sa vie sociale était bien remplie, quoi que parfois un peu chaotique. Eh, elle avait même rencontré un autre loup, comme elle. Une bien amusante coïncidence, pour sûr. Bon, un loup du genre grognon et jamais content, mais un loup quand même. Et quoi qu’elle en dise, elle l’aimait bien, cet idiot.

Quelques pas de plus, et voilà que quelque chose attirait son attention. Des éclats e voix, plusieurs personnes. En toute logique, elle devrait passer son chemin, histoire de ne se retrouver mêlée à rien qui pouvait lui apporter des ennuis. Sauf que voilà, il y avait une part d’elle qui la sommait d’aller voir; stupide instinct.
Y cédant donc, faible qu’elle était, la demoiselle se retrouva face à trois gros bras en train de refaire le portrait d’un quatrième. Rien de très honnête pour sûr. Que faire ? Elle n’en était pas trop sûre. Surement passer son chemin, c’était le mieux. Mais non. Encore une fois, son côté louve trop protectrice se rappelait à elle; on lui avait toujours appris à ne pas laisser les gens seuls quand ils avaient besoin d’aide. C’était comme ça que marchait la meute après tout.
Évidemment, il fallait mettre de côté le fait que ces types étaient tous plus grands qu’elle, et plus impressionnant. Bon, elle possédait certains atouts, mais il restait qu’elle se foutrait dans la mouise si elle faisait quoi que ce soit…
… Tant pis hein.

« Eh, les trois affreux. » Une approche tout à faire digne d’elle. De quoi se mettre dans la merdre d’entrée de jeu. « C’est moche ça, de s’en prendre à un type seul alors que vous êtes trois. » Stupide et totalement cliché, il fallait le préciser. Et qui fit réagir les concernés.

Ils s’arrêtèrent momentanément de tabasser le pauvre type, se concentrant sur la demoiselle, qui autant le dire, n’avait rien d’impressionnant. Affichant une gueule de gorille par content, un des trois s’en éloigna, pour se rapprocher de la gêneuse. La concernée d’ailleurs n’écouta pas vraiment ce qu’il put lui déblatérer, ne retenant que quelques mots comme « petite » ou encore « mêle toi de ce qui te regarde » et ce genre de bêtises. Et autant la première remarque la fit grogner, autant les suivantes ne lui arrachèrent qu’un haussement d’épaules. Pas besoin de le préciser, elle savait très bien qu’elle était dans la mouise là tout de suite.

Et, sans qu’elle puisse réagir dans un premier temps, voilà le loubard qui saisissait son poignet pour le repousser quelque peu, sa capuche tombant dans le mouvement. Grondant à son encontre, elle ne réfléchit pas longtemps avant de le repousser, le gugus écopant d’un coup de griffes au passage. Geste qui du l’énerver vu les jurons qu’il lui cracha à la figure, tentant de raffermir sa prise sur la « petite pétasse trop excitée », selon ses propres mots.
« Eh, c’est méchant ça ! » Ce n’était pas vraiment le moment de se plaindre. Surtout pas quand le type en face de soi tentait de vous coller une gifle. Sauf que malheureusement pour lui, les réflexes de la brunette n’étaient pas si mauvais, et ce fut d’une morsure qu’il écopa. Le tout ne faisant que l’enrager un peu plus. Tout comme les deux autres débiles avec lui.

Elle allait vraiment devoir arrêter de mordre tout ce qui passait trop près de ses crocs, tiens.
Et arrêter de se foutre dans la merde pour des inconnus, tiens.


HRP : hu, et voilà, finalement répondu. j'espère que ça te convient. et oui Una se fout dans la merde, haha. Enfin, si t'as besoin que je modifie quelque chose, hésite pas à dire ~
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Passage à tabac.   16.12.13 21:18

Justicier du dimanche, bonsoir.

Voilà quelques secondes que les trois malabars balançaient leurs poings dans sa tronche. Fallait dire, ça lui faisait un peu mal au final. Mais bon, c'était le même effet que de se couper en se rasant. Rien de bien alarmant en soi mais la douleur restait présente et s'intensifiait.
Et ils s'arrêtèrent, tous attirer par une voix féminine qui les interpella. Un peu sonné, il ne l'avait pas vraiment entendu au début mais son regard s'était finalement levé vers elle. Difficile de distinguer quoique ce soit lorsque vous aviez les yeux recouverts de sang.
Et hop, une petite leçon de moral sur leur conduite qui, effectivement, n'était pas très fair-play.
C'était ridicule, au final. Pas ce qu'elle venait de balancer bien qu'elle aurait pu choisir une meilleure entrée en matière mais ce n'était pas le plus important. Plus le fait qu'une gamine vienne le sauver alors que c'était la dernière chose qu'il désirait.

Les trois hommes décidèrent de tourner leur attention vers elle. Quelques verres d’alcool et les hommes perdaient tout bon sens et principe.
Il se redressa péniblement, passant sa main sur ses yeux pour se débarrasser tant bien que mal du liquide visqueux qui recouvrait son visage Il jeta un coup d’œil à ses courses, se penchant vers ces dernières. Bien sûr, la bouteille était brisée et la plupart des aliments serait inutilisable pour son repas. Et peu de chance de tomber sur un resto indien encore ouvert à cette heure-ci.

« Eh, c'est méchant ça ! »

La voix l'interpella. Elle venait de mordre la main du pauvre type. Il ne s'était pas vraiment inquiété pour elle, voire pas du tout. Elle semblait être tout à fait capable de gérer la situation mais ne semblait pas vraiment vouloir effectuer la moindre contre-attaque décisive.
Son instinct animal le démangea. Oh, forcément, ceci expliquait cela.  
La situation ne tournait pas vraiment en la faveur de sa tendre justicière. Intervenir et mettre fin au combat rapidement était la première option. Le problème de cette première option était le « rapidement ». Il ne pouvait se permettre de faire des des blessés, voire des victimes, donc avoir recours à sa force était exclue. La deuxième option étant de se limiter, jouer au parfait idiot qui ne sait pas se battre et qui tente tant bien que mal d'apporter sa pierre à l'édifice. Force réduite, limitée dans les capacités de combat, aurait un allié et prendrait plus de temps.

Qui sait, ça pourrait être amusant.

Il se déplaça derrière le plus grand des trois, bien que plus petite que lui. Ce dernier ne le repéra pas mais celui qui se tenait à ses côtés eut le réflexe de le pousser pour l'aider à éviter le coup de poing de l'hybride. Un poing mal armé, manquant de puissance et qui ne visait aucun poing sensible du corps, autant dire que c'était simple comme bonjour de l'esquiver.
Il soupira intérieurement tandis qu'il exprimait un sourire embarrassé. Les deux types, grognon de s'être fait attaquer en traître, décidèrent de se liguer contre lui. Forcément, c'était pour sa boire les combats avec plusieurs adversaires alors qu'il se limitait drastiquement.

Il prit une garde hasardeuse, prouvant qu'il ne semblait absolument pas s'y connaître en matière de combat. Et paf, un autre poing dans sa tronche. Un deuxième, un troisième.
Bloque pensa-t-il agacé. Il leva son bras pour interrompre la trajectoire, la main fermée rencontrant son coude. Le choc fut terrible, plus pour l’assaillant que lui. Il agita sa main en contenant un râle de douleur. Forcément, il s'était cassé des doigts.  
Il suivit le mouvement, agitant son coude, exprimant une douleur inexistante. Le deuxième type en profita pour l'envoyer à terre et lui balancer quelques coups de pieds dans le bide. Il se laissa faire et se roula en boule. Là, il comptait sur la demoiselle pour lui prêter main forte. S'il se relevait soudainement alors qu'il se faisait assaillir de coups, ça paraîtrait bien trop suspect.

Et dire que je passais enfin une journée tranquille.

Un autre soupire intérieur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Passage à tabac.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Passage à tabac.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Minami :: zone habitable-