AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mind Games

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 24

[Nogitsune]


MessageSujet: Mind Games   13.07.14 14:23



Vos esprits papillonnent. Vos yeux bourdonnent. Vous avez les jambes pâteuses. Autour de vous, le vide vous aveugle, et le silence écrase lentement vos tympans pendant que je vous contemple. Oui, vous. Avez-vous bien dormi ? Avez vous bien rêvé ? Etes vous bien éveillés ?
En êtes vous sûrs ?
Absolument sûrs ?
Alors je vais vous croire. Levez-vous. Frottez vos bras avant que le sol glacé ne les brûle. Et regardez-moi. Pendant que je vous regarde. Regardez-vous. Regardez-moi. Ne regardez que moi. Regardez autour de vous. Ne me quittez pas des yeux surtout. Nous allons jouer.

« Soyez les bienvenus... »

Vous êtes curieux. Ou bien perdus. Ou bien paniqués. Peut être n'êtes-vous pas sûrs. Peut être cela vous énerve-t-il. Peut être ça. Peut être tout. Peut être... Mais quoique ce soit vous n'y pouvez rien. Nous allons jouer. Vous n'y pouvez rien.

« Cette pièce est... sans-issue. A moins que... »

Lorsque vos pupilles se seront écartelées à chasser la moindre particule lumineuse, pour empêcher votre conscience de se torde, vous comprendrez que je ne mentais pas. Il n'y a que vous qui mentez. Parfois; Toujours. Aux autres; à vous. Pas à moi. Pas de moi.
Regardez-moi.
Que voyez-vous à travers vos yeux que je ne vois pas ? De quelles matières que je ne connais que trop bien vos carcasses ont-elles hérité ? Quels sons s'échapperont de vos si jolies têtes lorsque je les ouvrirais pour mieux vous comprendre et vous aimer ? Il me tarde, il me tarde.

« ...A moins que je ne vous offre mon aide. Cependant... »

« Il vous faudra m'accorder quelque chose en retour. »

A partir de maintenant, vous n'êtes qu'à moi. Détendez-vous.
Pourquoi ne pas jouer ?




nda:
 


Dernière édition par Wu le 18.07.14 12:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 22

Commerçant (un peu) particulier


MessageSujet: Re: Mind Games   13.07.14 20:45

Sok Han émergea lentement, avec l'impression que sa tête était devenue un tambour. Il se redressa en évitant de grimacer. Il était capable de reconnaître une situation dangereuse quand il en voyait une, et il ne connaissait pas du tout l'endroit où il était. Comment s'était-il fait avoir ? Il était pourtant certain que personne ici ne savait qui il était. Tout le monde le prenait pour l'innocent monsieur Yu. Alors qu'est-ce qu'on lui voulait, au juste ? Il était en train de fermer sa petite boutique, et après... c'était très flou, il avait du mal à s'en souvenir. Une voix l'interpella, une voix qui lui souhaitait la bienvenue, à lui et à d'autres personnes. Sok Han se retourna. Qui était ce petit prétentieux qui pensait pouvoir l'enfermer comme cela ? Était-ce parce qu'il savait qui il était ? Il allait apprendre ce qu'il en coûtait de s'en prendre à lui. Lui n'était pas du tout partant pour jouer. Pas du tout. Et s'il était du genre prudent et essayait de ne pas retourner en prison, cela ne voulait pas dire qu'il allait se comporter comme un vulgaire mouton.
Pour autant, il n'était pas stupide non plus. Il ne voyait aucune issue visible, ce qui ne voulait pas dire qu'il n'y en avait pas. Il n'était pas monté au sommet pour rien, il réfléchissait. Et, tant qu'il ne savait pas à quel taré il avait affaire, il allait éviter de juste l'envoyer balader.
« T'es qui, toi ? »
Sok Han croisa les bras et adopta une expression assurée, refusant de céder à la peur. Il avait survécu à l'Australie. Il s'en était sorti. Ce n'était pas un fou de passage qui allait lui faire peur. Il rit un peu, puis ajouta :
« Si tu me le dis, on pourra peut-être négocier. »
Sok Han n'est pas du genre à donner quoique ce soit sans être sûr d'avoir une contrepartie respectable.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 113
▬ Fiche : Wrouf

Who let the dog out ? Woof ! Woof !
[Lycan du Chien]


MessageSujet: Re: Mind Games   16.07.14 17:46

L’air était lourd. Sur la poitrine de Severi, il semblait exercer une certaine pression, un poids gênant qui l’empêchait de respirer aussi bien qu’il ne l’aurait voulu. Et sous ses doigts et à travers sa fine chemise noire, il pouvait sentir le sol glacé.
Que faisait-il allongé d’ailleurs ? L’esprit embrumé, le lycanthrope avait l’impression de rêver mais se ne rappelait pourtant pas s’être endormi…

C’est avec un rictus inquiet, alors qu’il tentait de rassembler inconsciemment ses souvenirs, qu’il finit pourtant par ouvrir les yeux, ramener à lui par une voix étrange qui semblait l’inviter. Un sursaut, une grande inspiration comme s’il avait gardé la tête un peu trop longtemps sous l’eau, et le finlandais se retrouva en position assise dans cette pièce qui lui était parfaitement inconnue.

Plissant les yeux à cause de la luminosité agressive, il attendit quelques secondes avant de se relever complètement. Et une fois debout, son regard se porta sur cet homme qui se tenait devant lui. A n’en pas douter, l’auteur de la petite « sauterie » à venir...
Quoiqu’il en soit, il n’y avait pas besoin d’avoir un instinct surdéveloppé pour avancer le fait qu’il n’était pas humain. Autour d’eux, pas d’odeur qui aurait pu mettre le blond sur une piste quelconque, une idée de là où il pouvait se trouver. Aucune sortie visible non plus… A son grand damne, cela n’était pas sans lui rappeler sa désagréable rencontre avec un clover. Le souvenir de cette cage mentale, sans parfum, sans son et sans lumière, où il avait été enfermé lui laissait encore un goût d’amertume et d’angoisse dans la bouche et bizarrement, il avait la vague impression que le même genre d’expérience était sur le point de se reproduire.

Maudits soient ces saloperies de tricksters…

Qu’un homme à ses côtés prenne soudainement la parole, permit alors au lycan de reculer prudemment de quelques pas. Bon, il lui avait fallu du temps pour s’en apercevoir, mais il n’était donc pas seul. Que cela soit une bonne ou une mauvaise nouvelle en revanche, seul le temps le lui dirait.
Dans un premier temps en tout cas, s’il y en avait pour se jeter à l’eau et coopérer avec le drôle d’énergumène avant lui, ce n’était pas plus mal. Peut-être verrait-il ainsi de quoi l’autre était capable et pourrait alors mieux agir en conséquence de ce que l’autre leur réservait.

Mais si tout ça pouvait se faire plutôt rapidement si possible… Parce que dans un lieu sans aucune issue comme celui-ci, la claustrophobie de Severi risquait de lui faire perdre le contrôle très rapidement…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Mind Games   18.07.14 14:06

C'était comme se réveiller le matin avec un soleil bien horrible dans la tronche. Chose inhabituelle ; ses volets étaient toujours fermés pour éviter ce petit soucis. Il ouvrit un œil et sa sensation du toucher l'informa aussitôt qu'il se trouvait contre une surface froide. Complètement mort, et incertain de ce qu'il avait la veille, il referma ses paupières sous la lumière trop vive.
Des voix résonnèrent. Il l'écouta distraitement et décida qu'il faisait trop froid pour un été ; il chercha de la main à tâtons sur le sol pour tirer la couverture et attrapa... un pied. Il ouvrit de nouveau son œil et leva les yeux vers un type, pas du tout l'air japonais et une couleur de cheveux inhabituelle. Il se retrouva prestement assis, dévisageant l'inconnu.

« Qu'est-ce que vous faites... »

Regard circulaire.

« ... pas chez moi ? » finit-il avec un air perdu.

Vague panique dans les deux pupilles rouges de l'hybride. Il comprit que la situation était mauvaise en se retrouvant en compagnie de trois hommes qu'il n'avait jamais vus de sa vie ; il resta assis, se tassa sur lui-même en remarquant que aucun ne lui inspirait confiance. À part celui dont il avait tripoté la chaussure... et encore.
Il se souvint vaguement des voix qu'il avait entendus tantôt, analysa posément la situation et fut de nouveau gagné par l'incrédulité. Un air terrorisé passa sur son visage ; et si c'était vrai ? L'avait-on kidnappé ? Il se redressa, le dos légèrement courbé Que pouvait-il faire ? Que devait-il faire ? Éviter la panique était sans doute la première chose ; s'assurer d'être en pleine possession de ses moyens.

Ça ne fonctionna pas, il se sentit mal à l'aise dans cette situation, se demandant si il portait ses lentilles. Peu de chance, puisqu'il ne pouvait pas les porter en dormant. Il y avait trop de monde pour lui. Sortir était déjà difficile mais la foule ne lui prêtait aucune attention. Là, ils le voyaient tous. Ils étaient avec eux. Dans un groupe. Pas dans un jeu. C'était trop dur. Il recula de quelques pas. Il ne pouvait pas rester là.

« J'aimerais partir... si possible... si ça ne vous dérange pas », supplia-t-il vainement.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 49
▬ Humeur : Fétarde !
▬ Profession : Étudiante en école de journalisme-Caissière dans un fast-food

▬ Fiche : NEO realoaded
▬ Topics : Les poissons bourrés ne font pas de bon interview/YELL
Mind Games - Wu, Sok Han, Gin, Severi


| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : Un cerveau.

"Je suis trop jolie pour être seulement derrière la caméra"


MessageSujet: Re: Mind Games   19.07.14 0:18

Bon sang... 3h du matin... Neo jetait des coups d'œil inquiet sur l'horloge digitale qui était posée sur son bureau. Ses yeux brûlaient de fatigue mais il fallait qu'elle les maintienne ouverts, il le fallait. Aaaargh qu'elle aimerait revenir sur sa semaine, elle n'avait vraiment pas été sérieuse. Elle était sortie, avait regardé des séries... Enfin, bref tout, sauf bosser son devoir sérieusement !

Et maintenant, elle devait garder les yeux ouverts et apprendre ce fichu devoir qui ressemblait plus à du charabia qu'à un truc sensé. Et plus elle se forçait et moins elle apprenait.
Elle avait sommeil... Mais non ! Non ! Elle y arriverait, elle aurait une note extraordinaire et elle prouverait à ce fichu prof qui la détestait qu'elle était géniale.

Vous allez me dire que l'entreprise est impossible... Mais détrompez-vous, ça se passa bien ! Même extraordinairement bien.

Ça se passait tellement bien qu'au final, c'était elle qui posait des questions au prof. Non mais si ! Je vous assure ! Elle était là, pimpante, posant ses questions et cet idiot se recroquevillait sur sa chaise, tellement qu'il la supplia au final :

« J'aimerais partir... si possible... si ça ne vous dérange pas »

Huhuhu ! Impossible, elle s'amusait trop !

Le corps endormi de Neo se leva tout seul, elle était assise sur le sol et elle dit très distinctement :

« Non ! Il faut finir le de... devoir ! »

Elle eut l'air contenté par sa phrase puisque quelques secondes après, elle se rallongea, se recroquevillant sur le sol, toujours endormie et en plein rêve.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 24

[Nogitsune]


MessageSujet: Re: Mind Games   23.07.14 17:53

Vos inquiétudes bruissent et frémissent jusqu'au creux de mon estomac. Tapir mon enthousiasme à votre égard s'avère être une bien délicate affaire. Je veux vous voir. L'un d'entre vous parle. Me parle. Je m'en trouve d'un coup tout animé.

« T'es qui, toi ? Si tu me le dis, on pourra peut-être négocier. »

Ahh. Je veux te voir. Tandis que ma nuque se balance mollement le long de mes épaules serrées, un sourire clair fend mon visage et plisse mes paupières. L'avant de mon corps bascule légèrement. Puis se redresse. Tu a l'air savoureux.

« Je m'appelle Wu. Mon nom... ne s'écrit avec aucun caractère. Enchanté de faire votre connaissance. J'espère que nous allons bien nous entendre. »

Un bruit qui bouge. Où ça ? Las-bas. Qu'est-ce donc ? Ça...

« .. . pue. »

La colonne vertébrale qui craque, puis s'écroule. Le visage qui tombe. Que fais-tu là toi ? Créature répugnante et absurde, comment oses-tu. Les yeux qui se déchirent. Tu n'as rien à faire ici. Tout est rouge. Je ne te veux pas. Pas comme ça. Je ne veux pas te voir. Je ne veux pas te sentir. Je vais vomir. jE vais vomIr. Va t'en. Va t'en. Va t'en. Va t'en. Va t'en. Va t'en. Va t'en. Vat'en; avte'n. vate'en.VA Te''n.V'aiteN r.V ait'esnve nt. vA it' en:vaS Tévn. VAist ''envan. Trva teNTrer. VaI S te'ven Tre r. VAi s tév' etrner. Vais té'Ventr er. Vais tV entrer. Vais t'éve ntrer. Je vais t'éventrer.

« J'aimerais partir... si possible... si ça ne vous dérange pas »

...

« Non ! Il faut finir le de... devoir ! »

...

Ahh. Elles sont si appétissantes, les voix humaines. J'hume leur mélodie et mon corps se tient droit à nouveau. Je veux vous voir. Je ne laisserais pas cette sale bête duper qui que ce soit d'autre. Rassurez-vous, rassurez-vous. C'est moi qui vous mangerais.

Avec ceci, je me lève, et m'approche. A chacun de mes pas vers vous, les palpitations de vos organes laissent un goût sucré au fond de mon oreille. Je veux vous voir. Sauf toi, parasite bruyant, putride, et poilu. Surtout toi.
Mes pieds se plantent, et je m'accroupis. Du bout des ongles, je caresse les joues juteuses de la belle encore endormie. Avec douceur. Avec lenteur. Plus lentement. Plus profondément. Jusqu'à sentir la forme de ses dents à travers la chair. Ça tire. Ça racle. Vais-je les voir ? Vais-je les voir ?

Elle s'éveille avant.

« Vous êtes revenue parmi nous. Tant mieux. Il aurait été dommage... que vous n'ayez pas le choix. »

Ma nuque tire mon crâne vers le haut. Vers les autres. Je veux vous voir.

« J'ai envie... de vous connaitre. Si vous répondez à mes questions... 3 questions... je vous ferais sortir. »

Montrez-moi.



nda:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 22

Commerçant (un peu) particulier


MessageSujet: Re: Mind Games   28.07.14 10:41

La peur ne paralysait pas Sok Han. Il n'y a que deux choses qui auraient pu lui faire peur : qu'on s'en prenne à sa femme et qu'on l'expédie à nouveau en Australie. En dehors de ces deux choses, le trafiquant de drogues ne voyait pas vraiment de quoi s'inquiéter. Des fous, il en avait rencontré à foison. Et il avait réussi à survivre à toutes les tentatives de l'abattre. Et pourtant, la situation n'était pas vraiment la même, il était manifeste qu'il n'était pas vraiment à son avantage. Le Chinois n'avait pas vraiment l'air de s'en rendre compte. Ce n'était pas de l'insouciance, il était conscient qu'il pouvait se faire avoir. Il regarda un peu autour de lui, s'apercevant qu'il n'était pas la seule personne dans cette pièce. Un blond qui avait reculé quand il avait pris la parole. Un brun qui avait choisi de supplier, ce qui était selon Sok Han une mauvaise idée - mais bon, les gens normaux, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas des criminels recherchés dans le monde entier, avaient tendance à prendre les mauvaises décisions en situation de crise. Et une femme qui était en train de dormir et parlait dans son sommeil, évoquant un devoir à terminer. Quelle compagnie, songea Sok Han en essayant de cacher son dépit. Aucun d'entre eux n'avait l'air d'avoir l'étoffe pour traiter avec lui. Enfin, peu important, Sok Han pensait d'abord à lui, il n'avait pas l'altruisme nécessaire pour s'inquiéter du sort des autres. Le type - Wu, comme il se présenta avec une politesse qui fit ricaner Sok Han - avait décidément choisi la mauvaise victime.
Il ne réagit pas du tout quand le ravisseur se mit lacérer les joues de la jeune femme pour la réveiller. En fait, cela ne le choquait pas vraiment. Il n'aurait pas adopté la même solution, mais il ne faut pas se détromper, si Sok Han avait cherché à la réveiller, lui, il lui aurait labouré le flanc de coups de pied. La belle au bois dormant fut enfin réveillée, et l'espèce de fou énonça ses conditions. Sok Han plissa les yeux. Il ne le sentait pas, sur ce coup. S'il y a bien une chose qu'il a appris au cours de son existence, c'est de ne pas croire sur parole ce qu'on lui promet. Trois questions, et c'est tout ? Si c'était vraiment ce qu'il voulait, il n'y avait que deux explications. Soit il était complètement timbré. Soit il avait une idée derrière la tête. Et Sok Han étant du genre paranoïaque, il était sûr et certain qu'il y avait anguille sous roche.
« C'est ça, tes conditions ? Et qu'est-ce qui me garantit que tu vas tenir parole ? »
Sok Han parlait en son nom. Sok Han n'allait pas défendre d'autres personnes que lui, il était complètement indifférent à leur sort du moment que lui s'en sortait.
« De toute façon, tu ne me fais pas peur, alors pose tes questions. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 113
▬ Fiche : Wrouf

Who let the dog out ? Woof ! Woof !
[Lycan du Chien]


MessageSujet: Re: Mind Games   29.07.14 13:24

Entièrement focalisé le fameux Wu et l’autre homme qui s’était adressé à ce dernier de façon plutôt assurée, Severi ne s’aperçut de l’autre présence à ses côtés que lorsqu’il sentit quelque chose agripper son pied. Réagissant au quart de tour en songeant immédiatement à un tour du trickster ou bien à un complice, il se dégagea vivement et de sa gorge s’échappa un grognement sourd, de menace et de mise en garde. Un grognement de chien méfiant et pas content du tout, ce qui ne laissait rien présager de bon pour la suite…
Le blond eut cependant tôt fait de reprendre maîtrise de lui-même quand son regard arctique eut jaugé le jeune homme sur le sol. Un brin vexé d’avoir sursauté pour si peu et de l’autre, un peu compatissant pour le brun, il ravala finalement sa fierté mal placée afin d’essayer de calmer la panique de ce dernier – trop communicative à son goût qui plus est.
Et à l’instant précis où il ouvrit la bouche pour parler…

« .. . pue. »

Un frisson. La chair de poule. Le finlandais tourna lentement le visage vers leur hôte qui venait de cracher ce mot comme une insulte, sentant instinctivement que ça lui était adressé. Et il ne se trompait pas.
Celui qu’il dévisageait n’avait plus rien à voir avec l’homme au sourire fin – mais non moins inquiétant - qui s’était présenté quelques secondes plus tôt. Il semblait comme…tordu, et dans ses yeux, Severi devina tout le rouge qui s’y trouvait.
Sans comprendre pourquoi l’illusionniste le prenait subitement en grippe, il resta immobile, n’osant esquisser le moindre geste de peur de déclencher une réaction plus violente encore envers sa personne, mais ses genoux fléchis laissaient indiquer qu’il était tout de même prêt à se défendre en cas de besoin.

Heureusement pour lui, les deux voix qui s’élevèrent au milieu de l’ambiance pesante semblèrent subitement ramener l’humanoïde à la raison. Les narines légèrement dilatées par le stress, le lycanthrope regarda alors Wu se diriger vers la jeune femme avec appréhension et sentit une odeur de ferraille tandis qu’il passait devant lui.
Fronçant les sourcils, il se garda d’intervenir en voyant de quelle méthode il usait pour réveiller la demoiselle, malgré l’envie de s’interposer. Severi était peut-être serviable, mais présentement, l’instinct parlait pour lui et au vu de ce qu’il venait de se passer, il n’était pas prêt à reprendre le risque d’agacer le trickster tout de suite.

Et à l’annonce des conditions de sortie, les traits du chien se firent sceptiques. Trois questions ? Cela semblait tellement stupide…ça ne pouvait pas être aussi simple.
Devant lui, l’homme à la cicatrice reprit la parole, toujours aussi sûr de lui. Severi fit un pas en avant, prit une inspiration et s’exprima à son tour, bien décidé à sortir d’ici aussi vite que possible :

« J’accepte aussi les trois questions. La plaisanterie a déjà assez duré... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar



Invité


MessageSujet: Re: Mind Games   03.08.14 23:58

Tout se passa si vite qu'il ne garda qu'un air dégoûté après avoir vu la tête de Wu se déboîter et se mettre à l'horizontal. L'hybride recula de quelques pas avant de déporter son regard sur l'être qui se dirigea vers la jeune femme au sol. Au premier abord, il eut une la vague envie de s'interposer mais il n'avait pas le courage nécessaire pour tenter de protéger quelqu'un d'autre.
Il détourna le regard pour le poser sur le noiraud. Ce dernier semblait presque défier leur apparent kidnappeur. Il fronça brièvement des sourcils et entendit la jeune femme se réveiller finalement. Il se déplaça de quelques pas sur le côté pour mettre une distance de sécurité entre lui et les autres.
Wu reprit la parole et imposa trois questions contre leur liberté. Un vague sentiment de réconfort le prit dans un premier temps de voir que c'était aussi simple et tiqua finalement. Trop simple. Beaucoup trop simple. Il ravisa sa joie et prit une mine neutre, écoutant les réponses des autres.

Il se laissa finalement tomber au sol et s'assit en tailleur pour détailler leur geôlier. Il avait le sentiment de faire un mauvais rêve d'un jeu d'horreur. Il se gratta l'arrière de la tête, ses pupilles rouges déviant de nouveau sur les autres. De les connaître, avait-il dit ?

— Bien... si ça peut nous faire sortir d'ici, je veux bien y répondre, finit-il par dire en regardant Wu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 49
▬ Humeur : Fétarde !
▬ Profession : Étudiante en école de journalisme-Caissière dans un fast-food

▬ Fiche : NEO realoaded
▬ Topics : Les poissons bourrés ne font pas de bon interview/YELL
Mind Games - Wu, Sok Han, Gin, Severi


| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : Un cerveau.

"Je suis trop jolie pour être seulement derrière la caméra"


MessageSujet: Re: Mind Games   27.08.14 16:21

HRP:
 

Neo vivait un moment merveilleux. Rappelez-vous, elle faisait la leçon à son prof. La jeune fille eut un rictus de victoire devant son prof se tordant sur sa chaise. Justice était enfin rendue ! Mais son sourire se figea en un rictus lorsque son professeur se métamorphosa en un instant en entité animale. Neo écarquilla les yeux. C'était... un lycan ? Elle n'eut pas le temps de trancher sur la question parce que la chose se jeta sur elle et se mit à lui lacérer le visage.
Se réveiller dans un endroit inconnu, Neo n'était pas inexpérimentée dans cette discipline, loin de là...Sauf que cette fois-ci le réveil tourna au cauchemar. Neo commença à se débattre. On lui faisait mal ! Très mal ! Bien plus mal que lorsque ses frères ou des amis un peu cons voulaient la réveiller en lui faisant une mauvaise blague.

Elle ouvrit les yeux après ce qui lui sembla une éternité, coincée entre son rêve et la réalité, et son regard rencontra des yeux bestiaux qui la jetèrent dans un état d'effroi.
Elle eut un long moment de tétanie après lequel la peur et le besoin de fuite firent place. Elle dégagea la main qui ne lui lacerait plus les joues pour se ruer à quatre pattes le plus loin possible de cette créature.

« Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii »

Pendant sa course effrénée de quelques milli-secondes, des images défilèrent devant ses yeux :
Sa tombe.
Ses parents en pleurs.
Sa soeur dévastée.
Ses frères... bon, ses frères s'en remettraient.
"Ci-git Neo Sethunya, jeune, jolie et promise à un avenir grandiose."

Ômondieu, et avant ça, il y aurait sa disparition dans tous les journaux, sur toutes les chaînes nationales. " Une journaliste enlevée !" Et ensuite, il faudrait que le gouvernement promesse une rançon extraordinaire pour pouvoir la sortir de là ! Combien d'années devrait-elle vivre, cernée par des terroristes, privée de savon ? C'était pire que tout !

Sa tête cogna le mur mais la jeune femme ne fit pas attention à la douleur. Derrière elle, elle entendait des voix, les agresseurs discutaient entre eux, ne faisant même pas cas de sa fuite. Tant mieux. Elle tourna sa tête à gauche, puis à droite. Un mur + un mur + un mur = une tentative de fuite écourtée.
L'humaine se retourna, s'adossant contre le mur, regardant ses kidnappeurs pour la première fois. Elle le repéra tout de suite, l'homme basané, les yeux étincelants de malice et l'air socialement incompatible avec le reste de la société. Un terroriste sans en douter.

« Vous êtes qui au juste ? »

D'abord, savoir à qui on avait à faire ! Neo voulait monter qu'elle n'avait pas peur. En plus, le gouvernement payerait sa rançon, sans aucun doute ! La jeune femme détailla les acolytes du premier "bad guy" qu'elle avait vu : un blondinet l'air mal-à-l'aise et un genre... de..ben d'otaku assis par terre. Ouuuais, stylé ces terroristes ! Peut-importe, l'autre devait être le chef, les autres suivaient !

« Je vous préviens, je suis journaliste, et des gens sont prêt à payer pour me retrouver, donc me... »

..."faites pas de mal", aurait dû être la suite de la phrase, sauf que Neo se mit à bugger sur le quatrième agresseur.

« Mo...monstre...»

Ce truc avait une aura monstrueuse. Neo se sentit mal-à-l'aise lorsqu'elle croisa son regard pour une deuxième fois. Il avait l'air... ravi à l'idée d'avoir des prisonniers à sa merci et l'instinct de Neo lui hurla de faire attention, notamment lorsqu'elle vit un peu de sang sur les ongles de l'individu. Elle écarquilla les yeux de frayeur, passa sa main sur sa joue qui était marquée de petites griffures, elle fixa l'homme qui ne la quittait pas des yeux. Cette fois elle s'adressa au bon destinataire, ne pouvant détacher son regard de lui :

« Vous.. vous êtes qui, bor.. bordel ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 24

[Nogitsune]


MessageSujet: Re: Mind Games   06.09.14 16:19

Les lèvres qui démangent, mon impatience est à nu. Très bientôt. Très bientôt mes ficelles lieront vos chairs à mon esprit, mes chers pantins. Chantez, dansez, c'est un régal.

« C'est ça, tes conditions ? Et qu'est-ce qui me garantit que tu vas tenir parole ? »

Vos mots me plaisent mais les tiens m'intéressent. Mon sourire se fait de miel. Certainement intrigué. Étonnement incertain. Complètement attiré. Mes pieds glissent, et la distance qui nous sépare est rongée. Je t'observe. J'observe tes marques. J'observe tes ongles. Trop ferme, pas assez abîmé, pas encore déchiré, pas encore.
Une voix erronément douce s'extrait de ma gorge.

« Et qu'est-ce qui vous garantirait que je tienne parole ? »

Je contemple tes pupilles, alors que tu réalises... Mais n'ayez crainte, je vous l'ai dit. Il n'y a que vous qui mentez.

Un à un, vous succombez à l'espoir, ou la curiosité. L'espoir et la curiosité. C'est l'euphorie qui distord mes muscles. A présent nous allons pouvoir jouer. Nous allons pouvoir manger. Endormez-vous.


« Mo...monstre...»

Qui donc ? Qui donc ici n'en est pas un ?

« Vous.. vous êtes qui, bor.. bordel ? »

Ahh la la.
Vous, humains, ne réalisez toujours pas l'importance des mots. Vous ne réalisez ni votre chance, ni votre malheur. Comme c'est fâcheux. Comme je vous plains. Comme vous m'émerveillez.

« Il est vrai que... les quelques derniers événements ont pu vous échapper. Pourquoi ne pas venir en discuter pendant que... »

J'étais debout, face à elle, main tendue vers le vide.
Je suis assis, à côté d'elle, face à eux, mains posées sur les cuisses.
Etes-vous prêts ?
Dommage.

« Ma première question est la suivante,... De quoi avez-vous peur ? »

Mon cou s'incline. Nos regards se croisent. J'aime commencer par la partie que je préfère.

« De quoi... avez-vous peur ? »


nda:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 22

Commerçant (un peu) particulier


MessageSujet: Re: Mind Games   27.09.14 9:59

Sok Han ne savait pas trop à quel psychopathe il avait affaire. Mais des psychopathes, il en avait connu beaucoup, en Australie. Ils ne lui faisaient pas peur. Même dans cet endroit où l'on réunissait les pires pourritures du monde, Sok Han n'avait pas été en bas de l'échelle. Il avait l'instinct de survie chevillé au corps et il trouvait toujours le moyen de s'en sortir. Il s'en sortirait. Si possible sans plier devant son ravisseur. Il ne le ferait que si c'était strictement nécessaire, mais sinon, il ne voyait pas pourquoi lui, l'un des plus grands criminels que la Terre eût jamais porté, qui avait réussi de s'évader de la prison la plus inviolable de l'univers, devait satisfaire les désirs d'un débile de sociopathe. Sans compter que ce fou était incapable de garder la tête sur les épaules… Il avait donc très certainement de la chance d'être le maître de la situation, car sinon, Sok Han s'en serait débarrassé de façon expéditive. Car il n'était pas du tout sûr que Wu va tenir parole. En fait, il était même persuadé que ce ne seraut pas le cas. Il ne voyait pas pourquoi il le ferait. Sok Han lui-même n'était très fiable, on ne comptait même plus le nombre de promesses qu'il avait brisées une fois qu'il avait obtenu ce qu'il voulait. Il ne pouvait pas s'attendre à un meilleur comportement de la part de Wu. Heureusement pour lui, il se considérait comme le plus dangereux de tous – même si dans les faits, ce n'était peut-être pas vrai vu qu'il n'était pas armé contre Wu -, par conséquent il ne cédait pas encore à la panique. Il était un terroriste. Il savait très bien à quel point il était doux de faire naître la peur dans un cœur doux et innocent. Même s'il pensait avant tout à ses affaires, il devait admettre que c'était quelque chose d'agréable que d'avoir le pouvoir sur les autres.

Tout à coup, tout changea. Sok Han eut à peine le temps de cligner des yeux que la situation n'était plus la même. Wu et la jeune femme étaient en face de lui. Les deux autres étaient de son côté. Sok Han sentit un soupçon de peur l'envahir. Qu'est-ce qui… s'était passé ? On aurait dit de la magie. Et lui, il n'était rien qu'un homme. Un homme dur, cruel, fort, mais un homme tout de même. Il n'était pas sûr de pouvoir rivaliser avec cela. Cependant, il reprit très vite son expression impassible de gros dur – attendu qu'un criminel de son envergure n'était pas censé s'enfuir en hurlant au moindre pépin. Sok Han était tout de même un peu paranoïaque, il n'était donc pas du tout tranquille, au fond : il savait qu'il y avait anguille sous roche.
La première question lui fut posée, à lui. Son regard croisa celui, étrangement inhumain, de Wu. Il soutint le regard sans trembler. De quoi avait-il peur ? De deux choses. Une chose qui était bien plus du domaine d'une faiblesse mais qui n'était pas une peur à proprement parler. Et une autre. Une peur que la plupart des habitants de la Terre ne pouvaient avoir. Une peur qui en disait long sur son propre passé. Sans fléchir, il annonça d'une voix affectant l'indifférence :
« J'ai peur de me retrouver en Australie. C'est l'enfer, là-bas. »
Son commentaire laisse clairement entendre qu'il y a été et qu'il sait donc parfaitement de quoi il parle. Rien que d'y penser, il a une boule à l'estomac. Il a survécu. Il a été le plus fort et a réussi à ne pas se retrouver au bas de l'échelle. Mais cette existence était horrible. Une vie sans liberté, sans sécurité, et loin de sa femme aimée. Sok Han serait prêt à presque n'importe quoi pour ne pas y retourner. Mais il sait très bien qu'il a une grosse faiblesse. Celle qui l'a envoyé tout droit en prison la première fois…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 24

[Nogitsune]


MessageSujet: Re: Mind Games   04.10.14 13:46

« L'Australie... n'est-ce pas ?... »

A l'horizon, il pleut du charbon.
Sur tes cheveux, il neige du limon.
Le paysage inconnu t'est familier.
Le paysage oublié te reconnaît.
Ni murs ni toit ni moi, tu es libre.
Et pourtant tu te dis que tu as fait le mauvais choix.
Lorsque tu bouges, tes pieds s'embourbent.
Quoi ? Quoi ? Quoi ?
Quelque chose s'extrait de la tourbe.
Une main, Deux mains,
Sordide, Putride,
Appartiennent-elles à ceux que tu as tués ?
Ou bien ceux que tu as épargnés ?
Elles veulent te chuchoter la réponse à l'oreille.
Elles t’attrapent.
Elles t'attirent.
N'es-tu pas curieux ?


Ta peau pâlis, ta carcasse se débat, tu grognes, et moi je me sens tout chose devant ce spectacle. Tu es encore plus ravissant que ce que j'avais espéré. Je ne tiens plus. Mes pas me portent à toi. Je pose la main sur ton ventre bourdonnant, et mes ongles s'accrochent à ces tissus dont tu t'affubles. Puis je tire. Tire. Tire. Les coutures craquent et hurlent et gémissent et cèdent enfin.

L'un de mes ongles s'est soulevé. Le fourmillement douloureux qui s'en découle fait tressauter mes os. Mais mon attention est captive autre part.

Je fais rouler mon kimono par dessus mes épaules, le long de mes bras. Lorsque je détache ma toute précieuse ceinture, le vêtement se dérobe et plonge dans la poussière.

Tu luttes, Tu luttes,
Mais elles sont trop nombreuses.
Tu fuis, Tu fuis,
Mais elles ne t'ont pas encore dévoilé leur secret.
Tu te débats,
En vain,
Elles t'agrippent les mains.


Comme un pantin je t'habille. Le Rouge te va si bien. Je glisse mon ongle difforme entre mes molaires, le contact fait bondir mon estomac, et le retire de mon doigt. Une plainte fugace, un soupire. Mes mains se plaquent soudain contre ton visage.

Tes yeux fixent l'horizon en face.
Tu t'enfonces encore.
Elles t'engloutissent encore.
Jusqu'où encore ?
Vas-tu te noyer ?
Ou vont-elles t'étouffer ?


Mes doigts nerveux empourprent tes paupières. Le rouge te va si bien...
Timidement, je t'embrasse.

Tes poumons sont boueux pourtant tu respires.
Tes muscles refusent de bouger pourtant tu chavires.
Ton corps s'écoule lentement à travers la terre.
Tu ne fais qu'un avec ce lieux que tu appelles enfer.


Ne sachant quoi faire des fripes déchirées qui étaient tiennes, je les passe sur mon dos. Je ne peux m'empêcher de te contempler un instant de plus, alors même que le jeu se poursuit.

« De quoi... avez-vous... ...oh. »

C'est donc toi...



nda:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▬ Nombre de messages : 24

[Nogitsune]


MessageSujet: Re: Mind Games   05.11.14 17:40

« Ta réponse m'importe peu. »

La même pièce, Les mêmes personnes.
Pourtant tout est différent.
Dans ta tête une plainte résonne.
Va-t-en ! Va-t-en !
Pourtant dans tes tripes tu le sais.
Ton destin est déjà scellé.
Nous te regardons,
Tu ne nous le rends pas.
Nous te regardons,
Tu ne nous comprends pas.
Nous te sourions,
Et de cette grimace étrange de mannequin,
Tu en déduis la vérité enfin.
Aimes-tu cet endroit ?
Voudrais-tu y rester ?
Alors c'est décidé.
Voici ton nouveau toit.
Maintenant et à jamais.
Tu as perdu le jeu.
A nous la liberté.
A toi l'éternité.
Ce sont des adieux.


A droite, à gauche, ma tête ballotte. Je déambule mollement parmi vous, et la douce odeur de sueur de cet humain dont je raffole déjà embaume peu à peu cette pièce. Alors que je reprends la place qui est mienne, mes lèvres fourmillent encore de ce baiser volé. Ahhh comme je m'amuse. Pas vous ?


Tu tournes et tournes mais rien n'y fait.
Loin de toi la réalité s'est échappée.
Peut être penses-tu mourir de faim.
De soif.
De froid.
Mais c'est bien pire que tout cela.
Tes oreilles aboient.
Ta gorge bourdonne.
Car malgré tes plaintes, tes craintes ces murs t'emprisonnent.
Et leur tourment ne fait que commencer.
Regarde, ils ont bougé.


J'admire tes yeux éveillé, ton visage endormi. Tes pupilles paniquées, ta mine rêveuse Tu es si élégant mais...
Qu'est-ce que ce bruit ?


Les parois se rapprochent et tu paniques.
Le plafond plonge et tes pensées deviennent épileptiques.
Ce n'est qu'illusion.
Tout n'est qu'illusion.
Ce n'est que mensonge.
Rien n'est vérité.
Pourtant est-ce là un doute qui te ronge ?
Qui t'empêche de t'abandonner ?


Je déteste les chiens. Mais par dessus tout je déteste les chiens morts.
Je déteste toutes ces choses que vous appelez "compagnons". Mais je n'ai aucune envie de les faire disparaître. Je déteste que leur odeur imprègne mes beaux habits. Je déteste que leurs glapissements transpercent mes délicates oreilles. Le goût de leur sang m’insupporte. La sensation de leur chair me révolte. Je préférerais qu'ils s'évaporent d'eux même, en prenant conscience de leur ridicule et leur sordidité. Mais ils sont bien trop bêtes pour ça.

Je ne veux pas les voir les sentir les toucher les voir les entendre les toucher les penser les sentir les goûter.

Pourtant parfois je me demande. Ne serait-ce pas le meilleur remède que de tous les manger ?


La pierre te mange.
Ton corps se change.
Quel spectacle étrange.
Jusqu'où tes muscles peuvent-ils se comprimer ?
Jusqu'où tes os peuvent-ils se plier ?
Jusqu'où ton esprit peut-il se fissurer ?
Tu ne ressembles plus à rien.
Confiné entre ces quatre coins.
Au moindre geste tout peut prendre fin.
Trop solide pour mourir.
Trop frêle pour t'en sortir.
Tu as perdu le jeu, ce sont des adieux.


Des dents poussent que jamais je ne mangerais. Une odeur s'élève que jamais je ne boirais. Croyez-le, car j'ai bel et bien été dupé cette fois.

« Cette réponse... me suffira amplement. »

Je ne m'impose pas plus longtemps la vision de cette créature grotesque.

« Il semblerait... qu'il ne reste que vous. De quoi... avez-vous peur ? »


nda:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Mind Games   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mind Games

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: All around our world :: le japon-