AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Anonymous



Invité


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime28.07.11 1:18

Aujourd’hui était comme tous les autres, en somme aussi banal que possible. Mais s’il y en a pour se plaindre, pour chercher la nouveauté et l’aventure à chaque coin de rue, certains se complaisent parfaitement dans cette platitude absolue, ce calme répétitif, cette solitude silencieuse et constante. Certains sont parfaitement capables d’accepter et pire d’apprécier passer leurs journées seuls, assis dans un fauteuil et feuilletant un bouquin aux pages tellement jaunies et cornées, cassantes comme de petits morceaux de parchemin, qu’on arrive à se demander combien de siècles l’objet a-t-il traversé avant d’atterrir entre ces deux grosses paluches usées.
Parfois le carillon tinte, la porte grince sur ses gonds avant de s’ouvrir sur une ou plusieurs personnes et laisse entrer avec elles quelques morceaux de l’extérieur, un peu de bruit qui bien vite va s’étouffer entre ces rayonnages où perdure un silence quasi religieux. L’homme derrière le comptoir en vieux chêne lève la tête de sa lecture, adresse un signe ou un bonjour à l’inconnu puis replonge entre les lignes tout en restant aux aguets des fois qu’on ait besoin de lui. Certains ne sont que de passage, ont simplement été attiré par l’aspect vieillot de la petite boutique dénichée au coin d’une rue biscornue. Ils rentrent, flânent, laissent leurs mains s’attarder sur les tranches en cuir fatigué des ouvrages, achètent parfois mais repartent souvent sans rien, comme ils sont venus. D’autres sont des habitués, des gens qu’il apprécie pour la plupart et qui viennent se perdre dans ses livres l’espace d’une heure, de deux, d’un jour, ou plus. Ceux-là, on en croise parfois au détour d’un rayonnage assis dans un fauteuil et plongé dans une quelconque histoire, captivante n’en doutez pas. Ils viennent et partent, reviennent et repartent sans jamais rien acheter, simplement pour lire, pour se perdre dans cette ambiance si calme et paisible que l’on en oublierait presque le monde extérieur tel qu’il est réellement. Parfois ils viennent s’accouder au comptoir, demandent un renseignement, un livre impossible à dénicher ou veulent simplement parler, poser quelques mots sur un texte qu’ils se sont appropriés l’instant précédent. De fil en aiguille la conversation s’engage, les barrières tombent, les deux personnes étrangères l’une à l’autre se découvrent une certaine complicité au travers d’un roman et de la trace qu’il aura laissé dans leur esprit. Le vieil ours ne semble plus si impressionnant que ça tandis qu’il s’exprime en quelques mots précis son impression vis-à-vis de tel passage dans tel ouvrage. Parfois, l’interlocuteur se voit même offrir le droit de savourer une histoire par l’intermédiaire des incroyables talents d’illusionniste de son « hôte ».
Parfois, les langues se délient à l’extérieur suite à cette expérience peu commune et le lendemain, c’est une maîtresse qui s’en vient pousser la porte de la boutique accompagnée d’une ribambelle de gamins hauts comme trois pommes. Le libraire ne refuse jamais la requête qui s’ensuit alors, et n’adresse pas davantage de reproche à celui qui n’a pu s’empêcher d’en parler autour de lui. Car après tout, ce n’est pas comme s’il était envahi de personnes souhaitant profiter de ce talent. Bien au contraire, même.

Aujourd’hui, il fait gris et la pluie battante a chassé tous les passants des rues glissantes vers d’autres endroits plus accueillants. Mihael ne pense pas voir âme qui vive, se doutant que même les habitués auront préféré rester bien au sec chez eux. Et puis après tout c’est bien ce qu’il fait, lui, à la différence près que chez lui c’est ici. Et qu’il préfère de loin la librairie à toutes les autres pièces de sa maison, à l’étage, auxquelles on accède par le biais d’un escalier en colimaçon vous savez, de ceux sur lesquels on n’ose poser ne serait-ce un pied sur une marche la nuit sans craindre de réveiller toute la maisonnée avec ses grincements.
Le mauvais temps donne des mauvaises pensées au clover, alors il s’en va à la recherche d’une histoire joyeuse à lire, pourquoi pas un conte par exemple. Sa librairie recèle bien des ouvrages dont même lui ignore le contenu, puisque depuis son enfance et jusqu’à la fin de la guerre on n’aurait pu dire de lui qu’il était quelqu’un de littéraire. C’est d’ailleurs pour ça que désormais il passe la plupart de ses journées à lire ; pour rattraper le temps perdu et découvrir toutes ces merveilles semées ici et là par une plume inspirée.

Aujourd’hui Mihael n’attend personne et pourtant il a déverrouillé la porte machinalement, comme tous les matins. Le chat noir est couché sur le comptoir entre deux pilles instables de livres et fixe l’extérieur à travers les carreaux sur lesquels la pluie ricoche en maintenant un rythme soutenu, un peu comme une mélodie de fond. Il a l’air de s’ennuyer prodigieusement mais ce n’est qu’un chat, alors il finit par se rouler en boule et se livrer à l’activité qui occupe 22 heures sur 24 de ses journées : la sieste.
Le carillon tinte ; chat et clover lèvent de concert leurs yeux vers l’entrée et la jeune femme qui se découpe dans l’encadrement de la porte, sans doute presque autant surpris l’un que l’autre. Un peu de pluie en profite pour venir frapper le plancher et puis le silence revient à nouveau une fois la boutique à nouveau close. La température semble brusquement chuter de quelques degrés alors que Mihael, fixant l’intruse, comprend en un instant ce qu’elle n’est pas – et elle n’est pas humaine – puis l’instant d’après ce qu’elle est. Ses mains se referment tout doucement sur l’histoire qu’il s’apprêtait à lire et posent avec soin le vieil écrit devant lui. Ses yeux gris n’ont pas quitté la jeune femme alors que tout son corps s’est imperceptiblement raidi. Et tout doucement il se lève, dépliant sa grande carcasse un peu ankylosée par des heures d’immobilité quasi-totale. « Pourquoi êtes-vous là ? » Sa voix s’impose entre eux deux, dénuée de toute chaleur mais sans pour autant se montrer agressive ou désagréable. Mihael se refuse à croire que la présence d’un Ange Blanc dans sa boutique pourrait n’être qu’une pure coïncidence. Et pourtant…

Revenir en haut Aller en bas

Evangeline A. Cleviah

Evangeline A. Cleviah


▬ Nombre de messages : 69
▬ Humeur : Energique !
▬ Profession : Ordre des Puissances

▬ Fiche : ~ Alice au Pays Désenchanté ~
▬ Topics : [EVENT - Groupe 6] God Only Know
Maison Biscornue et Discussion Tordue... [Judas]
Le Hasard est parfois bien jouasse... [Mihael]



| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

~ Lys Immaculé ~


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime31.07.11 23:25


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Gouttep

Goutte translucide... Une myriade de ces petites gouttes formait ensemble une pluie diluvienne. Cette dernière accompagnée d’un voile nuageux recouvrait le ciel de Naniwa. Cette ville constamment animée était en cet instant étrangement calme. Une atmosphère maussade planait dans les ruelles et il était bien rare de croiser des badauds en ce jour pluvieux. Une rue pavée - où se formaient par endroits de grandes flaques - était alors complètement déserte... enfin presque... Une jeune demoiselle semblait avoir trouvé assez de courage pour braver la météo capricieuse. Ses cheveux légèrement ondulés flottaient derrière elle. Un son étouffé accompagnait les pas de la jeune fille lorsque les gouttes de pluie venaient mourir contre la toile imperméabilisée du parapluie que ses mains gantées enserraient avec vigueur. Un manteau sombre protégeait le corps de la jeune demoiselle de la morsure de la pluie froide. Ce dernier s’arrêtait à la hauteur de ses genoux, laissant apparaitre sa jupe pourvue de dentelle blanche. Ses talons émettaient un tintement singulier quand ces derniers venaient embrasser la surface humide des pavés...

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Sanstitre2jl

Un bâtiment en vieilles pierres se dressait devant la demoiselle. Ses yeux vairons s’arrêtèrent sur une boutique qui semblait encastrée dans ce mur de pierres. Sa devanture était faite en bois sombre – couleur sans nul doute dût à la pluie – et une pancarte surmontait sa porte. Une étrange atmosphère se dégageait de cette librairie. Ancienne sans vraiment l’être... à moins que cela soit un ultime vestige de l’ancienne Osaka. Cette boutique aux allures pittoresque éveilla une inexplicable curiosité chez la jeune ange blanche ! Une petite voix lui souffla de pénétrer dans cette librairie pour découvrir ses trésors... Il ne fallut que quelque seconde pour que la demoiselle soit à la hauteur de la boutique. Evangeline gravit les petites marches en pierre et s’approcha de la porte. Sa main droite se referma sur la poignée et la jeune fille poussa légèrement cette dernière. A première vue la boutique était ouverte. C’est avec plus de conviction que la jeune ange poussa la porte. Un carillon retendit et les yeux vairons de la demoiselle se posèrent sur la petite clochette qui trônait au dessus de la porte. Un sourire discret mais rieur étira ses lèvres. Une vraie librairie... comme dans ces anciens films songea la jeune fille amusée. Un fois entrée dans la boutique Evangeline referma la porte avec délicatesse. Mieux valait éviter que cette vilaine pluie ne pénètre d’avantage dans ce sanctuaire des amoureux des livres. Une odeur familière se dégageait des étagères. Vous savez celle des vieux livres qu’on trouve dans le grenier de ses grands-parents ou qu’on déniche sur les brocantes. Un arôme familier de notes herbeuses avec un piquant acide et un soupçon de vanille... sans oublier de moisissure. Cette librairie était sans nul doute dépositaire de livres plusieurs fois centenaires. Une voix grave rompit la quiétude des lieux et dans un même temps elle extirpa la demoiselle de sa contemplation. Ses yeux bleu comme le ciel et vert comme la forêt se posèrent sur un homme à la carrure impressionnante. Ses épaules étaient larges bien que légèrement voutées. Son visage arborait des expressions sévères sans pour autant montrer un quelconque signe agressivité. Malgré son âge le propriétaire des lieux en imposait ! Une étrange aura émanait de cet homme au regard gris. Evangeline se tourna légèrement vers la porte et observa un instant la pluie frapper les carreaux de la librairie.

« ...Bonjour... »

Sa voix était légèrement cassée. Cet homme était intimidant de part sa carrure mais également à cause de son aura. Aucune sensation désagréable liée au sang... habituellement associée aux vampires ou aux lycans. Une chose totalement inconnue ! Il semblait être humain mais il y avait un hic ! Mais impossible de mettre le doigt dessus. Malgré ce malaise la jeune ange réussi à reprendre contenance. Sa voix douce s’éleva dans les airs comme une mélodie.

« Il pleut averse aujourd’hui... Je cherchais un endroit pour m’abriter de la pluie et je suis tombée sur votre livrairie. A vrai dire sa façade m’a intrigué ! »

Evangeline adressa un sourire poli au propriétaire des lieux pour clore son explication sur sa venue mais également pour se faire pardonner du dérangement. La demoiselle déposa son parapluie dans une corbeille à l’entrée puis ôta ses gants et les rangea dans une poche de son manteau. La jeune ange blanche s’en alla parcourir les allées étroites, caressant les reliures des livres. Après un rapide tour de la boutique, Evangeline s’approcha du comptoir et aperçut un chat noir entre deux piles de livres. Telle une jeune enfant, la demoiselle laissa apparaitre un sourire sur son visage. Sa main droite s’approcha avec délicatesse de la tête du félin. Les Anges Blancs ont toujours eu une aura qui attire les animaux... surtout les jeunes anges... Ils ont encore en eux cette candeur qui apaise les craintes des animaux les plus sauvages. Ses doigts effleurèrent les poils du chat puis caressèrent avec douceur les pommettes de ses joues.

« ... désolée de t’avoir réveillé... »

La demoiselle sentait le regard du libraire se poser sur elle et suivre ses mouvements. Evangeline releva les yeux vairons en direction du vieil homme. Ses yeux acier étaient comme le ciel qui recouvrait Naniwa en cette journée pluvieuse. Un instant la jeune fille essaya de percer le mystère de ce visage... mais ne trouvant nulle réponse elle baissa les yeux. Ces derniers se posèrent sur le livre se trouvant juste devant le propriétaire de la librairie.

« Cette histoire se finit-elle bien ? »

A nouveau la demoiselle releva les yeux vers son vis-à-vis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime24.09.11 0:33

Avec l’arrivée de la jeune femme, Mihael sentit une masse de souvenirs affluer brusquement, bien qu’extérieurement il restât tout aussi imperturbable qu’à son habitude. Il ne pouvait la voir autrement que comme synonyme d’un danger imminent quand bien même elle avait l’air parfaitement innocent. Mais après tout, ne disions-nous pas d’une personne qu’elle paraissait angélique lorsqu’elle arborait une telle figure ? Et pourtant les anges étaient des guerriers, les pires qu’il soit, on ne le savait que trop bien désormais. Il lui était en conséquence tout bonnement impossible de se fier à cette seule impression qu’elle dégageait au premier abord, toute polie et souriante qu’elle puisse être à son égard.
Son « bonjour ! » traversa la boutique, soudain et un peu inattendu après la question qu’il venait de lui poser tout à trac ; il se contenta d’y répondre par un hochement de menton appuyé tout en rehaussant ses lunettes d’une main. Son regard restait rivé sur elle tandis qu’elle continuait de parler, lui expliquant la raison de sa venue ici. Là encore ce n’était pas vraiment la réponse qu’il souhaitait entendre d’elle, comme il manqua par ailleurs de le lui souligner avant de se raviser au dernier moment.
Ou plutôt si, il souhaitait entendre quelque chose dans le genre mais se trouvait dans l’impossibilité d’y croire au vu de la situation. Il aurait dû, mais il ne pouvait tout simplement pas s’y résoudre et accepter que les choses puissent être aussi simples. Cependant il décida d’attendre la suite, partagé entre plusieurs envies simultanées dont une des moins compliquées consistait à l’empoigner pour la mettre à la porte en bonne et due forme, fermer boutique et faire comme si rien ne s’était passé durant ces dix dernières minutes. Mais il n’amorça pas l’ombre d’un geste, restant parfaitement figé alors qu’elle s’approchait de l’animal tout en s’excusant de l’avoir réveillé.
Que de paroles absurdes.
Et le Clover se sentait extrêmement mal à l’aise en sa présence, sentant quelque chose pouvant s’apparenter à de la peur s’insinuer vicieusement en lui. Peur pour lui, peur de réduire à néant toutes ces années qu’il avait passé à soigneusement s’éloigner de tout, peur d’être incapable de maîtriser ses propres réactions au premier geste qu’elle ferait et que son cerveau analyserait aussitôt comme suspect. Oh bien sûr, depuis le temps il avait acquis suffisamment d’expérience pour ne pas lâcher la bride aussi facilement que ça, mais le risque que ça arrive tout de même n’en était pas rendu nul pour autant et c’était là quelque chose qu’il se devait de prendre en considération. Qui plus est, il ne tenait pas vraiment à voir cet endroit endommagé de quelque manière que ce soit. Et la dernière fois qu’un Ange blanc avait croisé sa route, ce n’était certainement pas pour se tailler une bavette avec lui.

Se retranchant derrière son masque de pierre Mihael la détailla attentivement, cherchant un indice, une faille, n’importe quoi qui serait capable de confirmer qu’elle n’était pas aussi amicale qu’elle en donnait l’impression comme ça. Il n’y avait rien cependant pour venir confirmer ses soupçons et il ne se risquerait pas à tenter de lire dans son esprit maintenant, considérant cet acte trop dangereux. La part de lui qui n’avait plus rien d’humain était comme une myriade de sirènes hurlantes à l’intérieur de son crâne, lui commandant d’obéir à son instinct et d’annihiler aussitôt cette présence indésirable sans faire davantage de chichis. Il ne lui obéirait pas toutefois, pas tant que subsistait un doute… et pas ici. De plus, il ignorait tout de la personne qui lui faisait face et s’il s’avérait que ses mauvaises intentions venaient à être confirmées, il n’avait aucune idée de sa puissance. Sa propre vie lui était précieuse, et le Clover ne tenait vraiment pas à la perdre par les suites d’un acte déraisonnable de sa part.

Mihael percuta soudain qu’elle lui adressait à nouveau la parole et revint à la réalité, stoppant là ses prises de tête qui ne le menait à rien sinon à d’autres prises de tête et une migraine en cadeau bonus dans un futur proche.

« Une même chute peut être bonne ou non selon ce que le lecteur attend de l’histoire et de sa fin. » Il caressa presque amoureusement la tranche usée du livre tout en parlant d’une voix bourrue. « La réponse à cette question n’appartient qu’à vous, pour peu que vous choisissiez de parcourir ces pages. » Soutenant le regard pour le moins curieux de son interlocutrice, il continua sur ce même ton égal mais changeant radicalement de sujet. « N’êtes-vous vraiment ici qu’à cause de la pluie ? » Cette même question, encore.

Et tandis qu’il parlait il s’était déplacé de quelques pas sur sa gauche, mouvement auquel on accordait peu d’importance mais qui, l’air de rien, plaçait Mihael entre sa visiteuse et la sortie. Alors qu’il avait tout à l’heure souhaité la voir décamper d’ici le plus vite possible pour ne pas empirer les choses, ce qui en lui était conçu pour tuer les semblables de la jeune femme lui dictait de ne pas la laisser repartir. A chaque fois qu’il pensait avoir pris une décision, l’idée de faire le contraire s’imposait à son esprit. Il ne parvenait finalement pas à choisir comment agir envers elle.
Revenir en haut Aller en bas

Evangeline A. Cleviah

Evangeline A. Cleviah


▬ Nombre de messages : 69
▬ Humeur : Energique !
▬ Profession : Ordre des Puissances

▬ Fiche : ~ Alice au Pays Désenchanté ~
▬ Topics : [EVENT - Groupe 6] God Only Know
Maison Biscornue et Discussion Tordue... [Judas]
Le Hasard est parfois bien jouasse... [Mihael]



| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

~ Lys Immaculé ~


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime02.10.11 21:44


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Livredo

Livre antique... aux pages jaunies et rongées par le temps. Miroir des rêves mais aussi des cauchemars des hommes... Un doux silence enveloppait les lieux avant d’être rompu par la voix grave du libraire. Les prunelles si particulières de la demoiselle étaient posées sur le visage sérieux du propriétaire des lieux. Il effleura du bout des doigts le livre... une tendre caresse. Ce geste pourtant anodin montrait son adoration pour les livres. Néanmoins il y avait un étrange décalage entre son geste si doux et sa voix si rude. Les yeux vairons de la demoiselle observèrent la couverture du livre. Ce dernier semblait être un conte pour enfants. Ils étaient souvent édulcorés pour les bambins... mais leurs versions originales – porteuse d’une morale sombre – se finissaient rarement en « Happy End »... Est-ce le cas de cette histoire ? A nouveau, le libraire lui demanda la raison pour laquelle elle se trouvait ici... plus précisément si la raison de sa présence en ce lieu était véritablement due à la pluie battante. Evy releva son visage vers le vieil homme. Ses yeux gris la fixaient avec une rare intensité comme si ces derniers cherchaient à desceller quelque chose. Concentrer sur le livre et le geste de ses doigts la demoiselle n’avait guère prêté attention au léger déplacement du libraire.

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Sanstitre2jl
Une question ou plutôt un terme se forma avec une rare intensité dans son esprit : pourquoi ? Cet homme venait par deux fois de lui demander qu’est-ce qu’elle fichait dans son magasin. Pourquoi insister sur le fait – semble-t-il étrange – de trouver une éventuelle cliente dans sa propre boutique ? Sa présence ici était-elle une source de gêne quelconque ? Soit il n’avait pas la fibre commerçante... soit il redoutait quelque chose. Mais « Quoi » ? Ce fut la deuxième question qui frappa la jeune ange. Étrangement la raison semblait être liée à l’étrange aura que dégageait cet homme. Il semblait être humain... il avait tout pour être un simple humain et pourtant... quelque chose clochait ! Son aura semblait être... altérée ! Malgré tous efforts la jeune ange blanche ne parvenait pas à mettre le doigt sur la nature de cette altération. Une chose inconnue. Un mauvais pressentiment s’empara de la demoiselle déclenchant par la même occasion un frisson dans tout son corps. Une chose était sûre : les anges n’aiment pas l’inconnu ! C’est un concept dangereux pour les êtres célestes qui sont censés savoir tout ce qui se passe ici bas... Evangeline secoua légèrement la tête pour chasser toutes les pensées qui encombraient son esprit. Comme pour se détendre, ses mains caressèrent le félin qui était en train de dormir sur le comptoir... mais d’un oeil seulement ! Ses doigts caressèrent sa fourrure soyeuse et un doux ronronnement s’éleva dans les airs. Le félin changea de position dégageant ses flancs et ses pattes avant se mirent à bouger légèrement. Il semblait totalement détendu et heureux. On pouvait entendre la pluie frapper doucement les carreaux. Ce silence anodin dura quelque instant. Evangeline était apaisée et ses craintes envolées. Un sourire doux aux lèvres, ses yeux amusés observaient le félin tout en le caressant nonchalamment. Sa voix cristalline et paisible brisa le silence qui planait dans la pièce. Il y avait un réel contraste entre les deux individus.

« Votre boutique m’a intrigué... j’ai été attirée par sa façade et le calme qui s’en dégage. Ce lieu me rappelle mon enfance et en quelque sorte les jours heureux que j’ai pu vivre. C’est différent de ce que j’ai connu bien sûr... plus modeste et plus petit. Mais cette librairie renferme la même chaleur et douceur. Un lieu accueillant où on aime s’attarder sans faire attention au temps qui passe... »

Sa voix se perdit dans un silence serein. La jeune ange blanche avait été plus que sincère dans ses propos. Inconsciemment elle savait qu’elle se devait de lui donner une réponse franche pour calmer ses doutes quant à sa présence ici. Ses yeux vairons se posèrent sur le libraire pour observer ses traits ainsi que sa réaction à son explication. Avant que ce dernier ne reprenne la parole, elle poursuivit d'une voix joyeuse.

« Je n’ai fait que suivre le conseil d’une petite voix intérieure... »

Soudain sa voix se brisa. Ou du moins les mots qu’elle allait prononcer moururent dans sa gorge. Quelque chose venait de la frapper. Les voix... Les anges étaient agités. Ils parlaient tous en même temps créant une cacophonie monumentale dans une partie de son esprit ! En cet instant le monde extérieur ne comptait plus… ni même le temps...


~ Cleviah... prend garde ! ~

Tout se mélangeait dans sa tête. Leurs voix étaient empruntes de colère, de tension mais aussi de peur. Comment est-ce possible ? Un ange ne craint rien hormis la colère du Créateur... pourtant ils avaient peur en cet instant. Ils parlaient tous en même temps que la jeune ange blanche ne parvient à analyser que trois pauvres mots. Evangeline avait les yeux clos et ses sourcils étaient fortement froncés. Des plissures se formaient de-ci de-là sur son visage. Une vilaine migraine était sans doute plus plaisante. Quand ses yeux s’ouvrirent à nouveau sur la librairie une seconde à peine venait de s’écouler. La demoiselle était légèrement déboussolée. Quel danger la guettait pour que les sphères célestes s’inquiètent de la sorte ? Instinctivement ses doigts se posèrent sur sa bague... Ses yeux légèrement troublés croisèrent les prunelles acier du libraire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime17.10.11 14:33

Le problème avec une puissance comme celle que possédait Mihael, c’est qu’elle pouvait vous priver de votre libre-arbitre dans les moments où vous en aviez le plus besoin. Et, au cas où la situation ne serait pas encore bien claire à vos yeux, c’était exactement ce qui était en train de se passer en ce moment même. Pendant des années, le clover avait été conditionné à ne faire qu’une seule chose, ne penser qu’à une seule chose, ne vouloir qu’une seule chose. On avait trifouillé dans son corps et son cerveau à cette fin et puis on l’avait renvoyé en guerre avec une petite tape sur l’épaule style « A toi d’jouer mec, on a dépensé une fortune que tu pourrais même pas concevoir pour ce projet alors maintenant toi et tes potes vous nous arrangez ce bordel fissa. »
Sauf que tout ça, c’était fini depuis longtemps maintenant. Lui qui n’était plus tout jeune, il n’aspirait à rien d’autre qu’au repos qu’il méritait. Alors l’ange débarquait avec ses airs de rien et tout se cassait la gueule. Les doutes qui l’avaient assailli dès lors qu’elle était entrée ici avait permis à son ancienne fonction de se rappeler à lui, ce qui avait généré une nouvelle fournée de doutes. Il s’était inconsciemment enfermé dans un cercle vicieux duquel il n’y avait pas cent cinquante échappatoires.

Elle répondit à sa question une fois de plus, et il put déceler toute la sincérité qu’elle mettait dans ses mots. Sincérité qu’il apprécia d’ailleurs bien plus que les compliments sous-entendus qu’elle énonçait à l’égard de la librairie, puisqu’elle venait poser un voile léger sur ses doutes.
Ceci étant dit, croire que de simples mots suffiraient à régler définitivement ses soucis aurait été une très belle erreur. Peut-être était-elle une menteuse particulièrement douée après tout. Il fallait bien reconnaître, cependant, qu’ils avaient au moins eu le mérite d’éclaircir un tant soit peu les pensées de Mihael.

Mais soyons honnêtes, un bon seau d’eau avec des glaçons aurait donné le même résultat à défaut d’en obtenir un meilleur. Un moyen certes plus désagréable mais pourtant tout aussi utile, à se demander pourquoi personne n’y pensait jamais – ou ne le mettait jamais en application du moins.
Quoiqu’à bien y réfléchir, peut-être était-ce tout simplement parce que les seaux d’eaux et les glaçons n’étaient jamais à portée quand on en avait le plus besoin.

Mihael donc, l’espace d’un instant, avait senti sa détermination flancher. Ou plutôt la détermination de ce qui, en lui, souhaitait en finir avec la demoiselle. Ce n’était pas grand-chose, mais ça n’en restait pas moins un léger progrès dans la bataille qu’il se livrait avec lui-même. Il fallait bien un début à tout, non ?

L’expression qu’elle arbora juste après s’être tue se chargea efficacement de tout démolir.

Ça n’avait pas duré longtemps, même pas une poignée de secondes à vrai dire, mais pour le clover qui ne la quittait pas du regard c’était largement suffisant pour ne pas passer inaperçu.
Instinctivement, il avait fait un pas en avant et levé une main vers elle sans réellement savoir à quoi aboutirait son geste. Mais elle avait rouvert les yeux bien avant qu’il ait le temps d’achever ce dernier et il s’était alors figé, laissant retomber doucement son bras le long du corps. Elle paraissait un peu chamboulée ; il avait peur d’en deviner la cause.
Dans son esprit sérieusement mis à mal par tous ces changements contre-nature qu’on avait effectué sur lui, un nombre assez impressionnant d’élucubrations se faisaient et défaisaient à une vitesse folle. Une, cependant, revenait sans cesse comme pour le convaincre d’abandonner définitivement la partie : elle voulait le tuer. Elle était venue là avec cette seule intention et « ils » lui reprochaient de trop laisser traîner l’affaire. Il faillit se laisser avoir. Sa « petite voix » à lui était bien plus vicieuse et tenace qu’il n’y paraissait. Fort heureusement, sa volonté de ne pas céder était toujours là.

« Excusez-moi, se justifia-t-il. J’ai cru que vous vous sentiez mal. » Puisqu’on parlait de mensonges… Enfin, il ne pouvait décemment pas lui avouer ce qui lui avait traversé la tête durant ce micro laps de temps. De toute façon, il n’était même pas sûr de le savoir lui-même.

En un éclair de lucidité soudain, il se dit qu’à trop vivre en reclus pour ne pas céder à la folie avait fini par produire l’effet inverse de celui escompté. Que son imagination exacerbée se jouait de lui et qu’à trop susciter des illusions si proches de la réalité, ses propres aptitudes s’étaient retournées contre lui.
Qu’il n’était plus capable de dissocier la réalité de ce que pouvait bien concevoir un cerveau High Tech inspiré par des années de paranoïa. La belle histoire !
Il ne pouvait pourtant plus écarter cette hypothèse maintenant qu’elle était là. Sans pour autant admettre sa possible véracité, il n’avait pas le droit de l’ignorer. Peut-être qu’emporté par un délire trop profond il avait simplement cru voir ce qu’il redoutait, et qu’elle n’était rien d’autre qu’une simple humaine.
… Encore une fois, le seau d’eau et les glaçons brillaient par leur absence.
Il fit un sérieux effort pour se ressaisir. Elle ne devait pas percevoir son trouble, c’était bien là l’une des dernières choses qu’il souhaitait voir arriver.

« Qui êtes-vous ? » Il ne gâchait rien, estimait-il, à poser tout à trac une question comme ça. Si ce n’était rien d’autre qu’une cliente tout ce qu’il y a de plus normal, elle fuirait sans doute l’endroit du fait de ses bizarreries. Il perdrait une personne mais y gagnerait une certitude et le jeu en aurait valu la chandelle. Si elle restait eh bien… le doute subsisterait encore, son petit conflit intérieur aussi et cette histoire n’aurait pas avancé d’un poil. Le cas échéant, il pressentait de toute façon qu’il n’obtiendrait pas la solution miracle en cinq minutes ; il lui faudrait un peu plus de temps pour arriver à se positionner vis-à-vis d’elle à moins d’accepter la décision que voulait lui imposer celui qui, quelques décennies auparavant, contribuait à tuer des anges sans s’embarrasser de questions existentielles.

« Vous savez, je ne crois pas que vous soyez à votre place ici. »
Revenir en haut Aller en bas

Evangeline A. Cleviah

Evangeline A. Cleviah


▬ Nombre de messages : 69
▬ Humeur : Energique !
▬ Profession : Ordre des Puissances

▬ Fiche : ~ Alice au Pays Désenchanté ~
▬ Topics : [EVENT - Groupe 6] God Only Know
Maison Biscornue et Discussion Tordue... [Judas]
Le Hasard est parfois bien jouasse... [Mihael]



| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

~ Lys Immaculé ~


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime02.03.12 18:04


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Sanstitre1copieyk

Malaise... la jeune demoiselle était encore légèrement déboussolée par les quelques secondes qui venaient de s’écouler. Une myriade de voix lointaines résonnait en écho dans son esprit, se transformant peu à peu en un martèlement douloureux. Ses sourcils étaient légèrement froncés et une souffrance lancinante se faisait ressentir dans son crâne. Une vilaine migraine était sans doute sur le point de voir le jour. Evangeline peinait à dissimuler son vertige et une peur inconnue lui nouait la gorge. Que pouvait-elle craindre dans cette librairie pittoresque ? Ses frères et ses sœurs ne pouvaient être inquiets pour un événement superflu. Ils avaient peur qu’elle soit blessée... non leur sentiment était plus fort que ça. Ils avaient peur pour sa vie ! Mais au final qu’est-ce qui justifiait de telles angoisses ? Ces dernières étaient entrain de consumer la jeune ange blanche. Un feu ardant qui ravageait son corps tel un poison à mesure que les secondes s’égrainaient... Soudain elle se rappela où elle se trouvait et surtout qu’un homme était en train de contempler son étrange malaise. Ses yeux vairons se posèrent sur le libraire. Ce dernier semblait soudainement plus imposant. Il était grand mais une chose divergeait dorénavant. Jusque là, la jeune ange avait vu en lui un vieil homme amoureux des livres et affectionnant le calme. Mais en cet instant une menace sourde et de ce fait inquiétante émanait de cet homme pourtant si simple et sans aucun signe particulier... du moins en apparence. Sa voix basse fit tressaillir la jeune ange blanche. Le libraire semblait inquiet. Evangeline aperçu le bras de ce dernier se baisser comme si le libraire avait craint de la voir perdre conscience. La demoiselle réussi tant bien que mal à esquisser un pauvre sourire de circonstance pour le remercier de son attention.

« Un... un simple malaise mais rien de grave. Les migraines sont parfois sournoises... »

Evangeline se forçait à sourire pour faire oublier sa faiblesse passagère. Ses yeux vairons balayèrent la pièce pour constater que tout était à sa place. Sur le comptoir le chat avait les yeux mi-clos comme attendant que quelque chose se passe. Il feignait de se reposer... Il était prêt au moindre signe de menace à prendre la poudre d'escampette ou alors à se défendre griffes et crocs dehors. Les prunelles peu commune de la demoiselle se focalisèrent à nouveau sur le libraire. Son visage était sérieux et cachait un lourd secret. Une certaine froideur émanait de cet homme. Soudain il lui posa une question qui la désarçonna : " Qui êtes-vous ? " Ses yeux clairs furent traversés par un éclat de surprise et une certaine incompréhension se dessina sur son visage. Que voulait-il savoir en lui posant cette question ? Ses sourcils se froncèrent légèrement et elle pencha la tête de quelques centimètres sur le coté. La question de rigueur aurait dû être " Quel est votre nom ? "... Mais il semblait viser une toute autre information avec sa question. Il attendait une réponse qui semblait vitale à ses yeux… qui déterminerait ses prochaines paroles voire ses prochains actes. Un silence de courte durée s'installa entre les deux protagonistes. Chacun semblait chercher ses mots. Le libraire brisa le silence de sa voix basse. Son affirmation froide ébranla la demoiselle pour de bon. Il lui aurait balancé une claque en plein visage, cela aurait eu le même effet. Ses yeux fixèrent avec intensité et incrédulité le vieil homme puis ces derniers se baissèrent comme pour rendre les armes. Durant un court instant, une vague de tristesse avait traversé son regard vairon. Un souvenir qu'elle croyait perdu la submergea : ~ Deux petites jumelles en train de jouer au milieu de vieux livres poussiéreux dans une immense salle blanche. On pouvait les entendre rire, se chamailler et surtout chanter. Les oiseaux reprenaient en cœur leur douce mélodie. Mais une ombre vient entacher ce beau tableau. Un ange voire peut être même un archange leur interdit de mettre à nouveau les pieds dans ce lieu. Les angelots se dépêchèrent de quitter les lieux avec le sentiment que le monde était cruel et injuste... ~ Ce souvenir était lointain et les visages flous même celui de sa sœur jumelle... Mais le sentiment est identique : amer !

« Vous avez raison. Je vais vous laisser... pardonnez moi de vous avoir dérangé et fait perdre votre temps. »

Son corps amorça un mouvement. A cet instant, elle se rendit compte que de manière presque imperceptible le libraire s’était déplacé sur le côté. Il se trouvait entre la jeune ange blanche et la sortie de la boutique... Evangeline décida de ne pas en tenir compte. De toute manière le libraire lui avait parfaitement fait comprendre que sa présence ici était pour lui une source de nuisance. Aucun risque de ce fait de le voir lui barrer complètement la route.

« Si vous voulez bien m’excuser... »

Sa voix avait été un peu plus dure qu’elle ne l’avait voulu. Elle contourna le vieil homme sans plus attendre. Son corps était en alerte aux moindres changements de position du libraire. Ses doigts caressaient sa bague de manière paranoïaque. A la moindre alerte elle pourra prendre sa dague et se défendre. C'est sans doute la raison pour laquelle la demoiselle ne prit pas la peine de remettre ses gants alors que dehors il pleuvait toujours averse. Sa main droite se referma sur le manche de son parapluie et elle extirpa ce dernier de la corbeille. Soudain elle se rappela de la seule question qu'elle avait laissée en suspens. Une interrogation qui semblait avoir une réelle importance aux yeux du libraire. Avant de quitter la boutique elle voulait répondre à cette question histoire de clore toute cette histoire. Néanmoins quelque chose aux tréfonds de son être ressentait un malaise en prévision de ce qui pourrait découler de sa réponse. La demoiselle inspira calmement et se retourna en direction du libraire. Ses yeux vairons le fixèrent. Même si son aura était altérée et que la jeune fille ne parvenait pas à trouver l'origine de cette modification... le vieil homme avait tout d'un humain non ?! Aucune raison de ce fait de le craindre. Mais restait le mystérieux avertissement des sphères célestes. Les gouttes de pluie frappaient les carreaux avec force mais la voix de la demoiselle était parfaitement audible. Une voix claire avec une pointe de fierté...

« Je suis Evangeline Alice Cleviah. Un ange du Seigneur. »

Les voix des anges grondèrent des avertissements au loin dans les méandres de sa conscience puis ce fut le silence totale ! Soudain Evangeline était seule, complètement abandonnée face à cet être imposant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Alexis Beaumont

Alexis Beaumont


▬ Nombre de messages : 202
▬ Profession : Libraire à l'Imaginarium

▬ Fiche : Ici

▬ Topics : She's a handsome man — Kasper
A nos jours passés — Mihaël
De l'art de tourner en rond — Nolan

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline 120320062445833173




Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime04.05.12 22:03

Il pleuvait à verse et l’air était froid. Un temps à ne pas mettre un chat dehors, et où les gens normaux restaient chez eux, au chaud, quitte à devoir chercher une excuse pour sécher le travail.

Pourtant, elle, elle était là, sous la pluie. Point de parapluie, car elle n’était pas un modèle de prévention. En sortant de chez elle, ce matin, elle n’avait accordé attention ni aux lourds nuages noirs, ni aux quelques gouttes d’eau tombant paresseusement.
C’était un jour de repos et néanmoins, elle s’était levée tôt pour profiter d’une ballade silencieuse et calme. Qui s’était éternisée. Jusqu’à ce qu’elle ne se fasse surprendre par le déluge.
Alexis courait sous les trombes d’eau, ne s'arrêtant que lorsqu’elle trouvait une devanture suffisamment large pour l’abriter, afin de reprendre son souffle et de nettoyer encore et encore les verres de ses lunettes. Entre la pluie et la buée qui se battaient en duel dessus, autant dire qu’elle n’y voyait pas grand-chose, et que son chemin aurait été particulièrement hasardeux si elle n’avait pas connu par cœur le chemin jusqu’à sa destination finale.
Et heureusement pour elle, à force de courir, elle arriva plus vite que prévu, bien que déjà trempée jusqu'aux os. Elle fonça jusque sous la vitrine de l'Imaginarium avec l'intention de s'y de arrêter quelques secondes le temps de reprendre son souffle avant d'entrer.

Pardon. Elle avait eu l'intention de s'y arrêter. C'était sans compter sa vision réduite et les flaques d'eau. La première lui fit perdre son sens des distances, tandis que les secondes se chargèrent de la faire glisser et perdre l'équilibre d'une manière particulièrement artistique. Qui se solda par la vitrine qui eu la gentillesse de la rattraper. Sans aucune délicatesse, et avec un bruit à faire pleuvoir des vaches. Sinon ce n'était pas drôle. C'était même à se demander comment le verre avait réussit à tenir le choc de la collision.
Ce fut donc en voyant des petites étoiles dorées et en se massant le front qu'elle se saisit à l'aveuglette de la poignet et ouvrit la porte d'entrée. Son expression gênée se mariait à un petit sourire contrit, celui de la personne qui a conscience de sa maladresse.
    C'est moi ! Je sais que tu m'as dit de prendre ma journée, mais je t'ai imaginé tout seul à la boutique et je n'ai pas pu m'empêcher de...
Alexis s'interrompit net à l'instant même où elle aperçu la scène. Une jeune fille, inconnue, que l'androgyne démasqua immédiatement. Un ange blanc. Quand à Mihael... Elle sentait ce flot de haine et de colère, ce pouvoir Clover qui affluait petit à petit. Au fond d'elle-même, un gros panneau rouge étiqueté "Danger !" se manifesta.
Par bonheur, elle savait quoi faire.

Le sourire qui s'était effacé à son arrivée fit son grand retour sur ses lèvres tandis qu'elle s'avança vers la demoiselle, aussi professionnelle et galante qu'elle pouvait l'être.
    Une cliente ? Aujourd'hui ? Vous avez bien du courage. Avez-vous trouvé votre bonheur ?
Tandis qu'elle s'adressait à elle, elle se coula auprès du Clover, posant délicatement une main sur son épaule en un geste réconfortant et familier. D'une simple pression, elle lui demandait de se calmer et lui rappelait sa propre présence. Un moyen détourné de lui faire comprendre qu'elle était là, pour lui.
L'ange gris faisait particulièrement attention à ne pas appeler Mihael par son prénom devant l'ange du Seigneur. Ce n'était pas forcement une bonne idée.
Elle le cachait bien, mais elle était inquiète. Elle avait même oublié qu'elle était trempée des pieds à la tête et, par-là même occasion, frigorifiée.

_________________
« Alexis, where did you go ? »:
 

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline 120912094702292112 Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline 12091209493584385
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous



Invité


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime11.06.12 11:59

Sans même s’en rendre compte, l’une de ses mains s’était vue faite poing, ses ongles crispés sur la chair de sa paume et les articulations blanchies à force d’être sollicité de la sorte. Et pour faire quoi ? Avait-il eu seulement l’intention, ou ne serait-ce même que l’envie de la frapper alors qu’elle le contournait pour rejoindre la sortie ?
Bien sûr que non.
Il pouvait lui faire du mal, oui, si d’aventure il finissait par céder. Mais pas en empruntant cette voie-là. Il n’aurait pas cogné une femme, et qu’elle soit ange ou pas ne changeait rien à la donne. Il fallait simplement mettre ça sur le dos de la tension, il fallait ne pas y voir une menace quand bien même le comportement du clover, son attitude, exsudaient un sentiment oppressant de danger pour elle.

Et puis il y eu ce bruit, un choc soudain qui fit trembler la vitrine de la librairie et sursauter son propriétaire. La pluie battante et la buée due à l’écart important de température entre l’intérieur et l’extérieur l’empêchaient de distinguer autre chose qu’une vague silhouette brouillée, mais au moins pouvait-il à peu près avoir une idée de ce qu’il venait de se passer.
La porte s’ouvrit sur ses entrefaites, le carillon, ignorant l’ambiance un peu tendue du moment, tinta joyeusement à l’arrivée de la nouvelle venue, et la présence rassurante d’Alexis vint envahir l’endroit. Sa voix amicale tandis qu’elle s’adressait à l’autre ange, la légère pression de sa main… il suffisait de bien peu. Les épaules du clover s’affaissèrent tandis que la tension les en délestait de son poids et le regard qu’il lança à Alexis était empli d’une gratitude muette.
Avant que la honte ne le submerge et qu’il détourne les yeux pour ne pas qu’elle l’aperçoive – geste en soi futile car elle le devinerait quand même, il le savait. Alors après toutes ces années, il avait encore besoin d’elle pour arriver à se tirer d’affaire dans ce genre de situation ? Affligeant. Tout le temps qu’elle avait passé, gaspillé auprès de lui pour l’aider à se contrôler ne pouvait tout de même pas avoir été que du vent. Depuis quand était-il devenu à ce point paranoïaque ?

Il fit un pas de côté, se défaisant ainsi de la main qu’elle lui avait laissée sur l’épaule.

« Monte chez moi te réchauffer. Tu vas finir malade si tu restes dans cet état. »

Derrière le souci apparent qu’il manifestait à son égard, il la congédiait poliment, lui demandait de les laisser lui et sa "cliente". Son intervention avait sans aucun doute évité bien des choses, mais n’était-il pas censé pouvoir se débrouiller seul ? Merci d’avoir été là, disait son regard, mais laisse-moi gérer le reste maintenant.

Puis il se tourna à nouveau vers la blanche ;

« Vous pouvez rester ici le temps que l’accalmie se calme un peu, si vous le souhaitez. »

En contradiction totale avec les dernières paroles qu’il lui avait adressées, celles-ci devaient plutôt être interprétées comme des excuses vis-à-vis de son comportement à l’instant, juste avant l’arrivée d’Alexis. Si le clover privilégiait la franchise et n’était pas très à l’aise avec les demi-mots, les excuses directes étaient quelque chose avec lesquelles il avait toujours eu du mal. Probablement son naturel bourru qui voulait ça.

« Peut-être puis-je vous renseigner en attendant ? »

Revenir en haut Aller en bas

Evangeline A. Cleviah

Evangeline A. Cleviah


▬ Nombre de messages : 69
▬ Humeur : Energique !
▬ Profession : Ordre des Puissances

▬ Fiche : ~ Alice au Pays Désenchanté ~
▬ Topics : [EVENT - Groupe 6] God Only Know
Maison Biscornue et Discussion Tordue... [Judas]
Le Hasard est parfois bien jouasse... [Mihael]



| D O S S I E R |
▬ Je suis : Une planche à pain.
▬ Je veux : RP... Juste RP...

~ Lys Immaculé ~


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime05.08.12 21:40


Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Tension

Tension... dévorante qui pèse sur le cœur et l’âme. Les yeux gris inquisiteur du vieil homme reflétaient des vagues de colère et peut être même de la... haine ?! Cette simple constatation ébranla la jeune ange blanche. Un frisson parcouru son corps brusquement frêle. Evangeline ne bougeait pas le moindre muscle, craignant sans doute de provoquer une riposte de la part du libraire. Le temps s’écoulait de manière erratique. Il était comme suspendu. On pouvait néanmoins entendre le '' tic-tac '' lointain d’une horloge qui égrainait le temps. Le silence des voix célestes était troublant et surtout très inquiétant. Est-ce là son pouvoir ? La couper de tout lien avec ses frères et sœurs... Qui était-il bon sang ?! Un simple humain, même imposant par sa carrure, ne pouvait être intimidant comme celui qui se tenait debout face à elle !

« BAOUM »
Subitement un son sourd avait ébranlé le silence de la boutique... brisant par la même occasion la tension. Sur le comptoir, le félin avait relevé la tête, en direction de la vitrine. La surprise de la demoiselle fut assez conséquente pour la faire sursauter et lâcher son parapluie. Ses mains quelques peu maladroites rattrapèrent de justesse le manche. La scène avait quelque chose de comique et contrastait avec celle qui s’était tenue un peu plus tôt. Evy se retourna en direction de la source du capharnaüm. La porte laissa apparaitre un jeune homme complètement trempé ! Les prunelles de la demoiselle observèrent le libraire. Il semblait étonné et en même temps soulagé. Evangeline reporta son attention sur le nouveau venu. Complètement mouillé. Aucun parapluie. Ses lunettes portaient des traces de buées et de fines gouttes parsemaient ses verres. Il émanait quelque chose de familier de cette personne. Sa voix était douce et joyeuse. Sa simple présence semblait annihiler les discordes. Un détail frappa la demoiselle. Ses yeux étaient vairons comme les siens ! Néanmoins les couleurs de leurs iris étaient différentes...

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Sanstitre2jl
Durant de longues secondes, le libraire et son employé échangèrent un regard. Le contact entre eux fut rompu par le vieil homme. Les yeux vairons de Evangeline se posèrent sur les deux hommes. Analysant le lien étrange qui les unissait sans pouvoir le saisir pleinement. Le libraire se tourna en direction de la jeune ange blanche. Son attitude était quelque peu déconcertante... comme si les dernières minutes avaient été une illusion. Il se montra aimable et se proposa de la renseigner. Aucune question dissimulant une quelconque hostilité à son égard. Evangeline reposa son parapluie dans la corbeille. Une façon pour elle de montrer qu'elle acceptait de rester ici encore quelques temps. Son attention se reporta sur le nouveau venu... ou plutôt la nouvelle venue. Car malgré les apparences, il s'agissait là d'une jeune femme. Evangeline aurait voulu mettre de côté leur léger différent... pourtant des questions lui brûlaient les lèvres. Ses yeux observèrent un instant le libraire puis la jeune androgyne.

« Attendez un instant !... Vous êtes un Ange n'est-ce pas ?! »

Evangeline en était maintenant persuadée. Ce sentiment... elle ne pouvait se tromper. Cette jeune femme était un Ange au même titre que Judas. Que faisait-elle là ? Une multitude de questions venait assaillir ses pensées à mesure que ses réflexions se dessinaient ! Ses sourcils se froncèrent légèrement quand elle reporta son attention sur le libraire.

« Vous avez demandé si je voulais des renseignements... Hey bien... Je veux savoir qui ou plutôt ce que vous êtes. Qui êtes-vous pour elle ? »

Ses paroles ne recelaient aucune agressivité. La demoiselle était en présence d'une sœur... même si cette dernière avait perdue la blancheur de ses ailes...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Vide
MessageSujet: Re: Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline   Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hasard est parfois bien jouasse {Evangeline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Naniwa - Tennoji :: old naniwa :: l'Imaginarium-